Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 1. J'ai rencontré la Luxure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5079


MessageSujet: 1. J'ai rencontré la Luxure   Sam 11 Sep - 22:12

   
Lust était sortit il y avait quoi...? 10... peut être 15 minutes...? S'il y avait bien un chose qu'il détestait faire, s'était faire le tour dehors pour trouver jolie proie sur laquelle mettre le grappin. Ou si pas jolie, du moins avec un portefeuille qui lui, l'était. Il avait quelques clients plus habituels mais le si "sympathique" patron préférait que ses employés évite d'avoir à faire à des habitués. C'était comme ça qu'il perdait certains des meilleurs qu'il disait. Et puis chercher soi-même les clients, ça entretenait l'art de séduire... Mouais... il n'empêche qu'il avait beau ne pas faire si froid, Lust avait les mains gelées déjà. Il songeait de plus en plus à tenter sa chance, en toute discrétion, du côté d'un autre patron. Parce que franchement, il se démenait pour pas grand chose au regard de la fin du mois. Toujours à arpenter le même quartier, bien mit dans des vêtements à son avantage, soigneusement maquillé, sourire à revendre... Tout ça pour que d'autres en tire les vrais bénéfices, c'était quand même pas de chance...
   
Il souffle sur ses mains, faisant un écart pour éviter une imperfection dans le macadam et son regard tombe sur une petite silhouette qu'il a déjà vu passer plusieurs fois dans le coin. Même qu'un de ses amis lui a donné son nom une fois mais sur le moment il n'y avait pas fait attention. Qu'est ce qu'il avait dit d'autre déjà aussi...? Ha oui, que c'était le chef d'une bande du coin. Un chef de bande, ça avait de l'argent ça non...? Lust détail un peu l'homme et pousse un petit soupire : y avait un énorme potentiel mais sortit de là, il n'avait rien à voir avec les types en costume qu'il avait pour habitude de "démarcher". Mais il possédait ce petit côté rebelle et assuré et qui plaisait aux femmes et aux hommes dans son genre. Seulement on ne payait pas le loyer avec le plaisir. Enfin si. Mais pas le sien. Il se comprenait. Un petit frisson lui passe le long de l'échine et Lust en revient à cet homme là qui s'approche de plus en plus, mais sur le trottoir d'en face. Petit, blond mais quand même drôlement bien enchâssé pour ce qu'il en voit...
   
Tant pis, il allait tenter sa chance... Si au charme pouvait s'allier de l'argent dont il ne faisait pas l'étalage, c'était un must...! Lust change de trottoir, n'attendant pas que l'homme arrive à lui mais finissant en arrivant directement sur sa petite personne. Il sourit, n'approchant pas non plus trop trop près, parce qu'il n'avait pas oublié ce qu'on lui avait dit et chez lui "chef de bande" ça rimait pas toujours avec "douceur" et qu'il ne voulait pas prendre cher parce que monsieur s'était levé du pied gauche ou n'approuvait pas ses charmes... Avec un petit air abattu, une fois à bonne hauteur il fait mine de constater :
   
- Tu es tout seul, je suis tout seul, j'ai les mains gelées et je suis de très bonne compagnie quand on m'offre une boisson chaude...
   
Un moyen comme un autre de tester la température et s'il mordait, de voir un peu ce qu'il pouvait en tirer, financièrement parlant...

Un long soupir se fait entendre alors que le sale garnement en face de Ryo se ratatine carrément sur lui-même. Un gamin avec une bonne gueule. Il lui rappelait un mec... Quel mec ? Un guitariste. Oui, c'était ça. Un petit guitariste d'un de ces groupes de visual kei qui devenaient si populaires ces derniers temps. À croire que les jeunes avaient perdu tout sens du rythme... Rien ne battait les mesures d'une bonne chanson de rock ou d'une autre plus effrénée de métal ! Mais ça... Maintenant, on semblait préférer les minets au talent. Bref. Ce type était fringué comme un de ces visualeux de merde. Alors pourquoi était-il à présent acculé au mur contre lequel l'avait poussé Ryo quelques secondes plus tôt ? Ah ça... Disons que si la bague qu'il portait à un doigt n'était pas un vrai diamant, Ryo était prêt à aller se jeter du haut de la tour 109. Et justement, d'un mouvement sec de la main, il arrache cette même bague à ce petit tas de merde. Un autre gosse de richard... Le gamin geint. Ryo lui accorde son attention un moment, bien que la bague en diamant l'attire particulièrement...
   
C'est un zircon. C'est ce que ce gamin prétend. Les trois autres mecs de la bande autour de Ryo s'esclaffent. Un d'entre eux s'agenouille près du jeune homme. Lui demandant quel âge il a. S'en suit un récit de sa vie. Peut-être que ce gamin avait l'impression qu'il s'en sortirait ? Bah voyons... Ils n'étaient pas une des bande de rues les plus craintes de la ville pour faire preuve de générosité soudainement. Le gamin a 17 ans. Il s'en va sur ses 18. C'est la bague de mariage de sa maman décédée. Cliché... Puis, après la supplication, viennent les menaces. On le chercherait. Son père l'attendait. Hiroshi rigole en se penchant sur le jeune homme. De la lame de son couteau, il caresse doucement une joue. Ryo grogne, levant les yeux au ciel. La bague est remise à Makoto, parce que lui ne trimballe jamais ce genre de truc sur lui. Makoto était celui qui s'occupait officiellement de ce genre de chose. Sa part lui reviendrait une fois la bague vendue.
   
Hiroshi continuait à s'amuser de son côté, murmurant à l'oreille du gamin qu'il le laisserait partir, promis, mais qu'avant, un petit saut de l'autre côté de la ruelle, dans ce bâtiment isolé serait des plus apprécié. Le petit homme semble commencer à comprendre ce qui va se passer. Il supplie, cri, mais Ryo se détourne déjà de ses hommes. Il n'était pas fan de ce genre de... pratiques. Mais à quoi bon empêcher Hiroto de se faire plaisir ? Il s'en foutait royalement. Alors il quitte la ruelle, les mains dans les poches, un peu las, mais tout de même satisfait. C'était une bonne pêche, fallait l'avouer. Faudrait juste pas qu'Hiro fasse trop le con, histoire de pas avoir les flics sur le dos après. Ainsi, Ryo quitte cette partie du quartier pour ne pas être dans le coin. Pas la peine de faire exprès pour se sentir coupable, hein ! Il marchait tranquillo lorsque soudainement, un jeune homme l'interpelle. Hein ? Ah oui... Un petit rire amusé se fait entendre alors que Ryo se tourne, observant l'homme d'haut en bas. Ouh là... Un sifflement admiratif se fait entendre.
   
- Eh salut mon coeur. Dis donc... Qu'est-ce que tu fais ici ? Tu devrais pas être derrière une jolie vitrine ?
   
Ah ouais... Ça, selon lui, c'était du niveau de la pute de luxe, non mais ! Non, Ryo n'était pas intimidé, loin de là ! Il avait l'habitude de se faire interpellé lorsqu'il passait dans le coin. Mais jamais par celui-ci et... bordel ! Ryo fait quelques pas vers le joli prostitué, examinant toujours avec beaucoup de soin la marchandise.
   
- Toi... Toi tu me promet que tu vas encore être ici dans un mois mon coeur. Tu vas être ma première folie... !
   
Ha, visiblement au moins, il n'allait pas se faire jeter comme un mal propre vu le regard et le sifflement pas vraiment classe mais au moins flatteur. Lust a un petit clin d'oeil aux premières questions auxquelles il répond rapidement :
   
- J'ai le sens du service, je t'évite de te fatiguer à aller voir la vitrine en question, histoire que tu gaspille toute cette belle énergie autrement.
   
Néanmoins il doit se retenir très fort de ne pas lever les yeux au ciel quand l'homme, le reluquant sans gêne aucune, ce qui changeait de ces biens pensant en costume qui tant qu'ils n'étaient pas dans l'intimité d'une chambre d'hôtel ou d'ailleurs osait à peine le regarder dans les yeux...
   
- Attendre un mois pour faire une folie ? C'est une demie folie alors...
   
Ryo laisse échapper un éclat de rire bien franc. Il garde ses mains dans ses poches, mais ce n'est pas parce que l'envie de les en sortir lui manque... Mais habituellement, les proxénètes n'étaient jamais bien loin et il ne voulait pas d'ennuis de ce genre.
   
- Demie folie ou pas, j'ai au moins la décence de ne pas "partir sans payer", petit ange. C'est quoi le nom à poser sur ce joli minois, dis-moi ?
   
Humpf... Moins de moyens que prévu alors... Et ça ne l'enchante pas vraiment. Ça l'irrite même un peu mais il force un sourire, quoi que peut être un peu moins avenant quand même... Mais c'est vrai que s'il pouvait éviter les mauvais payeurs, ça l'arrangeait évidemment...
   
- Lust...
   
Il n'ajoute rien un moment, observant le visage suffisant, la tête légèrement penché sur le côté.
   
- C'est dommage... Une autre fois...
   
Ça servait à rien de s'arrêter plus longuement sur quelqu'un qui avait certes un très joli minois mais... Rien de plus à lui offrir. C'était le même principe que cette blague conne là... "Pas de bras, pas de chocolat"...
   
Ryo fait un petit clin d'oeil à "Lust". Quel pseudonyme bizarre... Parce que oui, ça ne pouvait être qu'un pseudonyme, tout de même ! Ses parents ne pouvaient pas le détester à ce point là, non ? Ryo glisse un doigt songeur sur ses lèvres avant de demander, très amusé, mais surtout très malicieux :
   
- Dommage que je n'aie pas amené la bague en diamant que je viens de "trouver" avec moi... Elle sera revendue. Pourtant, elle aurait fait très bonne figure à ta main gracile.
   
Il fait un pas vers le petit prostitué, rieur.
   
- Et j'en "trouve" souvent des bijoux du genre...

Un nouveau petit "humpf" boudeur passe les lèvres de Lust. Une bague en diamant ? Voilà qui parlait à sa personnalité tout à coup. Et qui capte tout à fait son attention. Alors comme ça il avait souvent ce genre de cailloux entre les mains...? Intéressant... Ça valait peut être le coup de se le garder dans la poche finalement...
   
- Et tu as encore quelques yen pour me permettre de réchauffer mes mains si graciles...?

Ryo fait un clin d'oeil au jeune homme, faisant un signe pour lui demander de l'accompagner. Il fait le chemin inverse, non sans glisser une main dans le bas du dos de Lust.
   
- Un bon repas chaud avec ça... Je peux certes faire ça, histoire de sauver du froid une telle beauté.
   
Hum... Ça allait un peu brailler quand il allait se retrouver à nouveau seul s'il acceptait de prendre le temps de manger alors qu'il aurait dût faire plus lucratif... Mais bon, il y tenait lui à la jolie promesse -ok, pas vraiment promesse hein- de diamant ! Alors Lust emboîte le pas du blond, levant une mains pour dégager une mèche rebelle du profil bien dessiné. Néanmoins, pas non plus disposé à manger au fastfood du coin il reprend la parole :
   
- Pour manger où...? Et il a un prénom ce joli joaillier ?
   
Ryo s'amuse. Beaucoup même. La journée avait été longue. Certes, on était encore qu'en début d'après-midi, mais lui ne s'était pas encore couché... Et probablement que ça n'irait qu'à ce soir. Une petite sieste avant de repartir avant la fin de la nuit pour trouver de bons pigeons à effrayer, à voler... L'homme rigole aux paroles de Lust, lui faisant un clin d'oeil.
   
- Ryo, pour te servir.
   
Joaillier... C'était plus que loin de la vérité, mais ça le faisait bien rire. Et visiblement, Lust aussi avait parfaitement compris où il avait trouvé le joli caillou d'un peu plus tôt... Justement, il se glisse devant la ruelle où ils avaient attaqués le garçon. Rien, aucun bruit. C'était mieux comme ça... Les petites envies d'Hiroshi le dégoûtaient malgré tout. Et justement, le Hiroshi en question arrive en leur direction, l'air profondément satisfait. Alors qu'il s'arrête près d'eux, Ryo lève une main, le foudroyant du regard.
   
- Je ne veux pas savoir. Essaie juste de trouver Makoto et envoie moi un message à savoir combien ça va nous rapporter. Aller, dégage.
   
Visiblement peu satisfait, Hiroshi les contourne pour partir... non sans donner une bonne petit fessée à Lust. Ryo a une exclamation agacée. Hiro était mieux de se tenir à carreau...
   
Les yeux de Lust s'assombrissent un instant alors qu'un type arrive dans leur direction avec cet éclat dans le regard qu'il avait déjà vu de nombreuse fois et qui lui laissait un arrière goût amer. Ce type était malsain. Et peu importe ce qu'il pouvait faire pour l'être, Lust commence à se demander si c'était une bonne idée que de suivre Ryo dans une ruelle. Ho il pouvait crier, il y avait quelqu'un pas trop loin, mais il y avait une petite pointe de stress bien présente. La seule chose qui le rassure un peu, c'est le regard noir et la voix sèche de Ryo qui interrompt l'autre type avant même qu'il ne l'ouvre. Ouais... C'était pour ça qu'il valait sans doute mieux tourner autours du chef que des sous fifre aussi... Il ne dit rien sur le petit échange mais quand il prend un claque sur les fesses il stop net, foudroyant l'autre connard qui s'en va déjà en leur tournant le dos.
   
- Visiblement, ça rapporte pas de quoi s'acheter un peu de classe !
   
Lust en revient à Ryo, plus ou moins maussade et boudeur encore une seconde avant de revenir poser une main sur l'épaule la plus proche, s'y pendant plus ou moins en considérant qu'il était le plus grand des deux. Au moins le petit échange avait tendance à lui prouver que l'homme n'avait pas mentit à propos e sa pierre là...
   
- Tu pourrais être disponible avant la fin du mois mon coeur...
   
Ryo s'amuse de la réaction de Lust, malgré tout. Hiro lui tapait sérieusement sur les nerfs, peut-être un peu trop pour la santé de ce con, mais au moins, il le divertissait parfois un peu. Comme là, alors que Lust se raccrochait un peu plus à lui. Ça, ce n'était pas pour lui déplaire !! Ryo étire le cou - maudite taille de merde ! - pour non pas déposer un baiser sur la joue pâle de Lust, mais y darder le bout de la langue. Il reprend néanmoins sa marche, passant devant la ruelle sans s'y engager, se dirigeant vers une allée plus fréquentée.
   
- Hiro risque de ne jamais voir l'aube de ses 30 ans, alors soyons un peu indulgent.
   
C'était on ne peut plus vrai... probablement parce qu'il savait que bientôt, lui-même perdrait patience et l'enverrait à la pitance. Il glisse une main sur les jolies fesses pour caresser pendant quelques secondes l'endroit où Hiroshi avait frappé.
   
- Mais je suis disponible. Je le suis toujours pour une créature aussi gracile que toi. Le problème, c'est que pour le moment, je n'ai pas ce qui t'intéresse le plus, c'est-à-dre l'argent. À la fin du moins, ça changera...
   
mois
   
Si Lust laisse la langue chaude venir glisser un instant sur sa joue, il s'apprête néanmoins à retirer la main qui vient lui caresser les fesses. pas par pudeur ni même parce que c'était désagréable, mais parce qu'on ne palpait pas la marchandise plus que de raison. même pas en échange d'un repas chaud et de jolies allusions typiquement matérialiste. Cependant, la main posée sur celle sur fesses, il interrompt son mouvement, l'y laissant une seconde alors qu'il remarque que décidément, Ryo parle beaucoup de cette fin de mois qui devrait lui permettre de se payer ses services... Il revient minauder une seconde, curieux, se penchant pour venir mordiller un très bref instant une oreille percée :
   
- Et qu'est ce qu'il y a à la fin du mois....?
   
Il a un petit rire :
   
- Un héritage imprévu...?
   
Ryo se moque légèrement, peut-être, lorsque Lust essaie de savoir ce qui se passera à la fin du mois. Chuuut... secret ! Il fait un clin d'oeil au jeune homme, assurant :
   
- Oh non, si c'était un héritage, je l'aurais touché depuis longtemps.
   
Ça voulait tout dire. Il continue de marcher tranquillement jusqu'à un restaurant à saveur italienne qui sert les meilleures pâtes possibles, mais aussi de la très bonne pizza. Ça lui disait bien depuis un moment d'y aller, alors autant en profiter pendant qu'il est accompagné... et qu'il en a envie ! Changeant de sujet, parce qu'il était vrai que les grandes gueules en faisaient rarement beaucoup et n'était lui-même pas le genre d'homme à se venter plus qu'il n'agit, Ryo tient la porte à Lust pour le laisser passer devant lui dans le restaurant.
   
- Mon coeur, l'important, ce n'est pas comment j'ai cet argent. C'est ce que j'en fais. Et si tu es aussi docile et mignon que sexy, je te traiterai comme un prince.
   
Lust a un petit regard pour l'enseigne. Ça le faisait, ça va ! Il entre donc, remettant en place une mèche de cheveux et soupirant d'aise de sentir la chaleur du lieu. Il y a quelques regards qui se tournent vers eux et le prostitué a un petit grognement avant d'en revenir à Ryo, les yeux brillant. Il apprenait vite à caresser ses cordes sensibles le ptit gars à lui parler de le "traiter comme un prince" non ? De toute façon, l'argent, c'était déjà tout ce qu'il aurait dût avoir si sa mère ne s'était pas faite baiser -dans tous les sens du terme- par son père ! Alors ce n'était que justice !
   
- Mais je suis toujours docile et mignon quand on me traite comme un prince...!
   
Il donne une petit coup du bout de son index sur le nez de Ryo avant de se retourner vers le serveur qui, après leur avoir demandé s'ils étaient bien 2, les emmène à une table pas idéalement situé mais pas non plus en plein milieu du passage. Mouais... Mais il ferait avec... Lust se défait de son manteau, n'ayant pas envie malgré le froid de cacher ses avantages et finalement il s'installe.
   
- Il va falloir manger vite... Je crois que j'aurais de la misère à justifier ce temps perdu...
   
Oui, "temps perdu", fallait être honnête hein... Et Ryo le savait très bien, il y avait lui même fait allusion...
   
Ryo se laisse tomber sur sa chaise, un bras sur le dossier, les jambes écartés. Ouais... on lui disait souvent qu'il manquait de manières. Ce n'était pas le genre de commentaire qui lui faisait beaucoup de peine... Alors il continuait. Et il continue aussi d'observer d'haut en bas ce bel homme qui lui fait le plaisir de partager un repas. C'était d'autant plus agréable de savoir que bientôt, il partagerait aussi son lit. Après tout, il ne pouvait même pas se refuser à lui... Et visiblement, Lust n'avait pas du tout envie de se refuser à lui. C'était une bonne chose. Vivement, il saisit le menu que lui tend le serveur, ignorant royalement l'homme pour revenir observer Lust.
   
- Je ne veux pas avoir d'ennuis avec un proxénète non plus. Ils ne sont jamais sympathiques, ces imbéciles.
   
Il grogne, songeant à la dernière fois qu'un d'entre eux lui était tombé dessus. La seule fois, en fait. Ça faisait longtemps... Mais il avait bien appris ! On touche si on paie. Enfin... sauf peut-être maintenant. Il avait touché. Et ça avait été très agréable. Un petit sourire aux lèvres, il demande sans gêne aucune :
   
- Tu étais venu me rejoindre vraiment juste pour l'argent ? Je n'ai pas l'air bien riche, ça je le sais bien. Tu voulais peut-être autre chose, mon coeur ?
   
Lust saisit le menu qu'il parcourt rapidement des yeux. Des tagliatelle au saumon et à l'aneth. Parfait, ça le motivait bien. Avec de l'au pour faire passer, il évitait l'alcool pendant le travail, parce que valait mieux être lucide. Pas tant pour faire preuve de tous ses talents que s'assurer qu'ils étaient récompensés. Alors qu'il repose le menu sur la table, un sourire vient fleurir sur ses lèvres, très amusé. Il n'allait pas mentir, il allait même probablement extrapoler un peu, c'était son métier après tout.
   
- Ta réputation t'a précédée. On m'a dit que tu avais une bande dans le quartier... J'ai pensé que tu avais peut être plus d'argent que tu n'en avais l'air... Et puis si je pouvais conjuguer l'argent à un joli minois aux allures de mauvais garçon, j'allais pas me priver...
   
Il fait un petit clin d'oeil à Ryo et lorsque le serveur revient il passe directement sa commande, ignorant le regard qu'il leur renvoie à tous les deux. vrais qu'à l'instant T et vu le quartier, on devait deviner le genre de personne qu'ils étaient à une centaine de mètre à la ronde. Lui avec ses sourires et ses airs un peu trop bien mit et Ryo et sonna attitude pas vraiment classe...
   
- Mais malgré le sex appeal que tu dégages l'argent rachète le léger manque de conduite...
   
Ouais... "léger"... Et c'était une façon polie de se moquer un peu.
   
Ryo est bien fier à la première partie des paroles de Lust. Vrai qu'il avait une bien bonne réputation dans le quartier ! Enfin... tout était relatif, oui. Mais c'était quelque chose qu'il avait cherché. Aussi, ce qu'ajoute le jeune homme, provoque un regard meurtrier du côté de Ryo.
   
- J'en ai rien à faire des normes sociales. Ça dérange les gens parce qu'ils sont tous là à le dire, mais ils n'en font rien. Quand j'ai envie de quelque chose, je le prend. Je ne me prive pas.
   
Bien sûr, ce n'était pas au même niveau que ce connard de Hiro... Lui, il aimait le sexe dont le plaisir était partagé. Mais le reste, il le prenait, tout simplement.
   
- J'suis un ours mal léché, mais je m'assume !
   
Ryo en revient à de bons sentiments, faisant un petit clin d'oeil à Lust.
   
Ouch... Ce regard qu'il se prend... Peut être qu'en y songeant un peu plus tard, ce côté sauvage lui plairait mais sur l'instant, ça ne le fait pas rire du tout. Parce qu'il a une idée très clair de la personne avec qui il se trouve et qu'il ne va certainement pas tendre le bras pour se le faire casser. Ni pour faire partit de ces choses qui se "prenaient" sans privation. D'ailleurs il se garde bien de souligner qu'il était la preuve même que Ryo savait se priver jusqu'à la fin du mois... L'homme semble se détendre un peu à nouveau et Lust récupère un sourire même si ce dernier est encore un rien crispé.
   
- Alors dit moi mon coeur, où trouve tu de quoi t'amuser un peu...? Et je ne parle pas de ces putains en bordure de ville... Je parle d'un minimum de talent...
   
Ryo glisse la langue sur ses lèvres, observant ce beau brin d'homme devant lui qui continue à lui donner des idées plus qu'agréables, mais dont il devrait se priver jusqu'à la fin du mois. Horreur... Haussant les épaules, l'homme fait semblant de réfléchir un moment.
   
- Un minimum de talent, huh ?... Toi tu sembles avoir du talent mon coeur. Tes hanches doivent bouger admirablement bien.
   
Il rigole, déclarant seulement :
   
- Je ne paie généralement pas pour des services. Je n'ai pas besoin de le faire. J'aime les beaux garçons avec des formes toutes en courbes, comme toi. Et eux, ils aiment les mauvais garçons. Essaie donc de me dire le contraire...
   
C'est un petit rire franc qui passe les lèvres de Lust à chacune des affirmations. Le serveur revient avec leurs plats, les posant devant eux et Lust attrape sa fourchette, l'agitant doucement dans son assiette sans rien faire au début puis la retirant, venant lécher les dents de la fourchette sans fausse pudeur, agrémentant le tout d'un petit clin d'oeil à Ryo. Oui, le côté mauvais garçon lui plaisait. Mais pas que ça. Ça aurait été mentir que de dire que l'homme en face de lui n'avait pas un physique attrayant. Disons qu'il avait un charme brute qui tranchait littéralement avec ce dont il avait l'habitude, ce qui lui donnait un petit côté étrangement exotique. Et c'étaient bien là des raisons qui, associées à ces histoires de diamants, faisait qu'il était présentement dans ce resto au lieu de se mettre d'accord avec un autre homme sur une activité qui demandait un peu plus de doigté et d'énergie...
   
- Plutôt mourir que de dire le contraire... Tu as un charme brute, je trouve ça vraiment, vraiment très sexy... Et je suis sûr que du doit garder ce côté un peu sauvage et naturelle tout le temps... C'est... Hum ! Prometteur !
   
Il fait un petit clin d'oeil, étouffant un nouveau rire avant de se réinteresser à son assiette.
   
- Mais moi je vaut sans doute le coup que tu fasses des folies pour la première fois trésor...
   
Ryo saisit sa fourchette aussitôt l'assiette devant lui. Il y pioche sans plus se faire prier, affamé malgré la fatigue qui pointait de plus en plus le bout de son nez. Il affiche un petit sourire bien fier glisse sur ses lèvres. Il lève une main, la glissant dans ses cheveux. C'était plus qu'agréable d'entendre ces commentaires. Ils étaient probablement tous très exagérés, vu le métier de Lust qui faisait qu'il devait constamment charmer, mais il restait que c'était bien d'entendre ça. Et surtout avec ces gestes carrément indécents qui certes, faisait tourner tous les regards vers eux, mais devait aussi, selon Ryo, attirer la jalousie.
   
- Je le crois aussi. Mais c'est encore à voir... Jusqu'à maintenant, tu es bien docile et mignon. C'est dommage cet histoire d'argent...
   
Il laisse échapper un long soupir presque mélodramatique avant de déclarer, tout à fait sérieux :
   
- Parce qu'à la fin du repas, je t'aiderais à brûler ces calories dans la salle de bain.... Ton corps invite au péché !
   
Lust pioche un peu dans son plat en écoutant Ryo qui a son tour, tente de vendre sa cause. Et le prostitué à un de ces petits regards qui disent "oui mais non". Manquerait plus qu'il accepte de s'offrir gratuitement à quelqu'un. Et fallait pas lui parler de le faire par amour parce que Lust avait une idée très noir de ce genre de sentiment. Le sexe c'était son gagne pain. Personne ne travaillait gratuitement n'est ce pas ? Il ne faisait pas dans le bénévolat, même quand les bénéficiaires étaient nettement plus gâtés par mère nature que ceux habituels...
   
- Ne t'inquiète pas pour moi. Ma journée ne fait que commencer.
   
Ce qui était vrai. Et elle allait encore durer de très longues heures. Son regard se perd sur sa montre et il soupire, activant un peu le mouvement pour manger, sachant qu'il allait vraiment se faire taper sur les doigts sinon.
   
- Tiens tes promesses, je tiendrais les miennes.
   
Ryo rigole. Il fait un clin d'oeil à l'homme, ravit. Il a à peine touché à son assiette mais qu'importe. Se levant, Ryo fouille un moment dans son porte-feuille avant de lancer, sur la table, un peu plus d'argent que ce que le repas allait leur coûter. Il contourne la table pour se pencher sur Lust, glissant une main dans sa nuque.
   
- Je les tiendrai, petit prince. Ça vaut bien un baiser, maintenant. Un baiser et je te promet de venir t'arracher à ce quotidien peu agréable aussitôt que je le peux.
   
Oh il ne se faisait pas d'illusions... Mais ça l'amusait de plus en plus, ce petit jeu entre eux. Ça ressemblait presque à un Roméo & Juliette aux saveurs trop modernes.
   
Lust lève les yeux -pour une fois- sur Ryo alors que ce dernier se penche sur lui. Il a un petit sourire amusé avant de revenir à son plat, en reprenant une petite bouchée, rieur.
   
- Désolé, tu as brûlé les avantages que te faisait ce repas en me pelotant dans la ruelle...
   
Il fait un nouveau petit clin d'oeil à Ryo :
   
- Reviens me voir...!
   
Ryo a un petit grognement aux paroles de Lust. Il se penche, déposant néanmoins un baiser un peu rude sur les lèvres en coeur avant de reculer. Ce n'était pas trop c¸a... mais bon. Il lève les yeux au ciel, grognant :
   
- J'ai pas envie d'avoir les mecs de ton grand manitou sur le dos. Tu viendras me voir. Je ne suis pas difficile à trouver pour ceux qui savent quoi chercher.
   
Il sort de sa poche un petit rond de tissu du genre de ceux à coudre sur les vêtements. Le logo qui est dessus encadre les lettres qui forment le mot "kikikan". Vrai que quand on se mettait à dos ce groupe, c'était une vraie sensation de danger qui vous surveillait... jusqu'à ce que le danger s'avère réel.
   
- Bonne journée, mon coeur.
   
Lust résiste un peu et se recule comme il peut après que Ryo soit venu chercher son baiser. Si on pouvait appeler ça comme ça. Monsieur venait "chercher sans se priver" hum...? Néanmoins, même si pour la forme il envoie un petit regard désapprobateur, il ne peut pas nier qu'il trouve ça drôle. tant que ça se borne à ça évidemment. Il vient récupérer le rond de tissu qu'il tripote entre ses mains quelques instants alors que Ryo quitte le restaurant. Il n'est pas sortit depuis deux minutes qu'une tête bien connue apparaît à son tour et Lust vient glisser rapidement l'étoffe dans une de ses poches. Il se lève, enfilant déjà son manteau et passant rapidement près de l'homme qui le retient par le bras :
   
- Je sais, je sais...! Je suis déjà partit !
   
Qu'est ce qu'ils pouvaient l'agacer à fliquer comme ça... On disait que son métier n'était pas reluisant mais alors celui des mecs dans ce genre là hein ! Et puis heureusement, l'amusement ressentit et les promesses vécu durant ces derniers trois quart d'heure valaient probablement qu'il se fasse un peu taper sur les doigts...!
_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

1. J'ai rencontré la Luxure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Kikikan 危機感-