Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 37. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 697


MessageSujet: 37. À corriger   Lun 6 Déc - 17:04


Natsuki était devant la télé, affalé dans le canapé, jambes écartées dans une attitude typiquement masculine... Dans une main, il triturait les fils dépassant d'un des trous dans son jean et de l'autre, il tenait une télécomande avec laquelle il zapait. En fait, il ne passait que sur des chaînes d'informations. Si si, sérieux... Et dès que c'était la pub ou un autre truc, il zapait sur toutes les chaînes à nouveau. Le son n'était pas très fort, respectant ainsi le calme qui reignait dans la maison. Depuis que Makoto allait un peu mieux, et malgré qu'il aurait préféré qu'ils restent encore un peu quarantaine, il avait été décidé que Ryo ou lui -ou de façon ponctuelle, Kenji- soit présent dans une des pièces communes ou tout au moins pas "caché" dans la maison, à seule fin de rassurer les plus jeunes et d'affirmer leur position auprès des autres. Et là... Ben c'était son tour. Kenji avait visiblement prit du temps pour son infirmier et Ryo... Ben comme il avait vu passer Lust, il savait pas trop ce que Ryo faisait pour l'heure... Bref...

Makoto était dans le salon aussi. Il avait meilleure mine que ces derniers jours et au moins depuis peu il semblait avoir arrêté l'envie de le faire tourner en bourrique ou de l'insulter d'une façon ou d'une autre. Il mangeait sans appétit aucun un truc que Natsuki avait sortit du frigo, prenant bien soin d'y mettre de quoi lui redonner un peu la forme, un truc plutôt sain quoi. Ils ne parlaient pas pour l'heure, l'un grignottant du bout des dents, l'autre zappant... A l'extérieur on entend un aboiment joyeux du chien de Mao et Natsuki a un bref sourire. De la fenêtre, il avait apperçu le jeune homme et Junya. Et vu les attentions et les gestes de l'un envers l'autre, ça semblait se passer plutôt carrément bien. Et en fait, c'était stupide à dire, mais ls voir si joyeux dans le jardin, lui avait donné -à lui comme à d'autre il en était certain- un peu de chaleur. Tout n'allait pas complètement mal. C'était sans doute une leçon à tirer de ce drôle de couple là... Finalement, Natsuki tourne les yeux vers Makoto :

- Alors ? Comment tu te sens ? Prêt à bientôt réintégrer tes quartiers...?

Makoto piochait dans une assiette de crudités avec presque dégoût. Depuis quelques temps, la nourriture lui semblait tellement fade... C'était encore pire maintenant. Et pourtant, il savait fort bien qu'il retrouverait bientôt le goût. Mais là... là non, ça n'allait pas. Il n'avait pas faim et rien ne l'aidait à manger. Il soupire, continuant néanmoins à gignotter un céleri du bout des dents. Mauvais choix, probablement... Le céleri était bien le seul aliment qui fait perdre plus de calories qu'il en fait gagner ! Et présentement, c'était pas mal ce qui lui manquait, des calories... D'ailleurs, un peu de graisse en plus lui aurait été tout bénéfique. Néanmoins, pour l'heure, Makoto n'avait pas envie de se remplumer. Il était cependant de bien meilleure humeur et même qu'il avait la décence d'être gêné des derniers jours qu'il avait fait passer à Natsuki. L'homme était vraiment patient, parce que Makoto lui avait hurlé des idioties par la tête et ce, sans ménagement. À présent, le manque se faisait beaucoup moins sentir. Il allait mieux.

Makoto relève la tête lorsque Natsu lui parle. Il lui offre un joli sourire avant de finalement prendre une carotte pour... la glisser entre les lèvres de Natsuki !

- Tiens, bouffe.

Vous savez genre "le chien passe sous la table et hop, on lui file un truc dégueux !". Ça partait presque d'une bonne intention...

- Je vais mieux. Beaucoup mieux... Mais j'ai hâte de retourner au grenier.

Il frissonne à ces paroles. Vrai qu'il faisait drôlement froid ici, bon sang ! Il resterait peut-être frileux... Soupirant, Makoto ajoute néanmoins, réaliste :

- Par contre... il faudra faire le ménage avant...

Natsuki lève une main pour récupérer le légume après avoir croqué dedans, reposant ce qui reste dans l'assiette de Makoto. Il hoche la tête de façon positive à ce que le jeune homme lui dit avant de lui faire remarquer :

- Mais ça va te faire du bien... D'avoir une activité, de faire le ménage dans ta chambre, virer tout ce qui ne doit plus s'y trouver...

Makoto opine brièvement, songeur. Et finalement, il ajoute :

- Mais je vais avoir besoin d'aide... Juste pour... être sûr, quoi...

Il sourit doucement à Natsuki, essayant cette fois de lui faire bouffer un navet cru.

- Mange, c'est bon pour toi !

Natsuki lève les yeux au ciel avant de repousser la main qui vient vers lui.

- Non merci, je me suis prit une bonne part de pizza, ça me suffit bien largement merci !

Puis pour en revenir au soutient, il opine à nouveau :

- Tu en auras, suffit de demander. D'ailleurs, à ce sujet...

Natsuki s'interrompt une seconde, se demandant s'il aurait l'air crédible malgré que se soit la stricte vérité :

- Lu... Maiya à drôlement prit sur lui pour enfin sortir de la chambre de Ryo. Ou alors Ryo l'a enfermé dehors avant de partir, va savoir... Bref, je l'ai croisé et il a demandé de tes nouvelles.

Makoto cligne un moment des yeux, hébété. Il a encore le morceau de navet dans les mains. Et lorsqu'il s'en rend compte, il le pose sagement dans l'assiette, la déposant finalement sur la table basse en face d'eux. Parce qu'il ne faut pas se leurrer... Les crudités lui sortaient déjà par les oreilles... Il observe un moment Natsuki sans rien dire. Eh bah... Maiya - d'après Natsu, il fallait l'appeler comme ça maintenant - était sortit de la chambre de Ryo, mais en plus, il avait demandé de ses nouvelles ? Finalement, un petit sourire glisse sur les lèvres du Japonais. C'était agréable à savoir. Ryo devait être content de voir que Maiya faisait des efforts ! Néanmoins, Makoto est un peu gêné à l'idée que Maiya sache pour lui... Finalement il soupire, s'adossant un peu plus confortablement au canapé, sans quitter Natsuki du regard.

- J'irai le voir bientôt. Et toi, Natsuki, tu vas bien ?

Il hésite un moment avant de finalement continuer :

- Je sais que tu as mis ta vie en stand by à cause de moi...

Natsuki hausse les épaules, levant le bras qui tend la télécomande pour zaper encore une fois.

- Ca va, ça gère. je suis passé à l'hôpital hier soir pendant que tu dormais.

Il précise ensuite, comme si ça lui semblait très important :

- J'avais demandé à Junya de surveiller que tu n'avais besoin de rien.

Il en revient ensuite au premier sujet, à savoir l'hôpital.

- Ils tiennent le choc. Le doc à dit qu'Izumi n'aurait plus jamais vraiment toute la mobilité de sa main droite, les dégats lui semble irréparables, même avec une très bonne chirurgie et un très bon suivit, ce qu'on a déjà pas.

Makoto reste silencieux un long moment encore. Et finalement, à l'exposé de ces malheurs, il glisse doucement une main sur le canapé jusqu'à la cuisse de Natsuki. Pas dans le but de lui toucher la cuisse, non, mais pour prendre la main qui y repose dans la sienne.

- C'est horrible... C'est le genre de truc que je peux pas comprendre ça, Natsuki. Mais il faut faire avec, hein...?

Il n'attendait pas vraiment de réponse, la connaissant déjà de toute façon.

- J'ai eu la peur de ma vie cette nuit là. J'ai fais des cauchemars effroyables. Et je m'en veux encore de ne pas avoir été là. Le soulagement, lorsque tu es revenu...

Natsuki hoche positivement la tête, n'acquiescant à rien en particulier, se contentant simplement de serrer brièvement dans la sienne la main venue jusqu'à lui. Certains de leurs jeunes les faisait encore d'ailleurs les cauchemars. Mais fallait surtout pas rester là dessus et redémarrer, c'était important pour le moral des troupes.

- Mais moi ça va. J'aimerais bien que tout le monde se détende un peu pour être honnête. Qu'ils prennent de la graine de Jun et Mao tiens. ca nous ferait du bien. Ou Même de Kenji et de son nouveau Jules. Enfin bref, qu'ils fassent des choses gaies, je sais pas quoi. D'ailleurs te voir mettre le nez dehors va sans doute être bénéfique aussi, d'autant que tu as un peu meilleure mine quand même.

Makoto remercie Natsuki à mi-voix. Il emmêlent ses doigts à ceux de l'homme, le coeur peut-être un peu plus battant qu'à l'habitude. Il observe Natsuki, hésitant. Il lui prenait de drôles... d'envie face à Natsuki. Rien d'énorme... Envie de le prendre dans ses bras, de passer plus de temps avec lui si possible, de le toucher du bout des doigts juste pour sentir sa chaleur, de le faire rire... Makoto essayait de se raisonner. Natsu en avait fait beaucoup pour lui. C'était probablement de là que ça venait et ce n'était pas des sentiments sincères. Et pourtant, il se sentait drôlement léger présentement...

- Je compte reprendre du service bientôt... Très bientôt... Je suis content pour Mao, ceci dit. Jun est un garçon comme on en fait plus.

Natsu a un léger froncement de sourcils devant l'attitude de Makoto mais il ne comment pas, se contenant d'acquiescet à nouveau. En fait pour être honnête, il était crevé. Mais genre vraiment vidé de son énergie quoi. Nouvelle séance zapping avant de s'arrêter sur une nouvelle chaîne.

- Ouais... Mao et Jun, Ryo et Maiya, Kenji et Shino... Parfois Shion (je sais plus si je lui avait déjà donné un nom...) me manque quand je vois tout ça. C'est un peu pesant la solitude.

Puis avec un petit sourire il en revient à Makoto :

- Tu vas rerentrer dans la course, attention, ça va se bousculer.

Makoto relâche doucement la main de Natsuki à la mention de son ex copine. Ah oui... Shion... Il l'avait presque oubliée. Il avait déjà entendu Natsuki complimenter le physique d'un homme, mais de là à assurer qu'il était bisexuel... Il osait l'espérer sans vraiment y croire, finalement. Makoto se racle la gorge, un petit sourire mal à l'aise aux lèvres. Il hausse les épaules, faisant remarquer :

- Je n'ai pas la carrure de Kenji ou encore la grâce de Junya... Je crois que bien d'autres vont se voir conter fleurette avant moi...!

Natsuki a un petit rire l'air de dire "tu rigoles ?" et puis comme non, visiblement Makoto semble sûr de lui, Natsuki lève le yeux au ciel.

- Makoto... Regardes les tous là... Ils se ressemblent pas du tout, ont tous un physique bien à eux, un genre unique... Et ils trouvent tous chaussures à leur pied. Tous. Ca viendra pour toi aussi. Et pour moi. Quand je vois les amourettes récentes, que se soit Ryo, Kenji, Mao et même Haku... Je me dis que sérieusement, ça tombe toujours là où tu le cherche pas de toute façon. C'est pas des blagues. Et t'es pas dégeu bien que t'en semble convaincu, t'es même plutôt très mignon à regarder alors keep cool.

Plutôt mignon à regarder... Makoto lance un petit regard mi-dubitatif, mi-blessé à Natsuki. Néanmoins, il préfère encore éviter le sujet... Il aurait aimé plaire bien plus que ça à Natsuki, c'était un fait... Mais peu importait. Il ne pouvait pas changer ce genre de truc...

- Et toi, tu vas aller piocher dans les jolies demoiselles hors de ces murs ? Tu vas détonner avec les couples presque tous gays.

C'était dit sur un ton "presque" joyeux.

Natsuki a un petit rire devant cette dernière affirmation et en définitive, il hausse à nouveau les épaules :

- J'en sais rien, on verra ce que l'avenir me réserve à moi aussi. Je suis pas pressé...

Puis, commençant à en avoir un peu marre de zapper, Natsuki vient carrément éteindre la télévision avant de désigner l'assiette même pas entamé à moitié.

- Sérieux tu veux rien manger de plus ? Faut reprendre des forces sinon ça ira jamais mieux hein...

   
Makoto laisse échapper un petit soupir las alors que Natsuki s'intéresse à ce qu'il y a dans son assiette. Il n'avait pas faim... Il mangerait plus tard, tout simplement. Néanmoins, levant les yeux au ciel, il étire la main pour attraper le bout de carotte que Natsuki n'avait pas terminé et commence à le mastiquer.
   
- Hmm... alors monsieur ne sait pas s'il préfère la douceur féminine ou le charme masculin ? C'est bon d'avoir l'embarras du choix !
   
Makoto laisse échapper un rire cette fois bien franc, donnant un petit coup taquin sur l'épaule de l'homme tout en lui faisant un petit clin d'oeil.
   
Natsuki a un petit sourire amusé avant de rectifier :
   
- C'est pas ce que j'ai dit...
   
Tout ce qu'il avait dit, c'est qu'il ne savait pas ce qu'il allait faire... S'il allait aller piocher dans ces demoiselles hors de ces murs, qu'il n'était pas pressé. Makoto allait un peu vite en besogne ce soir !! Néanmoins ça le fait plus marrer qu'autre chose faut bien le reconnaître.
   
- Tu devrais profiter que tu te sente mieux pour aller prendre un peu l'air, un bain, faire des trucs qui vont te détendre après le stress des derniers jours.
   
Makoto opine brièvement, un peu à contre-coeur. Il se sentait bien présentement, pourquoi. Rieur, peut-être un peu mal à l'aise, il se lève avec précaution, comme il avait appris à le faire récemment. Les gestes les plus anodins étaient devenus de dures tâches... mais c'était de moins en moins pire ! Glissant ses mains dans ses poches, faisant un pas sur le côté.
   
- Ouais... Avoue que tu veux te débarasser de moi !
   
Il tire la langue à Natsuki avant de reprendre, plus sérieux cette fois :
   
- Non, mais c'est normal. C'est pas facile d'endurer un idiot de junkie 24 heures du 24.
   
Natsuki garde un sourire discret en observant Makoto se lever. Mais la plaisanterie n'a pas du tout pour effet de le faire rire. D'ailleurs, avant de faire la moindre explication, il juge bon de rappeler, pratique :
   
- Ex junkie.
   
Parce que si Makoto n'était pas sevré à 100% les grosses crises de manque où il perdait la tête étaient elles passées. Maintenant fallait apprendre à vivre avec l'envie de succomber à la tentation. C'était un apprentissage qu'on avait tous fait enfant et que n'importe quel drogué, peu importe à quoi, devait réapprendre. Et Natsuki était prêt à reconnaître que c'était difficile.
   
- Et je ne cherche pas à me débarasser de toi. Je crois juste sincèrement que prendre l'air, voir d'autres personnes pour toi qui est quelqu'un de sociale en plus et te détendre serait une bonne idée, pour récompenser tes efforts.
   
Makoto opine brièvement, même s'il n'est pas convaincu pour autant. Mais il veut bien reconnaître que ces derniers jours ont été plus que constructifs, même si terriblement difficiles. Makoto s'approche de Natsuki. Il courbe sa longue silhouette pour se pencher sur l'homme, posant ses mains sur les cuisses engoncées dans un jeans troué pour ne pas tomber. Puis, le plus naturellement du monde, il vient déposer un baiser sur le front de l'homme avant de se redresser.
   
- Il n'y a qu'un homme comme toi sur Terre, Natsuki. Et je plains ceux qui n'ont pas la chance de te cotoyer.
   
Natsuki ne bouge pas, se laissant faire lorsque Makoto dépose un baiser sur son front. Il a un petit sourire sous le compliment, agrémentant le tout d'un petit signe de tête pour le remercier et avant d'oublier il ajoute :
   
- Ryo et moi avons bavardé, peut être que tu devrais donner tes tâches de deal à quelqu'un d'autre. A toi de décider qui. Et tu prendras un autre de nos secteurs d'activités. Parce que tu aurais beau être sevré depuis 10ans la tentation reste toujours la tentation.
   
Makoto cligne des yeux un moment, hébété. Il entrouvre les lèvres, puis les referme. Changer... de secteur ? Il a un rapide regard à l'arrière, observant Mao par la fenêtre. Celui-ci l'aperçoit et lui fait un joli sourire. Makoto lui répond avec un signe de tête et un petit sourire, mais en revient rapidement à Natsuki.
   
- Pas maintenant, Natsuki... Les jeunes n'ont pas besoin d'un changement du genre pour le moment. Il faut qu'ils gardent une certaine stabilité...
   
Natsuki suit rapidement le regard de Makoto à l'extérieur, sur Mao et Jun et finalement il en revient à Makoto, acquiescant mais jugeant bon de préciser :
   
- Pas Mao Makoto. Tu vas trouver ça horrible mais on peut pas se permettre quelqu'un à ce post alors que demain il va peut être disparaître. Mais tu as le temps d'y penser, ne t'inquiète pas.
   
- Je sais, Natsuki.
   
Makoto soupire, glissant une main dans ses cheveux. Pas Mao... Non, il savait...
   
- Mais c'est ... tellement celui qu'il nous faudrait. Tu le sais bien...
   
Nouveau hochement de tête. Mao avait le bon côté qu'il avait déjà une mine qui rassurait leurs clients habituels, ils avaient l'habitude de le voir lui et son chien. De fait, ce même chien était plutôt dissuasif... Avec ça, il ne se droguait pas, ou juste un peu de canabis de temps en temps mais de façon thérapeutique et même s'il n'aimait pas trop nouer des liens, il avait su prouver durant l'absence de Makoto qu'il était capable de gere. Mais non. Ils ne pouvaient vraiment pas se le permettre. Néanmoins il suggère :
   
- Trouve un suppléant qualifier qui sera secondé par Mao. Et ce dernier nous servira de liaison le temps que ton successeur trouve ses marques. Le tout c'est que celui qu'on nomme ne change pas trop rapidement, comme tu l'as si bien dit, nous avons besoin de stabilité. Mais à nouveau je te le répète, rien ne presse. Pour le moment, tout va "bien" si je puis dire, rassure toi.
   
Makoto prend une profonde inspiration. Il opine brièvement avant de finalement demander :
   
- Et moi ? Qu'est-ce que je vais devenir, Natsuki ? Je ne sais pas me battre... Je sais contrôler les stocks, rassurer et guider les nouveaux... Je n'ai... Je ne sais pas ce que je ferais, sincèrement... Je ne veux pas être un poids pour Ryoshi.
   
Il balaie légèrement l'air devant lui, comme si soudainement ça n'avait plus d'importance.
   
- Non. Laisse tomber. On en reparlera, okay ?
   
Natsuki opine mais ne laisse pas complètement tomber. Oui, il était prêt à en rediscuter plus tard mais il fallait qu'une chose soit claire aussi...
   
- Ryo à besoin de souffle Makoto. Il a été énormément absent dernièrement et on a tous tout mit sur le dos de Maiya parce que c'était facile à faire mais vu le caractère de Ryoshi, c'est pas le genre qu'on prend en otage hein... Ca fait des années et des années qu'il se donne 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Moi je crois qu'il serait bon que tu prennes quelques unes de ses tâches... Histoire qu'il ai du temps pour vivre sa vie.
   
Makoto lance un petit regard inquiet à Natsuki. Il laisse échapper un petit rire amer et nerveux tout en glissant une main sur son bras. Ça... ça....
   
- Mais... je ne peux pas faire ça, Natsuki. Ça c'est... c'est à toi de le faire. Je suis là parce que Ryoshi m'aime, parce que je l'aime. Mais je n'ai rien d'un petit chef. Toi oui. Tu es né pour ça... comme Ryo...
   
Natsuki tranche, sévère histoire que Makoto arrête de se remettre en question en permanence :
   
- Et j'ai plus de tâche qu'il n'en faut. Surtout que c'est encore à l'étape du projet, mais Ryo envisage d'acheter une autre maison. Si le projet se fait, je vais rester ici. Il aura besoin d'un nouvel aide de camps compétent là où il ira et nous sommes d'accord lui et moi pour dire que tu corresponds à ce post.
   
Makoto déglutit avec difficulté. Il ne se sentait pas nécessairement à l'aise dans cette situation... Il ne comprenait pas pourquoi Natsuki et Ryoshi voulaient mettre autant de responsabilités sur son dos. Après tout, il n'était qu'un junkie qui avait été trop faible pour arrêter plus tôt. Finalement, le jeune homme soupire. Il glisse une main dans ses longs cheveux noirs, les renvoyant derrière ses épaules, puis glisse à nouveau ses mains dans les poches de son jeans.Et finalement, il réalise quelque chose :
   
- Ça... va être étrange de ne plus vivre près de toi, tiens...
   
Il hésite avant de finalement demander :
   
- Kenji va rester ici je suppose ?
   
A nouveau, un petit sourire discret revient flotter sur les lèvres de Natsuki et il hoche la tête de bas en haut à la question de Makoto.
   
- Oui, mais n'en parle pas encore autours de toi, le projet vient d'être entamé seulement. Tu as le temps Makoto, je vais t'apprendre ce que tu ne sais pas déjà ok ?
   
Makoto soupire, mais opine brièvement. Ses traits sont tirés, il est nerveux. C'était une grosse tâche que d'être le second du chef... Oh, il faisait déjà plusieurs tâches importantes pour Ryoshi, mais rien d'officiel... Finalement, l'homme fait quelques pas de côté. Il se penche pour attraper un petit morceau de jambon froid, levant les yeux au ciel tout en le montrant bien à Natsuki.
   
- Je mange ça, ok ? Et je vais dehors un peu... mais je restes autour de la maison.
   
Natukis acquiesce, satisfait de cette proposition et ravit de voir Makoto y mettre un peu du sien ! Après un petit clin d'oeil il récupère la télécomande, rallumant la télé.
   
- En cas de soucis, je ne bouge pas d'ici le temps que Kenji ou Ryo rentre justement, donc si besoin ben... Criez...!
   
Makoto laisse échapper un petit rire, opinant brièvement. Puis sans un mot de plus, il sort. Il mord dans le jambon, en avale la moitié, fais la grimace... puis lance le morceau à Anzu, saluant Mao qui est à présent seul. Wow... il avait l'impression d'avoir une vie...!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

37. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-