Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 15. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 696


MessageSujet: 15. À corriger   Mar 12 Oct - 11:13


Ryoshi marchait de long en large du salon, les mains dans les poches, grognant. Il n'était pas inquiet, ni chamboulé. Il était seulement... agacé. Et profondément, qui plus est. On venait tout juste de le tirer de sa chambre d'urgence. Enfin.... Aussitôt qu'on lui avait dis qu'il s'était passé quelque chose dont il devait être au courant et que c'était urgent, Ryo n'avait pas protesté et était sortit de sa chambre, déposant un dernier baiser sur les lèvres d'un Maiya qui, de toute façon, dormait déjà. Il n'aurait pas droit à une crise d'abandon ce soir. Enfin, peut-être pas. Parce que finalement, le problème était de taille... On avait retrouvé le corps de Hiroshi dans la ruelle d'à côté. Et ce n'était probablement pas le pire... Parce que finalement, Ryo se doutait bien que ça allait arriver un jour ou l'autre. Faut pas être con... Quand on brûle la chandelle par les deux bouts, on se retrouve rapidement pris entre deux feux. Et c'est ce qui était arrivé à Hiroshi. Par contre, il y avait un petit détail que Ryo n'aimait pas du tout dans cette histoire...

Et justement, celui qu'il avait appelé il y avait une bonne demi-heure arrivait enfin ! Ryo pousse un grognement, visiblement mécontent d'avoir attendu. Quelques mecs traînaient dans le salon. Il les renvoie rapidement, leur demandant d'aller "faire quelque chose d'utilile". Eh... il avait à parler lui. Et Makoto et Natsuki qui n'étaient pas là encore... Il commençait de plus en plus à se douter ce qui se passait avec ces deux là, mais il préférait encore ne pas y penser. Ainsi, il fait signe à ce cher Haru de le suivre. Et une fois seuls, il ne se perd pas dans des explications sans fin :

- On a retrouvé Hiroshi crevé dans le fond d'une ruelle et on t'a vu en sortir avec un inconnu.

Il soupire, glissant une main sur son visage. Quelle situation de cons...

- Écoute. Je sais pas ce qui s'est passé, mais j'suis pas con. J'aimerais seulement savoir si tu étais dans cette ruelle avec Hiroshi a un moment. Si c'est pas le cas, ça m'intéresse pas de savoir qui est cet homme avec lequel on t'a vu. Par contre, si c'est le cas...

Il laisse sa phrase en suspens... mais ça voulait tout dire, non ?

Haku avait fait aussi vite qu'il le pouvait, sautant dans le premier bus en direction du quartier où la maison des Kikikans se trouvait. Pendant tout le trajet, qui lui sembla interminable, le voleur tenta de se préparer une histoire à raconter. N'importe quoi. Parce que si Ryo l'avait lui même appelé directement, c'est qu'il en savait un morceau. Et pas la peine de se faire prendre en train de mentir... Mais la situation lui semblait sérieusement compromise... Est ce qu Ryo avait vu Yori ? Si c'était le cas, ça allait vraiment être galère... Pourtant, en entrant dans la maison, avisant les regards perplexes et n'entendant pas Ryo hurler à la fin du monde, il eu un soupire de soulagement. Peut être que leur chef n'avait pas eu vent d Yori finalement. Il passe dans le salon et sur un ton sec, Ryo envoit tout le monde mourir ailleurs. Ho ho... Il n'avait pas l'air d'avoir envie de discuter mais plutôt d'avoir des réponses...

Et justement, après un constat fait sur un ton si égale qu'il montrait bien que la mort d'Hiroshi ne lui était pas une grande perte, une question vient. Du moins, si pas employée sous la forme d'une question, elle était sous entendu et Haku ne pouvait pas faire semblant de l'ignorer. Le jeune homme plonge sa main dans sa poche pour en ressortir sa médaille qu'il commence à triturer nerveusement. Il vient se poser dans le canampé, les coudes sur les genoux, jambes légèrement écartées, mains devant lui et les yeux allant de sa médaille à Ryo toujours debout.

- Pourquoi c'st important Ryo...? On savait tous que ça lui pendait au nez. Ce bâtard passait son temps à essayer de violer tout ce qui lui passait sous la main. Même toi tu devais t'inquiéter de savoir qu'il saute Lust non ? Le problème est réglé, je vois pas pourquoi on en parle...

Bien... Ryo n'avait même pas besoin de réponse après cette petite introduction. Il croise les bras, s'approchant d'Haku sans s'assoir pour autant... Parce qu'il avait l'avantage sur la taille de ce gamin trop grand présentement que c'était terriblement rare !!

- Je dois savoir, Haku. La police a faillit tomber sur le corps, ce qui aurait été un très gros problème pour nous. De plus, j'ai besoin de connaître ton profil. Je croyais le connaître... et très sincèrement, je suis certain d'encore savoir ce que tu vaux. T'es incapable de tuer, Haku. C'était qui ?

Il laisse passer un petit silence avant de continuer, à contre-coeur :

- Et puis malgré ses conneries plus grandes que lui, Hiroshi était un mec de la bande. Je me fiche qu'il soit mort, ça m'enlève même un bon poids des épaules. Mais je dois savoir.

Haku lève les yeux sur Ryo. En fait, il était irrité de savoir qu'il devait jouer au jeu de la vérité alors que franchement, ça avait été Hiroshi ou lui. Hiro avait perdu, c'était tant mieux pour tout le monde non...? Et en plus, avec ça, Ryo qui le traitait d'incapable... Face à la mort, certes, et il n'avait peut être pas tout à fait tort, mais face à Hiroshi aussi quelque part. Sifflant entre ses dents, la mâchoire crispée, il s'insurge :

- Cet enfoiré à essayé de me passer dessus dans cette putain de ruelle ! S'aurait dû être TOI pour le flinguer ! C'est à toi de protéger le gang et tu savais quel genre de type était Hiroshi, il n'aurait même pas dût entrer chez nous ! C'était ton rôle !

Ryo gronde. Il lance un petit regard aigu à Haku, mais ne dit rien sur le coup. Il n'avait rien à dire à ça, en fait... Il avait été pris ces derniers temps avec la mafia ... mais c'était pas une raison, non ? Alors il ignore. Parce qu'il savait qu'il avait à se reprocher, mais fallait pas trop pousser le bouchon non plus...

- C'était qui, Haku ?

Haku en tremble tant il est énervé de voir Ryo ignorer ses remarques, comme s'il ne prenait pas ses responsabilités par rapport à ce qui était arrivé. Alors c'est avec un véritable air de défit qu'il répond :

- Ton prédécesseur passe visiblement encore réparer quelques unes de tes bêtises...

Ryo se fige, un peu comme si le temps s'était complètement arrêté. Son air est sans prix. Il passe rapidement de la stupéfaction à la détresse, puis à la colère. Non... plutôt à la rage. Une rage sourde, grondante mais qui le fait sans bruit pourtant. Du moins pendant la minute et demi que dure ce petit combat mental. Il avait du mal à le croire. Mais l'air qu'affichait Haku voulait tout dire, non ? Ses poings se ferment. Il se demande un moment comment il réussi à retenir les coups que devrait recevoir ce petit enculé... Et finalement, il recule d'un pas, juste pour être certain. Mais il explose en même temps...

- Tu traînes avec un traître et tu t'en vantes en plus ?!? Je peux savoir c'est quoi ton problème, Haku ?! Tu sais très bien qu'après le départ de ce connard, on t'as pas complètement laissé tombé !! Tu avais toujours Natsuki ou moi ! On t'as épaulé ! On t'a même laissé pleurer sur notre putain d'épaule quand ça allait pas !!! C'est toi qui a pas voulu venir vivre ici ! Nous on voulait que tu sois près de nous !! T'es un frère, bordel !! Et tu nous fais ÇA ?!?!

Haku se lève à son tour, insulté au plus haut point par tout ce que Ryo lui jette à la figure, le faisant passer pour un pleurnicheur incapable de faire face tout seul doublé d'un traître :

- Quoi "CA" ?! Tu savais que la mafia viendrait me trouver non ? C'est toi qui me l'avait dit ! Hé bien voilà, elle est venu ! Comment je pouvais savoir qu'ils enverraient Yori hein ?! Et vous étiez où, Natsuki et toi, quand j'ai faillit me faire violer bordel ? Tu veux que je m'en veuille parce que j'ai préféré laisser Yori me sauver de ce connard plutôt que d'ouvrir les cuisses ? C'est quoi ton problème à TOI ?!

Ryo ne remarque même pas la différence flagrante de grandeur entre eux tant il est en colère. Ses yeux lancent des éclairs alors que Haku réplique.

- J'ai jamais dis ça, imbécile !! Mais pourquoi t'es partit avec, hein ?! T'aurais pu le laisser crever dans son coin ! Bordel Haku, tu comprends pas que si tu continue de traîner avec la mafia, j'ai pas le choix de te renvoyer ?!

Ça l'énervait.. .mais à un point tel... Sa voix portait encore plus que d'habitude, si possible et aussitôt qu'il fermait la gueule, c'était pour remarquer qu'il régnait un silence de mort dans la maison.

- J'ai vraiment pas envie d'en arriver là ! T'es un voleur hors paire et t'es... T'es Haku, bordel de merde ! Mais tu peux pas traîner avec ce bâtard là et rester ici en même temps ! Il nous a TOUS trahis ! Même toi !!!

Sa médaille lui échappe des mains, ce qui était une rareté en soit, lorsque Ryo lui hurle qu'il allait le renvoyer s'il poursuivait ses rencontres avec Yori. Un homme qui les avait tous trahit... Même lui. Amer, récupérant l'objet sur le sol il réplique donc :

- Je suis pas sûr que tu puisses te permettre de juger de mes relations et de leurs conséquences Ryo. t'es même carrément mal placé pour ça en ce moment. T'es vraiment dans ton monde avec tes grands idéaux face à la mafia et en attendant, c'est Natsuki et Makoto qui ramassent les pots cassés. Quoi que visiblement, même eux ils en ont marre parce que....

Haku montre le salon tout autours d'eux :

- Où sont ils bordel ? T'es en roue libre là, tu menace de me virer alors que tu SAIS que je ne trahirais jamais la bande ! Ni pour la mafia, ni pour Yori, ni pour personne !

Ryo fait un pas vers Haku, menaçant. Et cette fois, il ressemble moins au chien qui aboie qu'au chat qui feule. On ne touche PAS à Makoto ! Même pas en paroles !

- Makoto est occupé. Et Natsuki l'aide. Tu en reparles encore une fois et j'te réarrange le portrait, c'est clair ça ?!

Il l'observe un moment sans rien dire, le regard meurtrier. Et finalement, il conclut :

- Tu continues de le voir et je dirai que t'as passé à l'ennemi. C'est tout. J'en ai pas envie. Sérieusement, ça me fait chier à mort. Et je lui en veux d'être revenu dans ta vie comme ça... Parce que t'étais qu'un gosse. Que t'avais besoin de lui. Et qu'il t'a abandonné tout ce temps avant de revenir. Mais ça change rien ce que j'en pense, hein ? Parce que visiblement, tu t'en fiches royalement...

Haku fait un pas en arrière, relevant le menton, fier. Il avait beau dominer Ryo de part la taille, c'est présentement le plus petit des deux blonds qui en imposait le plus. Il fixe son chef qui est dans une vraie colère noire et serre les poings alors que Ryo lui ordonne carrément de ne plus le voir. Ha oui ? Alors lui aussi poserait un ultimatum :

- Alors renvoit Lust d'où il vient toi aussi... Après tout, ici tout le monde sait qu'il serait prêt à vendre les petits secrets que tu peux lui faire sur l'oreiller pour une boucher de pain, entre une gâterie et une levrette gracieusement offerte à ces messieurs de la mafia en échange de sa vie. C'est au moins aussi dangereux sinon plus puisque moi, je traîne avec un type qui sait où ce trouve cette maison mais qui ne l'a jamais donné... Vire Lust et tu n'entendras plus jamais parler de Yori par moi.

Sauf que d'après les bruits de couloir, c'était pas prêt d'arriver. Et c'était exactement là qu'il voulait en venir. Ca ne marchait pas comme ça.

Ryo est hébété. Comment ce sale petit enfoiré peut lui dire un truc pareil ?! Il hoche lentement la tête de droite à gauche, une mimique dégoûté prenant place sur son visage. Non... Là Haku se plantait royalement...

- Lust n'existe plus, sombre crétin. Et compte-toi chanceux, parce que je voulais flinguer le prochain qui l'appelait ainsi...

Lentement, Ryo lève la main... pour pointer la porte.

- Tu sors. Et tu reviens quand tu vas avoir compris quelque chose. Sinon, tu reviens plus du tout. Traître...

Haku réenfonce sa casquette correctement sur sa tête, abaissant la visière de deux doigts. Il enrage et en même temps, il se sent sûrement aussi trahit que Ryo peut l'être. Sa famille est en train de le rejeter. Alors il tourne les talons, remettant sa médaille dans le fond de sa poche et juste avant de franchir le seuil il se retourne une dernière fois :

- En fait tu vois, ce soir, je me rend compte que y a pas vraiment de différence entre toi et le Yori de l'époque. Vous êtes tous les deux aussi con. C'est dommage qu'on vous le dise pas assez.

Il n'attend pas de réponse, sortant au trot avant que Ryo ne change d'avis et décide de faire parler les poings. Arrivé dans la rue il hésite, regarde à gauche et à droite et finalement part au pass de course vers le prochain arrêt de bus. Non il n'allait pas directement chez Yori. Il llait y allait, mais il allait pas mal tourner dans les transports avant. Il avait besoin de se calmer les nerfs...

Ryo observe un long moment la porte close avant de finalement bouger à nouveau. Et c'est une voix qui le tire de ses songes. Une voix faible qu'il n'avait que trop peu entendu ces derniers jours. Il lève la tête et son regard croise celui de Makoto, couvert de sueur, se tenant au cadre de la porte qui mène au sous-sol pour ne pas tomber. Derrière lui arrive un Natsuki visiblement inquiet. Ryo hésite. Il avait vraiment besoin de Makoto présentement... Mais finalement, lorsque sa voix s'élève, c'est pour lui ordonner de retourner à ses "occupations". Non. Finalement, il avait peut-être besoin d'être seul. Après tant d'années où tout était bien allé, présentement, ça lui retombait dessus. Et ça commençait à faire beaucoup...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

15. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-