Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 34. À Corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5019


MessageSujet: 34. À Corriger   Jeu 11 Nov - 0:03

   
Makoto était étendu dans son lit, les yeux grands ouverts. Il tremblait encore et un mal de crâne sévère le tourmentait, mais il n'avait pas mal au coeur pour le moment et se sentait même relativement bien... surtout lorsqu'on songe à ce qu'il avait vécu ces derniers jours. Cette pièce lui rappellerait probablement toujours les pires souvenirs de toute sa vie... Sans exagération. Il avait eu l'impression, parfois, qu'il était sur le point de mourir. Et si Natsuki n'avait pas été là, ça aurait probablement été le cas. Peut-être serait-il mort étouffé dans son vomi... C'était dégoûtant et peu honorable. Et pourtant, c'était la vérité. Mais Natsuki était là et veillait. Sauf ce soir. Et même reclu dans la chambre du second de Ryoshi, Makoto sentait la tension qui planait au-dessus de la maison. Un garçon du nom de Junya était venu le voir. Il se rappelait très vaguement de lui, assez pour savoir qu'il n'était là que depuis une semaine, une semaine et demi à tout casser. Et ce garçon était une crème, même si Makoto n'avait pas voulu de lui dans la chambre.
   
Question d'honneur toute simple... Mais Junya était passé régulièrement et s'était occupé de lui comme un professionnel, Makoto doit l'admettre malgré la honte qu'il avait à être vu dans un état comme le siens. Il avait maigrit, si c'était encore possible et avait du mal à ne serait-ce que s'assoir dans son lit. En fait, il était assis présentement et n'était pas étour ça relevait du miracle. C'était peut-être l'adrénaline... Quoi qu'il en soit, Makoto allait vraiment presque bien. Et soudainement la porte s'ouvre... sur Natsuki. Makoto lève un regard vibrant d'émotions vers l'homme. Vivant... Amoché, mais vivant. Et rien qui ne guérirait pas. Le jeune homme prend sur lui pour se redresser comme il le peut. Il titube un moment, n'ayant pas marché de lui-même depuis un moment, puis s'approche de Natsuki pour l'attirer vers le futon. Son regard glisse sur le t-shirt de l'homme et il le soulève en prenant soin de ne pas toucher au sang à moitié séché qui le couvre pour observer un bandage qu'il avait entre-vu d'après la façon dont le vêtement tombait sur les côtes de l'homme.
   
- Ryoshi va bien ? Et toi, Natsu ? Je suis désolé... vraiment désolé...
   
Il ferme les yeux un moment tout en murmurant :
   
- Junya m'a dit que c'était Mao qui s'était occupé des plus jeunes... Je suis un tel bon à rien...
   
Mais il n'ajoute rien, revenant rapidement à Natsuki qui semble être passé par la case soins avant de venir ici, au moins. Makoto se laisse tomber sur le futon, à court d'énergie, mais sans relâcher une main de Natsuki. Il était tellement soulagé de voir l'homme près de lui. C'était indescriptible...
   
Natsuki était relativement sur les rotules. Dernièrement les nuits étaient courtes, les journées très longues... Et cette soirée avait été explosive. Ses muscles lui faisaient mal. Pas que ses muscles d'ailleurs. Sans doute qu'au mieux de sa forme, il aurait pu éviter quelques uns des coups qu'il avait prit. Mais globalement, quand on voyait certains de leurs gars, lui s'en était bien sortit. Cet infirmier que son bras droit sautait -ou comptait sauter, c'était pas très clair pour lui- avait tenu à soutenir ses côtes bleuies par un bandage digne du pro qu'il était et Natsuki devait admettre que ça le soulageait drôlement. Avant de redescendre, il avait dût aller à l'étage où Kenji justement et Ryo se prenaient la tête si fort qu'on les entendait depuis le salon, jetant tout le monde dans la perplexité. C'était pas le moment... Et pour une fois, comme le contenu de leur dispute avait été plus ou moins audible, Natsuki prenait en pitier les deux hommes non Kikikan qui devait se sentir encore plus mal... Bordel... Comme s'ils avaient besoin de ça ce soir...!
   
Et comme finalement ils s'étaient quitté sur ces mots colériques, il était redescendu, donnant quelques news à Junya en lui disant de retourner dans sa chambre, de se coucher et de dormir autant qu'il le pouvait. Natsuki était entré dans sa chambre pour constater que Makoto semblait aller un peu mieux. Faible mais mieux. Il le laisse faire sa petite inspection en grognant et tire finalement sur son t-shirt pour le rabaisser.
   
- Ryoshi va bien physiquement. Il a rien presque... Je vais bien aussi. Et Mao à assuré t'inquiète pas. Peut être pas comme toi parce que le social on sait tous que c'est pas son truc, mais il a fait un remplaçant potable en attendant que tu reviennes. Te bile pas, personne t'en veux. Tu reviendras au mieux de ta forme.
   
Après une courte pause il ajoute d'ailleurs :
   
- Ca à l'air d'aller toi...?
   
Ryoshi va bien. Mao a fait les choses bien. Natsuki va bien... Alors ça allait relativement bien lui aussi. Il opine brièvement, son regard continuant de sonder Natsuki, effrayé à l'idée qu'il ait pu cacher une horrible blessure de guerre. Mais ça ne semble pas être le cas. Finalement, gardant une distance respectueuse par principe même s'il mourrait d'envie de sauter au cou de l'homme, il avoue :
   
- Je me suis fais un sang d'encre... Je suis content de te revoir, Natsuki.
   
Et surtout, de le revoir en forme.... Un petit sourire glisse sur les lèvres du jeune homme. Le soulagement était immense. Et savoir que Ryo aussi allait bien, c'était agréable.
   
- Et sinon... Ça va aller ? Psychologiquement, je veux dire... Je sais que tu parles peu Natsu, mais ce n'est pas une raison pour tout garder pour toi...
   
Natsuki a un sourire un peu pâle et un petit clin d'oeil pour Makoto. Ouais, ça allait. Seulement... Il y avait tellement de choses dernièrement que Makoto avait raté...
   
- Je vais pas te faire l'affront de te mentir, c'est la galère en ce moment chez Kikikan. Ryo a eu des ratés niveau présence, moi aussi. On a eu des problèmes -et on a encore- avec haku aussi... Ha et bien sûr, Ryo et Kenji se sont plus ou moins donné en spectacle y a 10 minutes. Il va falloir sérieusement redresser la barre...
   
Makoto déglutit avec difficulté. Il n'avait pas raté un chapitre mais bien tout le livre complet... C'était inquiétant. Drôlement. Il avait une position qui faisait qu'il devait tout savoir. Mais il n'avait pas été en état pour ne serait-ce que s'en inquiéter dernièrement. Il baisse la tête, honteux. Natsuki qui n'était pas là, c'était de sa faute.... et rien que ça, ça le faisait culpabiliser à mort.
   
- Je... vais mieux. Beaucoup mieux. Je devrais retourner à ma chambre.
   
Comme ça, Natsuki ne serait plus obligé de veiller comme une baby-sitter...
   
- Et que se passe-t-il avec Haku ?
   
Natsu a un petit rire avant de commenter au sujet de la chambre, ignorant deux minutes le sujet de Haku.
   
- Non, tu restes ici. On a pas fait tout ça pour risquer de tout foutre par terre Makoto... Le plus dur est fait, maintenant c'est essentiellement de la volonté et tu en as a revendre. Alors on va finir ce qu'on a commencé, point barre.
   
Il soupire ensuite avant d'ennoncer le problème Haku de but en blanc :
   
- Haku est repartit vers son ancien mentor on dirait...
   
Makoto ne proteste pas à ce que lui dit Natsuki, mais il n'en pense pas moins. Cependant, le sujet Haku lui fait oublier la honte qu'il ressent à être un poids pour les hommes du gang. Haku... vers son ancien mentor, donc... Carrément Yori ! Makoto lève un regard alarmé vers Natsuki.
   
- Mais... Mais il fait partit de la mafia maintenant... Qu'est-ce que Haku a dans la tête ?!
   
Natsuki se passe une main sur le visage avant d'admettre :
   
- C'est un peu plus compliqué que ça... Par où commencer ?
   
Il soupire longuement, faisant le point dans sa tête. Il ne savait probablement pas tout mais connaissait néanmoins quelques grandes lignes qui devaient former un gros morceaux de l'histoire.
   
- Hiro est mort Makoto. C'est Yori qui l'a buté. Appriori, Hiroshi à tenté de se faire Haki dans une ruelle et... Voilà. Et quand Ryo l'a su, ils sont partit tous les deux en vrille, sans s'écouter ni l'un ni l'autre... Ben on était arrivé à la fin de leur dispute mais tu t'en souviens peut être pas t'étais pas dans une grande forme. Bref... Depuis Ryo ne veut plus en entendre parler. Haku a voulu venir aider ce soir mais Ryo l'a renvoyé aussi sec.
   
Haku
   
Makoto observe Natsuki avec effroi. Il avait... perdu autant d'informations importantes ? Autant de temps ? C'était affreux... et il n'y pouvait strictement rien. Hiroshi, mort... Il ne le pleurerait sûrement pas. Mais Haku ne pouvait pas être laissé comme ça ! Ryo ne comprenait-il donc pas ce qu'il perdait ?!
   
- Merde !
   
Le juron est bien poussé et résonne dans la pièce.
   
- Il faut parler avec Haku, pas le laisser dans son coin seul ! Ce sont des plans pour qu'il passe à la mafia, Natsuki !
   
Natsuki hoche positivement la tête, bien conscient de cette information.
   
- Je sais. Même si Haku est chez nous depuis qu'il a 12ans, ces enfoirés ont envoyé la seule personne capable de le faire hésiter... Tu parles d'honneur...
   
Il gronde, furax contre ces hommes n costumes qui usaient de toutes les bassesses à son avis. D'autant qu'il avait autant la rage contre Yori que Ryo, y avait pas à douter...
   
- Mais on sait tous les deux qu'Haku ne m'écoutera pas, n'écoutera pas Kenji et toi non plus... Et la seule personne de qui il demande des comptes refuse de lui parler là. Ryo se sent trahit. Je le comprend dans un sens mais...
   
Natsuki hésite, il détestait que d'autres se mettent à dire des choses sur Ryo et ça lui coûtait énormément de le faire là. Mais il se le permettait uniquement parce que c'était Makoto et qu'il comprendrait probablement qu'il ne pensait pas à mal.
   
- Ryo a prit quelques décisions qui sont... Contestables on dira... On est en train de perdre Haku, voir on l'a déjà perdu... Au profit de Yori et là si Ryo ne met pas de l'eau dans son vin pour nouer le dialogue, j'ai peur qu'on perde Kenji aussi.
   
Makoto tressaille. Kenji... Non, c'était impossible. Ils ne pouvaient pas perdre Kenji en plus ! Comment Ryo faisait-il pour mettre tous ses meilleurs éléments à dos ?! Makoto glisse une main sur son visage, fermant les yeux un court moment.
   
- Ce n'est pas de la vantardise et j'aimerais ne jamais avoir pensé ça mais... J'ai l'impression que niveau social, sans moi, Ryo est pire que pas doué...
   
Il rouvre les yeux, un air plus déterminé sur le visage.
   
- Je dois revenir, Natsuki. Je dois l'aider à rétablir l'ordre au sein du groupe. Personne d'autre ne le fera...
   
Natsuki fixe Makoto, grognant à nouveau. Ce qui l'énervait le plus là dedans, c'est que c'était probablement ce qu'il leur fallait effectivement. Néanmoins il tempère :
   
- Reste ici encore un jour ou deux... Et après tu reprends en douceur. Je vais y veiller alors essais pas de me la faire à l'envers.
   
Il lance un regard entendu à Makoto avant de poursuivre :
   
- Et si t'as un moindre doute sur toi même, si tu es tenté, tu bouges tes fesses pour les ramener ici. Ne replonge pas Makoto... T'as fais trop d'efforts pour ça.
   
Makoto hésite. Finalement, un petit sourire étire ses lèvres. Il glisse doucement une main dans celle de Natsuki, même si c'est probablement déplacé. Tant pis. Cet homme avait fait beaucoup pour lui... Et ses attentions l'avaient émus pour la plupart même s'il n'avait pas vraiment été en position pour le lui dire.
   
- Toi aussi tu as fais des efforts monstres, Natsuki... J'ai vu tes joues se creuser légèrement et ta mine soucieuse malgré mes crises.
   
Il soupire, sans cesser d'observer l'homme.
   
- Tu es un homme très bon, Natsuki. Tu vaux beaucoup plus que tu ne sembles le penser parfois.
   
Natsuki a un petit sourire, faisant un nouveau clin d'oeil au jeune homme, touché par sa solicitude mais mal à l'aise de la recevoir. Alors il repart sur un sujet un peu moins gênant... Quoi que !
   
- Tu sais Junya, le gamin à ta porte là ?
   
Il lève les yeux au ciel avant de reconnaître :
   
- Visiblement je lui ai fait beaucoup d'effet...
   
Un petit "oh" franchit les lèvres de Makoto alors qu'il étudit avec soin le visage de Natsuki, relâchant sa main.
   
- Je ne pouvais pas le manquer, non. Lorsqu'on lui donne une tâche, il ne la fait pas à moitié... Alors, qu'est-ce que tu en penses... ?
   
Natsuki observe Makoto comme s'il était tombé sur l crâne :
   
- Ce que j'en pense ? Tu te moques de moi là non...?
   
Makoto arque les sourcils. Il donne un petit coup à peine porté sur une épaule avant de la caresser histoire de se faire "pardonner".
   
- Il est très séduisant, je trouve. Bon, jeune... Mais séduisant. Et c'est un très gentil garçon. Tu pourrais très bien le trouver à ton goût... Même si ça ne semble pas être le cas finalement.
   
Et il était soulagé, fallait pas croire...
   
Non... C'était pas le cas non... Alors il hausse les épaules, faisant remarquer une autre chose que Makoto n'avait pas pu voir :
   
- Non il ne m'intéresse pas le moins du monde. Et Mao est sur le coup me semble.
   
Ah oui, Mao... Makoto est d'autant plus surpris. Il en avait vraiment raté un bon morceau... Soupirant, il se glisse comme il peut derrière Natsuki. Il pose ses mains dans la nuque de l'homme, puis sur ses épaules, massant doucement, pas pour dénouer nécessairement, seulement pour apaiser un peu les muscles endoloris.
   
- Tu m'étonnes. Mao... Il est bien solitaire, je trouve. C'est bien qu'il s'ouvre un peu. Je suis content pour lui. Tu as dis à Junya que tu n'étais pas intéressé ?
   
Natsuki se laisse faire, détendant même un peu les épaules pour mieux en profiter. A la question qui lui est posée, il hoche la tête de haut en bas.
   
- Ouais. Et je pensais l'avoir fait avec tact tu vois mais en fait il a fondu en larme et éclaté en sanglot je me suis sentit super con. Il s'est même enfermé dans la salle de bain et tout, j'ai dût appeler Mao à la rescousse la honte...
   
Un petit rire s'échappe des lèvres de Makoto. Et il ne peut s'empêcher un :
   
- Mais c'est mignon...!
   
Il glisse une main dans les cheveux de Natsuki pour les dégager de ses épaules, puis reprend son massage, souriant.
   
- Sérieusement, ça devait être assez inconfortable, mais avec du recul, c'est vraiment mignon. Pauvre coeur... Il est très sensible. C'est adorable. Peut-être qu'on va arrêter de se moquer de moi avec ma prétendue sentimentalité !
   
Une des mains de Makoto vient se loger dans la nuque de l'homme. Il caresse avant de masser, histoire d'habituer les muscles de l'homme, ne voulant pas lui faire de mal.
   
- Tu le dis si ça fait mal, Natsu.
   
- Non c'est parfait... J'ai prit des coups toutes la soirée alors crois moi, ce genre de douceur c'est nickel.
   
Sur ce, il baisse légèrement la tête pour bien laisser toute la lattitude nécessaire à Makoto. C'était un peu con parce qu'à la base, c'était lui qui était sensé prendre soin du jeune homme mais bon... Là il crachait pas sur un peu de soutient dans ce genre là, sans quoi il allait devenir chèvre de toute façon.
   
- Y a un type qui n'est pas du clan à la maison depuis un peu avant que ça ne dégénère ce soir. Un infirmier. C'est à lui que je dois le bandage là... Bref. Il s'est pointé en voyant l'un des notres à l'hosto pour prévenir Kenji, j'ai pas tout comprit...
   
Il hausse légèrement les épaules avant de poursuivre :
   
- Résultat, Kenji et Ryo s'engueule pour les même raisons. Autant je les approuve ni l'un ni l'autre, autant je voudrais pas être dans les godasses ni de Lust ni de Shino. Ha oui non au fait...
   
Natsuki lève les yeux au ciel avant de se reprendre, pince sans rire :
   
- "Maiya"... Pas "Lust"... Ryo à promit de tuer le prochain qui l'appellerait comme ça...
   
Comme s'il allait tuer Makoto m'enfin...
   
ENcore des informations... En tout cas, Makoto était certain d'une chose : il voulait sortir d'ici au plus vite ! Il n'interrompt pas Natsuki, mais glisse doucement ses mains sous le t-shirt pour le forcer à le retirer. De toute façon, il était dégoûtant. Et ainsi, il aurait directement accès à l'épiderme et verrait les muscles sous celle-ci. D'ailleurs, il commence par glisse le plat d'une main dans le dos, suivant les muscles frissonnant, observant avec attention un ou deux bleus. Puis, il recommence à masser doucement.
   
- Bien, Maiya... C'est enregistré. J'ai vraiment l'impression d'avoir perdu un bon moment de ma vie... C'est troublant. Très.
   
Il soupire avant de continuer sur un autre sujet :
   
- C'est la saison des amours chez Kikikan... Dire que je rate ça, quel dommage !
   
PIètre tentative pour rigoler...
   
Natsuki retire son t-shirt, le balançant près de la porte. Il était bon pour la poubelle de toute façon. A la réflexion de Makoto, il a un petit rire amusé. Ouais, c'était pas complètement faux.
   
- Faites l'amour, pas la guerre. C'est pas ça normalement ?
   
Ben là c'était raté hein... Enfin...
   
- Le pire c'est que je me réjouit pleinement pour aucun d'entre eux... Ryo et Kenji qui choisissent l'un comme l'autre quelqu'un qui n'est pas du clan et qui perdent un peu le sens des réalités... Mao qui... Ben Mao quoi, je l'ai encore retrouvé super mal dans la salle de bain l'autre soir. Haku avec Yori, c'est peut être bien le pire quelque part... Les kikikan sont maudit en amour je crois bien.
   
Il repense lui même à Yukari et leur rupture après 3 années de fréquentation. Ouais... maudit, un truc dans le genre.
   
Makoto soupire. Il cesse de masser pour poser son front contre le dos chaud de Natsuki, fermant les yeux. Ça faisait du bien de ... juste se poser. Il avait mal au crâne, mais c'était tout et c'était probablement la plus belle soirée depuis longtemps malgré tout...
   
- J'avais pas... vraiment vu la relation entre Haku et Yori sous cet angle... T'es certain ? Je veux dire... Yori lui a un peu servit de père pendant un bon moment...
   
Il trouvait ça limite malsain comme relation, mais était prêt à ne pas juger même s'il ne pouvait s'empêcher de le faire sur le fait que Yori est maintenant Yakuza, donc un ennemi
   
Natsuki hausse les épaules. Pour lui, ça laissait peu de doute... Il avait eu quelques news ce soir en se renseignant vite fait à droite et à gauche, profitant d'avoir du monde sous la main. Paraissait qu'Haku avait un mec. Alors même si personne savait qui c'était, la coïncidence était trop énorme.
   
- Certain non. Mais des copains d'Haku disent qu'il est maqué. Je trouverais ça un peu énorme qu'il y ait aucun lien.
   
Makoto opine brièvement. Une main continue de caresser du bout des doigts le dos de Natsuki. Il devait absolument parler à Haku... vraiment... Et en même temps, le mal n'était-il pas déjà fait ?
   
- C'est... difficile de contenir l'amour pour qu'il ne devienne pas destructeur...
   
Il soupire, son souffle glissant doucement sur l'épiderme de Natsuki.
   
- Peut-être que c'est parfois mieux de rester... seul... finalement...
   
Natsuki hoche la tête, relativement d'accord avec ce qui venait d'être prononcé même s'il n'était pas sûr que quelqu'un comme Makoto puisse rester seul sans en souffrir. Finalement il invite Makoto à revenir sur son futon alors que lui même vient s'étendre sur le sien, épuisé mais un peu plus détendu.
   
- Merci, c'était parfait. J'avais l'impression que je saurais jamais dormir mais t'as des doigts de fée Makoto !
   
Il a un petit sourire pour l'homme avant de fermer une minute les yeux. Il réfléchit à tout ce qui leur tombe dessus en ce moment et finalement il pousse un nouveau soupire, encore plus long celui là.
   
- Je crois que les prochains jours vont être un défis pour Kikikan... Soit ça va passer...
   
Il n'a pas besoin d'en dire plus n'est ce pas ?
   
- Parce que soyons honnête... Tout le monde va savoir dès demain qu'on est affaiblit. Et les Dark Rangers ne sont pas les seuls qui aimeraient nous voir disparaître... Crtains vont tenter d'en profiter...
   
Makoto a un petit sourire triste. Il tend une main, attrapant l'une de celle de Natsuki, la serrant dans la sienne avec tristesse et espoir tout à la fois.
   
- C'est pas terminé... Mais nous ne le sommes pas non plus. Nous allons réussir. Nous avons toujours réussi. Demain j'irai tout de même voir Ryo. Ou tu me l'enverras. Nous devons parler. Et toi...
   
Il hésite avant de finalement offrir un sourire un peu plus doux à Natsuki.
   
- Toi prends soin de toi. Je t'apprécie énormément et j'aurais terriblement mal si quelque chose t'arrivait.
   
Natsuki hoche la tête, n'écoutant pas vraiment distraitement mais deccrochant un peu alors qu'il sent qu'il va s'endormir un peu trop facilement. De fait, pour toute réponse, il accentu légèrement la pression de sa main autours de celle de Makoto avant d'ajouter :
   
- Réveil moi en cas de pépin hein...
   
Makoto bat vivement des paupières, chassant les larmes qui menaçaient d'emplir ses yeux. Il opine, même si Natsuki ne le voit déjà plus. Et lorsqu'il ferme les yeux dans le but avoué de dormir lui aussi, il ne relâche pas la main de Natsuki. Tout allait mal... Mais ils pouvaient toujours compter sur quelqu'un, non ?...

_________________
♠♥♦♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

34. À Corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-