Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 25. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5137


MessageSujet: 25. À corriger   Lun 25 Oct - 22:23

   
Kenji était assis dans une chambre d'hôpital. Et sincèrement, ça le saoulait grave. Il avait retiré son t-shirt. Celui-ci avait été déposé à côté de lui, sur le petit lit froid et inconfortable. Tant que ce n'était pas pour s'y allonger, il était partant, quoi... Mais avec réticences ! C'est Natsu qui l'avait forcé à venir ici. Et sous le refus de Kenji, Ryo s'était mêlé à la partie. Oh, ils avaient beau jouer les gros bras ces deux là, c'était de vraies mères poules quand ils s'y mettaient !! Le problème ? La plaie qu'il avait au ventre s'était infectée. Et drôlement... Ce n'était pas critique, loin de là, mais il commençait à craindre un empoisonnement. Oh, rien non plus de bien dangereux... sauf si ce n'était pas soigné. L'empoisonnement, s'il y avait, se situait probablement juste dans la région de la coupure, puisque ça avait été si peu profond. La lame l'avait à peine atteinte. Mais, ces sales gamins avaient sûrement trempés leur lame dans un truc juste avant de venir au rendez-vous et ça le mettait en rogne comme pas possible !
   
Ainsi, sous les ordres de Ryo et Natsu, il était venu à l'hôpital. Il avait demandé à voir une infirmière, parce que selon lui, ce n'était pas assez grave pour déranger un docteur. Ainsi, on lui avait répondu plus rapidement aussi. Ingénieux... Quoi qu'il en soit, la réceptionniste avant fini par l'accompagner jusqu'à une chambre d'examen vide et voilà qu'il attendait sagement l'infirmière, les jambes pendant dans le vide, le bout de ses pieds frôlant néanmoins le sol. C'était des lits assez hauts... mais pas encore assez pour qu'il ne touche pas le sol ! Il observait sa blessure en attendant l'arrivé des "secours", ses longs cheveux noir corbeau couvrant partiellement son visage. Et lorsque finalement la porte s'ouvre, Kenji Marubashi lève le visage pour apercevoir... un infirmier. Ah. C'était mieux qu'il le pensait très sincèrement. Car l'homme qu'il avait en face de lui, portant pourtant les vêtements assez peu séduisants de tout bon infirmier qui se respecte, était tout en charme. Le grand dadais lui offre un petit sourire mal à l'aise, éloignant les longues mèches de ses yeux.
   
- Eh...
   
Il ne dit rien de plus, observant le nouveau venu avec attention.
   
Shino était penché par dessus le dossier du canapé de la salle de repos, observant avec amusement un match de basket à la télé et pariant sur le résultat. Et non, il n'y avait pas d'argent mit en jeu dans leurs petits paris... Ils étaient trois : deux infirmiers et une interne. Et ce qu'ils pariaient, c'était des tours de garde, des reemplacements... Et là, juste à l'instant, ils jouaient sur un panier celui d'entre eux qui se bougerait les fesses pour le prochain cas. Parce que oui, ce soir c'était calme. Ho ils étaient content hein... Ici on préférait que les locaux soient vides c'est sûr... Mais du coup chacun en profitait pour récupérer les nuits un peu trop courte et s'amusait tranquillement, interrompu de temps à autre par un malade de toute sorte. Un rhume, une angine, un bras cassé, un soldat de plob coincé dans le nez....
   
Et cette fois ci, c'était lui qui avait perdu. Mais il le prenait avec le sourire, comme d'habitude, plutôt du genre super positif. Et puis mine de rien, il l'aimait bien son boulot ! Pas les capacités pour être médecin mais assurément un très bon élément du personnel infirmier. Finalement, quelqu'un passe la tête dans la petite pièce en annonçant qu'on avait besoin de quelqu'un dans une salle de consultation. Shino récupère la fiche rapidement, partageant encore quelques blagues vaseuses avec les deux autres et finalement il quitte définitivement la pièce, jetant un coup d'oeil. Mais y avait rien de vraiment marqué. Une histoire de blessure infectée... Il verrait ça. Et quand il pousse la porte, son premier réflexe c'est de vérifier le numéro de cette salle... Juste un reflexe façon instinct de survie parce que c'est toujours impressionnant quand on est petit et tout menu, de faire face à un mec qui au bas mot devait mesurer un mètre quatre vingt et qui, s'il n'était pas battit comme une armoire à glace, avait des muscles très nets révélé par un torse déjà dénudé...
   
Le numéro est le bon et après un petit sourir pour détendre l'atmosphère, Shino finit par la refermer derrière lui, étudiant l'homme qu'il avait en face. Des cheveux lâchés, d'un noir corbeau affuté, un faciès particulier, pas désagréable, voir même intriguant... Et finalement, appercevant la blessure sur le ventre de l'homme, Shino récupère un tabouret et une boîte de gants en latex. Il en tire un qu'il enfile, s'installant correctement devant l'homme pour commencer à regarder.
   
- Bonsoir Marubashi-san, je vais m'occuper de votre problème... Je peux vous demander comment c'st arrivé ?
   
Kenji a un petit sourire un peu crispé. C'était stupide, probablement enfantin et surtout risible vu sa taille et sa silhouette imposante, mais il avait toujours eu en horreur les médecins. Le seul fait de savoir qu'il avait affaire à un infirmier le rassurait énormément, c'était pas peu dire... Dos voûté, il se rend compte que c'est peu pratique pour observer la blessure. Il se redresse donc, dominant un peu malgré lui le petit infirmier niveau taille. Ouais... ce côté là, il gérait... À la question de l'homme, il ne perd pas son sourire, histoire qu'il ne se sente pas mal à l'aise alors qu'il répond avec une ironie qui visait à ne pas avoir d'autres questions du genre :
   
- Je suis tombé dans les escaliers.
   
C'était évident que c'était tout sauf ça... Mais il n'avait vraiment pas envie d'expliquer à ce petit homme qu'il s'était battu pour son clan. Il ne l'aurait pas compris, n'est-ce pas ?
   
(la mini icone dans l'onglet pour le forum http://hotel-seven.forumactif.org/index.htm Trop mignonne XD)
   
(ha ha ha, le favicon, une petite cloche Razz)
   
(oui ^^ j'ai trouvé ça sur le net et j'ai mis ça là xD)
   
Shino a un petit regard sincèrement dubitatif pour l'homme en face de lui. Et peu importe sa taille pour l'heure...
   
- Vous savez que toutes les blessures suspectes doivent être signalés je suppose...
   
Puis, tâtant ls bords de la plaies -et c'était pas joli joli- il affirme avec applomb :
   
- Et là une chute dans les escaliers c'est très suspect...
   
Il sourit, avant de s'expliquer :
   
- J'ai besoin de savoir pour me fait une idée. Il était rouillé ? D'une couleur spéciale ?
   
Parce qu'il n'était pas con hein... Des blessures du genre il en avait vu des tas... Et il voulait écarter certaines pistes pour éviter d'assomer l'homme de comprimer en tout genre...
   
Kenji pince les lèvres. Ryo et Natsu lui en devaient une là... Il détestait s'expliquer avec les médecins. Infirmier en l'occurence... Quoi qu'il en soit, il ne réplique pas sur le champ, attendant que l'homme en face de lui en ait terminé. Finalement, il pousse un petit soupir, fermant les yeux un court moment pour tenter de se rappeler.
   
- Ce n'est pas vraiment ça que je regardais, disons...
   
Il fronce les sourcils, puis opine brièvement avant de rouvrir les yeux pour poser son regard sur l'homme devant lui.
   
- Non. Rien de tout ça. Légèrement humide, par contre. Il me semble avoir vu un reflet inhabituel. Et en même temps, le soleil tapait fort cette journée là...
   
Shino acquiesce. Bien, on pouvait écarter le thétanos probablement mais dans le doute il demanderait quand même qu'on vérifie dans les analyses. L'infirmier se relève, se rendant compte que même là, il était légèrement surplombé et finalement il va chercher un kit pour prise de sang avant de revenir vers l'homme, lui faisant signe de lui donner le bras de son choix alors qu'il se réinstalle sur son tabouret, commençant à faire la conversation, parce qu'il était d'un naturel bavard...
   
- Vous êtes vraiment très grand... Vous avez déjà songé à faire du basket ? Vous jouez peut être ? Il y a un match à la télévision ce soir...
   
Kenji fait la grimace lorsque l'homme va chercher ce qu'il faut pour lui faire une prise de sang. Il ferme les yeux, déjà nauséeux. Tout ce qui touche de loin ou de près l'hôpital le rend malade ! Et pourtant, il se prenait des coups à longueur de journée... Mais c'était pas pareil. Ici, c'est de la boucherie. Dans les rues, c'était la loi. La sienne, généralement. Comme si ça pouvait le soulager, il confesse :
   
- Je hais les hôpitaux...
   
Voilà qui était dit et ça lui faisait du bien... Il tend le bras droit, parce que c'est celui qu'il utilise le moins, donc forcément... Puis, il ferme les yeux, comme un gosse. Heureusement, l'infirmier ne se mure pas dans un silence lourd, ce qui le détend déjà.
   
- Oui... dans la cours, du moins, avec des amis. On a un vieux panier de basket élimé. Et je sais pour le match... Mais je les regarde rarement, je n'ai pas vraiment le temps. Et puis, c'est un passe-temps... Je pourrais mesurer un mètre 65 et jouer quand même.
   
À ces paroles, il rouvre rapidement les yeux, observant le petit infirmier d'haut en bas. Heu... il faisait pas beaucoup plus que ça, hein ? Mal à l'aise, il glisse une main dans ses longs cheveux.
   
- Enfin... je disais pas que ce serait un tort de mesure un mètre 65...
   
Ha oui, un grand gaillard pareil qui se pointait avec une blessure qui, il en mttrait sa main à couper, avait été faite par une lame de couteau qui confessait avoir en horreur les hôpitaux et qui fermait les yeux pour une prise de sang... C'était mignon en fait ! Shino sourit de plus belle, amusé, venant garoter le bras droit juste au dessus du coude. Il peine un peu à voir une veine au départ et tapote légèrement la zone pour en aider une à gonfler. Il voit enfin ce qu'il cherche, passe une petite compresse imbibée d'alcool et rapidement, avec la dextérité de l'habitude, il fait pénétrer l'aiguille sous l'épiderme, pile dans la veine, et voilà le premier flacon qui s remplit. Il en remplit 3 autres de cette manière avant de défaire le garot puis de retirer l'aiguille, attirant l'attention de l'homme pour qu'il tienne tout contre un petit coton. La réflexion à propos de la taille le fait rire et il commente, beau joueur :
   
- Mais moi je mesure un mètre soixante sept... Ca fait toute la différence voyez vous !
   
Puis après un petit clin d'oeil, il désigne le lit :
   
- Vous pouvez vous allonger, je vais désinfecter cette plaie...
   
Kenji a peine à ne pas sursauter lorsque soudainement l'aiguille s'enfonce dans son bras. En vrai, ça ne fait pas si mal que ça. Mais juste le fait de savoir que l'aiguille est sous sa peau le met dans un sale état. Il pince les lèvres, tentant de s'imaginer quelque chose d'autre... genre qu'il est en train de dévisser la tête de Natsuki et de Ryo pour jongler avec... Et finalement, il rouvre les yeux lorsque c'est terminé, un peu essouflé alors qu'il n'a rien fait d'autre que... d'angoisser, oui. Il ne chigne même pas lorsque vient l'heure de s'étendre sur le lit, retirant son gilet pour le lancer sur une chaise plus loin avant d'allonger sa longue silhouette sur le lit. Trop longue... les pieds dépassent. Ils n'avaient pas encore compris que "les Japonais sont tous petits" est une légende urbaine ?? Bref...
   
- Vous pouvez me traîter de baltringue si vous voulez, mais ... faites attention, s'il-vous-plait. Je hais vraiment ce genre de truc...
   
Ouais, il s'occupait seul de ses plaies, d'abord ! Mais visiblement, cette fois-ci, ça n'avait pas fonctionné... Il soupire, fermant les yeux tout en croisant les mains un peu en haut de la blessure.
   
- Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir infirmier ? Une fascination pour la souffrance d'autruit ? Un goût pour la torture ?
   
Il laisse échapper un petit rire, tournant la tête vers l'homme. Une mèche de longs cheveux glisse hors du lit, pendant doucement dans le vide, mais il l'ignore.
   
- Je blague, mais je respecte votre métier, il ne faut pas croire.
   
Shino vient passer sa main sur l'intérieur du poignet de Kenji, observant rapidement sa montre et après un petit instant, il sort de sa poche un bonbon au miel qu'il donne à l'homme :
   
- Miel, si vous n'avez aucune intolérance, prenez le, le sucre va aider la crise d'angoisse à passer.
   
Finalement, après un nouveau sourire, il récupère ce dont il va avoir besoin en compresse stérile et en désinfectant et prévient avant de répondre aux différentes questions :
   
- Il est probable que ça tiraille un peu et que ça brûle légèrement. C'est ce qui arrive quand on préfère gérer ses petits problèmes tout seul.
   
Il a un petit regard entendu avant de venir se reconcentrer sur la plaie, réenfilant ctte fois deux gants de latex avant de venir passer des compresses humides pour détendre la peau puis, avec une petite pince, de venir tirer un peu sur les zones infectés.
   
- Non, en réalité, quand j'étais petit, j'étais le souffre douleur de ma classe et j'ai toujours cherché un moyen légale de me venger. J'ai réussi vous n croyez pas ?
   
Il plaisantait évidemment...
   
- Et vous alors ? Qu'est ce que vous faites dans la vie à part vous improviser infirmier, médecin et cible éventuelle...
   
Kenji attrape le petit bonbon, pas vraiment convaincu. Non, il n'a pas d'intolérence quelconque, mais... Il n'avait pas non plus l'impression de faire une crise d'angoisse, hein. C'était pas à ce stade là. Néanmoins, histoire de faire plaisir à l'homme, il déballe le petit bonbon pour le glisser entre ses lèvres. Il glisse l'emballage vide dans une poche de son jeans, histoire de ne pas le jeter n'importe où, puis tente de se détendre... Mais dieu qu'il détestait savoir que quelqu'un d'autre "jouait" avec ses blessures ! Lui au moins savait ce qu'il faisait... Lançant un petit regard en coin à l'homme, il répond doucement :
   
- Jusqu'ici, ça me réussissait très bien de m'en occuper moi-même...
   
Effectivement. C'était seulement la deuxième fois qu'il devait venir à l'hôpital pour cette raison. C'était peu si on considérait le danger qu'il affrontait à tous les jours. L'infirmier lui répond et Kenji sourit doucement .Ah oui, douce torture... eh bien il réussissait à merveille, oui ! Et il opine pour le confirmer. La suite, cependant, le laisse silencieux un petit moment. On ne lui posait que très rarement cette question... et c'était pour le mieux...
   
- Je joue au basket avec des copains dans la cours, entre autre.
   
Et ça arrête là, parce qu'il continue rapidement, voulant à tout prix changer de sujet :
   
- Comment vous appelez-vous ?
   
C'était un peu n'importe quoi, mais soit... C'était tout ce qui lui venait en tête.
   
Ha oui, il aurait dû s'en douter... Peu bavard. Ca respirant le gang de rue ou un truc du genre à plein nez. Ou bien il était parano, ça se pouvait, mais ce type en avait quand même drôlement la dégaine non ? Baaaah... Ca ne le regardait pas de toute façon ! Il jongle entre sa pince et les compresse tout en continuant de bavarder, un peu comme s'il avait été en train de faire une réussite aux cartes mais sans lâcher son travail des yeux, consciencieux... Cependant, à la question, il fait une pause pour venir soulever le petit badge sur sa poche de poitrine ou son prénom était soigneusement écrit.
   
- Shino.
   
Il en revient à la plaie et se remet à bavarder comme si de rien n'était.
   
(une seconde un mot m'échappe encore v_v)
   
(il est écrit comment son prénom ? kanji ou hiragana ou katakana ?)
   
(comme c'est de façon à ce que tout le monde puisse le lire dans les hôpitaux, il doit être écrit en Hiragana)
   
(ha j'ai retrouvé on mot xD)
   
x)
   
- Je vais envoyer vos analyses au labo de l'hôpital. Vous aurez une partie des résultats demain sans doute mais pour certaines, les cultures sont plus longues, il faudra sans doute attendre jusqu'à huit jours... Mais je vais demander à ce qu'un médecin vous prescrive quelques antibiotiques généraux ainsi que quelque chose à mettre sur la blessure. S'il y a un problème, avec le traitement ou les analyses, il faudra voir un médecin, vous m'avez comprit ?
   
Kenji a un petit "oh" en observant le nom qui figure sur la plaque de métal accrochée au vêtement de l'infirmier .Qu'il est con... Il ne l'avait même pas vu. Il soupire, fermant à nouveau les yeux, grimaçant alors que l'homme, continue à désinfecter sa plaie. Il ne se plaint cependant pas de vive voix... sauf à ce qu'ajoute Shino.
   
- Un médecin ?!...
   
Il gronde, glissant une main dans ses longs cheveux.
   
- Ouais, ouais, j'ai compris....
   
Dans le genre "tu peux toujours rêver mon vieux", on faisait difficilement mieux. Le problème, c'est que connaissant Ryo, il exigerait sûrement de voir ses papiers et tout et... Ben il serait baisé si les analyses n'allaient pas, hein !
   
- Et d'après vous, ça ressemble à quoi au juste ? C'est si grave ? Il me semble que j'ai vécu pire... croyez-moi.
   
Shino réfléchit sérieusement à la question, grattant légèrement du bout de sa pince le bord de la blessure. Ca devait pas être très agréable mais bon... Il fallait ce qu'il fallait...
   
- Disons que vous voyez à quoi ça ressemble avec si peu de profondeur... Quoi qu'il y ai eu sur "les marches de vos escaliers", ça n'a pénétré que le premier derme. Alors ça reste en surface, je pense que vous êtes chanceux. En fait, vous allez peut être trouvez ça stupide, mais à la vue de la couleur et de la peau légèrement brûlé sur les bords de la blessure, je dirais qu'on a tenté de vous empoisonner... Au détergeant.
   
Il se fait cependant sérieux avant d préciser :
   
- Ce n'est pas pour rien qu'on demande de ne pas mettre ce genre de produit en contact avec la peau et si ça arrive, de rincer abondament...
   
Brûlé ?? Outre la douleur et l'envie flagrante d'écraser ce joli minois sur le carrelage - chose que Kenji serait le dernier homme sur terre à faire en vrai, mais il a sacrément mal là... - il se redresse pour jeter un coup d'oeil à la plaie. Ah oui... il n'avait pas vu ça sous cet angle, mais finalement... Ces gamins essayaient de combler ce qui leur manquait d'expérience par un peu de détergeant ? Quels connards... La prochaine fois qu'il les voyait, il n'irait pas avec le dos de la cuillière, oh ça non...
   
- C'est... hmm... bon à savoir... Vous êtes sûr que si on rince là, maintenant, ça va pas aider ? Ce serait bien d'éviter le médecin. Je suis assez occupé ces derniers temps...
   
Shino acquiesce, sarcastique :
   
- Bien sûr, la prise de sang, la désinfection que je suis en train de faire là... C'est le fameux sadisme dont on a parlé tout à l'heure.
   
Il lève les yeux au ciel, poursuivant :
   
- Ou le simple désire de bavarder avec vous...
   
Soupire et finalement il conclu :
   
- Non, rincer maintenant ne vas servir à rien. Et n'aurait pas servit non plus sur l'instant probablement, il y a eu un contact approfondit. Mais ne vous inquiétez pas, si ce n'est que ça, les antibiotiques feront l'affaire. A condition que vous suiviez les consignes pour ce qui est de désinfecter la plaie tous les jours.
   
Shino repose finalement la pince qu'il tenait, glisse ses doigts gantés sur la ligne de la blessure pour vérifier et après un dernier coup de désinfectant, il vient placer deux compresse ouverte qu'il fixe avec du sparadra.
   
- Sincèrement, vous devriez prendre plus au sérieux ce genre de chose... C'est pas parce que vous êtes grand et bien bâtit qu'un petit truc peut pas vous mettre KO...
   
Kenji ne comprend pas trop de quoi l'infirmier parle au début, lui offrant plutôt un regard interrogateur. Finalement, à ce qu'il ajoute, il lève les yeux au ciel, poussant un long soupir. Heureusement, l'homme a rapidement fini... peut-être pas assez à son goût. Et en moins de deux, Kenji bondit sur ses pieds. C'est pas tout... mais il n'avait pas non plus que ça à faire, hein... La journée était peut-être finie pour le commun des mortel - sauf les infirmiers - mais lui avait encore des comptes à faire. Pendant un moment, Ken se tient face au petit infirmier. Vrai qu'il est petit... Mais 1m67 de charme, c'était pardonnable.
   
- Peut-être. Ou peut-être pas. Certains vivent plus à la dure que d'autres. C'est ainsi que la vie est faite. Et quand on vit à la dure, il vaut mieux ne pas s'arrêter pour une éraflure.
   
Il hausse les épaules, se dirigeant vers la chaise sur laquelle il avait lancé son t-shirt. Il le prend et l'enfile rapidement, prenant bien soin à ne pas trop toucher aux bandages. Puis, il se tourne vers l'infirmier, un petit sourire aux lèvres.
   
- Merci Shino. C'était quand même... sympathique....
   
Mon dieu x)
   
oui ?
   
(ah non, mauvaise fenêtre -_-')
   
Shino soupire, ayant bien conscience que ce qu'il disait n'avait aucun impact. Il sort une seconde la pièce, demandant à Kenji d'attendre et tope le premier médecin venu pour qu'il cosigne sa prescription. Une fois fait, il revient à la salle d'examen et en donne le double à l'homme en face de lui, soupirant à nouveau.
   
- Vous m'êtes beaucoup plus sympatique vivant et en pleine santé. Essayez de le rester au moins. Ca change vous savez d'avoir des personnes agréables en consultation...
   
Kenji observe le petit infirmier sortir, songeur. Lorsqu'il revient, il prend le papier qui lui est tendu avec un petit sourire amusé. Finalement, c'est un rire qu'il laisse s'échapper tout en rejetant une longue mèche de cheveux derrière son épaule.
   
- Vous voyez bien que les préjugés sont idiots. Je suis probablement plus sympathique que la majorité des vieilles dames que vous soignez ici et pourtant, mes escaliers ont de drôles de tranchants...
   
Shino observe un instant l'un de cs longues mèches sombres et raide qui tombent de chaque côté du visage de Kenji et il en revient à son visage, amusé. Il l'observe un instant et finalement il demande :
   
- Parlant de clichés, vous ne seriez pas fan de rock industriel et de ce genre de musique par hasard ?
   
Kenji fait la grimace à la question de Shino. Et pourtant...
   
- Oui... À peu près que ça... Mais ça ne compte pas !
   
Il rigole, ajoutant rapidement :
   
- Je ne me laisse pas pousser les cheveux pour faire du headbanging !
   
L'infirmier rigole, hochant la tête de bas en haut avant de farfouiller dans les poches de sa blouse pour en ressortir un flyer qu'il donne à Kenji :
   
- J'ai un bon ami qui fait un concert dans une petite boîte sans prétention, mais c'est pas mal et je dis pas ça parce que c'est un copain...
   
Enfin si, un peu... Quand même...
   
- Si ça vous dit de venir avec quelques amis... Plus on st de fous, plus on rit !
   
Kenji tend la main pour prendre le petit tract publicitaire. Il l'observe un moment, puis opine brièvement. Il était toujours preneur quand il s'agissait de découvrir de nouveaux groupes, alors pourquoi pas ? L'homme réfléchit un instant, observe la date et l'heure et finalement, il annonce :
   
- J'y serai. Et je sais exactement quel ami a besoin de sortir un peu... Je réussirai peut-être à l'y traîner.
   
Lui et quelques autres... Finalement, il incline légèrement la tête vers Shino, le remerciant à mi-mots.
   
- Bonne soirée, je suppose, même si vous semblez vous aussi travailler à pas d'heure.
   
Shino sourit, ravit de sa petite BA envers un copain. Et puis un peu envers lui même ok... mais bon ça il pouvait l'nsevelir sous beaucoup de mauvaise foi ! Se dirigeant vers l materiel pour le jeter ou l'envoyer à la stérilisation et tout ranger, il fait un dernier petit signe de main à Kenji, récupérant également ls échantillons sanguin pour les amener au laboratoire. Bien ! Il n'avait pas complètement perdu sa soirée durant ctte garde en fin de compte !

_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

25. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-