Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 12. Luhan & Yifan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5077


MessageSujet: 12. Luhan & Yifan   Ven 1 Aoû - 16:55


- Ha ha ! Essayez pas. La place est réservée !

Ce disant, Yifan se laisse lourdement tomber sur la couchette où Luhan était déjà étendu. Ce bateau sur lequel ils s'étaient engagés en tant que matelots pour faire la traversée jusqu'au Japon sans devoir dépenser de l'argent qu'ils ne possédaient de toute façon pas était plein à craquer, aussi les couchettes devaient être partagées lorsque venait le temps de céder la place à l'équipage de nuit, équipage lourdement réduit comparé à celui de jour. Yifan glisse ses bras sous sa nuque tout en poussant un petit soupir de bien-être, sans remarquer les yeux ronds autour de lui. Luhan et lui voyageaient ensemble depuis près de trois ans maintenant. Enfin. Il suivait Luhan et bon, le jeune homme s'en défendait, mais pas assez pour que Yifan croit qu'il voulait vraiment qu'il lui foute la paix ! Alors ils voyageaient ensemble ouais. Et là, ils allaient au Japon pour retrouver les frères de Luhan, carrément...! D'ailleurs, pensant à ça...

- Je suis vraiment touché que tu veuilles me présenter tes frères.

Oui bon...
[ | Modifié (15:54:42)]
- Ils te ressemblent ?? Au moins je serais sûr de bien m'entendre avec eux !

À nouveau, autour d'eux, ça roule des yeux mais Yifan ne le remarque pas.

Depuis trois ans, la vie de Luhan n'était plus tout à fait celle qu'elle avait toujours été jusque là. A l'époque tout jeune, il n'en savait pas moins ce qu'il voulait dans la vie et à l'image de ses frères, il avait voulu quitter le nid familiale assez tôt pour se forger de l'expérience et voir du pays. Il avait d'abord marché le long de la Chine avant de commencer à vouloir mettre le pied sur un bateau et c'était au milieu de tous ces voyages qu'il avait "rencontré" Yi Fan. Mais Yi Fan avait de drôle de lubie. L'une d'elle consistait à dire que non non, pas de problème : ils ne voyageaient pas ensemble. Mais la destination de Yi Fan correspondait pourtant à chaque fois avec la sienne. La mauvaise humeur quasi légendaire de Luhan semblait avoir un effet zéro sur lui et les "disputes à sens unique" étaient monnaie courante. Lui passait pour un emmerdeur (mais c'était mieux que de passer pour une fleur à courtiser de manière plus ou moins élégante) et Yi Fan pour un illuminé. Beau duo de bras cassés ouais.

Au delà de la mauvaise entente qu'il semblait y avoir entre eux en permanence -ce grâce à Luhan- leur relation était plus ambigüe et bien que Luhan s'en défendrait, leurs nuits s'étaient parfois révélées moins chaste et plus passionnelle que supposée. "Un besoin d'homme" de l'avis de Luhan qui ne voulait vraiment pas s'encombrer d'amour mais qui aurait user d'une mauvaise foi et d'une mauvaise humeur au delà de l'imaginable si Yi Fan avait tourné la tête trop fort sur qui que ce soit. Et puis là ils avaient prit la mer et comme d'habitude à son avis, Yi Fan en faisant trop ! Assez pour que Luhan le pousse un peu fort de la couchette histoire de le faire tomber à terre.

- Je ne te les présente pas ! C'est toi qui t'incruste...

Et que ce soit clair :

- On ne se ressemble pas du tout !

- Eh... Attention, tu prends trop de place.

Yifan se relève, s'étirant un bon coup, touchant du bout des doigts le plafond de la calle avant de revenir s'étendre près de Luhan, cette fois tourné vers lui. Il en profite pour commencer à défaire le noeud de son kimono, histoire de dormir simplement en hakama.

- Ils te ressemblent pas ? Dommage. Tu es le cadet, c'est ça ?

Luhan lève les yeux au ciel, se plaignant :

- Parles moins fort, pas besoin de faire partager tout le monde.

Yi Fan revient sur la couchette, Luhan se tasse plus ou moins contre le fond du bateau, ne dormant que d'un oeil parce que Yi Fan semblait décidé à dormir léger cette nuit visiblement. Cela faisait déjà quelques jours qu'ils voyageaient sur ce bateau et la proximité de tous les marins n'offrait pas spécialement d'intimité.

- C'est ça. Jiang Li est au milieu et XiuMin est l'aîné.

De fait :

- Tu n'as pas de frères à aller enquiquiner à l'autre bout de la terre toi ?

Yifan ne trouvait pas qu'il parlait spécialement fort. Il a un regard autour de lui. Les marins étaient pas mal tous revenus à leurs tâches soit, pas grand chose. La plupart dormaient. Certains jouaient aux cartes. Et dans le coin là-bas, le type à genoux...

- Oh bon sang.

Yifan plante à nouveau son regard sur Luhan, ricanant un peu.

- Ça va, y'en a qui sont trop occupés pour nous écouter, j'crois.

Il acquiesce ensuite, retenant soigneusement les prénoms avant de se faire surpris un peu à la suite. Vrai qu'ils n'avaient jamais parlé de leur passé. Le présent était pas mal tout ce qui importait.

- Je sais pas. J'ai grandit dans un orphelinat. Peut-être, qui sait ?

Luhan se redresse vite fait sur un coude pour voir par dessus Yifan ce que ce dernier avait vu. Il grimace en se recouchant, constatant :

- Voilà ce que ça fait sur les moins braves de se retrouver quelques jours dans un clapier à lapin.

Ha ha... Les moins braves avaient bon dos parce que la premier nuit avec un pied à terre et de l'intimité, Luhan faisait probablement partit des moins braves hein... Comme quoi sa fausse délicatesse physique contrastait avec un tempérament indéniablement masculin.

- C'est vraiment pénible de nous l'infliger, quelle idée vraiment.

Puis Yi Fan lui parle d'un orphelinat... Et de fait :

- T'as jamais cherché à savoir ?

Les moins braves ! Yifan hausse les épaules tout en finissant de virer son kimono, s'étendant à nouveau, se sentant un peu mieux. Il faisait chaud à être tous entassés de cette façon !

- Y'a de ça. C'est pénible. Moi, j'me contente d'en rêver à toutes les nuits...!

Il ricane tout en bousculant un peu Luhan avant de se faire plus sérieux à la suite.

- Non. Pas vraiment. Je sais pas où je commencerais. Yifan, c'est le nom que les moines m'ont donné alors j'ai vraiment rien quoi.

- Pas moi.

Menteur !

- Parlons d'autre chose.

Ben voyons ! En tout cas à propos des moines hé bien...

- Tu leur as demandé ce dont ils se souvenaient déjà ?

Bon, Yifan était souvent, très souvent un peu naïf quand on parlait de Luhan. Mais puisque généralement, il laissait le jeune homme décider du moment où il lui sautait dessus, il savait très bien que Luhan devait y penser très fort ! Allez savoir pourquoi, c'était toujours meilleur quand Luhan venait le chercher lui-même. Ça répondait peut-être à ses besoins de se masculiniser là où trop d'hommes le prenaient pour une fleur fragile. Ce qui n'était pas du tout le cas de Yifan. Et tous leurs moments charnels lui avaient bien prouvé qu'il était indéniablement amoureux d'un homme et non pas d'une fleur et encore moins d'une femme.

- Si tu veux. Dommage, je voulais te raconter ce qui se passait dans le dernier. Les vagues agitaient tellement le bateau que... Ah non, c'est vrai. Ça ne t'intéresse pas.

Fausse innocence bonjour ! Quant à ce qu'il pouvait y avoir de lui, Yifan a un moment de silence.

- Que je suis arrivé là-bas à six ans, par moi-même et que j'étais grièvement blessé. Je me souviens pas de ça. Parfois j'ai des... brefs morceaux de souvenirs mais rien d'extra.

- Quoi ? Que quoi ?

Et histoire de râler en se dédouanant :

- C'est pénible ces phrases que tu commences sans les finir, vraiment !

Par contre il arque un sourcil surprit à la suite. C'était la première fois qu'ils en parlaient et si ça ça ne le choquait pas (lui-même n'étalait pas sa vie) le contenu avait en revanche davantage de quoi surprendre. Et même s'il le dit en grognant, ce n'est pas pour n'importe qui que Luhan l'aurait dit mais :

- Nous irons voir en rentrant.

Yifan s'approche un peu, juste assez pour poser ses lèvres contre l'oreille du jeune homme qui faisait bien les choses en trouvant une excuse presque valable...! Il ne le touche toutefois pas, parce que même s'il aimait taquiner, il avait tout sauf envie de faire quelque chose devant tous ces yeux qui ne se priveraient pas pour non seulement commenter et mater, mais surtout féminiser Luhan.

- ...tellement que ton dos heurtait violemment le mur et que nos bassins entraient trop durement en contact...

Il se retourne sur le dos comme il peut vu l'étroitesse de la couchette, posant son regard au plafond. Il commençait à se faire de l'effet tout seul comme un gros con là, c'était pas du jeu. Puis, Luhan lui fait une promesse qui lui plaît et il acquiesce brièvement, touché.

- Okay, on fera ça. Je pense que tu aimeras le temple. Il est dans les montagnes, près de sources chaudes et isolé. C'est vraiment joli.

Luhan fronce les sourcils lorsque Yifan se rapproche, tout prêt à l'envoyer goûter le fond du bateau à nouveau. Il avait quand même beaucoup de pudeur et ne voulait pas qu'on le catalogue comme la putain du bateau ou celle de Yifan. C'était ainsi dans leur... Duo. On supposait souvent de tout à leur encontre et on supposait toujours mal. Mais il savait bien que Yifan n'essaierait même pas. Pas par manque d'envie ou quoi... Juste par respect. Un respect qui était tacite entre eux même si là encore, on n'aurait pas dit ! Le fait est que chacun y trouvait sûrement son compte sans quoi trois ans après leur collaboration ne serait plus. Les paroles sont chaudes, coquines et juste chuchoté à son oreille et Luhan grogne un peu, se demandant quand cette fichue traversée allait prendre fin. Sa libido se mourrait littéralement et ça le frustrait plus encore de savoir qu'il était si réceptif à ce genre de promesse. Parce que oui : il le voyait comme une promesse ! Heureusement Yifan s'éloigne, parlant de leur retour et de ce projet et Luhan a un petit "hm hm" un peu maussade.

- On va surtout chercher autours. Un enfant de six ans blessé, ça fait rarement plus de quelques heures de marches au maximum.

Yifan n'avait jamais vu les choses sous cet angle et de fait, tournant la tête vers Luhan, il convient très sincèrement :

- C'est vrai, c'est brillant ce que tu dis là.

Ça le laisse un peu songeur, forcément. Qu'est-ce qu'il y avait dans le coin ? C'était vraiment désert. Grimaçant, il grogne quand même :

- SI ça se trouve, on m'a juste kidnappé pour me revendre... Je suis pas sûr de vouloir savoir ça.

Luhan lève les yeux au ciel sans commenter. Enfin sauf à la suite à propos du rapt.

- Pourquoi ? Si c'est un vol d'enfant tu as une famille a qui tu as sûrement manqué. Et si ceux qui t'ont fait du mal sont encore vivant, c'est le temps de te venger non ?

Mouais. Mais de base, Yifan n'était pas vraiment dans le trip de la vengeance. Et il fait quand même remarquer :

- Je n'ai plus de souvenir de ma famille. Ça leur ferait de la peine, non ? C'est pas faute d'avoir essayé, mais bon.

Luhan hausse les épaules.

- Tu étais tout jeune et tu as subit un choc traumatique.

D'ailleurs :

- Et même sans ça hein. Ma mère était la majeure partie du temps aux rizières où à s'occuper de la maison. Mon père était toujours en conquête pour l'empereur. J'ai traîné dans les jupes de mon frère Jiang Li pendant toute mon enfance. Je me souviens à peine de ma mère à cette époque. Et pas du tout de mon père.

Et puis de toute façon :

- Je vois même pas pourquoi tu stress. Au pire il s'agit de retrouver tes origines. Si une fois fait t'as pas envie de renouer, c'est ton problème. Si ça se trouve ta famille est riche tiens.

Et étant parfois une vraie boussoles :

- Tu pourrais voyager dans une cabine privée.

C'est sûr. Il était amnésique sur une période de six ans, en gros. Mais pour Yifan, c'était un peu derrière lui. À chaque fois qu'il y songeait vraiment fort, il angoissait et commençait à faire des cauchemars. Peut-être que c'était la façon dont ses souvenirs avaient de ressortir, en tout cas c'était désagréable. Il se retourne, glissant une main sous les draps pour venir prendre une de celles de Luhan l'air de pas y toucher, histoire de se réconforter un peu.

- Tes parents le vivent comment, que tous leurs enfants soient partis ?

Quant à sa famille riche et aux avantages, Yifan hausse les épaules, n'ayant jamais été attiré par l'argent !

- Peu m'importe de voyager en cabine privé. Je suis bien là avec toi. Et si j'héritais d'une tradition familiale genre... une ferme ? Je ne pourrais plus voyager.

Yifan vient chercher sa main... Et malgré tout ce qu'il pouvait parfois être désagréable avec lui, Luhan n'était pas non plus un gros con sans coeur. Il la lui laisse, refermant même un peu ses doigts sur la main de son compagnon. Et pour répondre à sa question :

- Bien. Ils ont toujours vécu dans l'idée que ce serait comme ça. Nous sommes plus proches les uns des autres que de nos parents qui nous ont élevé avec une certaine distance. Jiang Li a presque été élevé par XiuMin et moi par eux, voilà. Après ils auraient peut être préféré que l'on fasse notre vie pas trop loin pour les prendre en charge plus tard, c'est bien possible.

Il soupire ensuite et lui qui râlait souvent après Yifan qui le suivait vient un peu dans le sens contraire pour râler un peu :

- Oui enfin l'idée c'est que je profite aussi de la cabine privée, idiot !

Quant à la ferme :

- Mes frères vivents dans une ferme. Tu feras quoi si ça me plaît et qu'après ma promesse sur tes origines je veux retourner là vivre avec eux ?

- Je trouve ça bien alors que tu ailles les retrouver.

Et même si ça entrait dans le devoir filial, Yifan n'était pas choqué que Luhan se défile à ce propos ! Reprendre en charge des vieillards qui ont été plus distants que maternels, ce n'est pas une belle vie. Puis, il y a une petite exclamation du côté de Yifan !

- Ah...! Dans ce cas ça pourrait être fun.

Puis, à la suite, tout naturellement il assure :

- Eh bien je resterai avec toi !

Mais bon, il craignait quand même un peu que si les rôles étaient échangés, Luhan ne reste pas avec lui.

Luhan soupire... Mais réprime quand même un petit sourire qui le trahit l'espace d'une demie seconde. Parfois tout avait l'air tellement simple dans la tête de Yifan ! Et d'autres fois ça le faisait flipper de voir comme l'homme semblait voir l'avenir à travers lui. C'était intense, ça lui brûlait presque la peau lorsqu'ils faisaient l'amour et pourtant, ne plus l'avoir demain ferait un vide impossible à recombler probablement. En tout cas preuve était faite que Yifan ne voyageait pas par goût du voyage oui.

- Peut être que ta famille te plairait. Ca aussi ça compte non ?

Yifan observe un moment Luhan. Parfois, il aurait aimé lui dire à quel point il l'aimait. Il l'aimait tellement que ça le brûlait de l'intérieur comme s'il avait avalé de la lave en fusion. Mais c'était en même temps quelque chose de quoi il ne pourrait se passer. Toutefois, certaines choses ne se disaient pas. Elles se montraient par des petits gestes quotidiens. Parfois, on pouvait en laisser passer plus. Ces moments, c'était lorsqu'ils s'unissaient de façon toute intime et passionnée. Dans ces instants précieux, Yifan laissait ses caresses, son corps et ses yeux parler pour lui. Et Luhan le faisait aussi, quoi qu'on en dise. Il était plus expressif que qui que ce soit, dans ces moments intenses. Alors encore une fois, il se tait, se contentant de fermer les yeux tout en serrant un peu mieux la main de l'homme dans la sienne.

- Arrête de dire n'importe quoi. On devrait dormir. Sinon tu vas être fatigué quand on va reprendre le boulot. Il faut arriver en bonne santé au Japon pour aider tes frères sur la ferme.

Luhan soupire... Mais pour une fois il n'essai pas d'avoir le dernier mot, se posant plutôt confortablement et venant même poser un pied entre ceux de Yifan au pied du lit. Il ferme les yeux avant de conclure tout de même :

- Nous en reparlerons une autre fois.

Et pour une fois, il réalisait comme ça ne le te tentait pas, même s'il faudrait.

_________________
♠♥♦♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

12. Luhan & Yifan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Époque d'Edo-