Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 9. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 697


MessageSujet: 9. À corriger   Jeu 16 Déc - 21:14


Satsuki observe l'adolescente avec la même circonspection que d'ordinaire. Il avait l'habitude qu'elle vienne le dépanner... Cette fillette de 16ans habitait chez sa grand mère et Satsuki les dépanait en allant faire quelques courses pour elles à l'occasion. En échange, la jeune fille gardait parfois Mao quand il avait envie de sortir. Ca arrivait en moyenne 2 à 3 fois par mois. Mais sa confiance en la gente féminine était un peu égratigné alors il avait toujours la même difficulté à quitter le minuscule appartement. Il n'y avait qu'une chambre et c'est à Mao qu'elle était dévolue. Lui dormait dans le clic-clac du salon. Faut dire qu'entre sa paie d'agent de courrier et les aides de l'état, il ne roulait pas sur l'or quoi. Son rendez vous n'étant qu'à 21h, il avait pu faire manger son fils et même le border. Ils avaient une relation très fusionnelle et en même temps parfois un peu bizarre. C'est à dire que Satsuki s'était retrouvé parent très jeune et à une époque troublée de son adolescence...

Finalement il avait prit une douche et s'était changé. Vêtement dans le même genre que les habituels : jean craqué et effiloché, baskets usées, foulard autours du coup, quelques bijoux pour le style mais peu... Veste en jean par dessus un t-shirt tank top noir... Et puis rappelant les mêmes conseils barbant à la jeune baby sitter, il avait finit par quitter les lieux sous peine d'arriver en retard. L'Akabeko était relativement envahit, comme souvent le week end... Faut dire qu'ici, quand on était pas encore majeur, c'était le seul endroit où on pouvait vraiment se retrouver...! Satsuki entre, salut d'un petit signe de tête quelques visages connus et observe un moment la salle. Il finit par reparer un adolescent à une table qu'il reconnaît pour l'avoir vu n photo la veille. Bien mit dans son côté mode et surtout sa collection de bijoux en tout genre... Satsuki s'approche, se glisse sur la banquette en face du jeune homme et lui offre un petit sourire, notant :

- Salut. Je n'ai même pas songé à te demander ton prénom hier tellement tu es partit vite.

Katsuo attendait patiemment assis à une banquette de l'Akabeko, mains liées sur la table qu'il occupait. Il y avait, devant lui, un verre de thé glacé posé. C'était tout simple : il ne buvait jamais en début de soirée, histoire de ne pas gaspiller le moment où il pourrait boire accompagné ! C'était une philosophie qu'ils avaient avec son petit groupe d'amis... et ça leur avait servit à ne pas être saouls morts dès minuit ! D'ailleurs, il avait l'intention de garder ... heu... le mec à qui il avait donné rendez-vous aussi longtemps que possible avec lui. Effectivement, il ne connaissait pas son prénom ! Il était partit un peu vite la veille... mais son père avait encore été une vraie teigne avec lui. Il avait dût lâcher l'ordinateur pour aller s'assoir devant la télévision avec le paternel, regardant un match de soccer... Yeah... fun fou... Lui détestait le sport. Sauf le basket ! Mais uniquement quand il était dans les gradins et qu'il pouvait encourager Reita... Sinon, c'était mort de chez mort. Mais selon son père, regarder le sport à la télévision, ça forgeait la virilité.

Conneries, ouais... Mais son père s'était mis en tête qu'il pourrait le "guérir" de son homosexualité. Effectivement, l'homme avait très mal pris le fait que son fils soit gay. En fait, il ne l'avait pas encore pris. Et lorsqu'il s'était rendu compte que son ex femme le prenait au contraire très bien, il s'était convaincu que c'était de sa faute à elle, que son éducation avait été mauvaise et qu'elle était à refaire. Alors il ne cessait de lui présenter les filles de ses potes, de regarder le sport avec lui ou encore de lui filer des playboy. Pitoyable... Peut-être que dans cette relation, Katsuo n'y mettait pas vraiment du siens, mais son père non plus, hein ! Alors il n'avait pas envie d'essayer. Il avait déjà eu assez de mal comme ça à s'accepter... Il n'avait pas besoin d'entendre son père clamer qu'il allait le "guérir" ! Bref, ce soir, il avait prétendu aller se promener avec une fille d'un copain à son père, justement. C'était organisé avec la jeune femme, qui lui servait souvent de couverture. Et à lui la liberté !

Sa tête se relève soudainement. Il se sentait observé. Et de fait, un jeune homme viens s'assoir juste en face de lui. Katsuo lui offre un sourire assuré, puis rigole à ses paroles. Alors qu'il lui répond, son regard glisser sur la silhouette des plus enviables ou du moins, sur ce qu'il en voyait de là.

- C'est vrai... mon paternel était tellement pressé.... Il aurait très bien pu lancer le PC par la fenêtre pour que je le suive ! Bref ! Je suis Katsuo. Et tu es ?

Satsuki a un petit sourire en coin alors que "Katsuo" reparle de son père avec le même ennui que les autres fois.

- Satsuki.

Il se penche un peu pour voir par dessus le verre, se demandant s'il s'agit d'alcool ou pas et visiblement... Ca n'en est pas. Une serveuse entre deux âges vient passer près d'eux, gueulant à un des jeunes près d'une borne de ne pas donner de coup dans la machine et finalement elle lui fait un immense sourire, l'appelant "Satsuki, mon coeur" et lui demandant comment il va. Cette femme était plutôt cool et habitait pas très loin de son bloc aussi. Après l'avoir salué, il lui demande la même qu'à l'ordinaire et après un petit clin d'oeil aux deux garçons, elle s'en va.

- Elle s'appelle Ruri, c'est son mari qui tient cet endroit. Elle a une très bonne mémoire. Tu verras, si tu reviens et que c'est elle qui t'a servit, elle saura encore ce que tu as prit c soir je suis sûr. Pas eu trop de mal à trouver sinon ?

Katsuo observe la femme qui vient les voir. Il est convaincu, pendant un moment, que Satsuki est un habitué des lieux, mais à ce qu'ajoute le jeune homme une fois la femme partie, il se le demande... Peut-être pas finalement. Ce n'était pas très important. Il a un petit sourire pour le jeune homme avant de détourner le regard pour observer les lieux.

- Non, ça été relativement simple. J'ai demandé à une fille que je connais de me dire comment m'y rendre. Mon père habite pas très loin, alors forcément...

Il en revient à Satsuki avant de pointer les jeux de Dance Dance Revolution un peu plus loin dans la pièce.

- Et il faut absolument jouer à ça un peu plus tard ! J'aime les arcades, mais ce jeu, je l'aime à la folie, carrément !

Satsuki rigole en observant le jeu que lui montre Katsuo. Il hoche finalement la tête de façon positive et récupère rapidement son verre... De coca. Plus d'alcool, plus de drogue... S'il prenait l'un ou l'autre, on lui enleverait Mao à cause de son passif et si au début, ça l'aurait peut être arrangé... Plus maintenant. C'était son sang, sa chair et il grondait sourdement si on tentait la moindre approche... Satsuki vient aspirer un peu du contenu du verre à l'aide de la paille avant d'écquiescer.

- On peut faire ça oui. Je préfère les jeux de voiture, je suis un peu raide comme un piquet sur DDR mais si on met pas un niveau trop haut, ça le fait ! Et sinon, tu habites où quand tu n'es pas à Shimizu alors ?

Katsuo laisse échapper un petit rire amusé à ce que dit Satsuki. Ah oui... raide comme un piquet... il allait le décoincer, lui ! Revenant prendre une gorgée de thé glacé, il laisse s'écouler un petit moment avant de finalement répondre :

- À Shizuoka... On en parlait justement hier. Eh bien c'est bien mieux qu'ici, sans vouloir te vexer. La plage est géniale. D'ailleurs, j'habite tout près !


Ha oui, Shizuoka... Y en avait pour quoi...? 30 minutes en voiture si ça roulait pas trop mal ? Le bus lui, c'était autre chose, il faisait de sacrés détours... Avec les beaux jours qui étaient de plus en plus nombreux en cette période de mi mai, Satsuki songeait aller emmener Mao à la mer. Ils étaient déjà venu ensemble mais le bambin n'était pas assez grand pour en garder un souvenir impérissable. Cette fois par contre...

- Tu ne peux pas t'arranger avec ton père puisque tu n'as pas envie de venir ici, pour faire différement ?

Katsuo lance un petit regard quasi ennuyé à Satsuki. Il soupire, attirant son verre de thé glacé à lui pour y agiter la paille, faisant tinter les glaçons dans le verre.

- Si je pouvais m'arranger avec mon père, tu crois que je serais ici, présentement ?

Il a un petit rire avant d'affirmer :

- Au moins je suis en bonne compagnie, présentement. C'est déjà assez réconfortant comme ça...!

Satsuki a un petit sourire en coin avant de sortir son cellulaire. C'était pas très polis mais il préférait l'avoir en vue au cas ou il ne l'entendrait pas sonner. L'adolescent le pose sur la table, près du mur avant d'en revenir à son joli rendez vous.

- Et venir avec un copain ? Le week end serait moins long.

Katsuo soupire. Okay, non... Ce garçon ne comprenait pas les subtilités de la logique "implacable" de son père ! Jamais de sa vie son père n'allait accepter de courir le risque d'accueillir, chez lui, un de ces garçons qui pervertissent son fils ! C'était absolument idiot... et finalement, Katsuo repousse son verre de thé glacé en prenant un air plus sérieux.

- Tu as des préjugés ? Genre... n'importe quoi. Tu juges les gens parce qu'ils sont différents de toi ?

Satsuki reste un peu surprit par ces soudaines questions auxquelles il ne s'attendait pas et finalement il hausse les épaules.

- J'ai des tas de préjugés sur un tas de trucs... Et je suis très ouvert sur plein d'autres trucs... Comme tout le monde...

Katsuo a une petite moue un peu découragée. Eh bien au diable les préjugés ! Il détestait ça... Oui bon, il en avait probablement lui aussi. Mais il détestait qu'on les lui applique ! Glissant une main dans ses cheveux, du côté droit, le gauche étant partiellement retenu vers l'arrière par des barrettes.

- Mon père crois que je suis gay parce que ma mère m'a mal élevé. Il essaie de me "guérir" en me faisant regarder le sport à la TV ou encore en me faisant rencontrer des filles toutes plus incipides les unes que les autres.

Haaaa...! C'était donc ça...! Ok, il comprenait un peu mieux le principe de devoir raconter qu'il voyait une fille, ce genre de choses... Un petit sourire amusé passe sur le coin de ses lèvres. Lui c'était autant la famille que les copains de l'époque qui lui avaient mit la pression et en était résulté une énorme bêtise...

- Tu ne te laisse pas faire, c'est bien...

Il relève les yeux sur le jeune homme avant de signaler :

- Tel que tu me vois, la dernière personne que j'ai embrassé et avec laquelle j'ai fait l'amour était aussi peu féminine que tu l'es, génétiquement parlant... Alors...

Katsuo laisse échapper un petit rire amusé et ravit aux paroles de Satsuki. Il fait un petit clin d'oeil au jeune homme, affirmant :

- Je m'en doutais ! Mais je pouvais toujours me tromper... Heureux de constater que ce n'était pas le cas.

Il glisse doucement un doigt sur la buée qui se condense sur son verre avant d'ajouter :

- Et non, je ne compte pas me laisser faire... Il y a trop de beaux hommes sur Terre, bon sang !

Ha oui, cette fameuse histoire de radar là... Le sien était complètement ruiné faut croire parce qu'il avait jamais repéré un homme gay comme ça, à l'arrache, sans qu'on lui ai fait un signe au préalable... Lui fallait lui dire les choses pour qu'il les comprenne parfois faut croire !

- Et tu as un copain ?

Katsuo observe Satsuki avec un plaisir évident, détaillant cette mâchoire carrée et ces traits bien tracés. Il aimait ce que la génétique avait donné à ce garçon ! Et pas rien qu'un peu... Finalement, peut-être que cette ville pourrie avait quelque chose de positif !

- Pas de copain, non... Et toi ?

C'était une question des plus intéressante, de fait ! Et il est tout ouïe...

Satsuki rigole, le regard pétillant. Il avait peut être du mal à comprendre certaines choses de base, mais une fois que le décors était planté, il était encore capable de voir quand il plaisait. Et son petit orgueil appréciait toujours de se rendre compte de ce genre de chose... Surtout quand ça venait d'un si joli petit minois qui savait si bien allier les points fort de son sexe à quelques manières plus féminines ravissantes. Finalement il hoche la tête de façon négative.

- Non, pas de copain.

Nouveau petit sourire, plus tranquille cette fois et puis il continu sur la conversation de la famille du jeune homme.

- Ton père le sait, j'imagine que ta mère aussi. Elle le prend mieux ?

Katsuo allait bientôt faire du pied... il sentait qu'il ne saurait se retenir encore bien longtemps ! Il avait toujours eu du mal à résister à une si belle occasion... Mais présentement, il se fait sage, offrant seulement de jolis sourires au jeune homme.

- Ma mère est cool. Elle a eu besoin de deux ou trois jours pour bien digérer, chose que je comprend parfaitement. Et finalement, elle m'a demandé si je trouvais tel ou tel homme beau. C'était super drôle. Maintenant, on commente ensemble au ciné sur les acteurs... C'est super sympa. Je hais venir ici... Mon père est un vieux con...

Satsuki rigole à nouveau, en revenant à son verre de coca. Sûr que quand même était aussi cool, difficile d'essayer d'accepter que papa ne surmonte pas n'est ce pas ? Ses parents à lui... Hé bien... Bah... De toute façon ça faisait trois ans qu'il ne vivait plus chez eux, alors...!

- Et alors ? Quel acteur ?

Katsuo se fait songeur. Il rigole doucement alors qu'il réfléchit et finalement, il s'exclame :

- Je préfère les Jrocker ! Mais côté acteurs je dirais... Vanness Wu est vraiment trop sex... Ouais, Vanness Wu. Et toi ?

Cette fois, Satsuki éclate de rire, oui, jrocker, il avait vu avec son avatar msn. Encore qu'il devait donner dans l'ecclectisme parce que lui il avait genre... Rien à voir avec Toshiya... Et rien avec Vanness Wu non plus ! Avec un petit sourire et un clin d'oeil entendu, juste avant d'avaler une nouvelle gorgée de boisson, il répond à son tour :

- Aucun, je préfère largement les jolis poissons auxquels je peux réellement m'adresser.

Katsuo rigole, faisant un petit clin d'oeil au jeune homme. Et finalement... il cède ! Il étire son pied pour le glisser doucement contre un mollet.

- Et je suis un joli poisson, moi ?

Ok, il est surprit, il doit le reconnaître, en sentant un pied glisser jusqu'à sa jambe. Il avait cru comprendre que ce garçon avait de la ressource, mais à ce point...? Satsuki ne perd pas son sourire bien que pendant un bref instant, sa surprise a dût être visible et callant son menton dans sa main, il prend une minute entière pour reluquer l'adolescent en face de lui bien comme il faut. Sa petite inspection terminée il opine :

- Je dirais même que tu navigues dans les eaux profondes, le genre que beaucoup de pêcheurs aimeraient bien attrapé.

Katsuo mordille sa lèvre inférieure alors que Satsuki l'observe sans ménagement, chose qu'il appréciait énormément. D'autant que ce regard était des plus encourageant... et Katsuo n'est pas homme à le décourager, nah mais oh ! Et les paroles qui suivent ont tôt fait de le faire briller de ravissement ! Il offre son plus beau sourire à Setsuna, comblé !

- Et tu es un bon pêcheur, peut-être ? C'est tout un sport... Il faut de la patience et le bon apât...!

(Setsuna :') )

(toutafé XD)

(il a un gamin, il est catalogué xD)

Satsuki a un petit haussement d'épaule, se réinstallant dans le fond de sa banquette. Il prend une courte minute avant d'admettre en toute honnêteté :

- Je suis un pêcheur occasionnel... Je ne pêche pas pour le sport, ni pour la faim... Je pêche pour le plaisir, et je rend ensuite la liberté à ces petites bêtes...

Katsuo penche légèrement la tête sur le côté, une petite mine boudeuse au visage.

- Mais je suis le poisson d'or. Par contre, ce poisson là, tu dois le garder pour qu'il exauce tous tes voeux...

Un sourire amusé revient flotter sur les lèvres de Satsuki qui lâche un petit "désolé..." du bout des lèvres avant de récupérer son verre pour le vider. Il se ragaillardie néanmoins un peu, faisant un clin d'oeil à son petit "poisson d'or" :

- Je suis sûr que tu n'as qu'à te baisser pour trouver beaucoup de collectionneurs très bien !

Il hésite un petit instant, un seul... Maias lorsque finalement il se décide, il se lève sans plus tergiverser pour quitter sa banquette... et aller s'assoir du côté de celle de Satsuki. Il glisse doucement une main sur la joue du jeune homme avant de la reposer docilement sur une de ses cuisses.

- Mais je ne me laisse pas pêcher par n'importe qui, mon coeur. Je serais un bien piètre petit poisson si c'était le cas...!

Satsuki se pousse un peu sur sa banquette, surprit en voyant Katsuo le rejoindre sur la sienne. Une main chaude se pose une seconde sur sa joue, un parfum vient chatouille ses narines et Satsuki serait bien en mal de nier que ce garçon, à partir du moment où il décidait de plaire, était capable de déployer bien des charmes.

- Ecoute, tu es très mignon, vraiment, et y a encore quelques années, j'y aurais probablement même pas réfléchis, mais je vais pas te mentir, te faire croire que je suis un gentil garçon qui flirt en espérant trouver sa perle rare. Tu me plaît bien, on discute, c'est sympa, je ne peux pas nier que tu m'inspires des choses coupables si je me donne la peine d'y réfléchir... Mais me vois vraiment pas briser les espoirs d'un adolescent. Et je parle pas de "briser le coeur" parce que je pense pas qu'on en soit là hein..

Katsuo ne se laisse pas démonter le moindre du monde par le petit discours de Satsuki. Il se tourne vers le jeune homme, glissant son bras sur la banquette derrière lui. Pas question de le laisse filer aussi facilement celui-là...! Une de ses jambes glisse à moitié par-dessus une de celles de Satsuki et il se fait chaton demandeur de caresses.

- Tu es très mignon toi aussi. Merci, mais c'est tout ce que je retiens de ce petit discours... N'es-tu pas tout aussi adolescent que moi, d'ailleurs ? Peu importe... Tu me plais, je veux profiter sans me casser la tête. Et si, comme je l'espère, je t'empoisonne doucement, mais sûrement, tant mieux. Sinon, au moins nous nous serons bien amusés.

Direct... oui, effectivement. Et il n'avait pas peur des déceptions. C'était un peu comme ça que ça fonctionnait dans leur petit groupe d'amis ! Ils avaient une philosophie de vie simple : Amuse-toi !

Satsuki avait l'impression... De repartir 5ans en arrière. En moins pire quoi... Katsuo jouait de minauderie et de jolies paroles qui étaient bien étranges dans la bouche d'un jeune homme si jeune. Bon, lui il avait des airs de vieux cons parfois maintenant et il était le premier à s'en frustrer pour être honnête... Mais y avait des trucs qui vous rendaient différent c'est tout.

- Alors tu as l'intention de venir minauder ici à toutes les deux semaines ?

Il a un petit sourire entendu : ça faisait pas très sérieux.

Katsuo lève les yeux au ciel, rieur. Il glisse lentement une main sur la cuisse de Satsuki, lui faisant un petit clin d'oeil appuyé.

- Oui, entre autre. Et tu vas sûrement venir goûter à la plage bientôt... Le temps se réchauffer. Il faut en profiter. D'ailleurs, j'adore me baigner... ou me faire dorer sur la plage.

Ha... Oui... Il aurait adorer... Pour être honnête, la perspective de voir un Katsuo à moitié nu se faisant bronzer sous les rayons du soleil le laissait demandeur... Mais 30 minutes minimum pour rentrer chez lui en cas de problème avec Mao ? Non... Venir avec son fils ? Ben non, il n'avait pas envie d'aborder le sujet avec Katsuo...

- Je ne peux pas tellement me déplacer, j'ai des obligations ici.

Et puis bon, sur le principe, Katsuo ne semblait même pas se demander ce que ses propres parents pourraient en penser, comme si ce n'était pas un problème ! Bon le fait était que ce n'en était pas un... Mais bon...

- Je préfère rester à Shimizu. Dis toi que je suis casanier si tu veux.

Katsuo arque les sourcils, surpris et pas d'une façon nécessairement agréable. Il gronde légèrement, se détournant de Satsuki pour prendre un peu ses distances. Bien... Ça avait au moins le mérite d'être "presque" clair.

- Si vraiment ça ne t'intéresse pas, tu me le dis... Je suis assez vieux pour comprendre, merci ! Pas besoin de me raconter n'importe quoi !

Il lève les yeux au ciel avant de finalement se lever, se drapant dans sa fierté.

- Je vais à la salle d'eau...

Satsuki saisit le poignet du jeune homme lorsque celui ci se lève, visiblement vexer de se faire dire non. Il l'observe un moment, se demandant lui même pourquoi il le rattrapait s'il avait autant envie de s'en aller. Quel garçon capricieux ! Il avait l'impression de se faire avoir aux sentiments comme avec Mao et pourtant, celui là il le connaissait pas depuis long hein !

- Je ne ment pas. Je ne peux pas me déplacer à Shizuoka comme je veux c'est tout. Mais si tu veux qu'on se voit, toujours dans le plan que tu as annoncé tout à l'heure, ici, je suis disponible.

Katsuo se tourne vers Satsuki, les lèvres pincées. Il pousse un petit soupir ennuyé, mais revient néanmoins se poser près de Satsuki. Il s'agenouille presque sur la banquette, observant un moment le jeune homme sans rien dire. Finalement, nouveau soupir... Il avait vraiment eu l'impression qu'il lui montait un bateau... Néanmoins, il était prêt à lui donner le bénifice du doute.

- Très bien... Je serai un poisson régulier dans ce cas. Et peut-être qu'un jour le casanier voudra bien sortir de chez-lui pour accompagner ma petite personne à la plage...

Satsuki a un petit sourire, un peu grognon malgré tout d'avoir l'impression de s'être fait mener par le bout du nez. Il acquiesce néanmoins, même si les chances pour lui de se rendre à la plage seul à seul avec Katsuo était du domaine de l'infinitésimale.

- Faisons comme ça. Si ça plaît à sa seigneurie de me donner les dates de ses week end chez son père, je lui promet toujours une soirée pleine et entière. Vendu ?

Katsuo a vite fait de retrouver son sourire. Il fait un clin d'oeil au jeune homme, se penchant même pour déposer un petit baiser sur la pommette, sous l'oeil. Il rigole avant de finalement s'exclamer :

- Très bien, vendu ! Une soirée entière rien qu'à moi. Je viens ici à chaque deux semaines. Donc pas la fin de semaine prochaine, mais l'autre et ainsi de suite. De toute façon, on s'en reparle sur MSN, mon coeur.

C'était plus facile qu'il ne l'eût cru, mais c'était tellement amusant ! Il aimait la compagnie... Celle là du moins !

Chaque deux semaines. C'était mieux comme ça, Katsuo verrait d'autres garçons et avec un peu de chance, lui même pourrait autant profiter de flirter avec ce joli minois sans risquer que ce dernier ne s'attache à lui ! Bon plant ! Satsuki hoche la tête, encourageant Katsuo à se réinstaller.

- Finis ton verre et puis je ta raccompagne si tu veux. Je crois qu'on a bien assez de quoi réfléchir déjà...

Katsuo laisse échapper un petit rire, glissant une main sur une jolie cuisse tout en charriant un peu :

- Il t'en faut peu pour avoir de quoi réfléchir, mon coeur ! Aller... je suis prêt. Mais il vaut mieux éviter le raccompagnement jusqu'au bloc de mon père sous peine d'horrible crise de nerf.

Satsuki lève les yeux au ciel. Si ce garçon apprenait un jour pour Mao, ça allait lui faire tout drôle... Il repousse un peu l'adolescent pour pouvoir sortir, récupère son téléphone dont il ouvre le clapet, à tout hasard. Aussi cul cul que ça puisse être, c'st son bébé en fond d'écran ! Déguisé en panda pour halloween l'année dernière... Bref, pas de messages. Il glisse le cellulaire dans sa poche arrière puis vient derechef glisser sa main dans celle de Katsuo pour l'entraîner à l'exterieur. Petit arrêt au bar pour payer les consommations puis direction la sortie. Une fois dehors et la porte refermée sur le brouhaha de l'Akabeko, Satsuki vient déposer un baiser sur la joue du jeune homme, juste pour le plaisir de goûter du bout des lèvres à cette peau qu'il imaginait si douce. Et elle l'est vraiment ! Finalement il regarde les deux côtés de la rue.

- Direction ?

Katsuo se laisse entraîner plus loin, ne protestant pas le moindre du monde. Il a un petit regard tendre pour Satsuki alors que celui-ci paie. C'était mignon comme tout ! Mais la prochaine fois, il sortirait un peu de son argent de poche... Histoire de se montrer galant à son tour, bien sûr ! Une fois à l'extérieur, il frissonne légèrement. Et pourtant, il n'a pas froid le moindre du monde ! Mais l'excuse est trop bonne pour venir se blottir tout contre le beau jeune homme. Il pose sa tête contre son épaule, puis pointe une direction, soit à gauche.

- Par là. C'est à peine à 10 minutes de marche. Tu peux m'y raccompagner jusqu'au bloc si tu veux... Mon père est un vieux con, mais il n'est pas emporté non plus. On s'en fiche dans le fond... Il faudra bien qu'il apprenne tôt ou tard que je n'ai pas une maladie, quoi !

Va pour la gauche et va pour aller jusqu'au bloc. Il avait déjà cherché à cacher qui il était et le destin s'était vengé. Il avait bien retenu la leçon et se laissait un peu plus vivre de ce côté là... Son bras s'enroule autours de la taille du jeune homme jusqu'à venir glisser sa main dans la poche arrière du jean de Katsuo -ben hey, il aurait tort de se priver !- et il prend donc tranquillement la direction du bloc en question.

- Ca va sans doute lui passer. Le seul truc vraiment dommage avec le fait qu'il se rende compte que tu flirt et un peu plus avec un autre garçon, c'est qu'il saurait que tu lui a mentit. La confiance coûte trop chère pour qu'on la gaspille.

Katsuo lève les yeux au ciel. Il roule doucement des hanches, histoire de bien sentir cette main dans la poche arrière de son jeans. Cependant, il garde le silence un moment, songeant à la dite confiance dont parlait Satsuki avant d'hausser les épaules.

- Mon coeur, la confiance, c'est dans les deux sens. D'ailleurs, ça m'importe peu d'avoir la confiance d'un homme qui renie qui je suis... J'en suis pas venu là du jour au lendemain, hein... Ça fait longtemps que je me bat pour la personne que je suis.

Satsuki hoche la tête, tempérant néanmoins :

- Mais c'est ton père et t'en a qu'un, même si c'est un con et qu'il voudrait que tu sois autrement, il t'aime quand même.

Il gronde. Voilà, vieux cons le retour. Disons que parfois, il avait juste la hantise que Mao parle comme ça de lui ! Ca le faisait devenir parano !

- Bref je m'en fout... C'est ton père, tu fais comme tu le sens...

Katsuo a une petite grimace aux paroles de Katsuo. Il pousse un profond soupir de lassitude, sans parler pendant un bon moment. C'était... chiant ce genre de discourt. Le genre que ses grands-parents lui tiendraient lorsqu'ils l'appellent pour essayer de lui faire mettre de l'eau dans son vin...

- Pense ce que tu veux. C'est facile les phrases bateau du genre. On aurait peut-être dût dire à mon père que même si je suis un salopard de sodomite, je l'aime quand même ?!

Il sent ses yeux se brouiller de larmes et pour éviter d'avoir l'air con, il détourne le regard, battant vivement des paupières.

- J'ai pas envie d'être le seul à faire des efforts... Et je le ferai pas. S'il veut pas voir la vérité, alors il va me perdre. Je m'en fiche.

Satsuki s'arrête de marcher et arrête son jeune compagne, l'obligeant à lui faire face avant de venir glisser son doigt sous sa paupière pour éviter a une petite perle salée de venir assombrir ce joli visage. Et éviter de faire couler le maquillage par la même. Doucement, il se penche, dépose un baiser chaste sur les lèvres légèrement tremblantes et puis il se recule.

- Je t'ai pas demander de faire des efforts. Et je t'ai pas demandé de lui servir la palme du père modèle. Je crois pas non plus qu'il le soit, je consois que son comportement te blesse, que t'ai mal. Je comprend aussi que tu sois en colère parce que si le reste du monde peut bien te trouver déviant,t on père il devrait te trouver parfait quand même. Je suis pas ton ennemi et je suis désolé si je dis des trucs qu'on pourrait faire sortir au premier mec de 30 ou 40 balais. Juste je vais pas me museler de dire ce que je pense. Et je pense que même s'il a tort dans sa façon de faire les choses, ton père t'aime beaucoup. Du moins pour ce que tu m'en a montré. Mais t'as raison, tu sais mieux que moi... N'empêche que voilà...

Katsuo fronce les sourcils. Il détourne un moment le regard avant de revenir à ce joli visage. Et d'un mouvement rapide, il se met sur la pointe des pieds pour déposer un baiser plus appuyé sur les lèvres de Satsuki. Il hoche la tête de gauchre à droite, précisant :

- Je n'ai jamais dis que mon père ne m'aime pas. Je dis seulement que tant qu'il continue avec ce genre de comportement, ça ne compte pas.

Il soupire, glissant ses bras autour de la taille fine pour venir poser sa tête sur l'épaule de Satsuki.

- Ça ne compte pas....Tout ce qui compte, c'est de montrer ce genre de sentiments. Lorsqu'on ne les montre pas, ils ne sont là que pour se donner une excuse.

Satsuki n'ajoute rien, passant juste ses bras autours des épaules de Katsuo avant de déposer un baiser dans ses cheveux. Il le berce plus ou moins une minute et finalement il revient chercher sa main pour le réentraîner vers les blocs appartement. C'était pas son genre de se prendre la tête avec des ados capricieux et en pleine crise existentielle... Il se ramolissait sévèrement, c'était pire chaque année quoi ! Il marche quelques instants sans rien dire et finalement il revient observer le jeune homme du coin de l'oeil avant de lui réadresser la parole, tentant de changer de sujet pour les quelques minutes à venir avant d'arriver chez lui.

- Et tu es au lycée alors ? Dernière année...?

Katsuo soupire en recommençant à marcher. Il n'avait pas envie de retourner chez son père... Il aurait dormi dehors si ça avait été possible ! Mais ça ne l'était pas et c'est sa mère, cette fois, qui ferait une crise... Alors il se laisse entraîner vers le bloc de son père, malgré le peu d'envie qu'il avait d'y aller. Il glisse une main sous le t-shirt de Satsuki, dans son dos, pour caresser du bout des doigts la peau à cet endroit .Douce... et chaude. Il a un petit regard amusé pour le jeune homme avant de finalement répondre à sa question.

- Oui... Dernière ! J'ai un copain en même année que moi, mais les autres sont plus vieux, alors ça m'importe peu de partir. Et toi, qu'est-ce que tu fais ?

Une main glisse sous son t-shirt et un petit frisson agréable lui remonte le long de l'échine. Ds copains plus vieux ? Pourquoi ça ne le surprenait pas tien...? Il a un petit rire en hochant la tête et lorsqu'il est question de lui même, il répond sincèrement :

- Je travail. Depuis que c'esst possible en fait, depuis que j'ai 16ans. Mais plus dans la même société qu'à l'époque ! Je suis agent de courrier pour une compagnie. C'est pas très gratifiant, je ne fais que trier et dispatcher le courrier dans les différents services... Mais ça me va.

Puis, prenant un petit air faussement sévère il prévient :

- C'est pas pour ça que tu dois me prendre pour un analphabète ! Je suis loin d'être con !

Même si pour être honnête, en sortant de cure, la drogue, l'alcool, le zonage et les cours séchés avaient laissées leurs marques quoi. Heureusement, l'assistance sociale offrait beaucoup de service dans ce genre, spontanément... Bref...!

- Eeh...!

Il glisse doucement une main dans les cheveux de Satsuki, un petit sourire aux lèvres. Allons donc... un analphabète ? Et puis quoi encore ?! okay, il était surpris que les études du jeune homme soit terminées, mais pourquoi pas...?

- Je te prend pas pour un idiot, exagère rien...!

Katsuo rigole, posant un baiser à la commissure des lèvres du jeune homme. Et c'est d'une voix chaude et amusée, qu'il murmure doucement :

- Alors... est-ce que ce joli minois a aussi son propre appartement ? Un appartement où ce serait bien de passer une nuit dans quelques semaines...

Satsuki retient le jeune homm contre lui alors que ce dernier vient à nouveau se faire chaton contre lui. Ses mains vont rapidement se poser sur les fesses prises dans les jeans et avant de répondre, il vient chercher un baiser sur cs lèvres vénimeuses. Un vrai cette fois. Et pas besoin de jouer les prudes alors que Katsuo lui même venait de demander la permission pour s'incruster toute une nuit dans son appartement n'est ce pas ? De fait il taquine les lèvres rondes de sa langue, demandant ainsi à ce qu'elles lui laisse l'accès désiré et une fois obtenu, il approfondit avec désire et plaisir ce baiser. Quand il relâche les lèvres de Katsuo, un petit sourire navré se glisse sur les siennes.

- Je n'habite pas tout seul. Et avant que tu te fasse de faux plan, j'ai pas mentit en disant que j'étais célibataire ! N'empêche que y a qu'une chambre et que je dors dans le salon, donc pas possible.

C'était vrai... Même si la raison numéro un c'est qu'il ne ramenait simplement personne chez lui. Pas tant pour cacher Mao que pour ne pas le mettre dans une situation qui ferait que le petit garçon ne comprendrait rien...

Katsuo pousse un petit soupir de bien-être alors que de lui-même, Satsuki vient chercher ses lèvres. Et pas rien que pour un de ces petits baisers qu'ils avaient échangé un peu plus tôt, non. Un vrai... et délectable, qui plus est. Un sourire ravit glisse sur les lèvres de Katsuo alors qu'il répond à cet échange avec une plaisir non feint. Il agite à nouveau le bassin, rieur et lorsque finalement Satsuki met fin au baiser, Katsuo penche la tête pour venir baiser son cou, savourant une peau qu'il découvre salée et douce.

- Tu me plais.... Et je te plais. Je ne sais pas ce que tu me caches, mais je sais que tu vas finir par craquer, mon coeur.

Il s'éloigne d'un pas, faisant un petit clin d'oeil à Satsuki.

- Et maintenant, je crois que je peux retourner chez mon père seul à partir d'ici...

Satsuki relâche un peu à contre-coeur l'adolescent qui amorce une petite échappée à reculons. Il n'insiste pas pour le garder contre lui, ayant tout de même des bonnes manières et lui même fait un pas en arrière puis un petit salut de la main à Katsuo. Pas de réponse pour sa réflexion au sujet d'un quelconque craquage, il finit par tourner tout à fait les talons.

- Bonne nuit, Katsy...

Katsuo envoie un petit baiser soufflé à Satsuki, lui faisant un clin d'oeil. Et sur ce, il se tourne. Voilà... C'était fait. C'était une rencontre particulière, mais merveilleuse ! Son petit coeur d'adolescent battait fortement et son esprit était en ébullition ! Il ne savait pas trop ce qui se passerait avec Satsuki, mais il ferait son possible, parole de Katsy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

9. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: GazettE au Lycée-