Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 1. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 698


MessageSujet: 1. À corriger   Ven 19 Nov - 16:57


Ryoma jete sans plus de considération son sac à dos plein à craqué de manuels scolaires aux pages raccornis avant de se laisser tomber lourdement sur un canapé. La classe ! Il ne savait pas trop qui partagerait cet appartement avec lui, mais il s'en fichait un peu. Les lieux en jettaient grave et il ne s'inquiétait pas vraiment pour cet autre ... collègue. C'était un peu difficile, pour quelqu'un qui travaillait toujours solo, de devoir se faire à un collègue, mais soit. Ce serait un peu comme au lycée. L'autre le regarderait travailler et s'assurerait de ne pas se mettre dans ses jambes. Okay... ce serait donc plutôt à l'inverse des travaux d'équipe au lycée ! Ryoma était un peu feignant à l'école, au plus grand damne de ses profs. C'était peut-être parce que malgré ses 17 ans, il gagnait déjà bien sa vie ? On peut difficilement faire autrement quand on est tueur à gage... Et l'un des meilleurs, merci ! D'ailleurs, il était présentement sur un gros coup. La présidence, carrément... et c'était la raison pour laquelle on lui avait collé un collègue...

Finalement, Ryoma se lève. Ce n'est que pour mieux laisser tomber sa veste d'uniforme sur le fauteuil en face de lui. Puis, il déboutonne quelques boutons de sa chemise et retire sa cravate. Ah ! C'était mieux ainsi... Dieu qu'il détestait l'uniforme scolaire ! Oh, il n'était pas complètement relâché. Sur le ménage, peut-être un peu... Mais il savait s'habiller avec goût et était fier de se pavaner. Juste... pas en uniforme scolaire ! C'était ringard au possible ! Ryoma soupire, se laissant à nouveau tomber sur le canapé. Il ouvre son sac scolaire, fouille deux secondes, puis sort d'une fausse doublure un pistolet. Il le glisse dans la ceinture de son pantalon. Au meme moment, des pas se font entendre devant la porte. Il tourne la tête juste à temps pour voir un mec entrer. Enfin... un mec. Il semblait assez jeune, peut-être à peine plus vieux que lui et était assez... efféminé. Ryoma arque les sourcils, observant l'autre d'un air dubitatif.

- Je m'attendais à une belle nana, vu le prénom, tiens... T'es qui ?

Non, la politesse, il ne connaissait pas... Sauf lorsqu'il le devait. Mais... c'était rare.

Hana était arrivé par l'avion de 17h20 en provenance de Beijin. Oui oui... En Chine. Il y avait été pour se mettre un peu au vert après un contrat qui ne lui avait rapporté que la moitié de la somme convenue. Pourquoi la moitié ? Simplement parce que les médecins qui avaient autopsiés le corps de sa victime n'avaient pas pu déterminer qui du poison ou de la balle qui lui était passé par la tête l'avait tué. Résultat ses employeurs avaient jugé que, n'étant pas certains qu'il en soit l'auteur, il devrait se contenter de la moitié. Alors comme l'orgueil et les goûts de luxe du japonais aux poisons avaient été froissés, il s'était offert un petit voyage en Chine ! Et c'est là bas qu'il avait été contacté pour un contrat plus intéressant que tout ce à quoi il avait eu droit jusqu'à aujourd'hui. L'empereur du Japon...? Beaucoup avaient essayé mais c'était encore plus compliqué que ça n'en avait déjà l'air...

Alors résultat, ses nouveaux employeurs sachant utiliser de gros chiffres pour l'attirer et ayant visiblement les moyens d'arriver à leur but, il se retrouvait affublé d'un "partenaire". Tout ce qu'il savait de lui c'était le nom sous lequel il répondait. Puisqu'ils devaient vivre ensemble, c'était probablement le minimum syndicale... Ses spécialités ? Son tableau de chasse ? Aucune idée... Et comme la méfiance était de mise, il ne dévoilait pas non plus ses cartes... Hana descend de son taxis et sort son cellulaire, s'assurant rapidement auprès des douanes puis de l'aéroport que ses valises arriveront bien d'ici la fin de la journée. Ho bien sûr, il avait une valise avec lui, là maintenant, contenant le stricte nécessaire... Mais ses plantes et autres petits accessoirs qu'il voulait avoir, puisqu'il allait rester là un mois, arriveraient avec un léger décalage. Un autre vol qui transitait pas la Corée, au cas ou, pour ne pas faire trop de liens... Bref...

Hana était ensuite monter à l'étage, s'arrêtant devant la porte et tirant de sa poche la clef qu'il a tôt fait de tourner dans la serrure avant d'entrer, déposant sa valise dans l'entrée et retirant son écharpe en soie et son manteau pour les poser dans l'entrée, posant un regard intéressé et légèrement méprisant sur le... Gamin... Qui était déjà là. Non... Pas possible... C'était un ado non ? Hana fronce légèrement les sourcils et un petit éclair sauvage luit dans son regard alors que "Ryoma" -ça devait être lui- lui dit qu'il s'attendait à une jolie fille. Il reste à distance respectable, à tout hasard avant de prendre à son tour la parole, légèrement acerbe :

- Je ne m'attendais pas à faire du baby-sitting non plus...

Ryoma lance un petit regard noir à l'homme. Hana. Tu parles d'un nom pour un mec ! Ses parents devaient être joliment timbrés ! Il se lève, observant l'autre d'haut en bas d'une lenteur toute calculée. Et finalement, un petit sourire en coin bien provoquant glisse sur ses lèvres.

- Ce n'est pas très grave. Tu ressembles vraiment à une fille. On va dire que tu en es une, comme ça tout le monde est content.

Il lui décoche un grand sourire sur ce, bien fier de lui. Non mais eh ! Il était peut-être jeune, mais il assurait, lui...

- Alors, tu vas me servir à quoi ?

Un petit "ho !" indigné s'échappe des lèvres d'Hana alors que l'autre gamin l'insulte en lui disant qu'ils allaient faire "comme si" il était une femme. Non mais c'était quoi son problème ? Il en avait pas l'air ! Pas parce qu'il soignait son apparence et qu'il se permettait quelques petits extra qu'on devait l'associé à une nana... Ca l'énervait prodigieusement ! Et il devait vivre un mois avec ce type ? Ca démarrait très mal... Hana ignore la question, entrant tout à fait dans le salon, ne parvenant même pas à en profiter tant il est irrité. Il note le reste de l'uniforme qui lui confirme le jeune âge de son colocataire et un petit soupire amusé franchit finalement ses lèvres.

- Tu as bien fait tout tes devoirs Ryoma ? Se serait dommage que tu sois collé au milieu du travail...

Ryoma lève les yeux au ciel en grognant.

- Les blagues sur les étudiants, je les ai toutes entendues, merci. Alors garde ta salive pour quelque chose de plus important.

D'ailleurs, certains riaient bien... avant qu'il ne leur mette une balle en plein dans l'oeil. Il n'y avait pas meilleur tireur que lui. Et ce n'était pas pour se vanter !

- Alors poupée, tu es engagée pour le ménage, dis-moi ?

Oui, il était déjà énervé. Ça commençait si bien !

Hana a un petit regard aigu en direction de Ryoma avant d'aller s'installer dans un fauteuil, royal, croisant les jambes et lissant son pantalon sur le dessus de sa cuisse. Après une petite minute de silence il vient chercher dans sa poche sa "carte d'identité".

- Hana Urameshi à partir de maintenant "mon ptit". Et je suis engagée au service du conseiller. Enfin... J'ai un entretient dans deux jours. Autant dire que je suis engagé. J'ai donc presque un pied à l'intérieur déjà... C'est à toi de me dire à quoi tu vas bien pouvoir me servir... Tu espères visiter avec ton passe étudiant...?

engagé xD

(ça commence bien -))

Ryoma lance un petit regard vif à la main qui se tend. Mais finalement, il s'étire pour saisir la carte que lui montre l'homme. Il l'observe un long moment, pas certain que ce soit une vraie, mais soit. Ça lui importait peu qu'il s'appelle Hana, Kyoshi ou Jésus. Tant qu'il faisait son boulot... Le truc, c'est qu'il devait travailler avec ça... C'était pas cool. Il redonne sa carte à Hana avant de s'assoir dans le canapé à nouveau, l'oeil plus alerte.

- Alors quoi ? Tu couches avec tous les membres du conseil ? C'est ça ton emploi, "mon coeur" ?

Il pince les lèvres, demandant plus sérieusement :

- Je veux savoir ta spécialité. Tes aptitudes. La raison pour laquelle ta petite personne effeminée intéresse tant mes employeurs.

Il commençait sérieusement à lui taper sur le systèm le gamin à se la ramener sur son côté "efféminé". D'ailleurs, avant de répondre quoi que se soit il réplique :

- Parce que tu te prends pour un homme ? T'as finit de muer au moins ?

Puis se réinteressant à la question qui lui a été posée, ou plutôt "aux" questions, il prend le temps de répondre, parfois de façon beaucoup plus évasives.

- Mes methodes d'approche ne te regarde pas. Un magicien ne dévoile pas ses tours n'est ce pas...? Quant à mes spécialités, je maîtrise un art plein de subtilité. Je ne suis même pas sûr, à te voir et t'entendre, que tu saches ce que c mot signifie... C'est quoi ta technique à toi ? Ils meurent de rire en te voyant arriver ?

Plein de grâce et de maturité, tout sourire, Ryoma fait un doigt d'honneur à Hana. Il se relève, arrêtant cependant bien vite de jouer les gamins. Du moins, pendant une fraction de seconde. Il n'aimait pas savoir qui on lui avait collé dans les pattes... Son regard se durcit, ses traits aussi. Ses sourcils se froncent... Puis il reprend une mimique des plus gamines. Son âge avait bon dos, aussi bien laisser les choses en tant que tel. Tant que l'autre le sous-estimait, il n'avait pas l'aval sur lui.

- Tout à fait. Tu n'as pas peur de crever de rire ?

Il lève les yeux au ciel, faisant une petite grimace dégoûtée, puis attrape la sangle de son sac à dos... qui craque. Tout tombe sur le sol, soit cahiers, feuilles de papier chiffonnés, crayons, gomme à effacer, préservatifs... Ouais... Les rammassant rapidement, un peu gêné, Ryoma réplique vivement :

- L'infirmière est passée dans la classe aujourd'hui...

Pendant un bref instant, Ryoma devient une autre personne. Hana reste silencieux, l'observant avec circonspection. Il ne se laisse pas impressioner et pour une bonne raison : le côté double jeu, il maîtrisait très bien lui aussi. On devait le sous-estimer au moins autant qu'on devait sous-estimer cet adolescent. En tout cas, il devait être assez bon pour que leurs nouveaux employeurs mettent leurs talents en commun. Pas prêt de le dire à voix haute mais il pouvait encore le penser. Et justement, ses pensés sont interrompu par le sac à dos de Ryoma qui déverse sur le sol. Le bilogiste observe le contenu et quand le jeune homme s justifie à propos des préservatifs, Hana a un petit sourire très amusé et moqueur.

- Bien sûr, ils ne t'appartiennent pas. A ton âge, on en est encore à regarder ls filles dans les magazines plutôt qu'à réellement toucher au sexe.

Après un petit soupire las il reprend :

- Tu sais déjà comment moi je vais entrer. Et toi ?

Ryoma lance un regard mauvais à Hana qui semble s'en donner à coeur joie pour le rabaisser. Eh mais ça va ! Il ne "touchait" peut-être pas, mais il n'était pas complètement inculte non plus, merci ! Il laisse vivement tomber les préservatifs dans son sac, histoire de les faire disparaître. Il baffouille quelques insultes sans grande importance, puis commence à rammasser ses cahiers. D'ailleurs, il fixe un moment celui de math, se demandant comment il a pu atterrir là... Des maths régulières... C'est pas à lui ce truc. Il l'ouvre, le feuillète, puis finalement, le laisse tomber sur la table dans un petit grognement. Il avait encore pris le bouquin de Ginta plutôt que le siens... Ça commençait à être lourd. Il devrait ranger un peu mieux leur casier...

- J'ai pas le temps pour les nana... Les études et le boulot, c'est bien assez pour le moment !

Il gronde encore un peu avant de finalement répondre :

- Moi, j'entre à la dernière minute. Parce que je suis la dernière chose que ces hommes vont voir.

Ben voyons, à la dernière minute... Comme ça, dans l'endroit le plus sécurisé de tout le Japon peut être bien, sans connaître les lieux... Ses employeurs avaient perdu l'esprit, il ne voyait que ça...

- Et comment tu comptes faire ça Houdini ?

Un petit sourire amusé glisse sur les lèvres de Ryoma.

- J'irai dessiner les plans en journée.

Il perd cependant assez vite son sourire...

- Enfin... sur l'heure du midi...

Hana a un petit soupire en levant les yeux au ciel. Ben oui tien... A ce rythme là, ils auraient jamais assez de tout un mois...

- Je pourrais ajouter à ton plan les parties que je serais amené à traverser... Eventuellement... En fait, en travaillant bien, je peux sans doute nous faire entrer tous les deux... Mais...!

Parce que oui, il y a un mais...

- Tu t'occupes de la sortie. Au cas ou tu fouttrais tout par terre avec tes gros sabots, je veux pouvoir sortir.

Ryoma relève la tête vers Hana. Il lui lance un regard noir. Allons donc... Il pensait quoi ?! Que leurs employeurs avaient mis leurs efforts en commun pour rien ? Il était doué de son côté ! Plus que ça même !! Et ils sortiraient tous les deux.

- Tu vas rester en vie. Pour la simple et bonne raison que si tu meurs, j'aurai à moitié échoué.

Il laisse tomber ses trucs pêle-mêle dans son sac avant de se redresser. Le jeune homme croise les bras, gardant cet air sérieux un moment. Il étudie la silhouette fine devant lui avant de finalement demander et ce, sur un ton tout sauf railleur :

- Tu n'as pas une grande forme physique, n'est-ce pas ? Grimper quelques étages à l'aide d'une corde, éviter des rayons détecteurs... c'est pas ton truc, hmm ?

Hana se retient d'ajouter à "tu vas rester en vie", qu'il voulait que se soit également "libre". Mais ça coulait de source non...? Parce que sinon, c'était l'injection léthale qu'ils risquaient... Finalement, il n'a pas le temps de poursuivre sur le sujet puisque Ryoma tire ses petites conclusions tout seul. Non, il n'était pas sportif dans l'âme. Par contre il était très souple. Quant à grimper des étages à l'aide d'une corde... Bigre, ça ficherait en l'air sa manicure... Eviter des rayons détecteurs ? Il était souple oui mais n'avait pas l'entraînement et la concentration nécessaire à ce genr de pratique. Sûrement pas même.

- Non. Mon truc c'est de me faire ouvrir les portes qui mènent aux étages et de faire couper les rayons sur mon passage si besoin. J'en conclu donc que dans notre "collaboration", tu seras la main et moi le gant de velour...

Ils n'avaient pas le choix, n'est-ce pas ? Ryoma s'approche lentement d'Hana. Il se méfiait toujours, mais il était évident que s'ils ne se faisaient pas un minimum confiance, ils n'avancerais jamais. Alors il lui tend une main pour que l'autre la serre.

- Shalar.

Il en avait forcément entendu parler... Il signait ses crimes d'une balle dans l'oeil. C'était dégoûtant, à ce qu'on disait. Lui s'en fichait. Ça prouvait seulement qu'il savait drôlement bien tirer, surtout lorsqu'il était à une distance assez conséquente.

Han est comme foudroyé par le surnom qui sort des lèvres de Ryoma. Le regard qu'il lui lance est sans équivoque alors qu'il se redresse d'un coup, pointant un index accusateur sous son nom, s'emportant soudainement et snobant tout à fait la main tendue. Ha ! Forcément ! Shalar ! Celui qui lui avait vallu la moitié d'une paie ! Quel crétin de tuer un mort ! Parce que oui, obligé, il était déjà mort au moment ou il avait prit la balle !

- Idiot ! Tu ne sais pas voir un mort quand tu en a un sous les yeux ?!

Frustré, Hana se détourne pour aller vers un mini bar, y saisissant une bouteille d'alcool de riz et s'en servant un tout petit verre qu'il avale d'une traite, juste pour faire passer la colère.

(tu me laisse réagir avant de le faire expliquer ?)

(ok)

(merci)

Ryoma observe l'homme bondir sur ses pieds, les lèvres entrouvertes. W...Wow... Il lui faisait quoi là ?! Quant à l'exclamation qui se fait entendre, Ryoma n'en est que plus confus ! L'autre se dirige vers le mini bar pour... Prendre un verre. Carrément. Un petit sifflement admiratif franchit les lèvres de Ryoma au même moment.

- Eh bien... pas une nana, mais pas loin. Genre t'es dans tes SPM ...?

Il lève les yeux au ciel, tout de même couroucé.

- Bien sûr que je sais reconnaître un mort, imbécile ! Je vois mal le rapport, ceci dit !! T'en a caché un dans tes valises ?!

Hana fusille Ryoma du regard. Ho lui avec ses sous entendu sur son sexe, il commençait à lui courir sérieusement ! Peut être qu'il devrait envisager de se trouver un nouveau "partenaire" parce que celui là allait y passer à c rythme...

- Sugiyama était MON contrat ! Et à cause de toi et de ces incompétents du service des autopsies, j'ai été payé pour moitié.

- QUOI ?!

C'est un véritable cri du coeur ! Ryoma s'approche vivement de Hana pour saisir un de ses poignets, le forçant à se tourner complètement vers lui. C'était pas possible... C'était LUI qui lui avait valu la moitié de sa paye ?! Salopard de mes deux !!

- Lerne !!! Mais... Mais ! T'es pas une nana ?! Bordel mec, va falloir commencer à t'assumer un jour !

Il le relâche, un nouveau cri de rage franchissant le seuil de ses lèvres.

- Tu m'as coûté cher, salopard ! Tu sais que tes poisons sont assez moches, parfois ?! J'ai eu le temps de le buter avant qu'il ait l'air d'agoniser !

Du moins, c'est ce qu'il disait... Parce que franchement, il n'était sûr de rien sur le coup, l'homme semblant... endormit quand il avait tiré...

Hana a un petit cri, sortant de sa poche un cran d'arrêt pour se défendre, se doutant bien qu'il serait rapidement lui aussi menacé d'une façon pour le moins similaire. Du moins, pas à coup d'arme blanche dans le cas de Ryoma vu son arme de prédilection. Il s'insurge ensuite contre la remarque de Ryoma :

- Menteur, je sais très bien avec quoi je l'ai empoisonné ! Ca n'a pas dût être si moche !

Il affermit sa prise sur le petit cran d'arrêt, admettant :

- Ta balle traversera mon corps plus vite que ma lame mais elle au moins est enduite de suffisament de relaxant musculaire pour que ton coeur n'est plus la force de battre si je t'égratigne assez fort...

Ouais bon, ils étaient pas très avancé...

- Tu commences à me sur-gonfler avec tes allusions quant à mon sexe. Je suis un homme et j'en ai l'air. Ca m'arrange bien que tout le monde pense que je suis une femme. Et c'est toi qui m'a volé mon contrat, tu es arrivé en second !

Mais bon, il serait probablement toujours impossible de savoir ce qui avait effectivement tué Sugiyama...

Hana... ou plutôt Lerne sort un cran d'arrêt de sa poche. Et loin de sous-estimer l'assassin qu'il avait en face de lui - car ils n'étaient pas de simples tueurs à gage... - Ryoma brandit l'arme qu'il avait eu l'intelligence de glisser à sa ceinture un peu plus tôt. Le canon est rapidement pointé sur Hana et le chien poussé dans ce déclic qu'il connaissait tant et dont il raffolait. Mais l'autre ne semble pas décidé à ranger son jouet... et Ryoma gronde lorsque Hana lui affirme qu'il a fichu une de ses saloperies sur la lame. Bien sûr...

- Eh bien si ça t'arrange tant que ça que tout le monde croit que tu es une femme alors arrête de t'insulter pour rien ! Et puis si moi je suis arrivé en second, c'est parce que je n'ai pas besoin de prendre le temps de coucher avec mes victimes pour les abattre !

Il pousse un petit juron, son regard passant rapidement de la lame au joli visage de son vis-à-vis.

- C'est bon là... range ton cure-dent...! J'ai pas l'intention de te buter... Même si t'es qu'une ordure...

Hana ne bouge pas. Il n'abaisserait pas son arme le premier. Pas avec un type qui pouvait le buter depuis le fond de la pièce... Ca le mettait dans une situation toute délicate et de faiblesse et il lui faudrait prendre des mesures très vite pour les mettre sur un pied d'égalité.

- Les hormones te travaille on dirait pour que tu présumes à ce point tout le temps sur mes tactiques... Je te plaît Ryoma ? Tu va te caresser en pensant à moi cette nuit ?

Finalement il gronde :

- Baisse ton arme et recule...

Ryoma rougit légèrement. Mais il ne se laisse pas faire, ah ça non ! Oui, Hana était mignon, mais... Mais non, bon !

- Je ne suis pas ... "comme ça" moi !! Alors si tu veux à tout prix quelqu'un qui bave devant toi, il va falloir aller voir ailleurs !

Il gronde légèrement à la suite.

- Je ne vais sûrement pas t'obéir, idiot ! Range ta lame !

Néanmoins, il recule... De toute façon, lui, ça l'arrangeait d'être plus loin...

Le biologiste ne bouge pas un instant et lorsque finalement Ryoma n'est plus à porté, il fait rentrer la lame dans le manche avant de le glisser dans sa poche. En toute honnêteté, il n'y avait rien sur cette lame... C'est juste qu'il aurait pas eu l'air très sérieux à le menacer avc son épingle alors que l'autre brandissait une arme à feu... Il mentait bien et avec un aplomb redoutable, on pouvait au moins lui accorder ça. En même temps, pour un escroc, maîtriser ses émotions quand il le fallait, c'était une base. Parlant de ça, malgré le "je ne suis pas comme ça", à l'hésitation marquée, il y avait ce rougissement qui aurait put être adorable si ça n'avait pas été de l'homme qui le subissait. Enfin "homme"... Il se comprenait, évidemment...

- Une balle dans l'oeil... Quel manque de classe...

Puis avec un petit regard toujours aussi noir pour Ryoma il commence à s'éloigner en direction de l'entrée pour récupérer sa valise.

- Le service de livraison des bagages arrivera dans la soirée, soit mignon "mon coeur", ouvre leur...

Ouais, puisqu'il le chatouillait sur son sexe, Hana allait le chatouiller sur son indécision sexuelle. C'était la guerre des coups bas dans cet appartement à partir de maintenant...

Ryoma hésite un moment. Il garde l'arme pointée contre le joli minois de monsieur madame. Et finalement, après quelques secondes bien senties, histoire que Hana voit bien qui contrôlait ici, il baisse à son tour son pistolet, le glissant dans sa ceinture. Et il devait endurer ça pendant tout un mois ?! Un des deux allait crever... Voir les deux ! Pourquoi les avoir mis en liaison ?! Leur patron avaient bien dût voir qu'ils n'iraient pas bien ensemble avec le dernier clash !.... Merde... C'était ça ! Ryoma lance un regard assassin à Hana. Leur chemin s'était rencontré. Et ils avaient tous les deux réussis un bon coup de maître. Un coup qui avait été facilité parce qu'ils avaient, malgré eux, un peu travaillé ensemble. Et ça, leurs patrons respectifs l'avaient compris...

- C'est Ryoma ! Et si tu veux tes bagages, occupes-toi en toi-même ! Moi, j'ai à faire...

Genre... des devoirs... C'est surtout qu'il ne voulait pas être la boniche de monsieur, merci !! Ryoma fait quelques pas vers Hana. Il l'observe avec presque haine avant de remplir à nouveau le petit verre d'alcool pour venir le boire en une gorgée, ne bronchant même pas. L'habitude...

- Et je ne suis pas ton portier. T'es pas ma baby-sitter non plus. Essaie de ne pas trop me sous-estimer. Ce serait triste de loger une balle dans l'un de ces beaux grands yeux.

Hana observe rapidement Ryoma et finalement un petit sourire suffisant se dessine sur ses lèvres. Il fait un petit clin d'oeil à l'adolescent en repartant vers le couloir.

- Je vais vérifier qu'il y a un verrou à la porte de la salle de bain... Sait on jamais des fois que tes yeux à toi se baladeraient un peu plus qu'ils ne devraient...

Ryoma résiste à l'envie pourtant alléchante de lancer son verre par la tête blonde de ce crétin de première. Mais il se retient. Et il ne sait trop comment, finalement... Il l'observe seulement s'éloigner en grognant, tremblant déjà de rage à l'idée qu'il allait partager sa vie avec ce connard pour le mois à venir ! Et... Et ça ne paraissait pas trop ses attirances... hein ? Nah... Hana disait ça pour l'énerver. Eh bien, ça fonctionnait ! Salopard d'herboriste amateur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

1. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Assassins-