Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 27. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 696


MessageSujet: 27. À corriger   Mar 26 Oct - 22:06


Kenji se faufile entre les corps en sueur, faisant son possible pour ne bousculer personne, mais les incitant pour de même à se déplacer. Ce n'était pas "fou" ce soir, mais pour un petit groupe, il y avait beaucoup de gens... Plus que le bar ne pouvait en contenir pour que tout le monde soit bien confortable. Il venait tout juste de laisser Mao et Junya près de la scène. Avant de partir, il avait ébouriffé les cheveux de Mao, un petit sourire aux lèvres, puis salué Jun, au cas où il ne pourrait pas revenir à l'avant. Ou ne "voudrait" pas revenir... Le band était bon, mais peut-être pas vraiment dans ses goûts. C'était agréable, mais sans plus. Naturellement, il ne regrettait pas d'être venu. Mais il était presque soulagé de retourner dehors. Il frissonne légèrement dans l'air frais, ses bras nus le lui faisant un peu regretter. Il avait laissé son pull à Mao, qui avait froid. Et surtout, il avait encouragé Jun à ne pas poser de question, détournant son attention de leur ami commun pour qu'il s'intéresse au groupe de musique.

Ni une, ni deux, Kenji sort son paquet de cigarette de la poche arrière de son jeans. Il sort une clope qu'il coince entre ses lèvres, puis l'allume après avoir replacé le paquet dans sa poche. Il prend une première bouffée, fermant les yeux tout en renversant la tête vers l'arrière pour souffler la fumer au ciel. Il les rouvre, observant le ciel pas totalement noir malgré les 23 heures passées... Pollution lumineuse. Et finalement, lorsqu'il penche la tête, il croise le regard d'un homme des plus charmants... Encore plus séduisant sans son uniforme d'infirmier, si c'était encore possible. Il offre un petit sourire à Shino, le saluant d'un signe de tête.

- Tes amis vont être contents. C'est bondé ici... De ta faute ?

Il rigole, faisant un petit clin d'oeil à l'infirmier. Il avait bien démarché si c'était le cas !

Shino s'amusait comme un fou. Le son était bon ou en tout cas plaisait et il croisait plein de connaissance. Fallait admettre que des amis, il en avait des tas... Shin était le genre à se faire des amis partout où il allait... D'une façon ou d'une autre. Il était sociable, adorait bavarder, faire des activités... Il avait aidé les types du bar un moment, récupérant plateau et boisson pour essayer de satisfaire la clientèle qui cherchait à se rafraîchir. Normal... La salle n'était pas aussi grande qu'il l'aurait fallu pour remuer assez d'air pour que l'ambiance soit parfaitement respirable. Quand au bout du compte, il avait commencer à sentir la sueur lui courir le long de la colonne vertébrale, il s'était accordé tout seul sur le fait qu'il méritait bien une pause de durée indéterminée à l'extérieur. Il commande une bière, que le patron lui offre de bonne grâce pour son aide en tant que serveur de salle et va tout droit vers la porte de derrière. Il s'arrête à deux ou trois reprises pour échanger quelques mots avec des connaissances et finalement il met enfin les pieds dehors.

Il amène la bouteille à ses lèvres et en boit une longue gorgée avec satisfaction avant de regarder un peu autours de lui. Il n'est pas seul à être sortit, évidemment. Son regard est cependant rapidement attiré par une silhouette qu'il reconnait pour l'avoir vu à l'hôpital la veille. Un sourire ravit se glisse sur ses lèvres. Silhouette toujours aussi haute et impressionnante, profile gravé dans le marbre, cheveux corbeau long et détaché... Immancable. Encore que jusqu'à maintenant, il l'avait manqué justement ! Shino rigole, rendant rapidement son salut à l'homme avant de s'approcher pour venir à sa hauteur, se mettant de l'autre côté du vent pour éviter de se prendre la fumée. Conscience professionnelle oblige il commence par une remarque :

- Tu devrais pas sortir bras nu, tu transpires, tes muscles sont chaud, ils n'aiment pas le changement brusque.

Puis après un petit clin d'oeil, il répond à la question :

- Non, j'ai démarché beaucoup de gens, j'en connais un bon paquet, mais le groupe à sa petite notoriété dans le coin aussi. Quand même... Le show te plaît ?

Kenji lève les yeux au ciel, prenant une nouvelle bouffée de cigarette. Il relève la tête pour souffler la fumée, certain qu'ainsi, elle n'atteindra pas le petit infirmier tout en répondant :

- Un ami à moi en avait besoin. Alors je le lui ai laissé. Je crois qu'un infirmier comprendra que lorsqu'un jeune homme de 23 ans a froid au milieu de cette foule, il vaut peut-être mieux que ses amis s'occupent un peu de lui mine de pas y toucher...

Un sourit doucement, peut-être un peu triste pendant un moment qui s'avère cependant être très court. Il opine brièvement à la question de Shino, tempérant néanmoins.

- Ce n'est pas tout à fait mon genre de musique, mais je sais l'apprécier.

Shino ne sait pas quoi dire pendant un court instant alors que le visage de Kenji s'assombrit l'espace d'une seconde. Il mourrait d'envie de poser des questions mais ce n'était peut être pas faire preuve de beaucoup de sensibilité et de pudeur. Alors il ne dit rien, revenant prendre une gorgée de bière. Il récupère un petit sourire en coin quand il est question de la musique et finalement il tend sa bouteille à l'homme pour lui en proposer.

- Alors en plus tu as ramené un ou plusieurs amis ? Hé bien, j'ai bien fait de t'inviter !

Après un petit rire il regarde rapidement un couple qui sort de la salle en s bécotant outrageusement.

- On dirait que certains trouvent ça aphrodisiaque !

Il rigole encore avant de sortir de sa poche... Un préservatif ! Il interpelle les deux "gamins" qui doivent être à peine majeur et il envoit au garçon le fameux préservatif. Ce dernier lève les yeux au ciel, l'insulte même peut être tout bas mais repart quand même avec.

- Non, je ne peux pas m'en empêcher si c'est ce que tu te demande.

Kenji tourne la tête vers la sortie alors que l'infirmier fait un commentaire sur un couple qui, visiblement, était peu intimidé à l'idée de s'embrasser devant tout le monde comme s'ils étaient sur le point de franchir la seconde étape... voir un peu plus. Il soupire, un petit sourire aux lèvres lorsqu'il reconnaît le jeune homme qui grogne contre Shino. Kenji lui lance un petit regard noir.

- Izumi. Le respect, c'est partout.

Sa voix ne gronde même pas. Et pourtant le jeune homme, lorsqu'il l'aperçoie, détourne un moment le regard, honteux. Il lui sourit néanmoins avant de s'éloigner avec sa conquête.

- Tu joue le Père Noël des préservatifs... C'est pas si mal. Je m'en fiche quand les gamins me piquent les miens. Tant qu'ils m'en laissent un ou deux, du moins...

Ouais parce qu'il ne l'avait pas encore digéré...

- Si tu savais le nombre de gosses qui attrapent des trucs pas catholiques dans les rues... Tu ne les vois pas tous. Certains refusent de se faire soigner...

Shino se fait tout surprit en s rendant compte que le garçon et Kenji se connaissent. Il a un petit rire amusé en voyant l'attitude de l'autre changer et finalement il en revient à son compagnon, curieux et rieur devant l'allusion aux présrvatifs qui étaient volés et puis nettement plus sérieux à la dernière réflexion.

- Tu sais, il y a un dispensaire à l'hôpital pour les drogués, une aile réservée à ceux qui entre en phase terminale du SIDA... Je les vois peut être pas tous mais j'en vois beaucoup passer. Même un seul c'est trop pour moi. Du coup... Je viens avec des préservatifs récupéré au dispnsaire ! Et y a d'autres copains qui font pareil.

Il regarde dans la direction des deux autres où ils ont disparu avant de demander, à nouveau rieur :

- Alors comme ça tu vis quelque part où des gamins viennent piquer dans tes réserves perso ?

Kenji se fait plus grave lorsque Shino parle de "phase terminale". Il savait que ce qu'avait Mao ne fonctionnait pas tout à fait de cette façon, mais ça le lui fait penser. Et c'est un peu étrange que d'y songer ainsi... Disons qu'il pouvait encore profiter du temps qui leur restait pour voir plus souvent qu'à l'habitude un joli sourire sur les lèvres de son ami. Ça lui suffisait si Mao était heureux. Il soupire, faisant tomber au sol la cendre de sa cigarette avant de la coincer à nouveau entre ses lèvres une dernière fois. Il la laisse finalement tomber, puis l'écrase de son talon. À la question de Shino, il opine brièvement. Un petit sourire amusé glisse sur ses lèvres alors qu'il constate :

- Tu es bien curieux, monsieur l'infirmier !

En même temps, lui aussi l'aurait probablement été ... et il l'était un peu envers Shino, fallait l'avouer.

- Alors finalement, le match de basket. Qui a gagné ?

Parce que valait mieux ne pas trop parler de la maison avec un type qui avait facilement accès à des personnalités qui pourraient leur nuire...

Un petit soupire découragé mais amusé franchit les lèvres de Shino. Ok ok... Pas de réponses à ses questions là encore...! C'était un peu décourageant !

- L'équipe de Nagano, évidemment. D'ailleurs ça m'a permit d'échanger une de mes gardes, je suis trop fort !

Il fait un petit clin d'oeil à nouveau avant de reprendre une gorgée de sa boisson.

- Et tes analyses au fait ? Et ton ventre ?

Kenji a un petit sourire amusé. Malgré le froid, il lève son t-shirt pour montrer son ventre à l'homme. Ça faisait une journée, même pas et pourtant, il ne restait qu'une très vague rougeur et la plaie avait commencée à se refermer.

- Visiblement, tu connais bien ton métier. Je n'ai pas encore reçu les analyses par contre.

Oui bon... il guérissait vite aussi, fallait pas croire... Mais c'était une bonne chose pour lui. Il y avait fort à parier que la semaine prochaine, il aurait une nouvelle blessure à traiter...

Shino a un petit sifflement admiratif en venant rapidement passer le bout de ses doigts froids sur les bords de la plaie.

- Tu cicatrise drôlement vite aussi... Surtout pour une plaie infectée et empoisonnée, c'est impressionnant...

Il vient rebaisser lui même le t-shirt avant que l'homme n'attrape froid, par acquit de conscience et finaleent il demande, n'ayant pas envie d'une réponse affirmative mais se faisant polie :

- Tu devrais peut être rejoindre tes amis, ils doivent se demander ce que tu fais si tu étais juste sortit pour une pause clope.

Kenji a un petit sourire en coin aux paroles de l'infirmier. Bien sûr qu'il cicatrisait vite ! Il n'avait pas le choix. À ce que Shino ajoute, c'est un éclat de rire qui surprend Ken. Il hoche lentement la tête de gauche à droite avant d'observer un peu les alentours. Et finalement, il pointe l'école primaire juste en face du bar - c'était un quartier pauvre et pas pour rien... - avant de s'y diriger, mains dans les poches, s'assurant que Shino le suivait bien.

- Viens, on va s'assoir là-bas. Les squatteurs habituels ne sont pas là, visiblement.

Quelques jeunes garçons des Kikikan y étaient souvent assis pour profiter d'une soirée en groupe.

- Mao et Junya vont bien se suffirent à eux-même. En fait, j'apprécierais même que Mao se décide à faire un premier pas... Ça lui ferait du bien et Jun est mignon dans tous les sens du terme.

(on dirait qu'il dit que ça lui ferait du bien une partie de jambes en l'air avec Jun :') )

Shino ne se fait pas curieux au sujet des "squatteurs habituels", se doutant fort bien qu'à nouveau, il n'aurait pas de réponses à ses questions... Alors pourquoi se fatiguer pour le moment ? Il suit donc Kenji, ravit de bavarder encore un peu et les paroles de l'homme le plonge dans une certaine perplexité. Ho attention... Il avait son petit radar perso qui lui avait susurrer à l'oreille que peut être... Mais là il s faisait confirmer ses soupçons non ? Enfin bref... Il a un petit sourire en venant se poser sur un banc, jouant avec sa bouteille à 3/4 vide.

- Pourquoi devrait il le faire ? S'il en a envie il ira de lui même je suppose. Ou alors tu joues les entremetteurs ?

Kenji ne se laisse pas immédiatement tomber dans les marches. Il les contourne plutôt, se laisse tomber à genou près du mur de l'école et glisse sa main dans une fente sous une des marches les plus hautes... pour en retirer une bouteille de bière. Bon marché, mais pas mauvaise. Il en sort une autre, levant les yeux au ciel. Cette cachette n'avait pas changée depuis son enfance. Il revient près de Shino pour se laisser tomber sur une marche, déposant une bouteille près de lui avant d'ouvrir la sienne.

- Plus ça change, plus c'est pareil... Je viendrai leur rajouter quelques bouteilles de sapporo, histoire d'avoir bonne conscience.

Il rigole, prenant une bonne gorgée avant de se pencher sur la question qui lui avait été posée.

- Le problème, ce n'est pas de vouloir, parfois, mais de se demander si on doit. Hors, je crois que Mao mérite le bonheur comme n'importe qui d'autre. Mais je ne joue pas vraiment les entremetteurs... C'est aussi à lui de voir ce qu'il préfère faire.

Une petite exclamation surprise franchit les lèvres de Shino quand Kenji revient avec deux bières !

- Tu es plein de surprises je vois !

Y a pas... Dieu multipliait le pain, ls poisson et gorgeait les cruches de vin... Et Kenji faisait apparaître les bières ! Amen !

- Et toi ? Si ce Junya est si mignon, pourquoi tu restes à attendre que se soit Mao qui fasse le premier pas ?

Kenji prend une gorgée de bière... pour s'étouffer avec. Il donne quelques petits coups sur sa poitrine, rigolant malgré une soudaine difficulté à respirer. Quand ça passe pas... ça passe pas ! Il récupère finalement son souffle, essuyant une petite larme au coin d'un oeil.

- Moi... Moi et Junya ?!

Il lève les yeux au ciel.

- Il a 20 ans. Et s'il en a bel et bien le physique, il n'y est pas complètement moralement parlant. Il a vécu presque toute sa vie dans la rue, ne faisant que survivre. Forcément, il a encore tout à découvrir. Et si je le trouve adorable, j'en aurais pas moins l'impression d'être pédophile... Sérieusement...

Bon... Pendant une seconde, Shino s'imagine avoir tout comprit de travers. Finalement, le truc de Kenji, c'est peut être la gente féminine s'il s'offusque de sa réponse. Mais non... La raison arrive ensuite... Un peu bizarre mais pas moins réelle visiblement. Shino rigole en terminant sa bière, constatant :

- Hé bien... Un copain de 23ans, un autre d 20... Celui de tout à l'heure avec la fille devait être à peine majeur s'il l'était... Tu es un Peter Pan des temps moderne dis moi...

Kenji hoche la tête de gauche à droite, amusé. Il donne un petit coup d'épaule à l'infirmier, histoire de le "ramener à l'ordre", puis laisse échapper un rire sincèrement amusé.

- Mao est plus mature que son âge ne le laisse croire. Il en a vécu et ce n'est pas fini, alors forcément, ça lui a forgé le caractère. Izumi, c'est un des garçons dont je m'occupe, pas un copain. Si c'était le cas, il n'aurait pas rougit comme une fleur lorsque je l'ai réprimandé. Jun, c'est l'ami de Mao. Et moi...

Il prend un petit moment de réflexion, soudainement plus sérieux.

- Moi je suis un solitaire, je crois. Je n'ai pas beaucoup de temps pour lier des amitiés...

Shino rend son coup d'épaule à Kenji. Il n'avait aucun mal à imaginer que les "copains" de Kenji en ai vu des vertes et des pas mûrs si ses suppositions étaient exactes. Après un court silence, il se permet une autre constatation :

- On lie amitié là non ?

Kenji a un petit sourire en coin. Bien sûr, c'était un peu ce qu'ils faisaient, probablement. Alors il opine, ajoutant cependant :

- Mais à un moment, je ne pourrai plus rien t'apprendre sur moi. Tu t'es déjà heurté à des barrières, tu l'as bien remarqué. C'est malgré moi... Mais c'est ainsi.

L'infirmier hoche positivement la tête, convenant de ce fait. En réalité, il s'était plus souvent heurté à des barrières qu'il n'avait eu de réponses...

- Peut être que tu pourrais directement me dire ce que je peux savoir, on gagnerait du temps...

Kenji prend une bonne gorgée de bière, en vidant presque la moitié d'un coup. Il lève les yeux au ciel, tentant d'y apercevoir une étoile, mais rien, naturellement.

- Nous ne sommes pas pressés... Nous avons encore tout notre temps.

Il baisse la tête, observant le joli petit infirmier, un sourire aux lèvres.

- N'est-ce pas ?

Le regard de Shino ne quitte pas le profile séduisant. Fallait pas croire... C'était un garçon intelligent... Il savait bien que se serait sans doute mieux pour lui de tourner les talons maiiiiiis... Il avait peut être bien un faible pour les vilains garçons pas si vilain que ça...! De fait, il a un petit sourire en hoche positivement la tête avant de plaisante.

- Mais si on pouvait éviter de se voir pour des prises de sang, des blessures à l'arme blanche et ce genre de truc, ça m'arrangerait...!

Kenji glisse une main sur son ventre en grimaçant.

- Des escaliers, monsieur l'infirmier. Vous avez déjà oublié ??

Il rigole avant de redevenir plus sérieux, songeant soudainement à quelque chose... qui lui fait drôlement plaisir sur le coup !

- Tu en vois combien des patiens dans une journée ? Tu te souviens de tous tes patients ?

Shino ouvre la bouche pour répondre puis la referme, levant les yeux au ciel. Oui bon... Il avait l'air un peu con là...

- J'en vois beaucoup.

Il sourit avant de hausser légèrement les épaules, prenant appuit de ses coudes sur la marche au dessus et levant les yeux au ciel, tentant d'y perçevoir quelque chose sans succès. Finalement il tourne la tête vers Kenji avant d'admettre :

- Je ne me souviens pas de tous mes patients non. Seulement ceux que je trouve assez intéressant pour les inviter à une soirée puis passer du temps à bavarder n buvant une bière.

Kenji opine brièvement. Il observe avec attention le petit infirmier près de lui, appréciant grandement ce qu'il y voyait. Mais quoi ? Ça ferait comme d'habitude, non ? Kenji était doué pour récolter les "on est juste bons amis". Et ça l'horripillait. Il n'avait pas envie que ça arrive à nouveau... Et pourtant, il entendait encore Mao lui dire qu'oser ne lui ferait pas de tort. Finalement, l'homme s'éclaircit la gorge avec une gorgée de bière avant de demander lentement, comme s'il regrettait presque aussitôt que les mots franchissent ses lèvres :

- Kikikan. La bande de rue. Tu connais ?

Nerveux, il commence à gratter l'étiquette de sa bouteille de bière.

- Je ne suis pas mauvais de nature. Tu n'as pas à avoir peur..

Kenji devient passablement nerveux et Shino ne dit rien, l'étudiant juste soigneusement. Et finalement un nom franchit la barrière de ses lèvres. Oui il connaissait. L'hôpital voyait passer de tous les gangs de toute façon... Des petits vauriens des rues aux yakuza alors... Et puis, il s'en était déjà de toute façon. Avec un sourire tranquille, il vient poser une main sur celle qui triture l'étiquette de la bouteille de bière.

- Keep cool... Je m'en doutais pour le gang. La seule chose que j'ignorais vraiment, c'était lequel.

Evidemment, c'était inquiétant sur le principe... Mais Kenji en lui même ne l'inquiétait pas vraiment. Alors bien sûr, il avait été très impressionné quand il l'avait vu la première fois dans la salle de consultation... Mais ça allait maintenant ! Et il avait vu l'homme sous un plutôt bon jour jusque là !

- Donc oui, je connais. Et s'en est presque mignon de te voir stresser autant parce que tu penses que je pourrais avoir "peur".

Kenji laisse échapper un petit rire bref, gêné, alors qu'il glisse une main dans ses longs cheveux noirs, opinant brièvement. Il n'avait pas coeur à mentir, surtout sur quelque chose qui, visiblement, se voyait autant. Oui, il était nerveux... Mais ça s'expliquait.

- Si tu savais à quel point c'est difficile d'avoir un réseau social en dehors du gang. Et ne crois pas que ce soit eux qui m'en empêchent. Ce sont plutôt les préjugés.

Il hausse les épaules, faisant doucement tourner sa bouteille dans ses mains.

- Eh puis, avec le nombre de gamins qui ont peur de moi et qui, pourtant, savent qu'un autre membre du gang ne leur fera jamais de mal, je me demande franchement comment les gens de l'extérieur le prennent... Avec Mao, on rigole en m'appellant Jason... Tu sais le type avec le masque de hockey, les films... Bref....

Shino écoute, un petit sourire compréhensif aux lèvres. Finalement il éclate de rire de bon coeur alors qu'il est question de Jason. Oui oui, il voyait bien qui !

- Oui mais ça va, moi je t'ai vu à deux doigts de la crise d'angoisse face à une aiguille rikiki, alors je relativise !

Il tire la langue à Kenji avant de poursuivre, se faisant peut être un peu indiscret... Mais bon, il était curieux :

- Tu as l'air de bien t'entendre avec ce Mao.

Kenji fait la grimace lorsque Shino parle de cette histoire d'aiguille encore une fois. Oui bon... tout le monde avait sa petite bête noire et la sienne, c'était les hôpitaux !

- Et je suppose que tu vas t'étrangler de rire si je te dis que je suis tatoué et que je n'ai pas eu de mal à le faire faire...

Il lève les yeux au ciel, amusé. Puis, avant que la question ne vienne, il trace un cercle d'environ la grandeur de sa main sur sa cuisse droite. Là. À ce qui suit, il hausse les épaules.

- Mao et moi avons partagés une chambre pendant un petit moment. En fait, la maison est grande, mais nous sommes une vingtaines de mecs là-dedans, alors les chambres s'emplissent vite... Bref... Je suis assez solitaire et peu présent parce que j'ai énormément de travail. Mao, lui, essaie de se lier avec personne. Mais forcément, à un moment, ça le travail. Il a 23 ans... Il a des besoins et avoir des amis en fait parti. C'est un garçon charmant, vraiment.

D'accord. Un tatouage sur la cuisse... Voillà qui était des plus intéressant... Et il aurait peut être aimé taquiner à ce sujet mais Kenji poursuit à propos de son camarade, faisant le lien pour lui, plus ou moins directement, entre cet "ami de 23 ans qui avait froid" et Mao. Et sa curiosité est grande. D'autant que c'est une personne dont Kenji aura pas mal parlé ce soir. De la jalousie ? Pas vraiment... Mais de la curiosité, beaucoup de curiosité. Ca oui.

- Tu avais vraiment l'air triste pour lui tout à l'heure. Qu'est ce qu'il a ? Je suis pas médecin mais étrangement, j'ai de bonnes notions tout de même. Et toi t'as pas l'air le genre à nouer beaucoup de lien non plus et j trouverais triste que tes amis aient des problèmes...

Kenji pousse un petit soupir. Il lisse une mèche de cheveux sans vraiment y faire attention, jaugeant le jeune homme près de lui du regard. Il avait besoin de parler. Et il n'était pas con, il le savait bien. Mais il hésitait... et finalement, il demande lentement :

- Je sais que ça va faire enfantin, voir idiot, mais tu dois me promettre de ne pas en parler. Si tu rencontres Mao... n'en parle pas. Il ne veut pas que les gens autour de lui le prennent en pitié et je le comprend.

Shino hoche la tête de façon positive, promettant. Sa main vient se poser sur l'avant bras d l'homme dans un signe de réconfort :

- Tu as ma promesse Kenji, ça restera bien entre nous.

Kenji opine brièvement. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il le croyait. C'était peut-être la relative simplicité avec laquelle Shino semblait aborder la vie. Quoi qu'il en soit, il glisse doucement une main sur celle posée sur son bras, la serrant légèrement dans la sienne, beaucoup plus grande.

- Mao va mourir. Avant ses 25 ans, d'après les médecins. Il a une tumeur au cerveau... Presque personne ne le sait. Junya ne le sait pas...

La nouvelle tombe et si Shino avait imaginé quelque chose de déjà pas drôle, là c'est pire que ce qu'il croyait. Il se rapproche de Kenji, passe un bras autours de ses épaules et vient brièvement le serrer contre lui, ne sachant pas trop quoi dire au début. Il voyait des gens en phase terminale tous les jours mais il pouvait se vanter de n'avoir que des amis en bonne santé. Dieu sait ce qu'il ressentirait à faire face à un ami s'il savait qu'il allait mourir. Est ce qu'il pouvait simplement s'imaginer lui sourire ? De plus, il était plutôt bien placé pour savoir que ce genre de tumeur donnaient une dead line que les patients atteignaient rarement dans la réalité. Et il avait profondément de la peine pour l'homme en sa compagnie. Au moins comprenait il mieux pourquoi Mao n'allait il pas vers Junya. Du moins lui semblait il.

- Je suis désolé... Et je le suis encore plus que tu doives porter ça tout seul. Et lui aussi. Je suis content que tu m'en ais parlé... Et j'aurais très envie de poser des question de traitement, de médecin traitant etc... Mais je suppose que se serait trop indiscret. Et de toute façon, je ne suis qu'un infirmier, si les médecins ont parlés, je n'ai rien à ajouter sans doute...

Après un bref instant de silence il ajoute :

- Tu sais, tu me faisais pas spécialement peur passé les deux premières minutes de notre entretient à l'hôpital. Mais là j'ai carrément une profonde empathie... Et si tu as besoin de quelque chose, de bavarder de ça ou d'autre chose...

Kenji glisse doucement un bras autour de la taille fine, sans y poser la main, cependant. Il n'allait pas non plus s'inviter sous le signe de la pitié.. Ce n'était pas du tout son genre. Et justement, il hoche lentement la tête de gauche à droite, murmurant doucement :

- Je sais que ça part d'un bon sentiment, Shino, mais je ne veux pas que tu me vois comme le mec dont un très bon ami va mourir. En attendant, ce que je peux faire, c'est de le rendre heureux. J'espère qu'il aura aimé cette soirée. Et je ne peux qu'être là pour lui. Mais crois-moi... Il le vit plus mal que moi. Et s'il le savait, Jun serait inconsolable. J'éprouve une immense tristesse, mais je ne me suis jamais appitoyé sur mon sort. Si je l'avais fais, je ne serais plus ici aujourd'hui.

Il se fait un peu moins grave, un petit sourire glissant sur ses lèvres alors qu'il retire doucement sa main de la taille de l'homme, frôlant doucement le tissu de son gilet du bout de ses doigts en le faisant.

- Mais merci. C'est apprécié.

Il y a un silence un peu inconfortable qui s'installe pendant quelques minutes. C'était difficile de rebondir sur ce genre de chose... La mort, c'était pas le sujet le plus facile au monde à esquiver, fallait bien le reconnaître... Alors Shino laisse faire le silence, observant à nouveau le ciel jusqu'à ce que le malaise se dissipe de lui même. Il hésitait sur le fait d'ebrayer sur autre chose ou bien pas, se demandant si ça ne serait pas mal perçu. Et finalement, il décide qu'ils ont bien le droit de passer une bonne soirée eux aussi. Alors il change de sujet et si Kenji voulait y revenir, il n'aurait qu'à le faire et ils y reviendraient effectivement. Au cas ou ses propres préférences n'auraient pas fait tilt auprès de Kenji, il lâche négligement :

(je re)

- Moi des copains j'en ai des tas en dehors du boulot. Et "un copain", j'en ai plus depuis que mon ex et moi on s'est séparé. A l'époque dans la douleur mais vu qu'on bosse parfois ensemble, on a finit par reprendre contact au bout de deux ou trois mois et maintenant on s'apprécie à nouveau.

Il a un petit sourire avant de préciser :

- Il est dans la police en fait mais là c'est toi qui ne doit pas avoir peur !

Re

re

Kenji opine brièvement lorsque Shino parle d'un copain. Et visiblement pas dans le sens d'ami. Il laisse échapper un petit rire, attendrit tout en murmurant doucement :

- J'avais compris.

Il fait un petit clin d'oeil au jeune homme, mais la grimace lorsqu'il lui avoue qu'il est policier. Ah oui... il avait le don de trouver des contacts ... difficiles ! Mais Shino lui assure qu'il n'a pas à avoir peur et Kenji se rassure.

- C'est bien de savoir faire la paix avec son ex... Je suis seul depuis plus de deux ans, pour ma part. À 31 ans, on commence à se poser des questions quand tout ce qu'on entend à gauche ou à droite ce sont des "T'es un bon ami, mais pas plus".

Il hésite un moment avant de demander, curieux :

- Quel âge as-tu ?

Ha oui, on lui avait jamais sortit la rangaine du "je t'aime bien mais... On est copain !", ceci dit il n'avait aucun mal à imaginer que ça passait mal hein... A la question de Kenji il lève le menton, mutin, avant de demander :

- Tu me donne quel âge ?

Kenji grimace à la question de Shino. Il détestait faire des approximations du genre, toujours nerveux à l'idée de froisser la personne devant lui. Néanmoins, il se force, observant avec grande attention l'homme devant lui. Son regard suit la courbe tout en grâce de la mâchoire, glisse sur ses lèvres parfaitement dessinées, sur la petite barbe taillée avec soin. Puis, il remonte lentement, observant le nez typiquement japonais, quoi que peut-être moins que le siens, les yeux en amande, la coiffure noire et à la mode... Finalement, il hausse les épaules.

- Peut-être... 26 ans ou 17 ans ? Désolé si je te froisse d'une façon ou d'une autre... Mais je ne suis pas vraiment doué pour ce genre de truc...

27 XD

(mdr)

(sacrée fourchette :') )

(n'est-ce pas xD)

Shino rigole, prenant exagérément la pose alors que Kenji le détail pour semble t-il essayer de deviner son âge. Et quand il s'essait à un chiffre, l'infirmer pouffe de rire. Non ça ne le froissait pas du tout et pour cause :

- Ca va, tu me rajeunis, je vais pas me vexer.

Et puis pas d'un ou deux ans s'il vous plaît !

- Je suis ton aîné d'un an figure toi monsieur 31ans.

Kenji arque les sourcils, les lèvres entrouvertes. Heu... hein ? Ce charmant jeune - ou pas - homme avait 32 ans ?? L'homme hésite un moment, puis laisse échapper un petit rire amusé, opinant brièvement. Il avait réellement du mal à le croire. Mais Shino n'allait sûrement pas lui mentir sur un truc dans le genre non plus. Mine de rien, c'était le premier homme plus vieux que lui qui l'intéressait - oui, Shino l'intéresse, il peut encore se l'avouer au moins ! - et ça lui fait bien plaisir.

- Oh et je suis pour le respect aux aînés, mon bon monsieur ! Notez que vous ne devriez pas boire, ce n'est pas bon pour votre foi !

Il boit ce qui reste de sa bouteille de bière avant de la poser près de lui.

- Alors la trentaine te va bien, rassure-toi.

Shino rigole, amusé. Faites ce que je dis, pas ce que je fais, c'est ça ? Il récupère la bouteille de Kenji pour en boire une gorgée, lui adressant un petit clin d'oeil et tout en la reposant il fait une nouvelle constatation :

- Et j'ai passé l'âge des flirts adolescent, je préfère encore un jeu de séduction un peu plus avoué. Alors si tu as un trou dans ton emploi du temps, je serais ravit de ne pas te dire que je te vois comme un bon copain.

Kenji se mordille la lèvre inférieure, tentant de cacher un sourire un peu trop resplendissant. Il opine brièvement, lançant un petit regard amusé à Shino. Lui non plus n'avait pas l'âge des intrigues adolescentes. Il avait besoin de quelque chose de sérieux.

- Je pourrai faire ça, oui... Je finis les états de compte du gang - si je peux en parler ouvertement parfois... - dans les prochains jours. J'aurai plus de temps en soirée à ce moment.

Il hésite... puis finalement il avoue quelque chose. C'était stupide, mais il aimait que l'homme près de lui en sache plus sur lui.

- Ris pas. Je ne sais pas lire les kanji. Aucun... Mais ! ... J'ai une calculatrice dans la tête. Alors forcément, je me suis retrouvé à faire tous les états de compte du gang... C'est long et fastidieux, mais au moins je suis certain qu'il n'y a pas d'erreur.

Dieu qu'il ne voyait pas Ryo s'occuper de ça... oh non !

L'infirmier a un petit sourire ravit. En fait, intérieurement, il jubile même... Et l côté "gang" lui passe un peu par dessus la tête pour le moment. Pas qu'il l'oubli... Sûrement pas... Mais il sait faire la part des choses et ce soir, il se sent plutôt serein vis à vis de tout ça. Il hoche la tête quand Kenji admet ne pas connaître les kanji mais avoir un vrai don pour le calcule. C'était une information qu'il notait soigneusement et dont ils reparleraient sûrement. Pas immédiatement, parce qu'il n'avait pas envie de donner l'impression de tout vouloir trop vite... Mais ça l'intéressait alors la prochaine fois peut être...

- Alors ce don pour les chiffres à de quoi te permettre de retenir un numéro de téléphone de mémoire ?

Amusé, Kenji laisse échapper un petit rire tout en laissant échapper un rire conséquent.

- Oui, mais c'est toujours plus pratique de le mettre dans mon carnet d'adresses tout de suite !

Il glisse une main dans une poche de son jeans pour en sortir un iPhone. Ils n'étaient pas riches chez Kikikan, mais pas pauvre non plus, fallait pas croire... Et ça, c'était son petit gadget à lui. Il l'affectionnait particulièrement !

(heu, je t'avais vu écrire mais pas eu, ou alors y a rien de plus après la sortie de l'iphone de la poche ?)

(non ben j'ai effacé ^^')

(ok^^)

Shino lève les yeux au ciel en voyant un cellulaire dernier cri être extirpé de la poche de Kenji. Il se penche légèrement pour mieux voir avant de dicter son numéro.

(ah ! J'ai trouvé qui sera la femme de ... voyons xD ... mon mafieux, fils aîné XD Bref ! http://www.nautiljon.com/images/galerie/artistes/m_o_v_e/m_o_v_e_151.jpg CHanteuse de m.o.v.e. !)

(Hiroyuki. Jolie^^)

(ah oui xD)

- 090 1229 8278. Si je suis de garde, il est éteind... Donc il est éteind souvent...! Mais je rappelle de façon systématique.

Kenji entre rapidement le numéro dans son téléphone avant de le ranger à nouveau dans sa poche. Il opine brièvement, ajoutant :

- Au moins tu sais ce que c'est que d'être pris par son travail...

Mais ils se trouveraient bien des plages horaire où ils seraient libres tous les deux. À cette pensée, son coeur s'emballe légèrement. C'était... bien. Même très bien. En fait, il avait presque oublié le sentiment que ça faisait que d'être dragué. Ça, ce n'était plus arrivé depuis... des années !

- Je vais probablement rentrer bientôt... Je ne veux pas me sauver, mais j'ai encore à faire cette nuit.

Shino acquiesce, hésitant à se relever maintenant ou... Il a un regard en coin pour Kenji avant de rigoler devant ses propres indécisions et finalement, jugeant que le premier baiser, si premier baiser il devrait y avoir, serait pour leur prochain rendez vous un peu plus officiel, il vient en déposer un sur la ligne de la mâchoire avant de se redresser. Il s'étire, récupère les bouteilles en verre dans le but avoué de les jeter et reprenant son sérieux il signale :

- Et si tes amis sont toujours dans le bar, tu devrais les en sortir. Ton copain Mao va en sortir complètement sur les rotules. Il doit déjà cumuler les aux de tête, sa nuit risque d'être pénible s'il force. C'est bon plan de vouloir se changer les idées, mais un concert...

Kenji a un petit sourire en coin lorsque Shino dépose un baiser sur son visage. Il a un petit air coupable à ce qu'il ajoute, mais opine brièvement tout en se levant, glissant ses mains dans ses poches.

- Je vais aller le chercher. Je sais que ce n'était peut-être pas le mieux, mais je crois qu'il n'était jamais allé à un spectacle. Il devait voir ça au moins une fois dans sa vie...

Il soupire, haussant les épaules.

- Aller... Je t'appelle bientôt. Prend soin de toi et fais attention. Le quartier est peu sécuritaire, surtout la nuit.

Shino hoche à nouveau la tête. Ouais, après tout, ils avaient peut être profité de ce moment "d'intimité", comme Kenji l'espérait ? Ben ça pouvait toujours être positif. Bref... Il fait un dernier petit signe de mains à son futur rendez vous tout en prenant la direction des poubelles pour y jeter ses bouteilles en verre. Voilà une soirée qu'il n'avait pas osé imaginer ! Mais il n'allait sûrement pas s'n plaindre !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

27. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-