Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 10. Je sais être jaloux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5079


MessageSujet: 10. Je sais être jaloux   Dim 19 Sep - 21:55

   
Hiroshi lance un regard meurtrier à un Ryo qui, malgré l'assez importante différence de taille, ne s'en laisse pas raconter. Des menaces fusent. Mais seulement du côté de Ryo. Le contours de l'oeil gauche d'Hiro commence déjà à se teinter de violet-bleu encore pâle, mais qui couvrirait bientôt toute la surface. Ryo ne frappait jamais sans bonne raison. Néanmoins, il ne se privait pas non plus lorsqu'une de ses ouailles s'éloignait un peu trop du "droit" chemin. Et présentement, Hiroshi était en plein dans le mauvais de ces deux chemins. Pourtant, ce n'était pas bien difficile à comprendre, non ?! On ne se bat pas entre Kikikan ! C'était primordial pour assurer la bonne entente au sein du groupe. Et ceux qui ne respectaient pas ça avaient droit à des sanctions exemplaires. Mais visiblement, Hiroshi ne comprenait pas ça. Et Ryo ne savait foutrement pas où se trouvait Natsuki... Alors ça attendrait ! Il en avait marre de ces imbéciles. Quoi qu'il en soit, ce soir, pour la première fois, il avait menacé Hiro de mort. Et visiblement, l'homme le croyait. Tant mieux.
   
Ryo ne se répétait jamais à ce sujet. Le petit homme tourne donc rapidement les talons, non sans quelques avertissements de plus à l'encontre d'Hiro, la voix grondant comme le tonnerre. Quand il était temps de donner de la voix, on se rendait compte que la corpulence n'avait rien à voir avec les cordes vocales... Bref, il remonte à l'étage en montant les marches deux à deux, puis ouvre la porte pour retourner à sa chambre, fulminant. Là se trouve Lust qui avait finalement trouvé la télévision. Cette dernière était placée dans une armoire prévue pour y mettre des vêtements, mais qui avait été recyclée. Ryo ferme la porte derrière eux en grognant, se dirigeant vers la salle de bain pour faire couler immédiatement de l'eau froide sur son poing légèrement douloureux, malgré l'habitude. Hiro avait la tête dure... dans tous les sens du termes. Ce faisant, il marmonne plus pour lui même, mais néanmoins assez fort pour que Lust l'entende :
   
- Ce connard, je vais le faire décapiter, bordel ! Il est pas bien dans sa grosse tête d'idiot ! C'est son frère ! Son putain de frère !! On baise pas son frangin !!!
   
Il donne un petit coup de son autre poing sur l'évier, se frustrant d'avantage si possible.
   
- Il a beau être sexy, on le baise pas ! Putain il peut pas mettre sa queue de merde ailleurs que là ?!?! C'est quoi son problème à ce connard ?? Je vais sérieusement lui arranger le portrait et très rapidement ! Mais visiblement, Natsuki a disparu ! Et Makoto aussi ! Ils sont où ?! Tu les as vu toi ??
   
L'après midi avait été... Entre-coupée. Ryo avait fait des allers et venus durant un bon moment et si au début il ne s'était pas frustré, la matinée agréabl aidant, Lust avait commencé à doucement perdre patience... Et puis alors que Ryo était enfin revenu vers lui, alors qu'il décidait de mettre sa mauvaise humeur de côté pour passer une bonne soirée, il y avait eu des éclats de voix... Et Ryo était repartit, encore. Et c'était sa voix à lui qui avait alors porté. Lust avait allumé la télé et s'était affalé sur le lit, plus ou moins grognon, zappant sur un film de science fiction à l'intérêt limité selon lui... Le blond remonte enfin, passant la porte avec une mauvaise humeur plus que visible et tandis qu'il disparaît dans la salle de bain, Lust se lève, s'y rendant sans se presser. Il a du mal à suivre ce dont Ryo lui parle exactement mais n'est pas vraiment sûr qu'il s'adresse à lui non plus de toute façon... Le frère de qui ?
   
Bref, Lust laisser couleur, son regard descendant sur les poings de Ryo que ce dernier passe sous l'eau et il soupire. Ce quelqu'un avait prit un bon coup visiblement... Encore heureux que lorsque lui même avait mangé un coup du blond, ça avait toujours été du plat de la main... Il était curieux de voir la tronche de l'autre type... Enfin...! Lust reconnecte néanmoins rapidement quand Ryo reprend la parole, parlant de ce fameux frère toujours qui serait si "sexy". Son regard s'assombrit légèrement alors qu'il n'apprécie pas du tout ce genre de mot dans la bouche de Ryo ! Non mais... Mais... Non, il ne voulait pas souffrir la concurrence ! Le prostitué se contente de grogner un peu et quand il se fait invectiver, il foudroie le blond du regard :
   
- Je sais même pas qui c'est "Natsuki". Et Makoto je ne l'ai vu que ce matin. Quand à l'autre idiot qui était sur le point de se faire emboîter par son frangin...
   
Lust à une petite exclamation agacée en repartant vers la chambre, terminant sa phrase :
   
- Je m'en fous...
   
Ryo relève la tête aux paroles de Lust. Il le regarde un moment comme s'il ne s'était pas aperçu qu'il était avec lui dans la chambre. Puis, finalement, il coupe l'arrivée d'eau pour sortir de la minuscule salle de bain et revenir vers le jeune homme.
   
- Eh bien figure-toi que moi, j'm'en fous pas ! On ne se bat pas entre Kikikan : c'est notre règle d'or. Shinji n'est pas un idiot, qui plus est. C'est un membre très important du gang.
   
Il croise les bras, foudroyant Lust du regard.
   
- Qu'est-ce que t'as ??
   
Shinji, blablabla, membre "très important" blablabla... Nouveau grognement de Lust qui coupe la télévision avant d'aller se poser dans le fauteuil où, la veille, Makoto s'était assit pour lui tenir compagnie durant plusieurs heures.
   
- Hé bien tu devrais aller chercher la compagnie de gens très important alors.
   
Non, il n'allait probablement pas cacher sa jalousie. Parce qu'il était exclusif dans ses relations et qu'il n'aimait pas que des gens "très important" et "sexy" en même temps fouinent dans les parages.
   
- Tu as tapé sur les deux au moins puisqu'ils se "battaient" tu dis ?
   
Ryo arque les sourcils. Okay.. ça c'est vraiment la meilleure. Il s'approche de Lust, décroisant les bras pour poser ses mains contre les accoudoirs du fauteuil dans lequel le jeune homme a pris place. Il se penche sur lui, l'observant avec grande attention... et peut-être un brin de dégoût, finalement.
   
- Maiya... rassure-moi. Tu n'es pas en train de me faire une crise de jalousie présentement ?
   
Pas que ça le dérangeait habituellement, mais là... oui. Assez même.
   
- Je n'ai rien contre, c'est même terriblement séduisant, mais pas là. Shinji aurait pu se faire battre comme plâtre par son frère. Ou encore violer. Tu peux pas être jaloux d'un mec qui vient juste d'échapper à un viol !
   
Lust détourne un bref instant les yeux. Pas parce qu'il a honte de son comportement mais parce qu'il n'apprécie pas l'image de lui même que le regard de Ryo lui renvoie. L'avis des autres ne comptait pas... Habituellement. Et sa frustration grimpe d'un cran, forcément... Il en revient au visage de l'homme qui pour une fois le surplombe, ne lâchant rien.
   
- D'un type qui vient d'échapper à un viol peut être pas. Mais d'un type "sexy et très important"... Humpf...
   
Il croise les bras contre lui, puis les jambes, tournant la tête, colérique.
   
- Il n'a rien alors pourquoi tu cris après moi ? C'est quoi ton problème ? Je ne le connais même pas, je ne vais pas pleurer sur lui hein. J'ai vraiment pas de temps pour ça.
   
Ryo se redresse, poussant un petit grognement colérique. Il n'en revenait pas.. ça dépassait l'entendement !
   
- Shinji ne m'attire pas ! Oui, il est séduisant et ça, n'importe qui peut le reconnaître. C'est pas une raison pour avoir envie de le baiser, bordel !
   
Il grogne encore, se penchant à nouveau sur Lust, mais cette fois pour grimper sur ses genoux. Il vient chercher un baiser brusque, mais pas sauvage, sur les lèvres désirables.
   
- T'es vraiment con... C'est à toi que j'aimerais faire l'amour...! Et rien qu'à toi. Alors arrête de voir le mal partout.
   
Hé bien non ! Lui il était convaincu qu'il ne le trouverait pas si bien que ça ce Shinji ! Et... Et... Et pas le temps de le dire qu'il se retrouve avec un Ryo dans tout sa splendeur hissé sur ses genoux, les lèvres soudées un peu brusquement sur les siennes. Et le plus étrange c'est que malgré sa main qui vient de se refermer sur le t-shirt pour garder l'homme plus ou moins contre lui, ils continuent de s'affronter plus ou moins du regard. A croire qu'ils ne savent faire que compliqué quand ça devrait être simple... C'était complètement fou de son point de vu... Ca ne lui ressemblait pas de vouloir s'accaparer une personne mais maintenant que le sentiment était là... Il avait du mal à le réfréner. Et ça ne l'aidait pas à se mettre d'accord avec lui même...
   
- Et Natsuki, c'est qui ?
   
Ryo ne quitte pas Lust des yeux. Il a l'impression que s'il le fait, il perdra. Perdre quoi ? Probablement seulement de la fierté typiquement masculine. Mais, il ne se permettra pas de perdre. À la question du jeune homme, il répond le plus franchement possible :
   
- L'homme qui prendra ma place si je viens à mourir avant lui.
   
Il glisse une main sur le ventre du jeune homme, caressant doucement l'épiderme par-dessus le t-shirt, peut-être un peu trop considérant la colère qui brille encore dans ses yeux.
   
- De tous les Kikikan, moi à part, c'est lui qui a le plus de responsabilités.
   
Ho... Rien que ça... Lust ne dit rien quelques instants, un peu déstabilisé par cette réponse. Finalement il se passe une main dans les cheveux, détournant les yeux le premier au bout du compte et se réinstallant correctement dans le fond du fauteuil. Il soupire, sa main glissant sur celle contre son ventre, y emmêlant ses doigts un instant sans rien dire. Il se laisse le temps de désamorcer un peu avant de reprendre la parole :
   
- Le sociale c'est pas mon truc. Je n'ai jamais affaire assez longtemps aux mêmes personnes pour m'y attacher et j'en ai pas envie... Et les gens qui gravite dans mon monde font la même chose que moi... Je suis en train de devenir dingue ici...
   
Il revient obsever Ryo, levant sa main libre pour venir caresser les phalanges légèrement meurtries.
   
- Tu me rends dingue en fait...
   
Ryo a un petit soupir aux paroles de Lust. Il ferme finalement les yeux, se lovant contre le jeune homme pour venir poser son front contre le siens. Yeux toujours bien fermés, il opine brièvement, murmurant doucement :
   
- Ici, nous sommes tous très soudés. Il le faut. Sinon ce serait impossible de survivre à la rue.
   
Il hésite un court instant. Parce que ce qu'il allait demander le faisait flipper un max. Mais finalement, n'y tenant plus et, de toute façon, voulant le proposer depuis le matin, il demande de but en blanc :
   
- Ne ne te donne plus jamais à un autre que moi. Corps et âme. Je saurai m'occuper de toi...
   
Lust ferme les yeux de concert avec Ryo, soupirant en sentant le front de ce dernier contre le sien. Il ne dit rien, écoute, comprend bien mais... Le monde de la prostitution et celui des gangs n'était pas sur la même échelle de valeur. Quand ces deux mondes se rencontraient, c'était rarement pour plus de quelques heures généreuses quoi... Alors la solidarité qui régnait ici -ou pas vu la bagarre hein- ça ne le dépassait pas vraiment mais il ne se sentait pas concerné... Il n'en faisait pas partit. Il y a un blanc et sentant un léger malaise, Lust rouvre les yeux, posant un regard interrogateur sur le visage encore fermé de Ryo. Et finalement une demande tombe. Et elle le laisse passablement sans voix... Est ce qu'il a bien comprit ce qu'il pensait avoir comprit...? Oui, Ryo faisait dans le genre très clair. Et si son coeur se met à battre violemment et n'importe comme, Lust commence à bredouiller quelques début de phrases sans sens avant de fermer les yeux et d'inspirer un grand coup pour se calmer.
   
Il y avait la partie de lui qui en avait envie, aussi frustrant que se soit à admettre... Et celle qui avait l'esprit pratique, qui faisait pleurer la seconde en jouant les troubles fêtes.
   
- Sakeguchi ne me laissera pas faire... Et je ferais quoi ? Je resterais dans cette chambre à longueur de journée à attendre que tu reviennes ?
   
C'était un peu idiot parce que sur le principe, ses plans de vie c'était bien "rester tout seul tranquille en attendant que la personne qui l'entretenait rentre"... Sauf que dans ses plans, il avait pas prévu d'avoir le béguin pour la personne en question...
   
- Je suis pas... J'en sais rien. C'est pas mon truc les gang et... Tout.
   
Puis, après avoir refermé plus solidement ses doigts sur ceux de Ryo il signale :
   
- On passe plus de temps à se détester qu'autre chose, même si ça ne coupe pas l'envie de faire l'amour alors... Si tu changeais d'avis sur un coup de tête ou j'en sais rien...

   
Ryo éloigne tous les doutes manifestés par Lust d'un baiser. Il plaque son bassin tout contre le jeune homme, faisant monter en lui une chaleur indescriptible qui fait instantanément réagir son corps. Mais il n'en a pas honte. Parce qu'il n'est pas ici, présentement, à faire des avances à Lust parce qu'il ne veut uniquement pour une nuit. Il le veut pour toujours et ça fait toute la différence selon lui. Ses lèvres caressent celles de Lust sans lui laisser un moment de répit, sauf pendant quelques très courtes secondes pour reprendre leur souffle. Entre deux baiser, il trouve néanmoins assez de temps pour murmurer :
   
- J'ai pas envie de Lust, bébé... Bordel, faut me comprendre. C'est Maiya que je veux. Et entiers !
   
Lust passe ses bras autours du cou du blond, le serrant de façon possessive contre lui, répondant avec une ardeur qui lui était peu commune à ces baisers qui l'embrasent littéralement. Et ce n'est pas de sentir le corps de Ryo si "réceptif" à leur échange qui fait diminuer sa température. Même qu'au contraire il halète, soupire, mordille, griffe légèrement la nuque offerte et un peu de ce dos auquel il accède par l'encolure du t-shirt. Ses reins se cambrent légèrement, comme pour venir chercher une étreinte plus fusionnelle encore, limite violente sans désir néanmoins de faire mal ou d'avoir mal. C'est la situation qui est exceptionnelle, insensée, complètement surréaliste pour lui et qui les fait réagir, lui et son corps, de façon inconsidérée...! Finalement, de façon un peu brusque peut être, il repousse Ryo pour le faire chuter au sol mais, avant qu'il ai pu se frustrer ou gueuler encore, il se glisse lui même au sol, par dessus l'homme, venant chevaucher ses hanches tout en revenant capturer ses lèvres.
   
Il finit néanmoins par se redresser légèrement, les deux mains de chaque côté du visage du blond :
   
- Tu ne me connais pas... Je ne me contenterais pas de ce que tu pourras me donner, j'en voudrais toujours plus.
   
Ryo sent son coeur s'arrêter soudainement de battre alors que Lust le fait chuter sur le sol. Il grogne, se redressant sur ses avants-bras pour lancer un regard noir au jeune homme. Mais, il a à peine le temps d'ouvrir la bouche que Lust revient tout contre lui, d'une manière plus que sexy. Dieu que ce garçon savait comment mener sa barque... Ce n'était probablement pas surprenant, mais ça n'empêchait en rien Ryo d'en profiter au maximum. Ses mains viennent rapidement chercher la taille fine alors qu'il se laisse retomber complètement contre le plancher. Le blond agite le bassin, demandeur de plus de ces sensations qui lui faisaient carrément perdre la tête. Lust était vraiment trop désirable... et ça faisait aussi bien trop longtemps qu'il n'avait pas pris le temps de se faire plaisir... Maintenant, il pourrait le prendre pour leur faire plaisir à tous les deux, non ? Il a un petit sourire peut-être un peu suffisant aux paroles de Lust, répondant rapidement :
   
- Alors nous nous battrons. Puis, nous nous réconcilierons sur l'oreiller ou encore, je t'achèterai un joli petit haut.
   
Ses mains ne patientent pas pendant qu'il parle. Il relève lentement le haut de Lust, révélant un ventre plat et d'un blanc laiteux qui le fait soupirer d'envie.
   
- Dis-moi que tu n'appartiens qu'à moi... Avec tous les avantages et tous les inconvénient. Je veux tout.
   
Lust fusille du regard Ryo. C'est pas voulu, c'était plutôt un réflexe... Parce qu'il avait l'habitude d'envoyer mourir quiconque essayait de le dévêtir sans sa permission. Permission qu'il n'accordait qu'à ceux qui avait payé pour. Et pas en monnaie de sentiments ou de truc dans ce genre là. Et pourtant voilà qu'il y avait Ryo et ses mains baladeuses qui s'insinuaient sous ses vêtements... Et il n'avait pas envie de dire stop. Il devrait, parce que c'était laisser gagner le blond, sur tous les tableaux... Mais entre ce qu'il pensait devoir faire et ce qu'il voulait faire... Finalement Lust revient s'asseoir sur les hanches du chef des Kikikan, l'observant un instant avec un regard à mi chemin entre la critique et le désir. Et au bout d'une minute ou deux, il vient lui même saisir sa chemise pour la faire passer par dessus sa tête plutôt que de la retirer correctement.
   
Il revient chercher un baiser long, fort, comme cherchant à se convaincre alors que ses propre main passent sous les vêtement, caressant un instant le ventre ferme, les hanches étroites et redescendant vers les bords du pantalon. Ses mains dégrafe le bouton en acier, font descendre la fermeture éclaire mais il n'en fait pas plus, se contentant de laisser Ryo "un peu plus à l'aise" sans doute.
   
- Disons que c'est un emprunt pour voir ce que tu en fais...?
   
Ryo sent la tension entre eux et surtout, il se rend parfaitement compte qu'elle n'a pas que du positif. Mais, il ne s'arrête pas pour autant. Parce qu'il savait très bien dans le fond qu'il n'avait pas envie de profiter de Lust. Il voulait certes le posséder, le marquer, l'avoir à lui seul... Mais ce n'était pas juste une histoire de sexe, même s'il ne voulait pas mettre de mots sur ce qu'il ressentait immédiatement. C'était trop récent... Il le ferait en temps et lieux. Néanmoins, malgré les hésitations de Lust, celui-ci fini par retirer sa chemise et de la plus sexy des façons. À nouveau, Ryo se redresse assez pour être à demi-assis, serrant fortement le beau jeune homme contre lui, ses lèvres suivant rapidement le chemin de son torse alors que des mains expertes dégrafent son pantalon. Un petit rire se fait entendre alors qu'il baiser, puis lèche avec envie la peau satinée.
   
- Alors dans ce cas, j'emprunte sans intention de rendre...
   
Nouveau petit rire. Ryo relève le visage vers Lust, lui faisant un petit clin d'oeil.
   
- Ta peau a le goût du péché : impossible de résister... Tu es délicieux, bébé.
   
Son corps frissonne. Et s'il avait déjà frissonner par le passé de plaisir, il ne s'en souvenait tout simplement plus. Ou plutôt, d'un plaisir gratuit et désiré... Parce qu'il y avait toute sorte de plaisir n'est ce pas ? Et celui là était sans doute aussi vénéneux qu'il pouvait l'être... Mais ça ne l'en faisait étreindre l'homme que plus fort, comme réclamant qu'il ne s'écarte pas brusquement pour le laisser en plan ou qu'il ne vienne pas lui donner du "j'ai gagné" pour le renvoyer à la rue sitôt la tension sexuelle entre eux évacuée. Il sent une langue habile et chaude glisser sur sa peau et ondule les hanches, venant à la rencontre de celle de Ryo, tentant de décrocher une bonne fois pour toute de ses doutes. Maiya récupère néanmoins le visage mâture mais ô combien parfait entre ses mains le temps de signaler :
   
- Tu me croyais pénible ? En fait je suis pire...
   
Finalement, un sourire amusé glisse sur ses lèvres et ses mains viennent chercher le bas du t-shirt de Ryo pour le lui retirer une bonne fois pour toute, revenant caresser la peau qui par endroit est encore marquée des récent affrontement. Il passe, peut être de façon inconsciente, en des caresses moins appuyées sur les bleus et hésite un bref instant. Un instant très court mais qui lui fait stoper tous ses mouvements à ce moment là. Il n'avait jamais vraiment fait l'amour par envie... Et là s'il se donnait à Ryo, il voulait obtenir quelque chose en échange... Et il met un mot sur ce quelque chose...
   
- Si tu m'as, il n'y a que moi. Personne d'autre de plus sexy ou de plus important que moi... Personne sur qui tu pose les mains, personne avec qui tu flirt... Personne.
   
Ryo se foutait éperdument que Lust soit encore plus pénible que présentement. Il le voulait et il l'aurait. C'était ce qui se passait présentement, non ? Il frissonne un moment dans l'air frais une fois séparé de son t-shirt, mais pas pour longtemps alors qu'il vient se lover tout contre Maiya. Ses mains caresses le dos nu, l'une d'entre elles glissant jusqu'aux fesses encore bien prises dans le jeans du jeune homme. Il mordille un moment une épaule, puis ouvre la bouche pour répondre à son presque-amant. Cependant, au même moment, des coups sont assénés à sa pauvre porte de chambre... et avec force. Ryo lance un regard noir à celle-ci avant de repousser juste assez Lust pour se relever. Merde... C'était vraiment pas le moment. Il force néanmoins le jeune homme à se mettre sur ses pieds et c'est en le gardant tout contre lui qu'il va répondre. Un homme d'une grandeur plus qu'enviable pour un Japonais, surtout aux vues de ses jambes infinies, est à sa porte. Néanmoins, Ryo grogne.
   
Et pour faire plaisir à Lust, il le serre un peu plus fortement contre lui, déposant un baiser sur ses lèvres avec presque indécence.
   
- Qu'est-ce que tu veux Shinji ? Tu vois pas qu'on est occupés ??
   
Le dit Shinji lève les yeux au ciel avant d'observer Maiya d'haut en bas d'un oeil critique. Il ne s'en occupe cependant pas plus longtemps avant de prendre la parole : Natsuaki est introuvable et il a les informations importantes sur la mafia à leur communiquer.
   
- Eh bien vas les taper à la machine et glisse-les sous la porte de Natsuki ! C'est à lui que tu dois donner ça, pas à moi.
   
Les choses sont bien avancé... Et même plus que ça... Les mains de Maiya descendent rapidement jusqu'au pantalon dont l'attache est déjà défaite, sa main se faufillant à l'intérieur pour caresser de sa paume l'objet de son désir présent, encourageant ainsi Ryo à lui fournir une réponse satisfaisante. Mais alors qu'il est sur le point de lui répondre, on frappe à la porte. Et faut croire que la personne derrière la porte s'imagine qu'ils sont sourd vu comme elle y frappe ! Maiya a un regard lourd de sens pour Ryo mais ce dernier le repousse tout de même. Il est sur le point de tempêter mais le blond l'attire à nouveau contre lui en allant ouvrir la porte. Le type qui se trouve là est... Grand. Vraiment. C'est limite indécent pour un japonais. Il est tout apprêté, bien soigné... Et il ne le reconnait pas. Pas qu'il connaisse tous les prostitués de la ville mais il se démerdait néanmoins et ce genre de personnage, il s'en souviendrait.
   
Maiya passe un bras on ne peut plus possessif autours du coup de Ryo, la seconde venant caresser une hanche. Son regard noir se pose avec défis sur le fameux "Shinji". Le type prétendument sexy... Un peu... Peut être... Le prostitué -ou pas !- affirme sa prise après ce bref baiser qui devait bien annoncer la couleur et il a une petite moue très satisfaite quand Ryo l'envoie mourir en lui disant d'aller les taper ses informations et d'aller s'adresser à son second.
   
- Si c'est tout on va te laisser... Y a des heures ou faut pas espérer trouver les gens inoccupés...
   
Shinji lance un regard désapprobateur à Ryo. Il croise les bras, mais le patron ne perd pas de sa superbe. Il fait néanmoins un petit sourire à l'homme avant de commencer à refermer la porte. Shinji gronde qu'il n'est pas une secrétaire, mais ça, Ryo n'en a pas grand chose à faire. Il allait se reconvertir, voilà tout !
   
- Je te promet qu'on va se voir demain, Shin-chan. Pour le moment, vas faire ce que je t'ai dis. Et essaie donc de me trouver pourquoi Makoto et Natsuki ont disparu en même temps !
   
"Shin-chan" grogne, mais tourne néanmoins les talons et Ryo ferme la porte sur lui, même s'il était on ne peut plus curieux à propos de ces informations... Il se tourne vers Maiya, le serrant dans ses bras tout en venant caresser le bout de son nez du siens.
   
- Chaque chose en son temps, n'est-ce pas mon bébé ?
   
Maiya a une légère crispation au "Shin-chan" mais pour le moment il ne dit rien... Il saurait y revenir plus tard... Et il n'allait pas oublier. Néanmoins, il vient s'adosser à la porte à nouveau close, repoussant Ryo pour l'avoir à bout de bras, le détaillant avec gourmandise, se passant la langue sur les lèvres. Ses mains saisissent à nouveau la bordure du pantalon pour attirer l'homme à lui et il revient le capturer entre ses bras, enroulant une jambe autours de sa taille, le pressant contre lui en venant chercher un nouveau baiser :
   
- Et ce type après moi... C'est un ordre qui me convient tout à fait...
   
- C'est ce que je me disais, aussi....
   
Ryo rigole, se lovant tout contre Maiya, pressant son bassin contre lui pour lui prouver que cette visite inattendue n'avait pas réfréné ses ardeurs. Il mordille doucement le cou offert, une main glissant sur le pantalon du beau jeune homme pour commencer à baisser sa fermeture éclair.
   
- Je crois qu'on va réussir à s'apprivoiser, finalement...

_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

10. Je sais être jaloux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-