Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 6. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 697


MessageSujet: 6. À corriger   Mar 14 Déc - 17:32


Aussitôt qu'il avait quitté Internet, Takuya avait sauté dans la douche. Et il n'aurait pas laissé Takanori se moquer de quoi que ce soit présentement ! De toute façon, son petit frère semblait être bien occupé à clavarder, d'après le son que faisait son clavier au travers de sa porte de chambre. Lui n'avait pas le temps... Ayano allait arriver dans une vingtaine de minutes et il avait envie de... sentir bon, d'être beau, d'être attirant... Il ne se mentait pas : il se doutait bien pourquoi. Mais les sentiments qui motivaient ses envies étaient encore confus, pour leur part. Néanmoins, Takuya n'avait jamais été du genre à s'arrêter parce qu'il n'était pas certain. Alors il fonçait ! Il avait enfilé un jeans craqué de façon presque outrageuse. Celui-ci laissait même apercevoir la rondeur d'une fesse dissimulée sous un boxer foncé tout fin et collé à la peau. Ses parents détestaient le voir habillé ainsi... mais ils n'étaient pas là ce soir, gloire à leur nom !! Par-dessus, il avait enfilé un t-shirt juste à sa taille, et basta.

Il était pieds nus et comme d'habitude, ses cheveux à présent humides étaient un peu dans tous les sens. Il va frapper brièvement à la porte de Taka sans l'ouvrir - miracle !! - seulement pour lui demander de ne pas les déranger. Genre sous AUCUN prétexte ! Taka gronde pour la forme, précisant que ce n'est pas très poli de ne pas accueillir les invités, mais Takuya l'ignore royalement. De toute façon, la sonnette de la porte d'entrée se fait entendre ! Alors c'est sans attendre qu'il se précipite au rez-de-chaussée. Et il ouvre la porte sur un Ayano toujours aussi... Ayano ! Il lui sourit, lui fait un petit clin d'oeil bien sûr de lui, puis se pousse. Ses mains glissent dans les poches de son jeans.

- Verrouille derrière toi, histoire que les parents flippent pas en revenant. Tu vas bien ? J'ai amené le vidéo dans ma chambre si on veut regarder un film.

Ouais, un film d'horreur particulièrement effrayant, ce serait cool ! D'ailleurs, son sourire veut tout dire. De toute façon, Takuya regardait toujours des films d'horreur particulièrement effrayants...

Ayano, qui s'était changé en rentrant chez lui pour en revenir à sa palette graphique -il se sentait très productif en art en ce moment et snobait les kilomètres de problèmes de math qu'il avait à faire- s'y concentrant de façon telle que non dérangé, il aurait pu y passer des heures, sans ni boire, ni manger, ni dormir, juste pour fignoler la colorisation de son dernier dessin comme il l'entendait. Mais finalement, l'appel du msn avait été plus forte une fois qu'on l'eu bien dérangé... Et comme Takuya et Akira avaient finit par se connecter... Alors de fait il avait laissé tomber pour se mettre à bavarder avec ses amis jusqu'à ce qu'il soit invité -et qu'il accepte- chez Takuya. Quand il avait environs 15ans, le père de son ami avait sous entendu de façon assez clair devant lui qu'il apprécierait qu'il ne vienne pas... Ce n'était pas une interdiction à proprement parler mais Takuya en avait peut être eu une lui non ? Bref... Peu importe, Taku avait dit qu'ils ne seraient pas là...

Alors il avait enfilé un sarouel, un pull léger à petite maille trop grand et une paire de ses sempiternelles tong avant de faire son sac, mettant dedans deux ou trois vêtements, deux paquets de clopes dans le fond desquels il y avait un peu de ses derniers pousses, un appareil photo et un carnet à dessin par habitude ainsi qu'un paquet de gâteau de soja. Il adorait ces gâteaux et en fait, il en avait presque constament sur lui...! Clefs en main, il était finalement partit, à pieds. Ayano était toujours à pieds de toute façon... Il n'avait pas le permis et ne prenait les transports qu'en cas d'extrême nécessité. Son minuscule studio était à 200m de la plage et à une 20aine de minutes en marchant à bon rythme de chz Takyu. D'ailleurs, c'est effectivement le temps qu'il met pour arriver chez son ami qui lui ouvre rapidement, malicieu et les cheveux encore à demi détrempés.

- Tu t'es fait tout propre Taku-chan ?

Il rigole avant de refermer correctement la porte derrière lui comme demandé et finalement il hoche la tête de façon positive.

- Ca va, comme tout à l'heure quoi. J'ai ramené des gâteaux de soja !

Comme pour prouver immédiatement ses dires, il ouvre son sac plus ou moins maladroitement pour venir montrer le paquet de gâteaux.

- Et ça me va pour le film. Tu en a prit un seul ? C'est quoi ? Bah... De toute façon, c'est encore un film d'horreur non ? On en a vu un, on les a tous vu...

Ayano, qui n'était pas très ciné ou télé sur le principe, avait probablement plus vu de film d'horreur à cause de Takuya que de film de quoi que se soit d'autre de toute sa vie...!

Takuya lève les yeux au ciel alors que Ayano le charrie à propos de ses vêtements et probablement à cause de la douche qu'il venait de prendre. Il donne un petit coup sur l'épaule de son ami avant de finalement venir le prendre dans ses bras, snobant le paquet de gâteaux que lui montrait Ayano.

- Inspire profondément et on va voir si c'est toujours très drôle ou si c'est pas plutôt agréable !!

Il relâche son ami en rigolant, ajoutant :

- D'ailleurs, je crois que tu es le seul à croire que ces jeans font "tout propres". Aller viens ! De toute façon, tu te fiches bien du film qu'on regarde !

Et sans plus tergiverser, il monte deux à deux les escaliers pour se diriger vers sa chambre, son humeur étant revenue d'un seul coup !

Ayano rigole alors que la bonne odeur de shampoing et de gel douche vient lui caresser les narines tandis que Takuya le prend dans ses bras. A l'allusion du jean, il a un regard un peu plus appuyé sur ces derniers pour se rendre compte qu'ils étaient effectivement déchirés de long en large. D'ailleurs, pendant qu'ils montent les escaliers, Ayano vient poser son index contre une fesse de son ami, signalant :

- Mais, on te vois les fesses. Tu es sûr que c'est utile de mettre un jean si c'est ça le but ?

Il rigole avant de se diriger jusqu'à la chambre de son ami dans laquelle il laisse tomber son sac, observant autours de lui. Ca faisait un long long moment qu'il n'était pas venu. En général, c'était Takuya qui venait, forcément. Mais en fait...

- Ca n'a pas changé. Je sais que c'est le bordel, mais c'est exactement comme dans mes souvenirs à peu de chose près... Alors je suppose qu'il y a une touche d'organisation dans tout ça...

Takuya fait la grimace alors que son ami pose un doigt sur ses fesses pour montrer qu'il a là un trou béant. Eh bien il le savait, merci bien ! D'ailleurs, rieur, il chasse la main de son ami avant de se laisser tomber sur son lit en soupirant.

- Je les aime ces jeans. Ça colle avec Takuya Matsumoto ! Et puis si tu regardais mieux, tu apprécierais aussi, petit veinard !

Il rigole, faisant signe à son ami de venir sur le lit à son tour.

- Tu connais pas la théorie du chaos ? Bien sûr que tu la connais, tu sais tout... Il y a de l'ordre même dans le chaos ! Eh bien voilà la preuve. Bon... je perd des trucs parfois... mais je les perdrais même si j'étais ordonné alors ça ne compte pas.

Ayano sourit en venant se poser sur le lit, laissant tomber au sol ses tong bien que gardant les deux pieds sur la moquette. Il regarde encore un peu autours de lui avant de répondre au sujet de la théorie du chaos :

- Oui, mais dans la théorie du chaos, je préfère le passage qui dit qu'un flocon de neige devient un jour une avalanche. Ou le battelement d'aile du papillon qui devient ouragan, tu vois ?

Finalement son regard se reporte sur Takuya, qui prend ses aises. Normal en même temps, on était chez lui hein... Ayano n'était pas mieux dans son studio.

- Tu as meilleure mine je suis content. Tes parents font quoi ? Ton frère est partit aussi ? Nous sommes tout seul ?

Takuya hausse les épaules. Il ne connaissait pas cette partie et il s'en fichait un peu, en fait. Le cerveau, c'était Ayano. C'était un peu amusant, en fait. Quand on regardait bien... Dans leur groupe, ils étaient tous différents. Et pourtant, ils s'aimaient inconditionnellement. Akira était le sportif et le musicien, Ayano le génie et l'artiste. Takuya, lui, touchait un peu à tout sans vraiment se trouver, mais chose certaine, il était cinéphile ! Certes, avec les amis, il ne regardait que les films d'horreur. En fait, il aimerait bien être réalisateur de films d'horreur ! Il avait des idées de ouf ! D'ailleurs, il écrivait... mais personne n'avait le droit de lire ce qu'il écrivait. Et tous ses documents étaient cachés et protégés de mots de passe dans son ordinateur ! Bref, ils étaient différents... mais liés par des chaînes impossibles à briser ! Avec un petit soupir, Takuya vient saisir une des mains de son ami dans la sienne tout en lui répondant :

- Les parents sont au ciné, je pense. Ils voulaient aller dîner en quelque part après. Taka est dans sa chambre, mais je lui ai demandé de pas me déranger. J'ai pas encore digéré l'intrusion dans ma chambre...

Ayano referme sa main sur celle de Takuya, rieur, et son regard se pose sur l'ordinateur sur le bureau. Il l'observe un long moment, songeur, se demandant ce que pouvait bien faire Akira et si ça allait. Puis il en revient à Takuya, songeant cette fois à son frère un bref instant... Comme son ami le prendrait il s'il découvrait qu'il y avait une tension d'ordre amoureux ou tout au moins physique entre son meilleur ami et son petit frère ? Et comment le prendrait il de savoir qu'il était au courant et n'avait rien dit...? Aïe... Il était dans une belle impasse hein !

- Demain tu as cours à quelle heure ? Je commence à 9h30 en amphi. Ce n'est pas très très loin, mais il faudra que je sois partit un peu avant 9h quand même. De toute façon, on se retrouve au soir chez moi. 19h tu as dis ?

20h

Takuya opine brièvement... avant de changer le sens du mouvement, hochant la tête de gauche à droite. Il soupire, se tournant vers Ayano pour glisser un bras sur son torse, l'attirant un peu plus contre lui. Il gronde, réprimendant :

- Oh, Aya-chan ! Je vais croire que tu ne m'écoute pas ! 20h, mon coeur. Je sais que tu as déjà hâte de me revoir, mais quand même !

Il rigole, faisant un petit clin d'oeil à Ayano.

- Dis, mon coeur... je dois avoir... un joint ou deux en quelque part dans la chambre... Envie ?

Ayano s'allonge sur le lit tandis qu'il est attiré par Takuya et il s'installe finalement à son aise, venant glisser, par réflexe, une jambes entre celles de son ami et posant une main sur sa hanche.

- Ok ! 20h ! Je vais m'en souvenir maintenant ! Mais envois quand même un texto vers 19h...

Incroyable ce qu'il pouvait retenir comme informations... Mais comme des choses aussi banales pouvaient ne pas s'imprimer chez lui... Ca ajoutait à son côté complètement bohême et il n'avait sûrement pas l'air de l'étudiant déjà bien diplômé pour son âge. Encore que ça ne lui servait à rien puisqu'Ayano ne savait pas ce qu'il voulait faire de sa vie. Il aimait se laisser vivre, être près de la plage... Son studio était payé par des bourses universitaires et... Voilà... Il ne faisait des études que pour le garder sans devoir travailler. Ca s'arrêtait là...

- J'ai des feuilles qui sont arrivés à maturation et que j'ai réduite aussi, j'en ai ramené dans mon sac. Mais ça va sentir jusque dans le couloir, tes parents vont m'assassiner en rentrant... Tué dans mon sommeil... A coup de hache ? Ho, tu tiens un nouveau concept de film d'horreur non ?

Hmm... Takuya fait semblant de réfléchir. Finalement, il se penche pour déposer un baiser sur les lèvres bien dessinées d'Ayano en rigolant, se levant d'un bond pour aller... ouvrir la fenêtre de sa chambre ! Il ferme la lumière du plafond, puis va allumer une petite lampe près de son lit, posée sur sa table de chevet. C'était parfait ! Il pousse un petit soupir, revenant tomber sur le lit, prenant à nouveau Ayano dans ses bras.

- On pourrait faire pire. On pourrait fumer, boire et faire l'amour toute la nuit comme des bêtes. Ce serait fantastique, n'est-ce pas ?

Il rigole, glissant doucement une main dans les cheveux de son ami.

- Aller... la fenêtre est ouverte. J'utiliserai un vaporisateur pour chasser l'odeur après... Ils ne sont même pas ici !

Ayano se laisse emporter par l'enthousiaste soudain de Takuya. Il lui semblait... Ben... C'était déjà arrivé que Takuya lui fasse un peu de pied, essentiellement quand il fumait... Mais c'était comme si aujourd'hui, il réalisait que c'était différent. Aussi à cause de cette histoire avec Chaton, évidemment. Repensant au jeune homme, il s'assombrit un bref instant, n'ayant toujours aps complètement décoléré et de fait, quand Takuya revient près de lui en le prenant dans ses bras, il lui rend son étreinte, le serrant fort à son tour tout en venant mettre le nez dans les cheveux humide pour en capter l'odeur agréable.

- D'accord ça me va. Tu n'a qu'à en prendre dans un des paquets de clopes de mon sac si tu veux éviter de taper dans ta conso perso. Au fait, avant de passer sur ce sujet, je me demandais...

Il s'éloigne juste assez pour bien voir le visage de Takuya, demandant dans un léger rire :

- Le fait que ton frère vienne change t-il nos projets pour ce week end ?

Comme un gamin à qui on offrirait un bonbon, le meilleur du monde d'ailleurs, Takuya repousse légèrement Ayano en poussant un petit cri de joie. Il se penche pour déposer un baiser sur le front de son ami, puis se penche pour prendre son sac. Il y fouille un moment, sort un boxer en sifflant, le range, puis sort un paquet de cigarettes qu'il ouvre. Dans celui-ci, quelques joints étaient gentiment posés. Il en prend un, puis ferme le paquet avant de glisser une main dans son jeans pour en sortir un briquet. À la question de son ami, il hausse les épaules.

- Non... il faut bien l'éduquer ! C'est mon frère, j'aimerais ne pas en avoir honte !

Il rigole, glissant le joint entre ses lèvres pour l'allumer avant de s'étendre à nouveau sur le lit, tout près d'Ayano. Il prend une bouffée, fermant à moitié les yeux pour poussant un petit soupir de bien-être. Et finalement, il vient glisser le joint entre les lèvres d'Ayano.

- T'as vraiment le pouce vert... Tu savais ça ? Je saurai jamais te remercier pour tout ce stock de rêve quoi..

Ayano récupère le joint dont il aspire une bouffée généreuse, ne gardant la fumée qu'un bref instant avant de la souffler rapidement. Il reprend une seconde bouffée, rend le joint à Takuya, glissant sur le dos et il retient sa respiration, fermant les yeux, profitant un peu... Il ls rouvre finalement quand Takuya reprend la parole avant d'entre-ouvrir les lèvres, sans souffler, juste pour voir les filaments de fumée blanche se tordre en s'envolant doucement. Ayano exprire finalement profondément avant de s'étirer un peu, venant faire un sourire à Takuya.

- De rien, c'est un ami de la fac qui me fournit en graine et en échange, je fais quelques devoirs pour lui...

Comme quoi, y avait de bons échanges dans cette fac hein...

- Alors ça y est ? C'est vraiment finit avec Chaton ? Reita est soulagé tu sais, il l'aimait pas beaucoup non plus.

Takuya récupère le joint, l'observant un moment avant de revenir le glisser entre ses lèvres. Un petit sourire glisse sur les lèvres lorsque son ami parle de Chaton. Il se fait ronronnant, glissant une jambe entre celles d'Ayano, sa cuisse venant se presser contre l'entre-jambe du jeune homme. Il laisse échapper un petit "miaou!" à l'oreille d'Ayano, puis rigole doucement.

- Fini de chez fini. Tu me sembles plus soulagé qu'Aki, Ayano... Ça me plait beaucoup, de fait.

Ayano a un petit hoquet surprit alors que Takuya se fait "chat", un peu comme son pseudo msn le laissait suggérer, tout en venant posr sa cuisse pile sur son entre-jambes. Et pas la peine de se poser la question à savoir s'il l'a fait exprès ou pas n'est ce pas...? Il tourne la tête vers Takuya, observant les deux petites billes sombres et finalement il acquiesce.

- Peut être parce que je connais mieux Chaton ? Ou que je te connais mieux toi ? C'était un poison et il était vraiment désagréable avec tes amis. Honnêtement, il aurait finit par t'éloigner de nous tous je pense...

Takuya se fait plus sérieux. Il fronce les sourcils avant de finalement hocher la tête de gauche à droite. Il glisse le joint entre ses lèvres, mais cette fois, carrément à l'envers, en faisant disparaître un bon bout dans sa bouche. Il se penche sur Ayano, posant doucement ses lèvres sur les siennes, invitation muette à prendre une bouffée à même ses lèvres. Et lorsque c'est chose faite, il reprend correctement le joint pour ensuite venir plaquer ses lèvres à nouveau contre celles d'Ayano dans le but avoué de récupérer la fumer qu'il allait souffler.

- Personne ne peut m'éloigner de vous... de toi. C'est la raison pour laquelle Chaton n'est même plus dans ma liste de contact MSN...

Takuya se fait de plus en plus démonstratif sous le couvert du joint qu'ils sont en train de partager. Et bien qu'il y réagisse toujours de façon approrié, lui aussi a un peu fumé hein... Et il n'a pas mangé ce midi, oublié, alors... Dans un petit raclement de gorge, Ayano vient poser un main sur la cuisse entre les siennes pour y faire légèrement pression, histoire de l'en écarter un peu...

- On dirait que tu me cherches, Takuya...

Takuya bat un peu rapidement des paupières, comme s'il tentait de chasser quelques brumes de son regard alors que Ayano repousse la jambe qui avait trouvé logis entre les siennes. Il observe son ami, le coeur battant, toujours avec cette peur qu'il avait de se faire repousser. C'était peut-être ce qui avait su le réconforter chez Chaton... Jamais Chaton ne le repoussait...

- Te chercher...? Je...

Il s'éloigne légèrement, détournant le regard. Dis comme ça... C'était un peu difficile à avaler pour l'égo, non ?

Visiblement, Takuya est tout à coup... Troublé. Ayano le fixe avec une légère perplexité, sans comprendre ce qui le bouleverse. Et finalement, fronçant légèrement les sourcils et posant une main sur sa joue pour capter son attention il pose directement la question :

- J'ai dût rater un wagon, je comprend pas pourquoi tu réagis comme ça...

Takuya hausse les épaules. Il plonge son regard dans celui de son ami, puis pousse un petit soupir.

- Qu'est-ce que tu voulais dire par "te chercher" ?

Ben heu... Ayano a une petite moue perdue avant de tenter un mot qui s'approchait de l'idée de base :

- Flirter avec moi ?

Takuya opine brièvement, ajoutant simplement :

- Et pourquoi tu penses que je le fais, alors ?

Ayano n'a pas besoin de réfléchir à cette question et il y répond donc avec naturel :

- Ca, c'est à toi de me le dire.

Et donc de fait, il demande avec innocence :

- Pourquoi le fais tu ?

Taku a un petit rire malgré lui. Il lève les yeux au ciel, revenant prendre une bouffée de la cigarette artisanale avant de la glisser entre les lèvres de son ami. Il se glisse à nouveau tout contre lui, venant loger son nez dans le cou d'Ayano pour y humer son parfum.

- J'en veux à mourir à Chaton... Il m'a dit ce qu'il t'avait dit. C'est un connard, finalement... Oublie le. Je lui ai dis ma façon de penser... J'aime pas qu'on te blesse.

Ayano récupère le tube de tabac et de plante, mais il en a à peine avalé une bouffée, profitant malgré tout des minauderies de Takuya que ce dernier parle de ce que Chaton lui aurait dit. Il fige et s'assombrit directement. Le mettre en colère relevait du vrai défit... Sauf quand on abordait le point précis qu'avait abordé Chaton... Et maintenant un peu Takuya. Il avait du mal à rester cohérant et maître de lui même sur ce sujet. Qu'on l traite d'handicappé pouvait déjà le mettre en colère mais placer le mot "autiste" était un bon moyen de voir que la patience d'Ayano avait un vrai limite et qu'il possédait une personnalité beaucoup plus vive qu'il n'en avait l'air.

- Oui hé bien pas la peine d'en parler ! Et s'il essai de se pointer demain au studio de toute façon, je lui met mon poing dans la figure, qu'il fasse un mètre 80 ou bien pas... C'est un sale petit égoïste nombriliste et pervers et en toute honnêteté, je te connais et je sais que tu t'es protégé mais ce type doit véhiculer toutes sortes de maladie pas clair. Je le hais.

Takuya soupire, venant doucement prendre son ami dans ses bras pour tenter de l'apaiser. C'était toujours un peu impressionnant de voir Ayano se chauffer à propos de ce genre de sujet. Il n'était pas du genre à se mettre facilement en colère... mais là il le comprenait, néanmoins. Il dépose un baiser dans les cheveux de son ami, opinant brièvement à tout ce qu'il dit.

- N'en parlons plus. Je ne le reverrai pas, de toute façon.

Il sourit doucement, renversant Ayano sur le matelas, sur le dos, pour se glisser par-dessus lui, prenant place sur ses hanches. Il glisse doucement une main sur la joue douce de son ami, lui faisant un petit clin d'oeil. Il planait un peu... ça aidait à délier la langue, malheureusement... Mais il ne regrette même pas les paroles qui franchissent le seuil de ses lèvres.

- Tu es terriblement séduisant, mon petit artiste rien qu'à moi. Tu me plais, Ayano..

Il se sent toujours nerveux, stressé... Et puis quand on fumait un peu, ls émotions étaient exacerbées alors il a un peu de mal à les endiguer, malgré les paroles rassurantes de Takuya. Néanmoins ce dernier finit par lui mettre les deux épaules contre le matelas, passant sur ses hanches, caressant sa joue et son âme de quelques mots qu'au fond, Ayano s'était attendu à entendre ce soir. Avec une légère pointe d'amertume il constate :

- Mais Chaton t'as plût plus que moi en premier...

Takuya fronce les sourcils, visiblement peu ravit des paroles qu'il venait d'entendre. C'est sans hésitation qu'il proteste.

- Non. Chaton a été plus accessible. Et si ça foirait avec Chaton, je n'avais rien à perdre. Tandis que toi... Je ne veux pas te perdre.

Ayano vient se passer une main sur le visage, soupirant devant la réponse qui lui est donnée. Oui... Peut être bien plus accessible oui. Et puis il avait passé l'année de ses 18ans à l'étranger, ce qui n'avait probablement pas aidé non plus sans doute. Finalement, Ayano vient poser ses mains sur les hanches étroites, glissant le bout de ses doits sous le t-shirt pour caresser la peau chaude.

- Tu restes mon coup de coeur Taku... Et c'est pas Chaton qui peut changer ça de toute façon... Tu es... Parfait pour mon petit monde. J'ai juste pensé que tu ne t'en rendrais jamais compte...

Takuya déglutit avec difficulté. Son coeur bat la chamade dans sa cage thoracique. C'est la folie dans son cerveau et la mari n'aide en rien du tout... Ou peut-être que si. Elle lui donne un peu plus de cran qu'à l'habitude vis-à-vis d'Ayano. Alors il se penche, venant doucement glisser ses lèvres sur celles de son ami, poussant un petit soupir d'aise.

- Ça n'a jamais été aussi parfait avec qui que ce soit... Tu as raison. C'est toi qui as raison, Ayano...

Ayano ramène une main dans la nuque de Takuya pour l'empêcher de se reculer, à tout hasard, et pour l'obliger à revenir tout contre ses lèvres, capturant cette fois lui même les siennes pour les embrasser. Et ça n'avait plus rien à voir avec ces faux baisers échangés pour la fumée d'un joint. Il était vrai celui là et Ayano mordille, lèche, demande un peu plus... Et quand Takuya lui en laisse tout l'accès, il approfondit ce baiser, sa main libre venant se poser dans le bas du dos de son compagnon pour y faire pression, nouant leurs deux bassins et se faisant lui même soupirer d'aise. Ses lèvres glissent ensuite le long de la mâchoire puis dans le cou à la peau si douce et qui sentait encore bon la douche pour venir y lécher la peau fine. Et comme il n'avait jamais vraiment prit de détours pour dire les choses il demande, répétant ce que Takuya avait dit plus tôt :

- Fumer, boire et faire l'amour toute la nuit...? Nous restons avec un score de un sur trois...?

Jamais l'idée de se défaire de cette emprise si délicieuse ne serait venue à l'esprit de Takuya. Et pourtant, Ayano semblait vouloir s'en assurer en ne lui laissant pas la possibilité de s'en dégager. Et ça lui plait drôlement... Il laisse le jeune homme approfondir ce baiser, y répondant avec une passion qu'il n'avait même jamais eu avec Chaton... ni avec qui que ce soit. Son bassin s'enflamme déjà alors que son ami force leurs deux bassins à s'épouser. Un petit rire s'échappe des lèvres du jeune homme alors qu'il repousse Ayano pour qu'il le relâche. Sur ce, il se laisse tomber au sol, à genoux devant le petit génie. Son regard brille d'un désir mal contenu et son coeur tambourine à ses oreilles.

- Tu veux que j'ailles chercher quelques bières pour avoir un score de 3 sur 3, mon bel ange ?...

Ce disant, il se penche, déposant un baiser à l'intérieur de la cuisse du jeune homme. Ce serait bon... terriblement bon. Drogue, alcool et sexe... mais pas que le sexe. L'amour aussi.

Ayano se redresse sur les coudes, histoire d'observer Takuya qui s'est glissé au sol et vient de déposer un baiser dans l'intérieur de sa cuisse. Il garde le silence un moment et finalement il hoche la tête de gauche à droite, affirmant :

- Un score de 2 sur 3 me satisfera.

Et comme pour préciser il ajoute :

- Je n'ai pas très soif de toute façon...

Takuya laisse échapper un petit rire amusé. Il opine brièvement, mais lève les yeux au ciel à ce qu'ajoute Ayano. Ce n'était pas nécessaire ! Néanmoins, sautant sur l'occasion, il assure à son ami, tout en glissant sa main sur l'entrejambe de son... copain ? Oui, son copain ! Bref ! Il lui assure :

- Tu vas avoir soif, mon ange. Soif de moi ! Ferme les yeux...

Et puis, peut-être avec une pointe de jalousie, il demande lentement :

- Tu as déjà... fait ?

Ayano se fait rieur avant de s'exécuter en tout confiance, fermant ainsi les yeux. A la question de Takuya, il a un petit rire amusé bien qu'il sente le côté récalcitrant mais il ne lui fait pas l'affront de lui mentir, se voulant néanmoins rassurant :

- Oui amour. Je l'ai déjà fait. Mais ne soit pas triste, ce qui compte ce n'est pas la première fois, c'est la dernière.

Quelles sages paroles... le genre qu'on ne croirait pas pouvoir entendre sortir des lèvres d'Ayano et pourtant, il était doué pour ce genre de truc... Et il avait bien raison. C'était la dernière fois qui comptait. Et de toute façon, à l'âge qu'il avait, il était normal qu'Ayano n'en soit pas à sa première fois. Il a donc un petit sourire, opinant brièvement même si son ami ne peut pas le voir. Avec douceur, il glisse ses mains de chaque côté du t-shirt du jeune homme pour le soulever lentement, très lentement. L'épiderme qu'il sait doux et chaud se dévoile peu à peu à son regard et une fois le t-shirt complètement retiré, il se penche pour déposer un baiser sur le ventre plat qui le faisait tant fantasmer. En fait, tout ce corps le faisait fantasmé, c'était simple ! Le joint trouve rapidement sa place entre les doigts d'Ayano, histoire que Takuya soit complètement libre de ses mouvements. Une fois fait, il s'intéresse à la fermeture éclair du jeune homme, un sourire malicieux aux lèvres. Et il répète :

- Les yeux toujours fermés, mon coeur... Tu ne le regretteras pas, c'est promis !

Il rigole, finissant de défaire le bouton en acier et la fermeture éclair d'un mouvement un peu plus brusque, il fait glisser le pantalon le long des cuisses du jeune homme, juste assez pour être confortable alors qu'une de ses mains glisse sans plus tergiverser sous les boxers, venant chercher l'objet de ses désirs pour le caresser avec envie. Takuya se penche, déposant un baiser au-travers du sous-vêtement, puis mordillant doucement, histoire de mettre son amoureux en situation...

Satoshi a un petit soupir tranquille sous les attentions de Takuya alors que ce dernier lui fait retirer son pull. Le joint trouve rapidement le chemin de ses lèvres, même si au départ, il ne comptait plus spécialement le fumer. Le fait est que les yeux fermés, difficile de l'éteindre et de le poser quelque part quoi... Il sent le bouton de son pantalon sauter puis la fermeture glisser... Takuya fait glisser un peu le sarouel et Ayano l'y aide en soulevant légèrement le bassin, le corps tout à fait dans l'attente de quelques caresses et autres promesses en tout genre que Takuya lui faisait implicitement... Et quand la main du jeune homme glisse sous ses sous vêtements sans crier gard, Ayano rejete légèrement la tête en arrière, un petit gémissement appréciateur franchissant la barrière de ses lèvres. Dieu... Takuya allait le tuer... Et il n'ouvre toujours pas les yeux, respectant sa promesse et se plaisant à ressentir les choses de cette façon. Et quand au travers du sous vêtement, Takuya vient mordiller son sexe, un nouveau soupire de contentement lui échape.

Les réactions de son corps sont sans équivoque mais il en rajoute tout de même :

(Satoshi xD )

- Si tu savais comme c'st arrivé souvent dans mes fantasmes... Et c'est encore mieux...

(oups x) )

Takuya laisse échapper un petit rire malicieux en relevant les yeux vers son sage petit Ayano qui a toujours les paupières closes. Déjà, son ange était plus que réceptif et son corps réagissait à ses caresses, ce qui satisfaisait pleinement Takuya. Il retire cependant sa main du boxer et, sans cesser de mordiller ce membre qui s'éveillait doucement, il saisit le bord des sous-vêtements pour les faire glisser le long des cuisses du beau jeune homme. Il ne cesse de donner de petits coups de dents et lorsque finalement le tissu quitte ses lèvres pour le laisser goûter au sexe de son amoureux, Takuya cambre les hanches, gémissant avec frénésie. Il entend un cri scandalisé dans la pièce à côté, mais il l'ignore royalement, posant sa langue sur le membre d'Ayano pour le lécher de la base jusqu'au gland. Les lèvres tout contre le sexe du jeune homme, il rigole à nouveau, murmurant :

- Dans tes fantasmes, je te suce, mon ange ? J'aimerais bien savoir tout ce que tu as pu imaginé avec moi comme acteur principal...

Il y a du bruit dans la pièce d'à côté, mais honnêtement, Ayano n'y prête pas la moindre attention. Ca non... Il est beaucoup trop concentré sur les attentions de Takuya qui fait glisser son boxer et dont la langue glisse le long de son sexe, le faisant gémir de façon probablement fort peu discrète. Pas grave, la chambre à côté c'était celle de Taka non ? Ca lui donnerait de quoi se faire plaisir tout seul... Ayano amène sa main libre à tâton pour caresser les cheveux bruns, peinant malgré tout à garder les paupières bien closes à présent.

- Tu vas savoir... Je vais te montrer. N'oublis pas qu'on doit faire l'amour toute la nuit. Peut être pas comme des bêtes... Mais l'amour toute la nuit...!

Puis comme il commence vraiment à ne plus pouvoir garder les yeux fermé il demande, sur le ton du supplice :

- Et je peux ouvrir les yeux maintenant...? C'est criminel de me priver du spectacle...

Takuya rigole à la demande d'Ayano. Il murmure doucement :

- Si tu me montre vraiment chacun de tes fantasmes, oui, tu peux...

Il fait un clin d'oeil à Ayano lorsque celui-ci a rouvert les yeux, puis se penche à nouveau sur ce qu'il était en train de faire. Et sans plus attendre, il humidifit ses lèvres avant de faire pénétrer le sexe tendu d'Ayano entre elles. Il gémit, y va avec lenteur, histoire que son ange ne perde pas une seule seconde du spectacle. Il hésite un moment alors que le membre a déjà glissé en lui sur plus que la moitié et finalement, il le prend jusqu'à la base. Il avait déjà fait ça... pas Chaton, non. Il n'aurait même pas sucé Chaton pour tout l'or du monde... Mais il l'avait déjà fait et il savait ce qui ferait plaisir à son amoureux. Sa langue s'enroule tout autour de la hampe de son partenaire et finalement, il effectue un mouvement pour se retirer complètement. Et au même moment... un cri se fait entendre. Mais pas de l'autre côté du mur, cette fois, bel et bien dans la chambre. Takuya sursaute, tournant vivement la tête vers la porte... pour apercevoir son père sur le pas de celle-ci, le regard bouillant de rage, les poings crispés.

Takuya se redresse, le coeur battant, tremblant tant et si bien qu'il en retombe sur le matelas et presque sur le sol.

- Papa... je... je peux t'expliquer...

Mais visiblement, Matsumoto-san n'avait besoin d'aucune explication...

"Ho mon dieu", c'est la seule chos cohérante à laquelle Ayano peut songer sur le moment alors que Takuya, après lui avoir permit d'ouvrir ls yeux, vient glisser ses lèvres tout aussi douces que chaudes le long de son érection. Et bon sang qu'elle était vive à voir son presque amant le prendre entièrement dans sa bouche, le sentant glisser sa langue sur toute la longueur... Ayano se mord vivement la lèvre inférieur gémissant à nouveau, remuant un peu les hanches et alors qu'il ouvre la bouche, sur le point d'expliquer à Takyua à quel point il est merveilleux, on entre dans la chambre sans même frapper. Et Ayano reste plutôt... Figé...! Faut dire que le père de Takuya ne l'aime déjà pas beaucoup... Et présentement, le voilà un joint à la main et son fils cadet à genoux en train de lui faire une fellation... Y avait mieux pour regagner en popularité nan...? Et de toute évidence, Matsumoto père est furieux... Et Takuya complètement effrayé.

Ayano à tôt fait de se remettre debout, fermant le poing sur le joint qui lui brûle légèrement la paume avant de remonter sous vêtement et pantalon, qu'il a d'ailleurs un minimum de mal à refermer.. heureusement que les sarouels étaient amples n'est ce pas ? Le jeune homme ne sait pas trop quoi dire alors la première chose à laquelle il songe :

- Bonsoir Matsumoto-san... Comment était votre film...?

Puis avec son petit air agare habituel il demande, presque timide :

- Vous ne frappez pas avant d'entrer ?

Takuya sursaute lorsque soudainement, Ayano prend la parole. Et son père n'a même pas encore parlé... Il les observe seulement avec une rage indescriptible. D'ailleurs, son regard se pose rapidement sur Ayano et visiblement, il est sur le point de faire quelque chose. Takuya a peur que ce soit de mettre Ayano dehors avec pertes et fracas... alors il se lance vers son ami pour glisser une main sur ses lèvres. Et devant la froideur de son père et, surtout, devant son mutisme, Takuya ne trouve que quelques mots visiblement idiots à marmonner, soit :

- Papa... je suis gay...

Il déglutit avec difficulté alors que son père lui décroche un regard dégoûté.

- Ce n'est pas de sa faute ! Ni de la mienne ! Pourquoi est-ce que tu me regardes comme ça ?!

L'homme tourne soudainement le dos, claquant fortement la porte derrière lui. Takuya sursaute... et soudainement, chose qui n'était pas arrivée depuis des années, ses yeux S'emplissent de larmes. Il ne comprenait pas... La voix de sa mère se fait entendre dans le couloir. Celle de Taka aussi. Mais il ne les comprend pas. Même lorsque finalement, il entend son père parler, il ne capte pas ce qu'il dit. Il se love plutôt tout contre Ayano, parce que c'est le seul soutient qu'i la pour le moment...

Ca ne se passait pas bien... Mais genre... Vraiment pas bien. Le père de Takuya à l'air complètement hors de lui et probablement que le côté molasson d'Ayano ne l'aide pas à décolérer... Il les fusille tous les deux du regard, à la fois fâché et écoeuré, même quand Takuya essai de lui annoncer les choses de façon correcte même si... ben... Même si son père avait déjà dût noter ce détail de sa sexualité... Et quand la porte claque, il lui semble être sur le point de tomber en arrière sous le choc. Néanmoins il n'en est rien et Ayano vient passer un bras autours des épaules d'un Takuya effondré avant de déposer un baiser contre sa tempe.

- Il l'a... Pas si mal prit on dirait...

Puis avec un petit rire nerveux, tentant de dédramatiser il signale :

- Je suis toujours vivant et entier... Toi aussi...!

Il y a du bruit dans le couloir, ça dispute entre les trois autres membres de la famille, le père ordonne à sa femme de le mettre dehors, Taka semble prendre leur défense avant de se faire renvoyer dans sa chambre avec perte et fracas... La suite, il ne l'entend pas, revenant plutôt à Takuya :

- Il aurait forcément fallu qu'il sache un jour Taku...

Takuya serre Ayano dans ses bras, battant vivement des paupières pour chasser les larmes qui avaient emplies ses yeux. Il n'était plus un enfant... et il refusait qu'on insulte ses préférences ! Surtout lorsque celles-ci étaient particulièrement tournées vers Ayano... Il dépose doucement un petit baiser dans le cou du jeune homme alors qu'il entend finalement sa mère assurer à son père qu'elle va mettre Ayano dehors. Lorsqu'il entend ça, Takuya serre un peu plus fortement le jeune homme contre lui.

- Il l'a mal, très mal pris... Je connais mon père. Il va m'ignorer pendant je ne sais combien de temps ! Je t'en pris, amène-moi avec toi... Ils ne peuvent pas me forcer à rester ici, de toute façon...

Ayano soupire, serrant son petit homme contre lui et lui caressant le dos dans un mouvement appaisant. Il y a un petit toc toc à la porte et cette dernière s'ouvre sur un tout petit bout de femme qui a un petit sourire gêné aux lèvres. Ayano lui demande une petite minute et la femme acquiesce en disant qu'elle l'attendait à l'entrée. Ayano repousser légèrement Takuya pour prendre son visage entre ses mains et venir déposer un baiser appuyé sur ses lèvres avant de reprendre la parole :

- Je pourrais, mais ça agravrait la situation... Ton père t'en voudrait encore plus... Et ta mère doit vouloir te parler ou du moins voir que tu vas bien. Takanori doit pas être bien non plus de la réaction de ton père, il a besoin de toi aussi.

Avec calme et tendresse, Ayano vient replacer quelques mèches brunes avant de glisser son pouce sous une paupière pour récupérer un petite larme prise dans les longs cils.

- On se voit toujours demain, tu viens toujours passer tous les week end avec moi. Demain soir il y aura Akira et ton frère mais ils s'en iront dans la nuit ou samedi... Et nous aurons tout samedi et dimanche, rien que pour nous... Ok...?

Takuya force un petit sourire, même s'il a du mal à rester connecter aux paroles de son amoureux, stressé qu'il est. Il fini par glisser doucement une main sur le ventre de son chéri, jusqu'à revenir caresser brièvement le membre de celui-ci par-dessus ses pantalons.

- Je suis désolé.... Je me rattraperai dès demain. Je me fiche que Taka et Aki soient là... Je vais t'enfermer dans la salle de bain et te faire hurler de plaisir, mon ange. Pour me faire pardonner les allures de rustre de mon père...

Ayano a un petit rire amusé avant de hocher positivement la tête, précisant, malicieux :

- On va donner tout plein d'idées à Aki et Taka !

Il vient à nouveau déposer un baiser appuyé sur les lèvres de Takuya avant de faire un pas en arrière récupérant son sac et sortant déjà le paquet de gâteaux pour les grignoter en chemin. Ayano revient finalement près de Takuya et puisqu'il lui semble très important de rassurer le jeune homme dans cette situation, il n'éhsite pas à brûler quelques étapes peut être en affirmant :

- Je t'aime, Takuya Matsumoto. Alors sois sage d'ici demain.

Takuya se mordille la lèvre inférieure, le souffle coupé par une telle révélation. Il serre le jeuen homme dans ses bras, le coeur battant, étrangement rassuré, pourtant.

- Je te le promet. Maintenant file... et ignore mon père... Il a peut-être retrouvé sa langue. Moi, en tout cas, je ne l'ai pas perdue et elle n'attend que demain pour continuer son travail, mon amour...

Il sourit doucement, revenant chercher un baiser sur les lèvres de son amoureux. Puis, il le repousse doucement, pour le forcer à quitter les lieux.

- À demain... Pense à moi ce soir...

Ayano a un petit clin d'oeil pour Takuya, lui... Donnant un gâteau de soja juste avant de partir. Oui bon... ca restait Ayano hein... Il file dans le couloir, se faisant arrêter par Takanori qui l'interroge du regard. Il lui fait un petit sourire réconfortant, sans rien dire et dégage finalement son bras, non sans lui avoir donné, à lui aussi, un gâteau... Takanori reste un peu bête avec son gâteau au milieu du couleur et Ayano vient jusqu'à l'entrée. Le père de son copain ne s'y trouve pas, seulement sa mère et Ayano lui propose à elle aussi un gâteau qu'elle refuse poliment bien que visiblement désappointé. Elle s'excuse même de le mettre ainsi à la porte et Ayano la rassure d'un sourire et d'un petit haussement d'épaule, lui assurant que ça irait peut être mieux... Un jour. Elle hoche positivement la tête avant de refermer la porte sur lui... Ayano reprend le chemin de la plage, tout doucement, sans se presser cette fois... Et il ferait peut être un saut par chez Aki à tout hasard, histoire de le mettre au parfum...

Takuya observe un moment la porte qui se referme derrière Ayano. Il reste figé pendant quelques longues minutes, gâteau à la main. Et finalement, il le lance sur son lit en soupirant. Il sort rapidement de sa chambre pour se diriger vers celle.. de son petit frère. Il ne lui restait plus que lui pour le comprendre dans la maison ! Encore une fois, sans frapper, il entre rapidement dans la pièce, mais cette fois, il est presque certain que Taka ne dira rien. Il ferme derrière lui, puis se laisse tomber sur le matelas. Il se recroqueville, son regard posé sur son petit frère.

- Qu'est-ce qu'il a dit...?

Takanori était... En fait, s'il avait dût dire comment il se sentait à ce moment là, il aurait juste dit qu'il avait froid. Voilà qu'il était planté au milieu de sa chambre, fixant le mur mitoyen entre la sienne et celle de Takuya en se demandant s'il devait s'y rendre. Entre ses mains, un gâteau de soja qu'Ayano lui avait donné pour il ne sait quelle raison et dans sa poitrine, son coeur qui battait non pas vite, mais très fort. Il avait même un léger claquement de dent, signe de sa nervosité. Et quand sa porte de chambre s'ouvre d'un seul, coup, il sursaute avant de se raidir... Puis de se calmer en voyant son frère aller se poser sur son lit. Et cette fois, il ne songe même pas à l'engueler en lui rappelant qu'il est bon de frapper avant d'entrer. Surtout qu'en fait, présentement, Takuya devait ^tre plutôt d'accord avec ça... Taka vient s'agenouiller devant son lit, à hauteur du visage de son frère et repoussant une mèche brune il répond docilement à sa question.

- Papa ? Qu'Ayano était un vrai poison, qu'il pensait en être débarasser mais que non, qu'il revenait te tourner la tête avec ses bêtises. Maman a demandé ce qui se passait et papa a répondu...

Il hésite longuement sur le mot, rougissant légèrement avant de poursuivre honnêtement :

- Il a dit qu'il n'avait pas élevé des sodomites et que ça te passerait pour peu que maman et lui soient plus vigilants...

Takuya observe avec insistance Takanori pour l'inciter à parler. Et lorsque son frère le fait, l'aîné se raidit. Ses yeux brillent un court moment d'une lueur blessée, puis il détourne carrément le regard.

- Et le point G masculin, c'est du vent ?!

Ouais... il y aurait probablement eu mieux à dire que ça à ce moment précis, mais... quand même ! Et puis il est sur les nerfs, chamboulé, blessé... Il ne veut pas entendre de tels propos de la bouche de son père, bon sang !

- Toi tu sais que j'aime Ayano... et qu'il n'y a rien de séduisant à observer une immense poitrine bondir dans tous les sens... Rien à foutre....

Takanori hoche la tête de façon positive avant de pousser un peu son frère pour qu'il lui fasse une place sur son propre matelas. Il se pose donc près de lui, l'observant un moment sans rien dire avant d'oser demander, puisque Takuya en avait parlé le premier :

- C'est comment...? Le sexe je veux dire... J'ai entendu... Hé bien... Le mur est pas très épais...

Takuya a un petit sourire en coin. Il se pousse, laissant son frère s'installer près de lui.

- Tu te rends compte que ça va être de ma faute si t'es gay, là ?

Il laisse échapper un petit rire limite mauvais, mais se reprend rapidement, songeur. Il pousse un petit soupir avant de finalement assurer :

- Pour commencer, faut que tu saches qu'il n'y a rien de mieux que le sexe avec l'amour. J'ai... jamais vraiment fait ça par amour, juste par envie et par besoin. Mais ce soir, j'avais l'impression d'avoir des ailes alors qu'on a presque rien fait... Et je sais que je vais en rêver pendant des jours.

Takanori a un petit air embêté que Takuya signale que pour leur père, à tous les coups, se serait de sa faute si lui même affichait ses préférences. Ce qu'il finirait par faire parce que Taka était un bien piètre menteur et qu'il avait du mal à ne pas partager son bonheur avec les gens qu'il aimait... Et finalement il rougit encore quand Takuya répond à sa question. Néanmoins, elle ne lui en fait que s'en poser d'autres et tout aussi sage que curieux il s'enquiert :

- Mais tu connais Ayano depuis longtemps... Tu es amoureux... Comme ça ? Tout à coup ?

Ca l'arrangerait bien que ça puisse fonctionner comme ça vu sa relation avec Akira qui "n'était peut être pas autant sous le charme que lui parce qu'il ne l'avait jamais regardé comme ça avant"...

Takuya sourit doucement, peut-être un peu nostalgique. Qui sait ce qui serait arrivé s'il s'était ouvert les yeux un peu plus tôt ? Néanmoins, il préfère encore mettre les questionnements inutiles de côté pour le moment. Après tout, il avait bien d'autres problèmes sur les épaules présentement. Il glisse une main dans les cheveux de son petit poison préféré en soupirant, hochant la tête de gauche à droite.

- Non... Ça n'arrive pas comme ça, d'un coup. Ça faisait longtemps que Ayano me plaisait. Et le contraire était encore plus vrai, visiblement. Mais... mais j'avais peur de tout faire foirer. Je pouvais pas me permettre de perdre un ami comme Ayano.

Il soupire, relâchant son petit frère pour se tourner sur le dos.

- Si t'as d'autres questions... c'est vraiment le moment. Avant qu'on me tombe dessus...

Taka a une petite mine un peu déçue devant la réponse que son frère lui fournit. Mais il comprend... Et puis pour Ayano, il savait qu'il était gay. C'était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase de leur père. Il n'avait que 10 ou 11ans mais il se souvenait encore d'un Ayano dans la lune qui à table, avait lâché cette information entre un "je peux avoir le sel s'il vous plaît ?" et un "Ce plat est délicieux Matsumoto-san". Dans un sens, le calme et la tempérence habituelle d'Ayano ne pouvait que séduire le caractère emporté de Takuya non...? Ca lui faisait un endroit où se reposer... Quelque chose comme ça. Taka observe encore son frère, ne sachant pas par où commencer niveau question... De fait, il va à celle qui est la plus importante pour lui ce soir et qu'il n'oserait jamais poser en temps normal... Mais ce soir, les choses n'étaient pas normales : son frère venait d'être forcé à faire son coming out...

- Il y a... Ce garçon qui me plaît... Mais il a beau me dire qu'il me trouve à son goût... M'avoir embrassé... Il n'est pas sûr et il y va à reculons, ça fait mal... Il a dit qu'avant que je ne fasse un pas vers lui, il n'avait jamais envisagé de me voir comme une relation privilégier... Et que je devais lui montrer ce côté de moi... Mais je sais pas du tout comment faire...

Dieu... Takuya n'était pas certain de ce qu'il ressentait présentement. Il glisse doucement une main sur le front de son petit frère, repoussant une mèche blonde pour bien voir ses yeux. C'était difficile de voir son petit frère grandir ! ...Il avait probablement autant envie de frapper ce type inconnu pour lui faire ravaler ses paroles débiles à propos de son petit frère que de décourager Takanori. Finalement, il passe par-dessus ses petites colères de grand frère, répondant avec calme à Taka.

- Peut-être qu'il a peur de l'engagement ? Ce n'est pas rare à notre âge... moi le premier. Mais tu sais, c'est pas parce que je repoussais Ayano qu'il ne me plaisait pas. Ça paraît con, mais reste toi-même. C'est le plus important. Bon... toi-même avec quelques morceaux de vêtements bien sexy... T'es prêt à quoi côté "charmes", Taka ?

Heu... A quoi côté charme...? Takanori finit par se lever pour observer autours de lui sa chambre. Pointant son placard, rassuré d'avoir les bons conseils de son aîné, il déclare :

- Vêtement ! Tu te souviens le pantalon en cuir que tu m'as donné l'hiver dernier ? Je l'ai toujours et quand il l'a su, ça a semblé faire son effet ! En haut... Je sais pas... J'ai de jolis souliers de ville, quelques bijoux... Et j'ai fais des progrès monstre grâce aux filles du club pour me maquiller ! Ensuite... Sur le comportement...

Takanori a un petit gémissement défaitiste, se laissant tomber assit au sol en regardant son frère avec un air suppliant :

- Aide moi... S'il te plaît...!

Taku se redresse, observant son petit frère en levant les yeux au ciel. Il se lève complètement, faisant quelques pas dans la pièce, songeur. En bas, ça tempête... Au moins, présentement, il se changeait un peu les idées quoi. Finalement, il fronce les sourcils, demandant :

- Je le connais ce type ?

Il soupire, se laissant tomber sur le lit en faisant la grimace.

- Il y a dix minutes, j'aurais probablement tempêté à ce propos mais là... là je sais c'est quoi qu'on approuve pas nos sentiments...

Takanori se raidit à la question de Takuya, avalant sa salive avec difficulté. Il hoche la tête de bas en haut, non pas pour dire que Takuya connaît le garçon en question mais pour signaler qu'il avait bien comprit. C'est vrai que là, Taku avait dût l'avoir rude... Et à entendre batailler en bas, se serait ensuite le tour de Takuya de se faire disputer. Et lui ensuite, un peu, parce que son père l'avait accusé de savoir sans rien dire. Mais ça restait Takuya qui allait devoir justifier ses sentiments... Catastrophe...

- Oui... Mais il a un peu peur que je le dise...

Il relève les yeux et ajoute :

- Moi aussi du coup.

Non seulement parce que si son père l'apprenait, il allait aussi mal réagir qu'avec son aîné... Mais aussi parce qu'il ne voulait pas se fâcher maintenant avec Takuya qui était devenu son lien le plus proche suseptible de l'aider...

Takuya soupire en se redressant. Il se met sur ses pieds alors qu'un "TAKUYA !!" retentissant se fait entendre à l'étage. Son père avait du coffre quand il voulait...

- Tu fais ce que tu veux de tes fesses, Taka... Moi je vais essayer de convaincre les parents de la même chose là... De toute façon, je suppose que je vais l'apprendre assez tôt si tu ne veux pas me le dire...

Takanori se raidit alors qu'en bas, leur père invective son frère à descendre. De fait, il ignore superbement la remarque de son aîné au sujet de l'élu de son coeur et quand il se redresse, le retenant juste une seconde, c'est pour lui demander :

- J'ai vu que tu avais prit un film. Je peux venir le regarder avec toi ce soir, dans ta chambre ?

Takuya opine brièvement. Il glisse une main tremblante dans les cheveux de son petit frère avant de finalement quitter la chambre sans rien ajouter. Takanori viendrait l'y rejoindre pendant la nuit. Et il y avait fort à parier qu'ils finiraient la nuit dans le même lit, comme ils le faisaient souvent plus petits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

6. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: GazettE au Lycée-