Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 28. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5138


MessageSujet: 28. À corriger   Dim 7 Nov - 23:42

   
Shino était assit sur le banc des vestiaires de l'hôpital. Il joue un peu des épaules, se défaisant d'une raideur. Sortit il y avait quelques minutes d'une douche chaude, l'infirmier s'était séché puis changé. Il s'attaquait à présent au lacet de ses baskets, pensant très fort à son lit... Pourtant il n'était que 18h passé d'une 20aine de minutes... Mais Shino sortait d'une garde de 24h et les urgences avaient fait salles combles... Y avait des jours comme ça... Un accident de la circulation... Un gros carambolage de ce que lui avait apprit Izumi, son ex, policier mais sur place pour interroger... Ou pour... En fait il ne savait plus. Shino avait couru une grosse partie de sa nuit et de sa journée et à présent, il ne rêvait plus que du confort de son appartement dans lequel il allait s'écrouler et dormir jusqu'à demain même heure si le dieu du marathon du sommeil était avec lui ! L'homme se relève, récupère le caban sombre un peu trop grand dans son casier et l'enfile tout n récupérant son sac à dos. Voilà, il était sur le départ...
   
Encore un petit coucou à ceux qui viennent prendre la relève et Shino traverse le hall, sortant son lecteur MP3 pour venir en ficher les écouteurs dans ses oreilles. Il n'a cependant pas le temps d'en pousser le bouton du volume que son regard est attiré par un lit sur lequel gémit de douleur un adolescent. Aussitôt Shino tire sur le cordon des écouteurs, comme si ça lui permettrait de mieux voir et il s'approche de l'infirmière qui place le garçon dans une salle, le mettant directement sous perfusion. Avec un sourire crispé elle lui conseil d'aller profiter de son repos mérité mais Shino observe l'adolescent qu'il reconnait pour l'avoir rencontré au club l'avant veille au soir. Il se souvenait même lui avoir donné un préservatif. Un des oiseaux de Kenji... Et s'il le reconnaît, c'est parce qu'il a l'habitude de reconnaître les visages légèrement déformé par les gonflements et les bleux... Et c gamin n est couvert.
   
Un bras visiblement cassé, quelques côtes aussi d'après sa fiche... Lèvre fendue et pas à moitié... Cocard si gonflé qu'il allait peut être même falloir l'inciser pour ne pas écraser les vaisseaux qui allimentaient l'oeil... Du sang coule encore un peu de son oreille, ce qui n'est pas vraiment bon signe... Shino attend que l'infirmière se soit éloignée pour aller chercher un médecin rapidement et il s'approche du jeune homme, lui parlant, tentant de lui rappeler qui il est. L'adolescent geint, refuse de lui parler et Shino emploi les grands moyens, parlant de Kenji. Et le gamin se met à pleurer comme l'enfant qu'il est encore un peu, disant qu'il allait se faire tuer parce qu'il s'était fait piquer "un truc" dont de toute évidence, il ne lui donnerait jamais le contenu. Shino essai de le calmer et de le garder bien couché avant de lui dire qu'il allait aller voir Kenji, qu'il lui fallait juste l'adresse. L gamin hésite, pleurniche un peu... Et finalement lui donne l'adresse...
   
En quelques minutes, Shino est dehors, esquivant la curculation en récupérant... Son vélo ! Ben oui, il venait à l'hôpital en vélo, et alors ? Il pédale tout droit dans la direction de l'adresse donné par le gamin. Il était parfois envoyé en ambulance alors il voyait relativement bien les adresses. Sauf que c'était en plein milieu d'un quartier pas vraiment réputé pour son hospitalité... Evidemment... Kenji avait dit "kikikan" non ? En tout cas, il arrive à l'adresse donné en un gros 20mns de pédalage. Il est environs 19h et il y a quelques jeunes dehors. Shino met le pied à terre, s'approchant du portillon mais il n'a même pas le temps de poser la main dessus. Et tout à coup, il commence à se demander si son idée de vouloir prévenir Kenji était bonne... On lui bloque le passage... Y en a même un qui sort une arme blanche et Shino déglutit. Très mauvaise l'idée même...
   
- Je suis venu voir Kenji... J'ai quelque chose à lui dire...
   
Mais alors ses paroles passent littéralement comme dans du beurre... Il y en a un qui s'approche, venant poser une main sur son épaule, y faisant un peu douloureusement pression et Shino reste muet et cloué sur place. Courageux mais pas téméraire. Et là pour être honnête, il était même carrément flippé...
   
Kenji l'avait mauvaise. Très mauvaise. En fait, la journée avait très bien commencée. Ça avait un peu brassé avec un gang de rue d'un quartier très - trop - voisin qui, pourtant, se faisait douce habituellement, puisque ses effectifs étaient beaucoup moins importants que les Kikikan. Et pourtant, aujourd'hui, ils avaient décidés de faire chier... Ça arrivait parfois. Ça saoulait généralement Kenji et pas rien qu'un peu, mais cette fois, c'était passable... Disons qu'il en avait déjà vu des pires. Il avait remis ces hommes à leur place, leur avait fait comprendre que leurs gamineries ne les mènerait nulle part, puis était partit. Car ouais, essayer de conquérir une rue assez marchande qui appartient aux Kikikan, c'est probablement aussi téméraire que stupide. Et même s'ils étaient trois à venir parler avec lui, Kenji ne s'était pas laissé marcher sur les pieds. C'est sans casse qu'ils étaient partis. Puis, il avait dût se rendre à l'autre bout de la ville, là où on disait qu'il y avait quelques marchés intéressants à dégoter. Et surtout, un lycée de jeunes à problèmes...
   
C'était Makoto qui s'occupait la majorité du temps de tâter le terrain pour les jeunes à problèmes. Mais cette fois, ce fut lui. Makoto était malade. Du moins, c'était le terme qu'on employait officiellement. Mais, aujourd'hui, Natsuki l'avait pris à part des autres pour lui dire ce qui en était réellement. Il avait compris. Et c'était à lui maintenant de mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard de Makoto. Principalement dans le recrutement. Parce que pour la drogue, Kenji avait délégué. Malgré toute sa bonne volonté, il n'avait encore que 24 heures dans une journée... Donc oui, ce fut une journée chargée. Mais c'est sans difficulté qu'il avait réussi à gagner à leur cause trois jeunes qui semblaient plus que prometteurs. Cependant, c'est au retour que ça avait commencé à aller mal. On l'avertissait que les [Nom du gang... fais chier merde xD] avaient encore fait du trouble dans les environs... et que cette fois, c'était retombé sur leurs plus jeunes. Bien sûr.. .C'était si simple de prendre le dessus sur des gamins ! Les lâches...
   
Dark Rangers
   
Kenji avait donc dût encore une fois donner des ordres puisque les chefs ne semblaient pas prêts à sortir de leur tanière. Franchement... Ça le dépassait. Il aimait bien Ryo et Natsuki, mais leur présence réduite de ces derniers temps le sidérait... Un des jeunes avait réussi à se traîner jusqu'à la maison. Il avait assuré qu'une ambulance était arrivée... et que ces salopards l'avait volé. Volé quoi ? Des documents qui pouvait sembler tous bêtes entre les mains de monsieur et madame tout le monde, mais qui regroupait des informations très importantes sur les autres gangs... et sur les Kikikan aussi. Et ils devaient mettre la main dessus au plus vite. C'était prévisible : cette fois, il y aurait des morts. Et justement, l'adolescent qui s'était traîné jusqu'à la maison principale venait tout juste de rendre son dernier souffle dans les bras de Kenji. L'homme détourne le regard un moment, émotif, avant d'y revenir. Il glisse doucement une main sur les yeux du jeune homme pour abaisser ses paupières, puis le serre dans ses bras, déposant un baiser dans ses cheveux.
   
Autour, c'est le silence le plus complet. Respect... Un des leurs venait de mourir, c'était comme si on leur avait tous coupé un bras. Et les Dark Rangers allaient payer... cher. Très cher. Kenji se le promettait. Et il savait que tous les Kikikan venaient de se faire cette promesse. C'est à ce moment qu'il entendit quelques bruits de lutte légère à l'extérieur. Il confit le corps de l'adolescent à l'homme près de lui avant de sortir, sa silhouette imposante prenant tout l'espace du cadre de la porte d'entrée un moment. Et dans la semi-obscurité il distingue... Shino ?!
   
- Lâchez-le !
   
Ce fut comme si dieu lui-même avait parlé, mais Kenji ne le relève pas. Ses hommes étaient bien formés, voilà tout. Ils s'écartent tous de Shino, mais ne perdent pas leur attitude violente et protectrice. Tous étaient sur les nerfs... C'était comprenable. Et Kenji n'était pas heureux, pas heureux du tout de trouver Shino ici... Sa voix gronde rarement, mais cette fois, elle le fait.
   
- Dis-moi comment tu es arrivé ici et surtout, pourquoi tu y es !
   
Les mains de Shino sont tellement crispées sur le guidon de son vélo que ses jointures en deviennent blanches. Et il ne lâche pas l'autre du regard. En fait, il se rend compte qu'il retient sa respiration et qu'à ce compte, il va bientôt manquer d'air. Son coeur cogne douloureusement contre ses temps et il a un sursaut conséquent en entend l'ordre de le lâcher. C'est d'ailleurs ce qui est fait aussitôt. Le poids sur son épaule disparaît mais Shino est toujours aussi crispé. Surtout que Kenji, puisque c'est lui, grand et imposant au milieu de tous ces autres hommes et adolescents, n'a pas l'air ravit du tout de le voir ici. Et bien à retardement peut être, mais rétrospectivement, c'était un sentiment qu'ils partageaient. L'infirmier met un court instant à se remettre de ses émotions, Kenji lui en imposant énormément sur le moment... Finalement il lâche le guidon d'une main pour passer une main légèrement tremblante dans ses cheveux, tentant de garder le contrôle de sa voix.
   
- Izumi... A l'hôpital... Je voulais te prévenir...
   
Kenji ferme les yeux un moment, comme s'il avait énormément de mal à garder son self control.. ce qui n'est pas totalement faux pour l'heure. Il ne dit rien pendant un bon moment. Son regard noir se promène sur les hommes qui attendent tout autour de Shino, près à lui bondit dessus au moindre signe du petit doigt de Kenji. Lorsque l'homme aux longs cheveux corbeau parle à nouveau, c'est pour s'adresse à eux, mais rien qui ne concerne Shino.
   
- Kao, Ichigo, Maresuke. À la maison sud, tout de suite. Informez-les. Ils doivent être prêts. Sado, Tomofusa. Vous retournez à la maison du quartier nord-est. Faites très attentions. Armez-vous et pas que d'armes blanches... Allez chercher Yatarô et Uraku avant d'y aller. Vous savez où les trouver. Nobuyuki, fais le tour de la ville avec Emon que tu trouveras au sous-sol ici même. Tu demandes à tous les Kikikan que tu croises de retourner à leur maison principale. Et ceux qui n'en ont aucune viennent directement ici, ordre de Ryo.
   
Les hommes figent un moment lorsque Kenji affirme que c'est un ordre de Ryo. Ils savent bien que c'est faux, mais Ryo est introuvable présentement... Et de fait, Ken se tourne vers l'homme à sa droite.
   
- Trouve-moi Ryo. Sur-le-champ.
   
Et finalement, il quitte la porte pour se diriger vers Shino. Il pointe le garage.
   
- Ton vélo là. Tu vas nous être utile. Je sais, je n'ai pas le droit de te retenir contre ton gré et blabla... Mais tu as mis ton nez dans nos affaires sans qu'on te le demande.
   
Il se fait un peu plus doux avant d'ajouter :
   
- J'irai voir Izumi lorsque le moment sera approprié. J'aimerais de tout mon coeur être avec lui, mais... Pour le moment, ça ne mettrait notre ordre qu'en danger.
   
Shino observe un silence religieux, comme tous les autres d'ailleurs, alors qu'après un bref instant de silence, des ordres fusent entre les lèvres de Kenji. Il n'hésite pas, donnant à chacun une tâche toute particulière avec une grande assurance. C'était impressionnant. Ho, Shino avait l'habitude de voir des hommes d'autorités. Il était infirmier et assistait parfois des chirurgiens qui ne rigolaient pas du tout non plus... Mais cette discipline dans le chaos, ça avait un petit côté fascinant. Le bref malaise au nom de "Ryo" ne lui échappe pas mais il se garde bien de dire quoi que se soit, laissant les autres garçons partir chacun de leur côté tandis que Kenji vient sur lui. Shino lève les yeux, frissonnant légèrement d'anticipation et quand les trois petits mots "ton vélo là" franchisse les lèvres pincées, il ne se fait pas prier... Et c'est par vrai réflexe qu'il attach l'antivol au premier truc venu. Pour ce que se serait utile s'ils décidaient de le lui voler...
   
Shino passe ses mains avec anxiété sur le devant de son caban, comme s'il cherchait à le lisser ou un truc du genre et quand Kenji parle de leur être utile et de "retenir contre son gré", il fronce légèrement les sourcils tout de même.
   
- De quoi est ce que tu parles...? Je suis juste venu te dire pour ton ami... Je ne peux rien faire pour vous... Et si je n'étais pas certain que tu allais refuser, je te dirais même de conseiller à Izumi de porter plainte...
   
Un petit rire limite amer franchit les lèvres de Kenji. Oh allons... porter plainte. Et puis quoi encore ? Comme si ça y changerait quoi que ce soit. La loi du petit peuple n'avait rien à faire dans leurs histoires. Attention, en parlant de petit peuple, Kenji ne croyait pas leur être supérieur. Au contraire, ils étaient un peu comme la vermine, non ? Mais une vermine très bien structurée... Il glisse doucement une de ses grandes mains par-dessus celle plus petite de Shino, l'attirant doucement vers la porte d'entrée qui était toujours ouverte. Il se penche pour déposer un petit baiser sur une tempe de l'homme. Parce qu'il savait que c'était effrayant... mais soit... Il était toujours le même Kenji. C'était une partie de lui.
   
- Mes hommes ne sont pas tous ici. Certains sont sur les lieux du crime. La plupart des jeunes vont s'être sauvés, mais être tout de même blessés. C'est la raison pour laquelle j'ai besoin de toi, Shino.
   
Il hésite avant de finalement attirer l'homme à l'intérieur où le corps du garçon gisait encore, cette fois dans les bras d'un autre adolescent en pleurs et en état de choc. Son copain... Kenji détourne le regard, une tristesse infinie se lisant dans ses yeux sombres.
   
- Viens. Allons à la cuisine...
   
Shino se détend un peu, de façon presqu imperceptible alors que Kenji met un peu plus de forme à tout ça. Sa présence et son calme avait quelque chose d'appaisant et en même temps, il avait eu la peur de sa vie un peu plus tôt alors... Et quand il est question de jeunes blessés, Shino le sent venir à des kilomètres. Et voilà, Kenji lui parle de soins non ? Il ne pouvait pas ! Pas comme ça, au milieu d'un salon...! Si ces jeunes avaient besoin de soins, ils devaient se rendre à l'hôpital ! D'ailleurs, il va pour le lui dire, les yeux levés vers lui lorsque des pleurs attirent son attention. Une de ses mains vient brutalement s'écraser contre ses lèvres alors qu'il retient un cri surprit, un tremblement le traversant des pieds à la tête. Il s met de dos à l'adolescent et au mort, relevant les yeux sur Kenji qui semble au comble d la tristesse... Il n'empêche que... Shino ne bouge pas de là où il est.
   
- Vous ne pouvez pas faire votre loi comme ça Kenji ! Vous ne pouvez pas avoir des jeunes qui... Qui...
   
Il tourne la tête n direction du garçon allongé et vient finalement près de lui, glissant à tout hasard une main sur sa jugulaire, pour être sûr... Et finalement il se relève.
   
- Qui meurt dans votre salon... Il faut faire quelque chose...
   
Non, le fait d'être face à la mort ne le rendait pas malade non plus. Après tout, il y était confronté tous les jours avec son métier... Mais tout de même...
   
Kenji revient près de Shino en grognant. Il savait déjà que le jeune homme était décédé, merci... Maintenant, ils devaient aller discuter plus loin. Alors il le traîne carrément jusqu'à la cuisine, puisque l'infirmier ne semblait pas vouloir comprendre que ces regards noirs tournés vers lui n'étaient aucunement de bonne augure. Même le copain du jeune homme décédé fusillait l'infirmier du regard. Finalement, une fois dans la cuisine, Ken en ferme la porte. Il se tourne vers Shino, poussant un long soupir fatigué. Sa nuit allait être longue, très longue...
   
- Shino... Tu te rends compte que techniquement, je ne peux plus te laisser partir d'ici ?
   
Il fait quelques pas dans la cuisine, visiblement nerveux.
   
- Parce que nous ne pouvons pas te faire confiance. Tu es trop... Trop "bon". Tu comprends ? Parce que tu crois que c'est la chose à faire, tu vas alerter les autorités et je ne sais quoi encore. Et il faut éviter ça. Car si nos jeunes se retrouvent à la rue, le gang ennemi va les retrouver et les égorger. Je connais les lois de la rue. Pas toi. Quoi que tu en penses...
   
Shino suit bon gré mal gré Kenji jusqu'à la cuisine, n'en revenant pas de la conversation qu'ils sont en train d'avoir. Pour lui, il allait de soit qu'en s préparant à une guerre de rue, petite ou grande, les kikikans se préparaient à manger de sévères retours de médailles. L'infirmier fait les cent pas, se passant une main nerveuse dans les cheveux à nouveau, jetant quelques oeillades en coin à la haute silhouette. Evidemment que de son point de vu, le mieux à faire c'était de prévenir les autorités qui seraient en mesure d'éviter qu'un bain de sang quelconque n'éclate. Finalement il revient se mettre en face de l'homme, l'interrogeant du regard :
   
- Et ce garçon, qu'est ce que vous allez en faire ? Tu sais que c'est interdit de cacher un corps ou quoi que se soit ? Un médecin doit le déclarer mort... Il doit être transporter à la morgue...
   
Kenji soupire. Il vient se placer près de Shino et, doucement, il glisse une main sur sa joue. Il se sentait tellement défait ce soir...
   
- Nous ferons ce que Masa veut que nous fassions.
   
Il a un petit sourire triste, retirant sa main du visage du petit homme.
   
- Son copain. C'est à lui de décider...
   
Shino récupère la main de Kenji avant que celle ci ne s'éloigne trop de lui. Il la serre entre ses deux mains, compatissant mais n'étant pas capable d'approuver malgré sa bonne volonté.
   
- Ne faites rien d'inconsidéré... Je t'en supplie... C'est pas la bonne solution...
   
Kenji opine brièvement. Néanmoins, il ajoute :
   
- Je suis ici depuis longtemps, Shino. Je sais quoi faire. Ces hommes me font confiance. Je n'ai pas le droit de les abandonner.
   
Il s'approche finalement pour glisser ses bras autour de la silhouette qui, pour lui, semble si frêle ! Il serre doucement l'homme contre lui, caressant tendrement ses cheveux noir d'une main.
   
- Occupe-toi de ce qui te concerne surtout, pour le moment, Shino. À savoir que pour le moment, je ne sais pas si je dois te laisser partir ou pas. Et ça me tue...
   
Shino ne dit rien. Parce qu'il sait très bien qu'il ne convaincra pas Kenji. Ca se saurait si un petit infirmier pouvait convaincre de quoi que se soit un homme d'importance au sein d'un gang. Il se laisse brièvement étreindre, posant son front contre une épaule, venant agripper le vêtement et finalement son coeur se remet à tambouriner alors qu'il est question de savoir ce qu'il fallait faire avec lui. Dire qu'il venait simplement avertir Kenji qu'un de ses amis était à l'hôpital au départ...
   
- Je ne peux pas partir sachant que vous allez peut être avoir des blessés qui vont arriver et que vous ne les enverrez sans doute même pas à l'hôpital...
   
Kenji opine brièvement. Son coeur cogne vivement contre sa poitrine. Il serre l'homme contre lui un peu plus fortement. Bien... Alors Shino les aiderait... Mais il restait encore quelque chose à savoir...
   
- Et tu ne diras jamais à personne l'emplacement de cette maison ?
   
Shino reste longuement, très longuement silencieux. Il songe au fait que pour les prochaines 48h il est de repos avant 2 nouvelles gardes de 24h, qu'il avait du temps devant lui mais qu'en même temps, il n cautionnait pas du tout ce qui allait se passer ici. Il pense également à Tsukasa (plutôt qu'Izumi, je suis pas très inspiré xD) devant qui il va devoir mentir... Ou tout au moins cacher la vérité et finalement il hoche la tête de façon positive, prévenant :
   
(déjà utilisé aussi mais bon xD)
   
- Mais si la situation devient hors contrôle, si l'un de ses jeunes a vraiment besoin d'une ambulance, je l'appelle... Sans hésiter... Et si ça déborde... J'en sais rien...
   
(merde, je me souviens plus xD)
   
(c'pas grave xD)
   
Kenji gronde, mais ne réplique pas. Il hésite un long moment, baissant la tête vers Shino. Une de ses mains vient faire pression sous le menton de l'homme pour le forcer à relever la tête vers lui. Et pendant un bon moment, il plonge son regard dans celui du bel infirmier.
   
- J'aimerais vraiment que tout soit plus simple. Je sais que nos valeurs sont très différentes... Et même si ça sonne peut-être de façon assez idiote, j'aimerais que tu me laisses une chance...
   
Shino observe les traits au dessus des siens et finalement il dégage son menton des longs doigts qui le maintienne. Il déboutonne son caban avant de le poser sur le dossier d'une chaise et tire un peu sur la veste sombre passer au dessus de son t-shirt pour se redonner un peu de contenance. Difficile dans la situation présente de promettre quoi que se soit.
   
- Je crois qu'on devra n reparler à un autre moment... Celui là est mal choisit...
   
Kenji détourne le regard, mal à l'aise aux paroles de Shino. Il rouvre la porte de la cuisine, la tête basse.
   
- Bien sûr... Comme toujours.
   
Il soupire avant de faire un signe vers les escaliers de l'étage.
   
- Tu sembles exténué. Vas dormir, un peu... J'irai te chercher un peu plus tard.
   
Shino s'approche de Kenji pour voir ce qu'il lui montre et s'en désinteressant un instant, il vient poser une main sur son bras, l'observant en silence quelques secondes.
   
- Laisses moi digérer tout ça ok...? Je te signale que si j'étais pas prêt à un minimum, je serais sûrement pas là...
   
Kenji observe un moment de silence avant de finalement glisser sa main sur celle de Shino. Il hésite un moment et finalement, il l'attire vers les escaliers, les montant assez rapidement, voulant échapper au regard des hommes qui sont toujours aux salons. L'adolescent pleurant son copain a disparu, ainsi que ce dernier. Ken tire Shino jusqu'à sa chambre et une fois à l'intérieur, il en ferme la porte.
   
- Prend le lit. Enfin... si tu préfères le futon, ne te prives pas, je suis seul dans la chambre pour le moment de toute façon... Attend que je vienne te chercher avant de sortir. Nous sommes tous à cran ce soir : j'aimerais mieux éviter qu'on te prenne pour un Dark Ranger même si... heu... sans vouloir te frustrer, tu ne fais pas très peur...
   
Shino se laisse entraîner à l'étage, observant au passage quelques jeunes. Il se retrouve au final dans une chambre assez petite mais somme toute confortable, pourvu d'un lit et d'un futon. L'infirmier vient se poser sur le lit, en appréciant le matelas, son corps lui rappelant les dernières 24h de folie à l'hôpital. Finalement il se relève, levant une main pour la passer sur la joue de Kenji et le forçant à se baisser un minimum tandis qu'il se hisse lui même sur la pointe des pieds, Shino vient poser un baiser à la commissure des lèvres de l'homme, glissant de façon superficielle sur elles ensuite avant de s'éloigner, rejoignant à nouveau le lit, sachant que s'il voulait être d'une aide quelconque, il devait effectivement tenter de gagner quelques heures de repos si c'était possible.
   
- Tu devrais te reposer toi aussi... Et j'espère que vous avez un minimum de quoi je puisse me servir en cas de besoin... Même si je préfèrerais que personne ne soit blessé tout court...
   
Kenji ferme les yeux alors que les lèvres de l'homme se pose près des siennes, les évitant de peur. Il aimerait vraiment que ce soit plus simple... mais il s'y refusait un peu aussi en même temps. Parce qu'il se refusait à renier qui il était... Lorsque Shino lui propose de dormir, Kenji opine brièvement, même s'il n'en a pas du tout l'intention. Il ne pouvait pas abandonner les autres. Il y avait assez de Ryo qui était introuvable et Natsuki qui semblait trop tenir à Makoto pour s'occuper des jeunes qui avaient aussi besoin de lui... bref...
   
- Tu auras tout ce dont tu as besoin, promis. Dors bien. Personne n'entrera ici, je te le promet.
   
Il sourit doucement à l'infirmier, un sourire un peu forcé, puis fait quelques pas pour quitter la pièce.
   
Shino défait sa veste qu'il envoit sur le futon puis ses baskets avant de se glisser sous la couverture, parce qu'il a un peu froid pour le coup, manque de sommeil oblige. Il s'allonge, s'installe, note le parfum subtile de Kenji sur l'oreiller et finalement ferme les yeux. Difficile de dormir dans ces conditions ? Quand on est infirmier ou médecin, on apprenait à grapiller des minutes de sommeil partout où on pouvait en trouver alors non, ça allait... Shino inspire profondément, expire... De quoi calmer un peu ses nerfs et déjà il somnole. Il était en train de se mettre dans une galère monumentale...

_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

28. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-