Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 14. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Freya


Messages : 696


MessageSujet: 14. À corriger   Lun 11 Oct - 21:20


Une plainte rauque, la première et la dernière, s'élève dans la pièce, uniquement ponctué des grincements du lit, de leurs hallètements et des gémissements de Lust. C'était parfait. Tout était tout simplement parfait, vraiment. Et c'était bien rare que Ryo était satisfait à ce point. Il se retire de Maiya, retenant un gémissement d'envie. Il était épuisé et pourtant, dieu qu'il en avait encore envie ! Avec rapidité, il se libère de la prison de latex dans laquelle il s'était libéré avant de la nouer pour la lancer dans une corbeille non loin d'eux... ou du moins, de lancer approximativement. Il se tourne vers Maiya, un petit sourire suffisant aux lèvres, revenant le prendre dans ses bras pour le serrer contre lui. Pas question d'éviter ce qui vient après l'amour cette fois-ci... Il le voulait et il était certain que Maiya le voulait tout autant que lui, en quelque part. Après tout, ça faisait combien de temps que Lust ne s'était pas donné à quelqu'un par réel désir de sa part ? Longtemps, qu'il avait dit.

Ryo dépose un baiser sur la joue du jeune homme, déviant rapidement jusqu'à ses lèvres qu'il capture en un baiser un brin sauvage et tout ce qu'il y a de plus passionné. Une main glisse sur une des cuisses du jeune homme, la caressant avec une douceur qu'on ne pouvait associer à Ryo qu'une fois calmé par les vagues d'un délicieux orgasme.

- Tu es délicieux, bébé.

Ce disant, Ryo glisse sa langue tout contre ses lèvres. Maiya avait eu droit à une jolie mise en bouche de sa part, Ryo voulant autant donner que recevoir pour cette première fois, voire plus donner qu'autre chose...

Ca avait été... Torride. Non plus que ça encore... Brûlant ! Volcanique ! Limite dévastateur ! Ho non il n'éxagérait pas croyez le ! Si au départ, Lust avait retenu cris et gémissement, ça n'avait pas été par pudeur. C'était une simple envie de ne pas avoir l'air de "perdre" complètement.... Mais au final, l'atmosphère et les talents indéniables de Ryo au lit avaient eu raison de ses cordes vocales. Si quelqu'un ignorait encore que dans cette chambre, on faisait honneur au pécher de luxure, c'est qu'il était sourd... Parce qu'entre le lit qui grinçait à qui mieux mieux et butait dans le mur, ses cris et gémissement et la plainte finale de Ryo atteignant l'orgasme, on était loin du couple le plus discret et subtile du monde... Et ils étaient l'un comme l'autre en sueur, essoufflé, les muscles encore chaud et légèrement tressautant de la violence d'orgasmes terribles...

Ryo s'était fait amant beaucoup plus attentionné que ce qu'il avait pu connaître jusque là, se souciant de son plaisir et s'appliquant à lui en donner. Lui même n'était pas resté sur le bord de la route à se laisser faire mais peut être avait il plus de retenu, troublé pour cet acte charnel presque "désintéressé". Maiya remue un peu entre les draps et répond avec un passion encore assez marqué même si elle avait peut être perdu de la fougue de leurs ébats. Ses mains viennent passer dans le dos de l'homme pour en caresser un peu l'épiderme et il soupire d'aise et de bien être qund Ryo lui offre un compliment. Ses yeux remontent jusqu'à ceux de celui qui avait grillé tous ses principes pour se hisser jusqu'au rôle d'amant et finalement il a un petit rire :

- Evidemment que je le suis !

Néanmoins il pique un baiser à la commissure des lèvres de Ryo avant d'ajouter :

- Et tu as du talent à revendre...

Il se laisse à nouveau retomber contre le lit, s'étirant en soupirant encore, écoutant le silence qui régnait dans la maison. Il n'y avait plus eu personne pour les déranger, encore heureux sinon il aurait vraiment piqué une crise... Ses mains reviennent encore chercher l'épiderme offert, ayant lui même honte d'admettre qu'à cet instant, il cherchait le contacte, peut être pour se convaincre que ça n'avait rien d'une de ces séances clients/professionnel mais Ryo ne semblait pas avoir changé d'avis.

- Tu n'as pas l'impression d'avoir mit le pied dans un nid de serpents...? Sakeguchi mettrait ses hommes à tes trousses pour ça...

Ryo affiche un air des plus satisfait en entendant Maiya affirmer qu'il a énormément de talent. Il n'en avait jamais douté, attention ! Mais c'était toujours bien agréable de l'entendre ainsi, de la personne qui venait tout juste de bénéficié des dits talents... Et finalement, àce qu'ajoute le jeune homme, il laisse échapper un éclat de rire amusé. Il hoche lentement la tête de gauche à droite, glissant un index sur la courbe de la mâchoire de Lust, piquant quelques petits baisers sur ses lèvres.

- Eh bien qu'il le fasse... Ses "hommes" ne valent pas les miens. Ils ne leurs arrivent même pas à la cheville !

Maiya lève les yeux au ciel avant de commenter :

- Ca fait très Hélène de Troie vu comme ça...

Sauf que dans la réalité, ça n'avait rien de charmant, de romanesque ou quoi que se soit. ca promettait juste des embêttements. Surtout si les hommes de Ryo ne lui étaient pas tous aussi fidèle qu'il le pensait. Parce que personne dans cette maison ou ailleurs qui appartienne au gang des Kikikan ne lui devait quoi que se soit.

- Comme si tu avais besoin de ça avec la mafia qui te tombe dessus...

Ryo grogne devant le pessimisme de Maiya. Il donne un petit coup sur l'épaule du jeune homme, légèrement énervé.

- Arrête avec tes plans sur la comète... On s'en fiche. J'vais les réduire en bouilli, puis ce sera fini. Tu lui appartiens pas, Maiya. T'appartiens à personne ! Alors si tu décides de venir avec moi, personne peut t'en empêcher. Sauf que ça m'embêterait bien que tu décides de retourner vers ce Sakeguchi...

Maiya vient se passer une main dans les cheveux, un petit grognement franchissant ses lèvres. Non, il n'avait pas envie de retourner auprès de lui. Il n'en avait pas envie parce qu'il voulait rester ici... Mais il avait encore du mal à l'admettre... Néanmoins, ça ne l'empêchait pas d'avoir peur de tomber sur l'un des hommes de son proxénète... Ou ex proxénète... Parce qu'il allait se faire passer à tabac si ça arrivait. Alors que lui il n'avait pas l'assurance de Ryo ! Et donc ça voulait dire réclamer sa protection en espérant qu'il ne se lasse pas vite et l'abandonne à son sort. Ca faisait beaucoup à digérer. Surtout pour son orgueil. Néanmoins, comme ils viennent de faire l'amour, il lâche :

- D'accord, d'accord, tu as raison, j'ai pas envie de me disputer maintenant, le moment est mal choisit...

Il récupère la couverture pour la passer convenablement par dessus eux, ayant soudainement un peu froid maintenant que leurs câjoleries avaient prit fin.

- Il faudra penser à monter le chauffage... On caille non...?

Ryo lève les yeux au ciel. Il se love tout contre Maiya, son corps est bouillant, apte à le réchauffer.

- Du tout... tu as ta bouillotte perso. Et puis, fait pas si froid. C'est toi qui est trop fragile !

Ryo soupire, roulant sur le dos pour observer le plafond. Il reste ainsi longuement, sans parler avant de finalement accepter de piétiner son orgueil...

- Je vais réquisitionner la pièce d'à côté, ici...

Ce disant, il frappe contre le mur près de lui.

- Avec quelques mecs, on va défoncer le mur. C'est un débarras de l'autre côté, me semble. Puis, on va refaire le plancher, les murs et le plafond à cet endroit... Bref.. La chambre va être plus grande...

Maiya reste tout contre Ryo qui, effectivement, lui semble bouillant. Il glisse une jambe par dessus celles de l'homme, remontant même jusqu'à sa taille presque, son bras libre glissant sur le torse tatoué, se rappelant les encrages qu'il avait vu là, se les repassant mentalement. Il lèvre rapidement la tête pour suivre le mouvement de Ryo contre le mur et un petit sourire se dessine sur ses lèvres alors qu'il acquiesce. Il n'était pas contre quelques mètres carrés en plus effectivement...!

- Mais on ira où en attendant ? Ca va mettre masse de poussière en suspension, ça sera invivable ici le temps de quelques travaux...

Humm... C'était tout con, mais Ryo ne réfléchissait jamais à ces trucs tout cons... Alors il reste un peu bête quelques secondes avant de finalement songer à une solution. Il n'était pas certain que ça plairait à Maiya, mais lui ne voyait pas trop le problème...

- On ira à ton appartement. C'est une bonne solution ça, non ?

A son appartement... Un homme allait venir loger dans son chez lui ? Le seul havre de paix qu'il est jamais eu... Son petit coin, son univers avec tous ses trucs...?

- Je croyais que tu avais croisé la mafia là bas ?

Ryo fronce les sourcils, hochant vivement la tête de gauche à droite.

- Non, c'est entre ici et là que je les ai croisé. Aucun rapport. Y a un problème ? Parce que si tu veux respirer de la poussière pour la semaine...

Maiya hoche négativement la tête. Non il ne voulait pas.

- En toute honnêteté, ça me gêne d'avoir quelqu'un chez moi... C'est pas contre toi.

Il grogne, n'arrivant pas à fournir une explication normale.

- C'est juste... Chez moi. le seul endroit où personne qui ai jamais posé la main sur moi ne vient.

Ryo observe un moment Maiya sans rien dire. Il arque les sourcils, pince les lèvres, mais ne dit rien du tout. En fait, il est vexé, voir blessé... Mais plutôt mourir que de l'avouer. Il prend plutôt un ton mordant, répliquant :

- Bien, alors tu iras chez toi et moi, je resterai ici à manger la poussière. Et peut-être que ton proxénète va aller te repêcher... j'espère que tu sais te défendre !

Maiya fige avant de se redresser légèrement dans le lit. ca c'était trop fort... Le faire culpabiliser et lui faire peur dans la même phrase... Ryo n'avait honte de rien ! Le jeune homme a une expression agacée avant de quitter le lit frisonnant en quittant la chaleur de l'homme et des draps.

- Je vais prendre une douche. T'es vraiment trop con. J'avais pas dit "non".

Ryo lance un regard noir à Maiya, se redressant à son tour. Il bondit sur ses pieds, l'attrapant par le bras pour le retenir, sans non plus le faire avec force.

- C'est toi qui est con, Maiya. J'essaie vraiment, vraiment de faire de mon mieux avec toi, mais j'ai pas l'impression d'y arriver. Et ouais, ça me fait chier grave !

Bon ben voilà... Ils sont tous les deux en tenu d'Adam au milieu de la chambre et mécontent. La situation avait semblé s'améliorer mais ils galéraient encore à se mettre sur la même longueur d'onde, de toute évidence ! Lust savait qu'il était difficile. Il tenait à son confort, à son indépendance... Et avec ça il avait un caractère plutôt épouventable : égoïste, égocentrique, capricieux. Vrai que ses bons côtés avaient l'air surper bien caché. Exception faite de sa plastique s'entend. Il tire sur son bras pour le retirer de la poigne de Ryo :

- Bon ben voilà, je sais que la prochaine fois, je me la ferme sur ce que je pense aussi puisqu'on s'en fout !

Ryo pousse un grondement agacé. Il n'essaie pas de retenir le jeune homme, mais ne semble pourtant pas vouloir le laisser partir non plus. Et finalement, il croise les bras, boudeur, son honneur ne s'en étant toujours pas remis... Saloperie d'orgueil, hein ?!

- Je me fous pas de ce que tu penses, idiot ! C'est la raison pour laquelle ça me blesse que tu veuilles pas me laisser entrer dans ta vie !

Il grogne encore. Cette fois, ça l'énervait vraiment à fond d'être obligé d'avouer un truc dans le genre... Mais c'était sortit seul et voilà !

(je re)

(re. Je songe déjà à la façon dont on va placer ma chambre quand tu vas venir pour la squatter toutes les deux et que ça soit confo -))

Maiya était prêt à en découdre qu'on se le dise. Il s'était même campé solidement sur ses pieds, s'attendant presque à une nouvelle gifle retentissante. Et si elle ne venait pas là, elle viendrait dans pas long parce qu'il savait faire sa langue de vipère. Mais c'est une légère stupéfaxion qui vient luire dans son regard à ce que Ryo ajoute, grognon. Maiya soupire et vient s'asseoir sur le rebord du lit, passant la couverture par dessus ses épaules et faisant une place pour inviter Ryo à le rejoindre :

(h ah aha xD=

)

- Viens, tu vas attraper la mort...

Il soupire encore avant de reprendre la parole :

- T'as peut être l'impression de rester en dehors de ma vie mais de mon point de vu, t'as plus pénétré mon périmètre perso que personne avant toi. Et n'importe qui d'autre se serait prit un "non" ferme dans les dents pour ce qui est de venir squatter chez moi.

Ryo soupire, s'assoyant sur le lit même s'il n'avait pas l'impression que la grippe rôde dans le coin pour ce qui était de lui. Il n'avait pas froid et comprenait mal comment Lust faisait pour ne pas être juste bien vêtu de son plus simple appareil. Il gronde, observant le mur droit devant lui, haussant les épaules aux paroles du jeune homme. Il n'avait pas envie de parler et était encore piqué dans sa fierté, mais soit... Il peut toujours prendre sur lui, du moins un peu.

- Je sais... mais j'en veux plus. Et je sais que c'est pas la chose à faire, mais j'y peux rien et puis...

Il grogne encore, visiblement agacé, mais ce, par lui-même.

- J'avais pensé à autre chose, moi... Mais j'ai pas envie de tout balancé et... Je sais pas...

Maiya a un petit sourire amusé. Non il ne se moquait pas de Ryo ! Enfin... Non il ne se moquait pas... Il trouvait ça juste mignon de le voir râler pour profiter un peu plus de lui. Et ça l'amusait sûrement parce qu'il savait qu'il voulait profiter de lui sans que ça ait une connotation graveleuse. Maiya donne un léger coup d'épaule au blond avant de venir déposer un baiser un rien plus amusé sur sa joue.

- Allz dis moi, me semble que c'est le bon moment. Ca fait mal un grand coup et après on se sent mieux il paraît.

Un petit "hmm..." peu ravit et surtout, assez peu convaincu franchit la barrière close des lèvres de Ryo. Il lance un petit regard en coin au jeune homme avant de s'assoir plus confortablement, en tailleur, sur le lit. Il rabat une couverture sur son intimité, puis finalement juge qu'il est assez digne pour croiser les bras et conserver son air boudeur jusqu'au bout. Ce faisant, il gronde :

- C'est le moment pour nous d'avoir un autre abris, ailleurs. J'avais pensé à un quartier plus... huppé. Pour étendre nos trafics. Et dans la maison, y aurait que des éléments que j'aurais moi-même choisis... Natsu resterait ici pour s'assurer que les mecs ici sont bien protégés et moi, j'aurais mon autre petit gang. Ça fait bizarre de me séparer de Natsu, mais j'sais qu'il a toutes les capacités d'un chef et qu'il mérite d'avoir tout une maison sous ses ordres...

Maiya fronce légèrement les sourcils. Ryo voulait déménager ? Ok lui ça lui faisait forcément le coup du "quartier plus huppé", Ryo devait bien le savoir... N'empêche que ça le surprenait drôlement. Son regard se pose sur la chambre, partout autours d'eux alors qu'il replace son bout de couverture convenablement sur ses épaules. Finalement il a un petit sourire suffisant avant de demander, pince sans rire :

- Et tu envisages de commencer à m'entretenir alors finalement ?

Ryo gronde, lançant un petit regard de travers à Maiya, visiblement peu ravit de voir qu'il "perdait" à ce petit jeu. C'était un peu ridicule, quand on y pensait, mais ils semblaient tous les deux incapables de ne pas voir de la compétition là où habituellement il n'aurait pas dût y en avoir, surtout dans un couple. Mais soit... C'est ainsi qu'ils fonctionnaient visiblmenet. Et pour l'instant, ça énervait Ryo. Mais il savait qu'à tête reposé, il trouverait juste ça bien amusant...

- On dirait que ça te fait plaisir... Moi j'serais pas capable qu'on paie tout pour moi...

Bien. Ca voulait donc dire oui ça non ? Ryo ne le dirait probablement jamais de but en blanc mais Maiya avait comprit le message.

- Dans ce cas je suppose que tu es prêt à rentrer un peu dans l'univers qu'est mon appartement, même si tu l'as déjà vu. Mais attention, si tu veux éviter les crises entre nous, t'as plutôt intérêt à ne pas m'embêter une fois sur place...

Ryo soupire, haussant les épaules. Ça ne l'enchantait pas, c'était visible, mais il a encore assez de bonne volonté pour se la fermer et ça, c'est un petit miracle en soit...

- On s'entend que cette chambre se fera pas défoncer alors... Et aussi... Par contre...

Il lance un petit regard aigu à son homme - voui voui ! - avant de lancer :

- J'aime pas faire le ménage.

C'était un message subliminal pas très subliminal ça, hein ? Néanmoins, pour qu'il passe un peu mieux, il vient serrer le beau jeune homme dans ses bras, lui assurant avec un tact tout Ryoien :

- Mais je suce très bien alors ça compense, hein...?

Oulà... Lorsqu'il est question de ménage, Maiya a une petite grimace qui signifit bien "ne le dit pas..." et effectivement, Ryo ne le dit pas, lui sortant un truc sexuel et brut de décoffrage comme ça, à la volé ! Néanmoins, pour ce qui est du ménage, tant qu'il ne s'agissait que d'une chambre, il pouvait le faire... La preuve, son appartement à lui était bien tenu non ? Mais il n'allait certainement pas le dire à Ryo, pas besoin qu'il s'imagine qu'il allait jouer les femmes de ménage plus ou moins partout dans la maison !

- C'est aussi ce que tu dis à la personne qui fait ton ménage en ce moment, baka ?

Ryo gronde, hochant néanmoins la tête de gauche à droite, relâchant le jeune homme pour se lever. Le draps tombe au sol, mais il ne s'en soucis pas, se dirigeant vers la salle de bain, un peu refroidit - encore.

- J'ai l'air de sucer le premier venu, peut-être ?!

Il soupire, glissant une main dans ses cheveux blonds tout en entrant dans la petite salle de bain. Se tournant vers la douche, il demande :

- Alors t'es prêt à attendre combien de temps ? Parce que une planque, ça prend du temps à monter...

http://www.root-top.com/topsite/hotelseven/index.php

(oups -))

(les gens perdent pas de temps)

(c'est moi qui perd pas de temps, j'ai lancé des invitation. Mais je me suis trompée de fenêtre en copiant le lien xD)

Ho quel emmerdeur celui là à se vexer comme ça pour rien alors ! Maiya se lève, gardant la couverture qu'il désolidarise complètement du lit pour venir jusqu'à la salle de bain, matant une seconde sans gêne aucune la paire de petites fesses bien fermes qu'il avait sous ls yeux...!

- Qu'est ce que tu veux dire ? Je comprend pas. Tu vas prendre une douche ? Je peux venir ? je suis en train crever... En plus je l'avais dit le premier...

Ryo se perd un moment sous le flot de paroles qui se déverse sur lui, le noyant littéralement. Il ferme les yeux, secoue la tête un peu à la manière d'un chien qui tente de se débarrasser d'eau sur son pelage, puis les rouvres. Il active l'eau dans la douche avant d'hoche la tête de haut en bas. Bah oui qu'il pouvait venir... Quelle question !

- Ce que je veux dire, c'est que ça peut être dans deux semaines comme dans un mois, mais que surtout dans ce genre de quartier, on doit pas attirer les soupçons. Alors ça prend du temps. On pourrait devoir rester ici encore deux mois, voir trois... Deux, plutôt, selon moi. Parce qu'on serait les acheteurs officiels. Alors le temps de trouver la maison, d'y emménager... Peut-être même moins finalement...

Maiya ne se fait pas prier, lâchant la couette pour venir sous la douche, refermant bien derrière lui avant de se caler contre le dos de son amant, glissant ses mains sur son ventre et, plus surprenant -surtout pour lui même- déposant un baiser dans son cou. Bien que légèrement troublé par son propre réflexe, il se reprend rapidement, se raclant la gorge :

- Je suppose que j'ai pas tellement le choix en fait si ? Parce que je te cache pas que mon appartement, sachant que Sakeguchi y fera passer quelqu'un régulièrement, c'est pas mon lieu de prédilection. Je préfère... Je préfère...

Ca avait du mal à sortir mais puisque Ryo avait fait des efforts de ce côté là...

- Je préfère rester avec toi de toute façon.

Ryo se penche vers l'avant, posant son front contre le carrelage frais du mur, fermant les yeux un moment. Il sent Maiya se glisser contre lui et lentement, il lève une main pour la poser contre celles du son ventre. Il emmêle ses doigts à l'une d'entre elle avant d'opiner brièvement aux paroles du jeune homme, des paroles qui lui font drôlement du bien, meme s'il préférait encore crever plutôt que de le lui dire.

- Alors reste. J'aime mieux, de toute façon...

Il se redresse, tournant légèrement la tête vers Maiya. Il l'observe un moment avant de s'en détourner, levant plutôt le visage vers l'eau. Yeux fermés, il profite de l'eau chaude contre son épiderme.

- Je vais pas être très très présent ces prochains temps. Oh, ça t'empêchera pas de me faire une crise ou deux, je le sais. Mais au moins, tu pourras pas dire que je t'ai pas tenu informé... Okay ? C'est la mafia. Mais si ça te fait peur, j'veux juste que tu saches que je suis vraiment fidèle. T'as pas à t'en faire...

Pendant un moment, Maiya ne dit rien, se contentant d'apprécier la chaleur du corps contre le sien et de l'eau qui coule sur eux. Enfin surtout... Heu... Son homme. C'était vraiment bizarre à dire pour lui. Un peu dérangeant, comme un vêtement dont on n'était pas tout à fait certain qu'il ne nous rendait pas plus ridicule que beau. Néanmoins, à ce que Ryo ajoute, une pointe de jalousie possessive le reprend et il serre l'homme un peu plus fort contre lui, s'en rendant à peine compte.

- Tu as intérêt, parce que ces types qui oseraient marcher sur mes plates bandes n'ont aucune idée de ce que je suis capable de déployer comme trésor de ressource quand il s'agit de me venger... J'ai des clients qui seraient tout prêt à me rendre un service en souvenir du bon vieux temps.

Puis réalisant, il bafouille légèrement :

- Anciens... Anciens clients je veux dire.

Ca ca allait être dur à prendre comme habitude...

Ryo ne tique pas au léger dérapage de Maiya, cette fois. Il soupire, néanmoins, peut-être un peu las. La fatigue, après cet orgasme puissant, puis cette dispute qui le fut presque autant mais de façon néfaste, se faisait bien sentir. Il se tourne vers son petit homme - façon de parler vu sa propre grandeur ... - tout en glissant ses mains sur les hanches fines. Doucement, il vient déposer un baiser sur ses lèvres.

- Je tue le prochain qui t'appelle Lust, c'est clair ? Il faudra les en avertir avant que je ne les entende le prononcer... Tu es Maiya. C'est un très joli nom. Je l'aime beaucoup. Et si à un moment il a peut-être signifié un passé dont tu as voulus te détacher, aujourd'hui, il signifie une renaissance. Okay ?

C'était rare que Ryo réussissait à en placer plus de deux sans être ingrat... Il fallait en profiter.

Maiya a un temps de battement. L'appeler par son prénom...? Ca faisait vraiment longtemps que personne ne l'avait fait. Personne à part Ryo s'entend. Il n'était pas tout à fait certain d'avoir envie ou surtout de pouvoir quitter les souliers de Lust, la putain pour qu'il il fallait sérieusement mettre la main au portefeuille... Pour se glisser dans ceux de Maiya, le copain de Ryo et tout ce que ça pouvait impliquer d'autre... Néanmoins, fébrile, il hoche légèrement la tête de haut en bas, redéposant un baiser sur les lèvres du blond, les caressant un instant avec trouble. Il n'en rajoute pas sur le sujet, le coeur battant, un peu sous le choc des changements qui s'opéraient aujourd'hui. Finalement il relâche l'homme en face de lui et ressort de la douche, se séchant rapidement et récupérant la couverture :

- Je te laisse finir tranquillement... Je vais me coucher... Bonne nuit Ryo...

Ryo observe son homme lui glisser entre les mains, mais il n'essaie pas de le retenir. Il opine seulement très brièvement, se tournant à nouveau vers le jet d'eau chaude. C'était bizarre pour lui aussi, fallait pas croire... Il se sentait drôlement mal de laisser un homme entrer ainsi dans sa vie. Mais peut-être que ça lui ferait du bien... Comme Makoto le prétendait. Et sinon, il pourrait toujours dire que c'était de la faute à sa grande asperge d'ami. Pour le moment, il ferait avec. Alors doucement, il murmure :

- Bonne nuit, Mai. Je vais probablement m'absenter cette nuit. Mais je serai là avant que tu te lèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

14. À corriger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-