Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 35. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 698


MessageSujet: 35. À corriger   Mer 17 Nov - 18:42


Shino était... Sur le toit. Il y avait accédé depuis une lucarne dans la chambre de "Makoto". C'était Maiya qui lui avait donné ce tuyau tout à l'heure. La soirée avait été éprouvante. Plus que ça même. Blessures et même mort dans les rangs des Kikikans... Et ce n'était probablement pas mieux chez les Dark Rangers. Sauf qu'il ne voyait pas cette partie là. Et heureusement, parce que son côté "honnête citoyen" était sérieusement ébranlé. Et quand tout aurait dût être terminé, c'était dans cette barraque elle même que les voix s'étaient élevé. Entre Kenji et celui qui Shino avait apprit être le chef. Le copain de Maiya. D'ailleurs, l'un et l'autre semblaient avoir fait partit de la conversation et ils l'avaient plutôt moyennement bien vécu. Finalement, Maiya était partit rejoindre son homme et Shino avait tenté de voir Kenji. Mais ce dernier était vraissemblablement partit à la douche.

L'envie de le voir était grand. Non seulement à cause de cette soirée mais aussi parce qu'il l'avait vut revenir avec des côtes probablement fêlées, une lèvre éclatée (me semble que c'était tout ?) et un bon bleu sur la pomette. De fait il lui avait laissé un mot dans sa chambre, précisant où il serait et puis il était monté, avec une couverture prise là et après avoir récupérer un t-shirt de Kenji pour retirer le sien qui n'était plus vraiment dans le genre glamour, il s'était installé, observant le ciel plutôt dégagé pour la saison et qui leur offrait quelques paillettes d'étoiles malgré les pollutions de toute sorte. Et quand finalement il y a du bruit au niveau de la lucarne, Shino tourne la tête pour voir la silhouette de Kenji. Il amorce un mouvement pour se redresser en demandant :

- Ca va aller ? Pas besoin d'aide ?

Kenji était sonné. Ce genre de bataille, ça n'arrivait pas souvent. En fait, c'était la deuxième seulement depuis son arrivée chez les Kikikan et la première fois, c'était peut-être il y plus de 15 ans. Et il n'était pas certain de s'être encore remis de la première, alors celle de ce soir, c'était une autre paire de manches... Ils avaient eu chaud, vraiment très chaud. Mais ils avaient réussis à avoir malgré tout le dessus et les Dark Rangers n'avaient pas eu de leurs jeunes qui n'avaient pas voulus aller à la guerre, comme un peu plus tôt dans la soirée. Et ça, c'était déjà une petite victoire en soit. Kikikan offrait, à ses membres, une certaine sécurité que les Dark Rangers n'assurent pas, eux. Et justement, de ceux-là, il y avait des jeunes qui ne savaient même pas ce qu'ils faisaient. Et lorsque Kenji avait dût blesser gravement un de ces gamins qui le suppliaient de le laisser, qu'il n'allait plus jamais rien faire de "vilain", il avait eu le coeur fendu. Mais, s'il n'avait pas tapé, les autres Dark Rangers s'en seraient occupés pour lui et ça aurait été pire...

Bref, l'homme était partit prendre une douche assez vite après son engueulade avec ce con de Ryo. Encore heureux que Natsuki soit venu les séparé car il n'était pas certain qu'ils n'en seraient pas venu aux poings. Et Kenji resta assez longtemps sous l'eau chaude, tentant d'évacuer avec peine toute la frustration et la douleur accumulée ce soir. Manque de bol, l'eau était soudainement devenue froide dans les cinq dernières minutes, signe qu'ils étaient trop nombreux à y être déjà passé... C'est en grognant que Kenji était donc sortit de la douche et à présent, il était dans sa chambre, cherchant Shino du regard. Un Shino absent... Kenji soupire, se demandant très sincèrement où il pouvait bien être allé. Mais finalement, la réponse lui est donnée pas très longtemps après : le toit. Effectivement, Shino lui avait laissé un petit mot. Alors sans plus attendre, Kenji enfile un t-shirt et des bas, grimaçant à cause de ses côtes, puis sort de sa chambre pour aller à l'autre bout du couloir.

Là, il se glisse par la lucarne et aussitôt que Shino - car il est bie nlà - fait un moment pour se lever, Kenji l'arrête d'un mouvement de la main. C'est douloureux, certes, mais pas non plus impossible à vivre. Il savait très bien se débrouiller seul ! Cependant, il ne répond pas immédiatement, se concentrant sur ce qu'il faisait, une grimace de douleur glissant sur ses lèvres pendant quelques secondes. Puis, il réussi à s'assoir près de l'infirmier.

- Je vais bien. Je sais me défendre... et je guéris vite, tu vas voir...

Shino grimace de douleur en même que Kenji, comme si c'était ses propres côtés qui souffraient et sans demander son avis à l'homme, il glisse ses mains sous son t-shirt, l'une dans le dos pour soutenir, l'autre le long des côtes, palpant doucement pour s'assurer que rien n'avait cassé. A ce qu'il lui semblait, non... Une radio aurait été plus sûre mais visiblement ici, tout le monde refusait d'aller à l'hôpital à moins de mort certaine... Et encore, même là il fallait négocier, il s'en était bien rendu compte...

- Je te mettrais un bandage pour soutenir les côtes quand on rentrera... Inutile de te dire que le mieux se serait que tu te rende à l'hôpital je suppose...?

Kenji grogne alors que l'homme commence à tâter ses côtes douloureuses. Il l'avait déjà fait, alors à quoi bon ?? Vivement, il rabaisse son t-shirt alors que le petit infirmier fini par le relâcher. Il pousse un petit soupir, son regard se predant un moment à l'horizon avant de finalement en revenir à Shino. L'infirmier avait été très précieux ce soir et l'admiration qui brillait dans les yeux de Kenji était tout sauf feint.

- En effet, inutile. Mais... tu as été remarquable, Shino. Je... Je voulais que tu le saches...

Shino pince les lèvres et hoche positivement la tête pour signifier qu'il avait comprit mais il l'avait toujours en travers de la gorge alors... Et ne comptez pas sur lui pour valoriser les Kikikans et les encourager dans leurs luttes... Sûrement pas, même s'il pouvait largement reconnaître qu'il était soulagé de voir que Kenji avait été plus fort que ses adversaires, évidemment...

- Tu me laisseras ton numéro de téléphone, je te donnerais des nouvelles de ceux qui sont à l'hôpitale. Si tu veux...

   
Bien. Il était évident que Shino et lui ne seraient jamais sur la même longueur d'onde, n'est-ce pas ? Ça compromettait rudement ce début de relation qui n'en était même pas tout à fait un. Et ça décourageait déjà Kenji. Il n'avait jamais eu le chic dans les relations. Il n'avait... juste jamais eu le chic, quoi. Lorsqu'il aimait, il était prêt à tout pour la personne aimée. Mais... Il savait très peu comment gérer une relation. Et ça ne l'aidait guère dans le cas présent, au contraire. L'homme tourne finalement la tête vers Shino. Il observe le bel infirmier pendant un long moment sans rien dire, essayant de graver dans sa mémoire chaque trait de son visage, chaque petit détail qui, pour certains, pourraient semblés insignifiants, mais qu'il avait déjà appris à aimer.
   
- Je te laisse mon numéro... Mais j'irai voir ces enfants, de toute façon. Ryo et Natsuki vont sûrement aller faire leur tour aussi. On ne laisse jamais les nôtres derrière. Jamais.
   
Il soupire, glissant une main dans ses longs cheveux humides pour les envoyer derrière son épaule.
   
- Je suis désolé, Shino. Je ne sais pas quoi dire... Ni quoi faire.
   
L'infirmier étend ses jambes devant lui, levant le nez vers le ciel, les bras tendus en arrière pour prendre appuis. Il n'y avait fort probablement rien à dire ni à faire ce soir. La situation était déjà bien assez complexe pour qu'on en rajoute.
   
- Tu as le temps d'y réfléchir. Si tu es motivé à essayer de me fréquenter, tu finiras par trouver un moyen de dialoguer et d'agir avec moi.
   
Et le contraire était tout aussi valable, évidemment... Parce que Shino avait beau être particulièrement sociable, ses valeurs ne trouvait pas forcément écho chez Kenji et lui aussi devrait éviter de brusquer les envies et les besoins du Kikikan.
   
- Je crois qu'on aura vraiment mérité de se retrouver un peu seul, rien que toi et moi... Sans toute une maison pour t'entendre hurler au sujet de Maiya et moi avec Ryo...
   
Il rigole, encore un peu gêné mais le prenant pas trop mal.
   
- Vous avez du coffre...
   
Kenji n'est pas certain d'apprécier la première phrase de Shino. Elle l'effraie un peu. Il avait toujours été un inadapté social, il ne fallait pas lui en vouloir... À présent, alors qu'il essayait de mettre ça de côté, il jettait son dévolu sur mère Thérésa alors que lui-même était un voyou des rues. C'était assez pitoyable quand on y pensait bien... Cependant, la suite a le mérite de le faire se décrisper un peu. Un petit peu, mais c'est mieux que rien... Il pose à nouveau son regard sur la ville, haussant les épaules.
   
- Il y a certaines choses qui auraient dût être dites à Ryo depuis un moment déjà... mais personne n'a jamais osé le faire. Je crois que j'en ai un peu... assez.
   
Shino revient observer le profil de son compagnon, silencieux, un petit sourire aux lèvres. Il avait une fierté qui lui était toute électrisante. Et une assurance qui lui donnait chaud, tout simplement.
   
- Pourquoi ne pas passer le message à Maiya ? C'est un garçon bien. Avec un fichu caractère je te l'accorde... Mais qui ne s'en laisse pas compter. Et il est une partie de ton problème visiblement. Il pourrait comprendre. Enfin peut être, si on sait lui expliquer, j'en sais rien. J t'avoue que j'étais un peu perdu dans votre organisation. Je me suis un peu prit la tête avec Natsuki pour les ado à envoyer à l'hôpital déjà...
   
Un petit sourire bien fier glisse sur les lèvres de Kenji. Il se rapproche un peu de Shino, venant glisser une main sur l'une des siennes, sans le quitter du regard cette fois.
   
- Si tu savais à quel point je suis fier de toi. Tenir tête à Natsuki et, surtout, gagner, ce n'est pas rien !
   
L'infirmier rigole, sentant l'atmosphère se détendre légèrement. Il récupère la couverture pour la faire passer par dessus leurs épaules à tous les deux, venant coller son compagnon et finalement il admet :
   
- Pour être honnête, rétrospectivement, je fais pas mon fier. j'irais tenir tête à aucun de ces gamins que j'ai vu toute la soirée... Mais les urgences... Là je suis dans mon élément. Je sais que je maîtrise, que je sais ce que je dis et dans le cas présent, je savais que je savais mieux que lui. Et c'est une personne intelligente : il le savait aussi.
   
Puis après un court instant de silence, il vient déposer un baiser sur la joue de Kenji :
   
- Je me suis fait un sang d'encre... Quand le groupe de Ryo ne donnait plus de nouvelle, j'ai vu Maiya, j'ai cru qu'on l'avait foudrayé sur place. Je me suis demandé ce que j'aurais ressentit à sa place. Je me sens mal parce que dans un sens je me suis dit "plutôt Ryo que Kenji". Je me sens vraiment coupable... Mais je suis tellement soulagé si tu savais...
   
Kenji vient glisser un bras autour des épaules de Shino, se voulant réconfortant. Il sourit doucement, admirant le cran de l'homme. Son sourire disparait, mais pas le petit éclat brillant dans ses yeux lorsque Shino lui avoue avoir préféré la disparition de Ryo à la sienne. C'était quelque chose à ne pas répéter parce que lui-même trouvait ça immoral, mais... C'était mignon comme tout. Et ça le touchait, vraiment.
   
- Tu me plais. Beaucoup.
   
L'homme se penche juste assez pour déposer un baiser sur la tempe de l'infirmier.
   
- Mais très sincèrement, je ne sais pas si je suis prêt à te faire endurer cette vie.
   
Shino a un petit soupire d'aise alors que la situation un peu tendue prend réellement un tournant plus calme et serein. Kenji a quelques attentions notables pour lui et l'infirmier vient passer sa main dans le dos du Kikikan, caressant avec douceur pour éviter de brusquer les côtés ou une quelconque autre blessure. C'est néanmoins un petit regard d'incompréhension qui passe sur le visage de Shino à la dernière réflexion de l'homme. Il lève les yeux vers lui, perplexe... Et finalement il reprend la parole :
   
- Tu sais, à moins que tu me dises que c'est comme ça tous les soirs ou que ce soir était un soir tranquille... Je crois que je peux l'endurer... Sinon je me serais déjà sauvé en courant -ou j'aurais essayé- et puis je ne serais pas présentement avec toi, sur un toit, sous une couverture, au baut milieu de la nuit, à me demander si tu comptes m'embrasser à un moment donné ou bien pas.
   
Kenji rougit légèrement. Mais vraiment à peine, seulement sous la surprise. Il laisse échapper un petit rire peut-être un peu nerveux alors que Shino lui avoue sans plus de manières qu'il se demandait s'il aurait droit à un baiser. La question ne se posait même pas... Kenji se penche sur l'infirmier, l'enveloppant de sa grande silhouette. Il ferme les yeux, ses lèvres survolant à peine celles de l'homme, l'une de ses mains venant se poser sous son menton. Il caresse avec amusement le petit bouc de l'homme et finalement, sans plus attendre, il franchit la petite distance les séparant encore pour venir chercher un vrai baiser sur ces lèvres qu'il découvrait sucrées. Il les caresse ainsi pendant quelques longues secondes, sans vraiment approfondir, seulement pour partager un peu de tendresse, puis finalement, se recule de quelques centimètres.
   
- Ce soir s'est produit une autre fois il y a une quinzaine d'années, seulement. Nous évitons autant que possible cette violence gratuite. Et il y a toute la place que tu pourrais désiré dans mon coeur, rien que pour toi...
   
Shino soupire d'aise à nouveau alors que la grande silhouette sombre vient l'envelopper. Y avait matière à faire de belles métaphores compte tenu du contexte sans doute... En tout cas ce baiser est parfait... Plus calme et moins crispé que ceux échangés avant la bataille même s'il fallait reconnaître qu'il ne les regrettait sûrement pas. Shino lève une main, la posant sur la joue de l'homme, glissant ensuite jusque dans sa nuque pour le garder tout prêt de lui. Ils avaient l'un comme l'autre besoin d'un peu de présence humaine après une soirée comme celle ci. L'infirmier dépose un nouveau petit baiser sur les lèvres de Kenji avant d'en avoir un à la commissure de ses lèvres, sur sa joue, la ligne de sa mâchoire, de son cou... Puis tirant un peu sur la manche du t-shirt, sur l'os un peu plus saillant à la jonction du cou et de l'épaule. Il se redresse légèrement, se retenant de se reposer sur lui à cause de ses blessures et il soupire à nouveau.
   
- Tu saurais te libérer un de ces soirs ? Je cuisine pas trop mal figure toi... Je t'inviterais bien à dîner...
   
Kenji ferme les yeux, une chair de poule tout sauf désagréable glissant sur son épiderme alors que Shino déposait ça et là quelques petits baisers qui eûrent tôt fait de l'électriser. Dieu... il ne pourrait pas rester sage bien longtemps si Shino se faisait aussi entreprenant. Il en oubliait ses côtes douloureuses et sa lèvre éclatée. Ne restait plus que Shino et les quelques petites étoiles qui s'accrochaient encore au ciel à demi éclairé par la pollution lumineuse. Il laisse échapper un petit rire, attirant Shino à lui.
   
- Viens ici. Je ne suis pas douillet... Je n'ai déjà presque plus mal, sincèrement.
   
Il sourit doucement, opinant du chef.
   
- Ce sera avec plaisir. Je te laisserai mon numéro de téléphone.
   
Shino a un petit air dubitatif mais il s'approche néanmoins, prenant quelques appuis malgré tout. Il glissa une main sur la cuisse de Kenji, la caressant de façon tout sauf distraite, ayant déjà très envie d'être le soir de leur rendez vous chez lui. Parce qu'il n'y aurait pas l'odeur du sang, ni la tristesse ambiante, ni l'atmosphère très lourde de façon générale. Juste une soirée entre eux et s'il se débrouillait bien : la nuit. D'ailleurs, voilà qui lui faisait penser...
   
- Et quelle heure est il...? Je crois que j'ai mérité de rentrer m'écrouler sur mon canapé après une bonne douche non...? Je te proposerais bien de venir avc moi, mais je suppose que ce soir ce n'est pas possible...
   
Kenji a un petit sourire triste lorsque Shino lui affirme qu'il lui aurait bien proposé de rentrer chez lui avec lui. C'était plus qu'il n'aurait pu l'espérer... Mais l'infirmier avait raison : ce n'était pas le moment. Néanmoins, Kenji ajoute :
   
- Je vais t'accompagner. Je ne veux pas que tu ais des problèmes. Par contre oui, je devrai revenir ici.
   
Parce que les Dark Rangers pouvaient très bien être postés près d'ici... Et s'ils voyaient Shino sortir d'ici, ils feraient probablement le lien...
   
Shino hoche la tête de façon positive, se remettant debout en ajustant le t-shirt qu'il avait piqué à Kenji, affirmant en rigolant :
   
- Je te le rendrais. Tu seras obligé de venir le chercher.
   
Il récupère ensuite la couverture, se baissant le temps de déposer un baiser sur le front de Kenji et puis il commence à amorcer un mouvement vers la lucarne avant de se retourner à nouveau vers l'homme avec lequel il faisait à présent un peu plus que flirter.
   
- Tu sais Kenji... Tu es une personne qui gagne à être connu. Sincèrement. Tu as une personnalité déroutante mais exaltante. Je suis sous le charme.
   
Kenji laisse échapper un petit rire, opinant à propos du t-shirt. Cependant, à ce qui suit, il s'arrête dans son mouvement alors qu'il était sur le point de se lever. Les paroles de Shino le touchent, encore une fois. Un petit sourire glisse sur ses lèvres alors qu'il se glisse à son tour par la lucarne. Il prend Shino dans ses bras, ignorant les gamins qui arrivent en sens contraire, et le plaque doucement contre le mur. L'enveloppant de sa haute silhouette, il pose ses avants-bras sur le mur, de chaque côté du visage de l'homme, puis se penche pour venir chercher un baiser plus appuyé. Lorsqu'il y met finalement fin, il murmure, tout contre les lèvres en coeur :
   
- Je ne sais pas ce que je fais pour t'attirer autant, mais j'espère continuer à le faire longtemps... très longtemps.
   
(on arrête ou on poursuit ? ^o))
   
(eh bien si tu pouvais répondre ce serait bien ^^ après on peut arrêter)
   
Shino (j'arrête pas d'écrire "Shinji" x) ) vient passer ses bras autours de la taille de Kenji, répondant à ce baiser avec beaucoup d'envie. Et des envies justement, il en avait plein, toutes plus coupables les unes que les autres. Il glisse même ses mains sous le t-shirt de l'homme, se fichant qu'on les voit faire, pour caresser avec douceur la peau chaude qui se trouvait en dessous. Dieu qu'il pouvait adorer ça ! Ces sensations, ces odeurs, ces vertiges... Il se hisse comme il peut sur la pointe des pieds, réclamant un nouveau baiser qu'il accentu encore, lâchant le côté sage pour avoir quelque chose de beaucoup plus intime, désirant caresser de sa langue celle de Kenji, goûter à plus encore de savoir, le conquérir de façon complète... Sans s'en rendre compte, il vient même attirer Shinji un peu plus contre lui pour maximiser le contacte avant de rompre ce baiser, légèrement à bout de souffle.
   
- J'ai bien du mal à te quitter...
   
Kenji (justement v_v)
   
XD
   
Kenji offre un petit regard suppliant à Shino alors que celui-ci le relâche après un nouveau baiser à lui en faire perdre la tête et des caresses toutes plus douces les unes que les autres. Lui aussi avait du mal à le laisser partir. En fait, il ne voulait pas le laisser partir, même s'il savait que c'était la chose àfaire. Et malgré tout, il se penche pour murmurer doucement à l'oreille du bel infirmier :
   
- Alors reste... Reste avec moi cette nuit, cette fois.
   
Shino se passe la langue sur les lèvres, hésitant tout en même temps qu'il n'avait qu'une envie : accepter. Shino vient poser son front contre l'épaule du Kikikan, en lutte intérieur avec lui même et comme un jeune passe, il prend une minute de silence, n'ayant pas envie de dire ce qu'il avait à dire devant témoins... Ils se retrouve à nouveau seuls et Shino relève la tête vers son compagnon, admettant avec sincérité :
   
- Tel que tu me vois là, je ne pense pas du tout à toi de façon très sage et j'aurais même tendance à dire que c'est plutôt torride... Et je suis pas vraiment sûr que le moment soit super bien choisit, sans parler du fait que tu es blessé et hum... Rester toute la nuit très sagement à dormir alors que tu es là, je crois que tu m'en demande un peu trop...
   
Un petit rire mi-amusé, mi-embarrassé franchit le seuil des lèvres de Kenji. Il hoche lentement la tête de gauche à droite, ayant du mal à concevoir que cet homme puisse le désirer à ce point. Shino était tellement séduisant... Il aurait pu avoir à peu près n'importe qui. Et pourtant, c'était sur lui qu'il avait jeté son dévolu. C'était... difficile à expliquer, ce sentiment de fierté et de joie qui emplissait le Kikikan !
   
- Je crois qu'il n'y a pas de mauvais moment pour ça... Mais si tu ne te sens pas à l'aise, je vais tout simplement te reconduire chez toi, mon ange...
   
Oui, Shino était un ange, un vrai. Son ange gardien à lui...
   
Shino rigole, pas mal à l'aise pour deux sous à admettre à l'homme qu'il désirait et qui semblait le désirer tout autant qu'il avait comme un besoin pressant de son corps. Il hésite encore et finalement il hoche négativement la tête. Oui, ça le mettait un peu mal à l'aise malgré tout. Pas tellement à cause de tout ça mais hum...
   
- Disons que j'aimerais qu'on passe ce cap de notre relation ailleurs que dans un endroit "public"... Mais dès que tu es disponible, viens chez moi, on dîne, on bavarde, on se câline et je te fais toute la place que tu désires entre mes draps...
   
Kenji déglutit avec difficulté, perdant tout sourire. Il n'est pas frustré, néanmoins, il tient à préciser :
   
- Ici, c'est chez moi. Pas un lieu public... Il faut que ce soit clair dès le début. Les hommes ici, peu importe leur âge, sont ma famille.
   
Shino hoche positivement la tête, signalant qu'il avait bien comprit ce point, mais précisant à son tour :
   
- Oui mais là il y a un peu trop de passage pour moi... Je vais m'y faire mais je me sentirais plus tranquille à câliner dans un endroit avec moins de monde pour le moment...
   
Kenji opine brièvement. Il comprenait ça.. Néanmoins, il avait mal pris le fait de considérer la maison comme un passage piéton, ce qui n'était pas non plus le cas... Il s'éloigne finalement de Shino, lui tendant tout de même une main.
   
- Je te raccompagne. Et pas moyen de te débarrasser de moi jusqu'à ce que je sois certain que tu es bel et bien arrivé chez toi sain et sauf.
   
Bon... Visiblement il avait bourdé... Il en était désolé mais c'était néanmoins très vrai qu'il n'avait pas envie de passer à l'acte avec Kenji en sachant tout le monde qu'il y avait autours... Enfin il pouvait le faire... Même qu'avant la bataille, il aurait presque tuer lui même pour le faire ! Mais une gêne légère persistait. De fait, l'infirmier tend la main pour prendre celle que Kenji lui tend avant de lui adresser un sourire. Il espérait bien qu'ils ne fassent aucune mauvaise rencontre... Parce que lui ne savait pas se battre et Kenji était déjà blessé !
   
- On prend mon sac, mon vélo et puis c'est bon... Tu sauras où j'habite, viens quand tu veux.
   
Kenji opine brièvement aux paroles de Shino et pourtant, il les entend à peine. Il avait la tête ailleurs. C'était une bien étrange rencontre qu'il avait fait... Et il n'était pas certain de faire le bon choix. Mais au final, est-ce que c'était vraiment un choix ? Il n'avait pas choisit d'être attiré par Shino. Il l'était, tout simplement. Kenji laisse échapper un profond soupir. C'était compliqué... il détestait ça ! Et pourtant, il n'allait pas lâcher Shino de sitôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

35. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-