Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 33. À Corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5079


MessageSujet: 33. À Corriger   Mer 10 Nov - 22:32

   
Maiya était... Traumatisé. Il avait du sang sur ses vêtements et en fait, ses mains étaient même rougit et collantes. Du dessus de son poignet, le jeune homme éloigne une mèche de cheveux de son regard. Il était resté au salon aussi longtemps que Shino le lui avait demandé et n'avait pu que croiser le regard de Ryo qu'à un instant au milieu de cette soirée. Et elle avait été éprouvante parce qu'avec les blessés qui étaient arrivés les uns derrière les autres, celui qui était mort... Il s'était fait un sang d'encre. Et ça avait été pire lorsqu'un groupe était revenu en disant qu'ils avaient perdu le contact avec celui de Ryo, qu'ils ne savaient pas s'ils allaient bien mais qu'ils étaient dans une zone dite "rouge". Maiya avait cru mourir tant ça lui avait déchiré l'estomac et il avait manqué d'éclater en sanglot de soulagement lorsqu'on était venu lui chuchoter dans le creux de l'oreille -il n'avait pas bien reconnu qui- que Ryo avait été aperçu et qu'il allait bien. Chose qu'il avait effectivement pu constater lui même un peu plus tard.
   
(Ryo s'est engueulé solide avec Kenji)
   
Maintenant, Ryo était remonté à la chambre prendre une douche et Maiya était resté en bas quelques instants, un peu prostré dans son coin, assit le long d'un mur à observer ceux qui étaient en train de s'occuper des blesser à la place de Shino et lui. D'ailleurs, l'infirmier était assit à côté de lui, un peu penaud. Des éclats de voix tonitruant étaient parvenu de l'étage. Kenji et Ryoshi... Et s'ils ne comprenaient pas bien ce qui se disait, il était évident que ça avait sévèrement tourné à l'orage. Alors l'un comme l'autre... Ils attendaient. Et puis la haute silhouette de Kenji était réapparu, Shino s'était levé et après une courte pression sur son épaule, il était partit le voir. Maiya était resté encore un moment assit là, un peu sonné... Et finalement il s'était levé à son tour, rejoignant la chambre de Ryo. La douche était allumée et Maiya s'y dirige immédiatement, passant sur la porte défoncée toujours au sol, frissonnant un peu à ce souvenir encore flippant malgré tout.
   
Il obsrve son amant qui est sous la douche, visiblement bouleversé à sa manière... Maiya le dessine du regard, profitant de la nudité de l'homme pour s'assurer qu'au delà de ctte lève fendue, il n'avait rien. Et à part quelques bleus, il semblait réellement complètement sain. Dieu soit loué. Le jeune homme ouvre l'eau du lavabo, juste le temps de se laver les mains, laissant une eau rougie partir dans le siphon avec une petite mine écoeurée. Il se retourne finalement, se séchant les mains à mains son jean, pour ce qu ça changeait maintenant...
   
- C'était une soirée épouvantable... J'ai cru que tu étais mort...
   
Selon la vieille tradition, le soleil qui s'était couché sur cette journée morbide avait été rouge. Rougit du sang de leurs ennemis... Comment ne pas réellement s'y croire ? Samouraï revenus, victoire en main... Petite victoire, certes, mais elle comptait plus que certains ne semblaient le comprendre. Ils avaient perdus beaucoup lors de ce combat. Des amis, des frères... Et certains avaient perdus l'amour. Ryo était plus affecté qu'il ne le laissait paraître. C'était normal après tout. Il devait être le rock de ce groupe. Le pillier central. D'ailleurs, parlant de rock, Natsuki et Kenji avaient assurés, camoufflant aussi leur répugnance, leur tristesse, leur colère, leur désarroi... Makoto manquait à l'appel. C'est lui qui aurait dût s'occuper des garçons restés ici. Mais, à son retour, Ryoshi était descendu jusqu'à la chambre de Makoto. Junya y montait la garde. Un petit nouveau un peu faiblard, mais qui faisait bien son travail... Et visiblement, il s'était bien occupé de Makoto.
   
Son ami était dans un état épouvantable. Et en le voyant, Makoto l'avait supplié de sortir. Visiblement, l'homme s'agrippait à ce qui lui restait encore de fierté... Mais ce n'était pas le moment pour la fierté, même Ryo en était conscient. Alors il avait seulement pris son ami dans ses bras et l'avait fortement serré contre son coeur. Et Makoto avait cessé de paniquer, le serrant aussi fortement que lui permettait sa condition, sanglotant dans ses bras, lui demandant pardon de ne pas avoir pu être là lorsqu'il avait besoin de lui. Ryo lui avait assuré que tout allait bien, que lui aussi irait bien mieux une fois sa cure terminée, qu'il devait prendre soin de lui... Puis, il était repartit. Mine de rien, cette visite lui avait fait un bien fou. Mais pas assez pour supporter ce qui était arrivé par la suite... Il avait à peine franchit le seuil de la dernière marche qui menait à l'étage supérieur que Kenji lui bloquait l'accès à sa chambre. Et l'homme était dans une colère que Ryo l'avait rarement vu revêtir. Impressionnant pour la majorité, mais pas pour le petit blond...
   
C'en était suivit des reproches à propos du temps consacrer au gang. Des reproches encore et toujours à propos de Maiya. Des reproches de l'autre côté à propos de Shino, même si Ryo devait admettre que son aide avait été précieuse. Et finalement, ça s'était terminé en affrontement solide entre les deux hommes. Pas de coups. Mais si la règle d'or des Kikikan n'avait pas été qu'on ne frappe jamais un frère, Kenji aurait probablement eu la mâchoire démolie. Ryo aussi, notez bien. Et il en était tout à fait conscient. Le ton était monté jusqu'à ce que Natsuki vienne les voir pour les avertir qu'on les entendait d'en bas. L'homme ne semblait pas être très content de ce que Kenji venait de faire, soit affronter Ryo. C'était quelque chose qui n'était pas nécessairement interdit, mais jamais là où les membres du gang pouvaient entendre ! C'était un coup à avoir droit à une rebellion... et ce n'était pas le moment ! Les Kikikan étaient revenus affaiblit. Il ne fallait pas baisser la garde...
   
Bref, Kenji avait fini par disparaître dans un grognement qui lui annonçait que la porte de sa salle de bain n'était plus. Et de fait, Ryo avait pu le constater de lui-même assez rapidement. Mais il n'avait même plus la force de s'en faire à ce propos. C'était une putain de porte... Ça se remettait en place. Ginta, lui, ne reviendrait plus. Et les autres non plus. Ryo n'avait pas attendu d'être complètement épuisé avant de se glisser sous la douche. Ses vêtements plein de sang - celui d'autres que lui - avaient rapidement fini sur le sol dans le but avoué d'aller à la poubelle. Puis, il avait déconnecté. Peut-être que quelques larmes avaient coulées, mais impossible d'en être certain : l'eau de la douche s'y mêlait habilement et aucun sanglot ne vint rompre le silence de mort dans lequel Ryo s'était muré. Rien sauf des petits pas... puis une voix. Ryo tourne la tête après une ou deux minutes pour observer Maiya. Il n'avait même pas fermé la porte de la douche, rien à foutre... Il opine. Oui, soirée épouvantable.
   
Pendant un long moment, Ryo ne dit rien, à des milles de la salle de bain semble-t-il. Et finalement, il murmure lentement d'une voix plus rauque qu'à l'ordinaire :
   
- Tu as été formidable d'après l'infirmier... Je suis fier de toi.
   
Maiya détourne les yeux un moment. Tu parles... Shino avait dût élever le son de la voix plus d'une fois pour le convaincre de coller ses mains sur une plaie un peu trop sanglante ou pour réussir à lui faire jouer les couturiers... Rien qu'à se souvenir, il a un haut le coeur puissant qu'il retient en chassant ce genre de souvenir de son esprit. Non merci, plus jamais ! Maiya vien s'assoir dans la douche. Tout habillé parce que de toute façon, ses fringues étaient foutu. C'était juste pour être à côté de Ryo au maximum. Il lève les yeux sur son amant, l'observant dans un silence religieux. Sans doute que plus tard, son côté égoïste et innintéressé reprendrait ses droits mais pour le moment il était comme tout le monde : sous le choc.
   
- Tu aurais pu mourir... Ca aurait pu être toi. Et je suis sûr que tu serais le genre à me sortir un truc à la con comme "j'aurais préféré que se soit moi"... Je t'en veux à mort je te préviens...
   
Ryo soupire. Il se tourne à nouveau vers l'arrivée d'eau, las, démoli. Mais, il garde le dos droit, la tête haute. On est pas Kikikan pour rien et même si on ne nait pas Kikikan, c'est au prix de grands efforts qu'on le devient.
   
- Je n'aurais pas préféré que ce soit moi.
   
Il se tait un moment avant de continuer :
   
- Pour la simple et bonne raison que si le chef tombe, c'est plus difficile pour les autres de se relever. Je n'ai pas envie que ça arrive.
   
Maiya se passe une main dans les cheveux avant d'essayer de saisir une main pour que Ryo vienne s'assoir à côté de lui.
   
- Kenji à dit que je te gênais...
   
Il fait un courte pause avant de poursuivre :
   
- Je vous ai entendu vous disputer... Tu crois aussi que je suis un problème pour ton rôle ici...,
   
Ryo se tourne finalement vers Maiya lorsque celui-ci lui prend la main. Il s'en dégage avec une douceur qui lui est peut coutumière en expliquant :
   
- J'ai besoin de me laver... Longuement... Tu peux parler, mais laisse-moi faire... J'ai leur sang sur moi...
   
Le sang de ceux qu'il avait tué. Et tuer n'était jamais une mince tâche, surtout lorsqu'il était face à des jeunes recrues de l'autre camp... Il soupire aux paroles de Maiya, fermant les yeux comme s'il essayait de faire disparaître la scène. Mais c'était inutile et il devait répondre.
   
- J'ai été indigne de mon titre ces derniers temps et je le sais. Pas seulement depuis ton arrivée... Ça a commencé avec ce connard d'Hiro... Mais oui... Oui, tu me détournes de mes tâches principales. Je me le reproches. Et profite-en, je ne compte pas redire ça de sitôt... Mais ce que je sais aussi, c'est que ce que Kenji me reproche, il le reproduira bientôt avec ce Shino si on ne fait rien contre. Alors il peut bien se les mettre bien profondément où je pense ses reproches...
   
C'est difficile à encaisser mais Maiya ne dit rien ce soir. Parce qu'il n'avait peut être pas vu les mêmes choses que Ryo ce soir... Mais pour lui c'était une grande première et il lui semblait qu'il ne pourrait plus jamais fermer l'oeil sans revoir... Tout ça. Il se relève et prend le gel douche, décidant d'aider Ryo à s laver de ce "sang" qu'on ne voyait plus mais que le blond semblait encore sentir sur lui.
   
- "Si vous ne faites rien contre" ? Qu'est ce que tu veux dire...?
   
Ryo hésite rarement, mais cette fois, il le fait et longuement. Faire quoi ? Le plus simple serait de tuer cet homme. Mais après cette nuit, il s'y refusait. Néanmoins, il devenait un problème. Un gros problème...
   
- Je ne sais pas. Très franchement... Je ne sais pas du tout. J'aimerais mieux changer de sujet. Je n'ai pas envie de penser à Kenji...
   
Il se tourne vers Maiya, continuant néanmoins de façon brève sur le sujet.
   
- Je sais qu'après notre prise de bec c'est étrange à entendre, mais tu dois faire confiance à Kenji, Maiya. Je sais ce qui s'est passé un peu plus tôt. Je suis à la tête du groupe. Natsuki est mon second. Cependant, près de nous, nous avons un homme. J'ai Makoto qui est mon bras droit. Celui de Natsuki, c'est Kenji. Et il n'a pas accédé à cette place à la légère, crois-moi. Ce soir, j'aurais seulement envie de dire que c'est un enfoiré avant de l'envoyer crever, mais tu dois lui faire confiance malgré tout.
   
Maiya a un regard pour la porte défoncée par dessus l'épaule de Ryo. Il resonge encore à cet épisode avant de se défendre :
   
- Il st arrivé ici furieux sans me laisser le temps de dire quoi que se soit, j'étais mort de trouille, j'ai pas l'habitude de ce genre de type qui sortent tout droit d'un vieux film d'horreur... Et il a défoncé la porte comme si c'était du beurre, et.. Tiens regarde !
   
Il lève sa manche pour voir les quelques bleus qu'avaient laissés ls doigts de Kenji. Bon il marquait peut être un peu vite mais quand même, ce type avait de la poigne quoi !
   
- Me semble qu'il était légitime que je m'inquiète tu vois..
   
Ryo baisse la tête pour observer le bras fin... et son regard s'obscurcit soudainement. Il glisse une main sous le bras, le relevant juste assez pour mieux voir les marques. Son coeur tambourine fortement dans sa cage thoracique : il n'est plus en colère, il est enragé !
   
- Qu'est-ce qu'il t'a fait là ?!
   
ha ça remarche... Ok, 20mns de down et suffit que je t'en parle pour que ça revienne xD
   
Genre XD
   
(ha merde trompée de fen^tre pour dire ça en plus quelle tâche... Je reprend v_v)
   
Maiya a un petit soupire et n'ayant pas envie que Ryo reparte dans un coup de colère, il revient le prendre entre ses bras, lui caressant avc tendresse la nuque et déposant un baiser sur sa tempe.
   
- C'est rien c'est bon... J'avais pas très envie de sortir de la salle de bain et lui l voulait absolument... La prochaine fois je discuterais pas c'est tout...
   
Il a un petit soupire, continuant d'essayer d'apaiser Ryo comme il pouvait même s'il n'avait jamais été très doué dans cette tâche.
   
- Il était sous pression... Comme tout le monde ici je suppose. Regarde toi, c'est finit et tu l'es même encore... Détend toi... Je te masserais ensuite tu veux...?
   
Ryo pince les lèvres, relâchant le bras de Maiya pour ne pas y déposer des stigmates à son tour et ce, non intentionnellement. Il ferme les yeux un moment avant de se tourner vers l'arrivée d'eau pour la couper. Sans rien dire de plus, il sort de la douche, attrape une serviette et la noue autour de sa taille. Et comme si soudainement c'était important que lui le fasse, il se dirige vers Maiya, l'aide à sortir de la douche et commence à l'aider à retirer son haut trempé et ce, sans arrière-pensée, ce qui était un exploi en soit.
   
- Bien, bien... Je crois que j'ai besoin d'une bonne nuit de sommeil. Pour ce qu'on va en avoir... Si quelqu'un entre dans la chambre pendant la nuit, ne t'inquiète pas. Je les ai avertis que je voulais prendre un tour de garde. Alors ils vont venir me chercher.
   
Maiya reste un instant sans trop savoir quoi penser alors que Ryo sort de la douche sans rien dire. Il savait clairement, maintenant, qu'on l'accusait de détourner l'attention de Ryo. Il ne voulait pas, en plus, qu'on l'accuse d'être une source de conflit entre son homme et le bras droit de Natsuki... Il reste un peu bête jusqu'à c que finalement Ryo revienne vers lui, l'aidant à s déshabiller. Maiya retire ses vêtements trempé avant de lui même récupérer une serviette pour se sécher un tant soit peu avant de nouer la serviette sur ses hanches. Il serre à nouveau le blond dans ses bras, dépose un petit baiser sur ses lèvres et finalement l'entraîne dans la chambre. Il laisse tomber la serviette, pas par envie d'attiser un quelconque désir, l'heure n'y était pas ni pour l'un ni pour l'autre de toute évidence...
   
- Viens, allonge toi.
   
Il soupire et poursuit au sujet de cette histoire de tour de garde :
   
- Je suppose que de toute façon, même si je ralais ce soir, ça n changerait rien. Et j'ai pas envie de me disputer avec toi ce soir. Tu sais tout à l'heure... Tout à l'heure...
   
Maiya se passe une main sur le visage, admettant :
   
- Toi et ton groupe étiez injoignable appriori et on nous à dit qu'il vous était sans doute arrivé quelque chose.
   
Ses yeux s'humidifient rapidement et il serre les dents.
   
- Et la dernière chose qu'on avait fait, c'était s'engueler avant que tu partes ce matin...
   
Ryo détourne le regard alors que les yeux de son petit homme s'humidifient. Il se sent toujours mal dans ce genre de situation et si habituellement il renverse la vapeur par un commentaire made in Ryo des plus brusque, cette fois il n'en avait pas envie. Il s'éclaircit la gorge avant de finalement en revenir à Maiya. Le blond hésite un court instant avant de glisser ses bras autour de la silhouette frêle, quoi que plus grande que lui. Et il dépose un baiser sur les lèvres du jeune homme avant de le serrer fortement contre lui.
   
- Quand je quitte la maison, il y a toujours une possibilité pour que je n'y revienne pas... Et ce n'est pas faute de le désirer, Maiya. Mais tu dois en être conscient.
   
Il s'interrompt, s'éclaircissant à nouveau la gorge alors qu'il a l'impression qu'à son tour, il va fondre en larmes, ce qui serait trop con...
   
- Je t'aime, Maiya. Mais je suis trop égoïste pour te quitter histoire que tu ais une vie un peu plus "normale". J'ai aussi assez de culot pour croire que je peux te rendre heureux.
   
Maiya s'accroche à la petite silhouette comme a une bouée de sauvetage. Ce "je t'aime" prononcé de cette voix chevrotante, c'était plus qu'il ne pouvait en supporter et en même temps tout ce qu'il espérait et attendait. Il hoche avec aplomb la tête, admettant parce que le moment s'y prêtait uniquement :
   
- Moi aussi je t'aime. Je veux rester avec toi, je ne veux pas que tu meurs, je veux te garder pour moi, avec moi, toujours. Tu es venu me chercher, tu m'as gardé vivant pour ça alors je t'interdis de me lâcher maintenant. Je suis capricieux, égoïste et probablement le pire poison qui soit jamais entré dans ta vie mais je m'en fout. Tu le voulais ? Tu l'as. Maintenant tu en prend soin, pas le choix.
   
Un petit sourire glisse sur les lèvres de Ryo. Et si ce petit discours aurait fait fuir plus d'un homme, il ne le pousse qu'a serrer plus possessivement Maiya contre lui. Bien sûr qu'il en prendrait soin de son petit poison... Il l'avait apprivoisé, ce n'était pas pour tout balancé aux poubelles à la première occasion. Ryo soupire, déposant un baiser sur les lèvres de Maiya. Rien d'approfondit, seulement pour approuver ses paroles. Finalement, il le relâche, titubant jusqu'à son lit. Mal de crâne... Il voulait dormir.
   
- Je te garde... Mais maintenant, dormons. La soirée a été longue et dans les prochains jours, la tension sera assez effrayante. J'espère que tu vas réussir à y trouver ta place... J'aimerais bien que tu quittes un peu plus ma chambre. Les gars ont été bluffés que tu aides ainsi et ont beaucoup appréciés tu sais..
   
Maiya grogne un peu. Il n'avait pas envie de parler de sa participation... Alors il vient se glisser sous les draps, ouvrant les bras pour y accueillir son homme histoire de s'endormir en l'ayant tout contre lui. Il se calle convenablement avant d'en faire la remarque :
   
- J'ai pas vraiment envie d'en parler là... Plus tard. Moi aussi j'ai envie de dormir, viens avec moi... J'ai besoin de ta chaleur.
   
Ryo gronde, mais opine. Il n'avait plus vraiment envie d'en parler non plus. Ce serait pour une autre fois. Alors qu'il se glisse près de Maiya, l'étreignant tout contre lui. Et aussitôt qu'il ferme les yeux, c'est pour s'endormir, bercé par la chaleur et le parfum de l'homme qu'il aime.

_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

33. À Corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-