Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 5. Hyun Hee & Jiang Li + Xiu Min

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5137


MessageSujet: 5. Hyun Hee & Jiang Li + Xiu Min   Mar 29 Juil - 18:48

Jiang Li se promenait dans les rues d'Edo lorsqu'il l'avait vu pour la première fois. Pas très grand, fin, des hanches en sablier étonnamment visibles malgré ses vêtements traditionnels et riches... et un air désespéré sur le visage. Il était au bras d'un homme qui se comportait comme s'il traînait un chien en laisse. Un chien dont il était particulièrement fier. Jiang Li les avait suivit sans se faire voir, écoutant alors que l'homme racontait à des connaissances qu'il rencontrait qu'il avait acheté cette petite beauté en Corée et qu'il allait l'épouser le lendemain. Il devait avoir au moins 50 ans alors que la petite chose effrayée n'en avait probablement pas encore 20. Jiang Li trouvait ça infect... Dans la journée, il avait volé un bouquet de fleurs. Enfin, pas tout à fait. Il avait laissé l'argent sur le comptoir mais l'avait pris de façon à ce qu'on ne le voit pas l'acheter. Puis, il était allé au manoir de cet homme, histoire de sonder un peu le terrain. Il avait fait livrer les fleurs en "voeux de mariage" et forcément, cet homme riche, puissant et trop fier avait fait l'étalage de la "marchandise", poussant même l'affront à demander à son futur mari de montrer ses jambes "superbes" à l'invité. Jiang Li avait poliment détourné le regard et ne les avait donc pas vu même s'il avait complimenté Kobayashi, puisque c'était là son nom.

Et à présent, c'était la nuit. Tout de noir vêtu, une tenue qu'on pourrait associer aux ninjas, l'assassin de métier était entré dans la chambre du Coréen. Encore heureux que Kobayashi désirait observer les plus pures traditions, sûrement par fierté d'épouser un puceau, mais aussi pour ne pas attirer les mauvaises langues. Il se glisse près du jeune homme, qui ne dormait pas encore, glissant rapidement une main contre sa bouche alors qu'il pose son torse contre son dos. Et dans le coquillage de son oreille, Jiang Li murmure de sa voix rauque au fort accent chinois sûrement reconnaissable :

- Je viens te faire disparaître...

Hyun Hee n'avait pas vraiment eu le temps de comprendre ce qui lui était arrivé. Un jour il était en Corée, au milieu de son peuple... Et un autre il était au Japon, prenant des cours très accéléré avec un précepteur qui lui tapait sur les doigts et les mains avec une longue tige en métal chaque fois qu'il se trompait. Au moins pouvait on dire que dans son cas la méthode faisait son effet... Mais le plus dur c'était la sensation cuisante d'humiliation à chaque jour et c'était pire depuis leur arrivée dans la capitale, où cette homme vivait et où Hyun Hee... Allait l'épouser. Il avait tenté de protester au début mais on avait eu des arguments plus que valable. Un peu de violence sans trop et surtout des menaces bien placées... Non pas de mort... Mais de pire ! Au lieu d'épouser un homme riche, on le jetterait à la rue au milieu des prostitués. Alors Hyun Hee suivait... Se pliait avec honte aux caprices de Kobayashi qui avait monayé son coeur sans comprendre qu'il ne pourrait jamais l'acheter et le pire c'est qu'ils avaient été trop peu pour lui laisser sa pudeur. Aujourd'hui un homme l'avait fait. Grand, princier, étranger lui aussi... Mais Hyun Hee avait juste fait acte de présence et de silence. Comme d'habitude.

Pour l'heure il s'était couché. La dernière fois qu'il le faisait seul et le sommeil ne viendrait probablement vu la journée du lendemain. Sa tenue de mariage trônait encore à l'autre bout de la pièce et Hyun Hee était recroquevillé dans son futon, tremblant encore de peur et de chagrin. On s'infiltre dans sa chambre, puis presque dans son lit, sans qu'il s'en rende compte et lorsque c'est le cas, c'est déjà trop tard ! Son coeur vient heurter brutalement sa cage thoracique mais il n'essait même pas de crier. A quoi bon appeller un loup pour le sauver d'un autre, n'st-ce pas ? Un accent fort qui lui est familier vient à ses oreilles et en même temps, dans sa panique, Hyun Hee ne le remet pas. Mais lorsqu'il réalise ce qui a été dit il cesse de bouger... Pour mieux pencher la tête sur le côté. Cet homme venait le tuer ? Au stade ou il en était, c'était peut être tout ce dont il avait besoin... Alors il lui facilitait la tâche.

Jiang Li a un moment de silence en observant la nuque offert. Il lève une main, venant y glisser les doigts. Mais finalement, se relevant, il attrape le jeune homme à la façon d'une mariée ! Ce qu'il n'allait pas être demain.

- Tu es intelligent. Et désespéré. J'aime autant le premier que je déteste le second. Tuer es mon métier mais ce n'est pas ce que je compte faire. Je veux simplement délivrer le papillon qu'on a enfermé dans un bocal sans trous pour mieux lui arracher les ailes demain.

C'était étrange comme la mort cette nuit s'annonçait douce. Encore un peu et ces caresses pour préliminaires l'appaiserait face à ce qui allait arriver. Mais les doigts froids quittent sa nuque et bientôt Hyun Hee se voit soulever du futon par l'homme. Par réflexe il passe un bras autours des épaules solides, venant observer le visage camoufler par un masque noir. Une fente lui laisse néanmoins voir le regard de l'homme... Et associé à la voix, il reconnait ces deux belles amandes bien noires.

- Jiang Li...?

Son propre accent se heurte un peu aux sonorités japonaises mais ce que Jiang Li lui dit l'hébète un peu.

- Il va me poursuivre.

Jiang Li a un petit sourire accompagné d'un rire bref. Oui c'était bel et bien lui. Ça ne l'avait pas étonné que le jeune homme le reconnaisse. Il avait des traits atypique et un accent qui allait en ce sens. Quant à une quelconque poursuite, Jiang Li demande :

- Quel est mon métier ?

Hyun Hee ne dit rien... Avant de répéter, rendu docile par les derniers traitement :

- Tuer des gens.

Un petit soupir franchit le seuil des lèvres de Jiang Li, mais il ne dit rien. Il a un regard autour de lui, demandant :

- Il y a quelque chose ici que tu veux apporter avec toi ?

Il le pose au sol, ayant un signe de tête pour la chambre.

- Fais ton sac. Tu ne reviendras pas ici alors prend tout.

Hyun Hee remet le pied à terre... Mais ne s'éloigne pas spécialement de Jiang Li. Quand bien même son métier était de tuer des gens et quand bien même était-il dans sa chambre au milieu de la nuit, il semblait beaucoup plus sécuritaire que le reste du monde. Il y a donc un moment de blanc... Et finalement Hyun Hee s'éloigne, non s'en s'assurer plusieurs fois en se retournant que Jiang Li ne disparaissait pas soudainement. Il se glisse derrière un petit paravant pour se changer et tout en même temps il se renseigne :

- Pourquoi tu viens m'aider...?

Jiang Li observe Hyun Hee qui se dirige vers un coin de la chambre. Et lorsqu'il réalise ce qu'il va faire, il se tourne dos à la scène, même si l'envie de zieuter était forcément bien présente. Il fallait admettre que Hyun Hee était une vraie petite perle. Il comprenait la motivation d'un homme à vouloir le charmer. Mais pas l'acheter...

- Parce que certaines choses ne s'achètent pas.

Il s'asseoit sur le lit, glissant ses doigts contre les draps en soie.

- Une cage dorée, c'est une cage malgré tout, pas vrai ?

Non... Effectivement... Hyun Hee passe des vêtements simples... Puis une petite paire de geta avant de revenir en fourrant dans un sac quelques petites choses pratiques, aussi peu coûteuses que possible pour ne pas passer pour un voleur.

- Alors tu fais ça souvent ?

Hyun Hee observe ensuite cette "cage" dont Jiang Li lui parle avant d'acquiescer.

- Il paraît que c'est "ma maison".

Il paraît. Pourtant il ne s'y sentait pas du tout attacher. Mais de fait, ayant forcément peur de ce qui s'en venait :

- Où est-ce que je vais aller, une fois hors d'ici...?

Jiang Li a un rire bref, sans joie mais pas bougon non plus. Peut-être un peu froid, mais c'était sa façon d'être. En même temps, on ne devenait pas assassin en ayant un caractère très sociable et ouvert.

- Non.

Il avait ses raisons. Qu'il ne connaissait peut-être même pas vraiment... Puis, le jeune homme s'inquiète et Jiang Li a un soupir bref. Il se relève, proposant :

- Nous avons besoin d'aide. Depuis que mon frère a rejoint la yakuza, nous n'avons plus de main d'oeuvre pour nous occuper de la maison, du jardin et des trois-quatre bêtes...

S'il refusait, peu importe. C'était pour l'aider... Et peut-être pour s'aider aussi un peu...!

La réponse tombe un peu rude... Et Hyun Hee reste un peu les bras balants une seconde, baissant les yeux pour finir de rassembler quelques menues affaires en s'excusant d'avoir... Posé la question peut être bien. Finalement il ferme le lacet qui retient le sac, revenant près de Jiang Li, un peu nerveux à l'idée de ne pas être aussi furtif que cet homme là. Il acquiesce à la suite... Mais après une hésitation :

- Tu veux que je travail pour ton frère et toi... Ou que j'épouse l'un de vous...?

Jiang Li a un regard pour Hyun Hee, un peu surpris malgré tout. Il ne s'attendait pas vraiment à ce que ce soit perçu de cette façon... mais de fait, il secoue négativement la tête. Pourtant, ayant toujours quelques lacunes sociales, il ne pense pas particulièrement à s'expliquer, se penchant déjà sur la fenêtre pour observer le terrain. Il tend le bras pour que Hyun Hee approche et quand c'est le cas, il le fait rapidement passer sur son dos.

- Tiens-toi solidement.

Ça ne prend qu'une minute à Jiang Li pour quitter la fenêtre, s'accrochant aux grosses branches d'un arbre pour mieux se laisser glisser jusqu'au sol. Il se tourne vers Hyun Hee, demandant :

- Ça va ?

Pas de réponse à sa question... Et Hyun Hee se demande tout à coup, un peu à retardement, s'il n'est pas en train de faire pire que mieux. Pourtant il s'accroche aussi fort que possible à Jiang Li lorsqu'ils prennent le chemin peut être le moins praticable à son avis et une fois à nouveau au sol, tremblant un peu, effrayé par ce qu'il était en train de faire, il acquiesce. Et parce qu'il allait paniquer s'il n'avait pas de réponse un peu plus claire qu'un hochement de tête :

- Est-ce que tu attends des faveurs de ma part ?

Jiang Li a un moment de silence parce qu'il ne s'attendait pas à ça. De fait, il fini par expliquer :

- Non. Nous serons trois hommes qui vivons ensemble et nous séparons les tâches. Xiumin et moi rapportons l'argent à la maison et tu t'occupes de celle-ci. C'est un concept plutôt simple, tu ne crois pas ? Si tu trouves mieux ailleurs, tu seras libre de partir quand tu veux. Demain ou dans trois ans ou jamais. Peu importe. Xiumin va peut-être se marier à un moment mais je ne pense pas trouver chaussure à mon pied.

Hyun Hee relâche un peu de tension. C'était peut être stupide de le croire sur parole... Mais c'est pourtant ce qu'il fait, venant chercher sa main, comme par peur que finalement il le laisse derrière lui.

- Je peux faire ça. Je peux vraiment le faire.

Mais encore une fois :

- Si Kobayashi-san le sait il va vraiment être en colère.

Et d'ajouter :

- S'il meurt on va m'accuser non ?

Par contre, parlant bas pour ne pas prendre de risque inutile :
[ | Modifié (16:11:02)]
- Pourquoi tu ne penses pas trouver ?

Jiang Li a un regard peut-être un peu surpris pour la petite main fine et gracieuse. Tout en cet homme était grâce. Et lui pouvait se contenter de l'admirer en silence, respectueux. Il pouvait vraiment faire ça, pour reprendre les paroles de Hyun Hee. Quant à Kobayashi, Jiang Li assure :

- Laisse-moi m'occuper de ça. C'est ce que je sais le mieux faire. Kidnapper de jolis Coréens est ce qui ne fait pas partie de mes tâches, habituellement.

Il entraîne Hyun Hee à sa suite, se disant que son frère allait pouvoir se vénère de ne pas avoir un petit frère qui ramène des chatons ou des chiots perdus à la maison, comme tous les autres.

- Parce que je fais un métier peu traditionnel qui dégoûte et qui peut mettre les gens autour de moi en danger.

Hyun Hee a quand même un petit sourire en venant exercer une petite pression sur la longue main fine. Par contre à la suite il hoche négativement à la suite.

- Moi je trouve que ça fait partit de ton charme.

Et c'était sincère, pour maintenant.

Jiang Li a un petit sourire moins froid pour Hyun Hee alors que le jeune homme semble se faire à son métier. En espérant qu'il ne changerait pas d'idée plus tard. Quoi qu'il en soit, il commence à avancer rapidement pour rejoindre leur petite fermette en retrait de la ville.

- Qu'est-ce que tu faisais en Corée ? Tu aimerais que je t'aide à retourner là-bas peut-être...?

Et après un moment de silence, il convient :

- Mon frère est sorti cette nuit. Nous aurons le temps de t'installer avant son retour.

Hyun Hee suit, attend le pas pour ne pas trop retarder à la manière d'un boulet son compagnon. Il a tout de même un dernier regard pour la riche maison derrière lui... Ayant encore un petit sentiment d'effroie à l'idée de savoir que Kobayashi allait se rendre compte de son départ. Mais il n'était plus temps de reculer de toute façon.

- Non je ne veux pas y retourner. Il n'y a plus rien qui m'attende là bas...

Il avait une vie avant mais il n'avait pas été vendu par le voisin...

- Je sais cuisiner. Je le fais bien. Et je sais entretenir un petit potager.

Et le ménage et toutes ces tâches quoi.

- Qu'est-ce que les gens croient que tu fais ? Ils ne savent pas, si ?

Bien. Ça arrangeait Jiang Li. Pas que ça aurait été difficile pour lui de faire ce voyage. Mais il n'avait pas décidé de jouer les héros par pur désintérêt non plus... Puis, Hyun Hee essaie de faire sa promotion et un sourire amusé étire brièvement les lèvres de l'assassin.

- Nous avons juste de quoi nous nourrir sans tout acheter au marché. Le potager est modeste. Nous avons deux vaches, deux poules, un coq et trois chevaux. Parfois, mon frère achète un cochon.

C'était quand même la preuve qu'il valait mieux une vie de paysan que d'être riche et soumis... Quant à lui, Jiang Li explique :

- Ils croient que je m'occupe de la fermette. Mais vu comme j'ai en vrai peu de temps pour le faire, ils pensent aussi que je suis un incapable notoire.

Hyun Hee écoute religieusement, acquiesçant plusieurs fois pour montrer qu'il suivait bien. Et à la fin, il assure, sûr de lui :

- Tu auras plus de temps. Je vais le faire. Ton frère ne sera pas tenté de me mettre dehors, je suis capable.

D'ailleurs :

- Je suis plus solide que je n'en ai l'air ! Vraiment !

Pas immeeeeeeeeeensément là... Mais un peu quoi !

Jiang Li a un petit regard dubitatif pour Hyun Hee qui... semblait très fragile, il fallait l'admettre. Mais finalement, il convient :

- Je te vois très bien prendre soin d'une ferme, d'une maison et de la marmaille donc je crois que tu est fort, oui.

Puis, songeur, tout en tournant à gauche pour quitter la civilisation, il demande :

 - Qu'est-ce que tu aimerais vraiment faire de ta vie ?

Hé bien voilà ! C'était suffisant n'est-ce pas ? Hyun Hee oubli un peu le pire qui était derrière lui et l'inconnu qui lui tendait les bras. Oui vraiment, il devait passer pour naïf mais il était jeune et venait de quitter une situation désespérée alors...

- Je ne sais pas. J'ai toujours cru que je ferais un joli mariage... Que j'aurais des enfants... Et que ça suffirait à mon bonheur.

Mais quand même, pour préciser :

- Par "joli" je ne veux pas dire riche... Cet homme ne me plaisait pas...

Jiang Li acquiesce brièvement, assurant seulement dans un premier temps :

- J'avais compris.

Il pousse une petite porte de clôture en bois histoire d'entrer sur leur terrain. Il était assez grand, mais assez peu utilisé aussi. Il y avait quelques emplacements jadis réservés à de belles fleurs qui étaient à présent mélangées à encore plus de mauvaises herbes. Ils n'avaient pas de temps pour ça... Pourtant ça leur manquait parfois d'avoir un joli foyer ! Il s'approche de la maisonnette, poussant la porte pour inviter Hyun Hee à y entrer, puis en fait de même pour refermer derrière eux.

- Les chambres sont à l'étage. Il n'y en a que deux, mais mon frère et moi pouvons partager la même, ce n'est pas un problème. Tu peux aller partout, sauf le petit pavillon en bordure de forêt à la porte duquel tu verras un cadenas. Ce n'est pas un mystère : c'est ma salle d'entraînement et d'armes.

Hyun Hee entre... Reste sur le seuil pour observer. Il y avait du travail. Autant à l'intérieur qu'à l'extérieur sans vouloir leur faire de la peine hein. Mais il allait se remonter les manches et mériter le pain que Jiang Li mettrait sur la table. D'ailleurs il est surprit à propos de la chambre...

- Je peux dormir par terre sur un petit futon que je rangerais dans une autre pièce. Je ne prend pas beaucoup de place.

Mais il notait bien pour le pavillon qui lui était interdit.

Jiang Li est un peu confus soudainement, murmurant lentement :

- Mais tu as besoin d'intimité... Un homme comme toi... C'est préférable de prendre une chambre.

Oui bon, il faisait une distinction entre les hommes et les fleurs, sans vouloir vexer Hyun Hee !

Hyun Hee ose carrément venir étouffer un petit rire derrière une main. Un "homme comme lui". Avec ces compliments si directes et pourtant presque chaste, Jiang Li avait l'air de charmer sans le faire. C'était un peu concept.

- Mais tu as dit toi même que ton frère allait se marier à un moment. Vous ne pourrez pas partager une chambre.

Et de convenir de fait :

- Je peux dormir dans ta chambre. Avec des futons séparés. Je ne te dérangerais pas et tu ne me dérangeras pas non plus.

- Oui mais...

Jiang Li a un moment de silence, comme à court d'arguments ! Puis faiblement :

- Il va sûrement déménagé.

Mais probablement pas la journée même ou... il ne savait pas. Il a un regard par la fenêtre pour le grand terrain. Ils pourraient construire une autre maison, peut-être ! En tout cas, après quelques secondes de battement, Jiang Li convient :

- Si c'est ce que tu veux, ça ne me pose pas problème. Alors on fera ça.

Jiang Li semblait un peu en demi-teinte vis à vis de ce déménagement et de fait Hyun Hee constate :

- C'est dommage. La ferme est plus grande que je ne pensais lorsque tu as parlé d'une fermette. On ne serait pas trop de deux pour la tenir convenablement.

Il a un sourire ensuite... Et parce que la question lui brûlait fort les lèvres :

- Si cela se passe bien, si tu es satisfait de mon travail et qu'avec le temps tu ne me trouves pas déplaisant...

Il n'ose pas continuer. Il craignait un peu le jour où Jiang Li, quoi qu'il en dise, trouverait une femme, ce qui le mettrait à la rue...

- Non rien. Parlons-en une autre fois.

C'est vrai, c'était quand même assez grand et de fait, Jiang Li convient finalement :

- Peut-être que construire une rallonge à la maison serait suffisant et agréable pour nos deux foyers alors. Enfin, je veux dire...

Oui bon, il avait un peu séparé Xiumin et son éventuel futur mari ainsi que Hyun Hee et lui-même en deux foyers bien distincts ! Puis justement le jeune homme semble commencer à parler de cette éventualité. Jiang Li détourne le regard tout en abaissant le bout de tissu sombre qui lui couvrait le visage.

- Oui. Une autre fois. Tu devrais t'installer. Je crois que je vois mon frère revenir. Je dois lui expliquer.

Hyun Hee est un peu perdu. Au début il lui semble que Jiang Li effleurait la possibilité qu'il effleurait lui même mais finalement, il s'était refermé. En même temps, Hyun Hee savait qu'il devait donner une piètre image de lui-même... A peine capable de rien. Mais avec le temps, ils allaient pouvoir apprendre à parler, à s'apprécier... Peut être du moins. Le regard de Hyun Hee remonte au joli visage qui se dévoile, à cet épdierme coloré, ces lèvres fines et droite et ce nez volontaire. Il ramène une mèche de cheveux derrière son oreille... Et acquiesce finalement, se rendant à l'étage silencieusement en regardant autours de lui pour prendre ses marques. Hyun Hee a cependant à peine le pied sur la première marche de l'escalier qu'il se retourne :

- Je ne t'ai pas dit merci... Pourtant tu as sauvé ma vie, ma vertu, mon coeur... Bien sûr je ne sais pas tout ce que me réserve la vie ici avec vous mais...

Il a un petit moment de battement avant de répéter simplement :

- Merci.

Jiang Li suit du regard Hyun Hee alors que ce dernier se dirige vers les escaliers. Il refusait de le regarder lorsqu'on l'exibait comme un objet d'art, mais dans les moments simples du quotidiens, ça lui semblait permis et sain. Puis, le jeune homme se retourne... et remercie. Jiang Li a un sourire bref, acquiesçant brièvement. Ce n'était rien... Vraiment. Il pouvait le faire alors il l'avait fait. Ça lui avait semblé injuste de faner une si belle fleur.

- Aller. Vas-y.

Et sur ce, Jiang Li se retourne pour sortir de la maison, rencontrant donc Xiumin devant celle-ci. Avant toute chose, il fait remarquer, un peu surpris :

- Tu as l'air bien songeur, mon frère.

XiuMin avait d'abord dû argumenter pour assurer à son employeur qu'il n'avait pas donné rendez-vous à Tachibana Kai... Puis à nouveau lorsqu'il avait dû se défendre d'être celui qui s'était fait invité par une fleur ! Au final la conversation avait de toute façon tournée court parce qu'il avait subtilement fallu expliquer à Himchan que Min Ki n'était pas perdu, qu'il était entre de bonnes mains et que non, aller le voir près de la rivière n'était vraiment pas l'idée à avoir ce soir...! Et là, alors qu'il arrive près de chez lui, Jiang Li vient l'accueillir jusque dehors, l'étonnant forcément !

- Et tu sembles bien accueillant. Tu m'attendais ?

Peut-être, oui. Mais Jiang Li ne répond pas et... se pose même devant Xiumin lorsque ce dernier fait mine de vouloir passer pour rentrer !

- Attends. Tu vas bien ?

Heu... XiuMin observe Jiang Li sans comprendre alors que ce dernier fait barage.

- Oui mais toi tu es bizarre...

Et justement, le surprenant allègrement, une lumière s'allume à l'étage de leur maison !

- Mais... Qu'est-ce que...?

Jiang Li a un regard dans son dos et... ah, forcément. La silhouette en ombre chinoise de Hyun Hee apparaît à la fenêtre. Et pendant un moment Jiang Li ne dit rien, un peu rêveur, contemplant cette vision sensuelle avec délice. Puis, finalement, il en revient à Xiumin, commençant maladroitement :

- Tu sais bien que Kobayashi se vante d'avoir acheté un Coréen, ces derniers temps. Il a même commencé à l'exhiber donc tu l'as peut-être vu...

C'était difficile d'expliquer ce qui lui était passé par la tête, mais Jiang Li convient finalement :

- J'ai cambriolé Kobayashi, je suppose.

XiuMin observe sans comprendre les courbes d'une femme qui se dessine en ombres chinoises derrière la tenture de la fenêtre de la chambre de son frère. Il en revient à ce dernier qui lui parle de Kobayashi et du coréen qu'il avait acheté à prix d'or... Et à la suite il y a deux chocs : ce n'était pas une femme à la fenêtre, déjà. Et son frère avait piqué le futur mari d'un homme économiquement puissant !

- Tu.. Tu... Pardon...?

Il avait un peu du mal à s'en remettre oui !

- Il n'était pas sensé se marier demain ?

Jiang Li ne répète pas, se doutant que Hyun Hee avait bien compris. Il acquiesce brièvement à la suite par contre parce que oui, Hyun Hee devait se marier le lendemain.

- Mais plus maintenant.

Forcément !

- Je vais m'occuper de Kobayashi.

Et ça lui avait prit comme ça, soudainement ? D'ailleurs non, XiuMin ne se souvenait pas avoir vu le coréen. Ou peut être mais il avait une autre beauté en tête !

- T'en occuper ? Les problèmes vont se porter son ton coréen... Même si l'intelligence aurait voulu qu'il attende d'être marié pour en hériter.

Limite s'il n'aurait pas dû le lui proposer, celle-là ! En tout cas, parce qu'il avait du mal à comprendre :

- Qu'est-ce qui t'es passé par la tête ? Tu es amoureux ?

- Je sais bien faire mon travail. Tout ira bien.

Quant à la suite, Jiang Li a un moment de silence, peut-être quand même un peu perturbé ! Et il fait remarquer :

- Je n'ai jamais été amoureux.

Mais bon, un peu vexé, il fait remarquer :

- Je suis allé voir cet homme pour lui faire ces voeux, cet après-midi. Il m'a "montré" son futur époux. Lui a demandé de me montrer ses jambes pour que je puisse admirer sa "chance". Je n'y ai pas posé les yeux mais les autres hommes ne devaient pas s'en priver. Je ne pouvais pas le laisser se prostituer pour le compte d'un époux abusif qu'il n'aime pas.

Il n'en doutait pas... Son frère était très compétent, il l'avait toujours dit et le disait encore. Mais il s'inquiétait tout de même. Jiang Li était son cadet, même si on n'aurait pas forcément dit et bien que son frère soit probablement plus fort que lui, XiuMin avait toujours cherché spontanément à se mettre entre lui et le danger. Par contre à propos de l'amour :

- Je pense que tu peux à nouveau y réfléchir parce que ce n'est pas le premier mariage de force qu'il y a à Kyôto mais c'est bien le premier époux forcé que tu "sauves" et ramène jusque dans notre maison. Et dans ta chambre, visiblement....

A la suite il soupire, constatant :

- Je n'ai pas dit que tu avais tort... Juste que c'était très étonnant...

Ah, non non non ! Jiang Li se précipite un peu pour mettre les choses au clair !

- Je voulais dormir dans ta chambre, mais il a refusé en prétextant que de toute façon quand tu allais te marier, ça ne pourrait pas continuer ainsi.

En tout cas, Jiang Li hausse finalement les épaules, demandant :

- Tu veux le rencontrer ?

Oui... Mais l'air de rien, XiuMin fait quand même remarquer :

- Enfin je vais pas me marier avant de passer le seuil de la maison là tu vois...

Quant à le rencontrer... XiuMin lève les yeux à la fenêtre où le coréen n'apparaît déjà plus avant de soupirer à nouveau.

- Oui faisons ça. Mais tu m'expliqueras ce que tu comptes faire.

- Tu es sûr ?

Jiang Li reste sérieux, mais c'était une blague, qu'on ne croit pas le contraire ! Mais bon, il assure :

- J'ai vraiment insisté. Mais lui encore plus.

Quant à la suite, il acquiesce brièvement, tournant les talons. Ils entrent dans la maison et refermant, Jiang Li appelle :

- Hyun Hee ?

Le jeune homme arrive vitesse grand V en bas des marches et les présentations sont rapidement faites. Histoire que Hyun Hee ne se sente pas mal, il lui fait signe de retourner en haut pour finir ce qu'il faisait. Puis, se tournant vers son frère, il se tait... et attend, curieux d'avoir son avis !

- Dans ce cas c'est peut être lui qui est amoureux.

Lui aussi pour taquiner, il va sans dire ! Quoi qu'il en soit une fois les deux pieds dans la maison, son frère appelle "Hyun Hee" et ce dernier est si vite en bas que XiuMin craint presque qu'il se casse une jambe dans le processus. C'est bref... Et Hyun Hee doit lui répéter comme trois fois qu'il s'occupera bien de la maison... Et qu'il essaiera au mieux d'apprendre le chinois... Alors quand il est remonté, XiuMin reste un peu bête une seconde... Avant de constater d'abord :

- Une présence féminine fera du bien à la maison je suppose...

Puis aussi :

- Tu as conscience que quoi qu'il arrive à Kobayashi et peu importe les circonstances, ceux qui savent pour ce mariage vont penser que l'un de nous compte l'épouser de fait ?

Et finalement :

- C'est un peu effrayant. Tu crois que si tu claques des doigts il va redescendre encore et aussi vite ?

Ah ? Jiang Li a un moment de silence, devant s'admettre qu'il avait presque eu droit à une demande de mariage un peu plus tôt. Il avait bien remarqué, oui ! Quant à la suite, il acquiesce lentement pour la présence féminine, ne le niant pas !

- Je sais bien. Mais je prendrai le blâme, ne t'inquiète pas. Ça ne te nuira pas pour te marier si tu comptes le faire bientôt.

Quant à Hyun Hee qui accourait un peu, JIang Li a un regard pour son frère, hésite.. et parce que c'était trop tentant :

- Hyun Hee ?

- Mais je n'ai pas dit que j'allais bientôt me marier enfin !

C'était... Une manie que de lui parler de son mariage ? Il l'avait bien assez sur le coeur comme ça ! Par contre son frère fait le test... Et tandis que Hyun Hee vient piler devant eux à une vitesse folle, XiuMin hésite entre rire et pleurer.

- Hé bien...

- Non, mais ce serait bien.

En tout cas, pour ce qu'il en disait lui ! Jiang Li observe ensuite le délicat jeune homme qui revient à toute vitesse devant eux, l'observant lui et il a un petit soupir quand même drôlement satisfait ! Il hésite, parce qu'il n'avait pas de raison de l'avoir appelé ou plutôt, il ne pouvait pas le lui dire ! Et finalement, attrapant une pêche sur la table, il la pose dans la main du jeune homme.

- Voilà. Je suis sûr que tu n'as pas bien mangé aujourd'hui.

Le stress ! Il lui fait signe de remonter, du coup !

- Pourquoi bien ?

Puis Hyun Hee semble dérouté à se retrouver avec un fruit entre les mains... Jette un regard incertain à Jiang Li... Puis à lui... Et acquiesce avant de demander s'il peut dormir et commencer le ménage demain. XiuMin laisse son frère gérer tout ça, fatigué de sa journée et quand le jeune homme est remonté :

- Je ne sais pas comment tu fais, moi ça me stresserait !

Jiang Li donne son approbation à Hyun Hee, bien sûr. Vu comment sa nuit avait commencée, c'était une bonne chose qu'il ait sommeil à présent. Il n'avait clairement pas l'intention de lui demander de tout frotter à une telle heure ! Puis, Jiang Li se laisse tomber sur un coussin devant la table, à genoux, attrapant une pêche pour croquer dedans.

- Parce que tu mérites d'avoir un mari qui va s'occuper de toi.

Quant à être stressant, il demande, surpris :

- Pourquoi ? Je le trouve agréable.

XiuMin vient quand même s'assoir un instant avec son frère, acquiesçant même s'il constate :

- Je n'ai pas le coeur à me trouver un homme pour moi.

Un homme... Parce que ses goûts étaient ainsi fait qu'une femme ne le comblerait pas. Et pour Hyun Hee :

- Oui mais toi tu aimes ce qui est droit et clair. Facile à voir venir et anticiper.

Jiang Li prend une pêche histoire de la faire rouler jusqu'à son frère.

- Pourquoi ? Qu'est-ce que c'est, un homme pour toi ?

Il réfléchit ensuite un peu... et convient :

- Oui. Toi tu aimes ce qui est imprévisible et léger.

XiuMin attrape le fruit... Mais se contente de le garder devant lui. Il n'avait pas faim. Juste éventuellement sommeil.

- Je ne sais pas. Je veux dire... Quelqu'un qui soit de notre condition. Ou un peu moins bien. Pas quelqu'un dont la famille soit riche et reconnue en tout cas...

Il a un soupire un peu défaitiste, repensant un instant à sa soirée en acquiesçant au descriptif de son frère.

- Oui, quelque chose comme ça...

Et parlant de mariage, histoire de couper un peu court au sien :

- Bang Sang Min va se marier.

Jiang Li prend un moment de silence. Très long. Il ignore même un moment l'information sur le collègue et ami de Xiumin. Il mange un peu sa pêche... et finalement, Jiang Li peut conclure :

- Tu n'utilises pas assez ton coeur pour un homme qui en a un si beau, pourtant. Hyun Hee a été arraché à une des plus belles maisons du Japon. Sa chambre provisoire était richement décorée. Ses habits de mariage pourraient servir à acheter tout ce lopin de terre. Et pourtant, tu as bien vu à quel point il est heureux d'être dans une petite ferme possédée par deux vieux célibataires pas très recommendables.

Puis, finalement, il demande :

- Alors qui Bang va-t-il se marier ?

Jiang Li fait un parallèle qu'il ne peut pas nier, forcément. Même si évidement, lui n'allait pas demander à Kai (au hasard !) de quitter un père aimant et non pas un futur mari absif et des richesses pour habituer dans une petite ferme. Mais il comprenait. Et en ce sens, il convient :

- Ce que tu as fait est vraiment noble. Tu nous as enrichit tous les deux ce soir.

Quant à Sang Min :

- Avec Yang Min Ki. Il a fait sa demande ce soir et Yang Himchan l'a accepté, bien qu'il semble ne plus savoir quoi faire de lui-même depuis qu'il l'a apprit.

Jiang Li incline la tête, modeste. Ça lui faisait plaisir d'avoir la bénédiction de son grand frère, c'était indéniable.

- Je sais que tu feras la même chose un jour.

Quant à ce mariage, il est un peu surpris quand même, il faut l'admettre !

- C'est une drôle de nouvelle, mais c'est bien. Ils vont se marier bientôt, de fait ?

Et quand même, il fini par soupirer, peut-être plus petit frère qu'assassin pour le coup :

- J'ai hâte que tu te maries...

La même chose ? De quoi est-ce que Jiang Li parlait, très exactement ? En tout cas, après un petit moment de réflexion à passer son doigt sur la pêche sans vraiment y toucher, XiuMin acquiesce pour Sang Min et Min Ki.

- Je crois que Sang Min pensait que ce serait un petit mariage mais je pense qu'Himchan va s'assurer que le "plus jour de sa vie" reste innoubliable à Min Ki.

Puis une remarque presque enfantine et XiuMin a un petit sourire attendrit.

- Pourquoi donc ? En plus, j'ai sérieusement raté le coche à mon âge non ?

D'ailleurs :

- Tu voudrais te marier ? Je pourrais te trouver une bonne épouse ou un bon époux.

Ah oui, sûr que cet homme aimait faire les choses en grand pour son frère. Quoiqu'on aurait souvent plutôt dit son fils. En même temps, vu ce qu'il avait fait pour Minki déjà à un jeune âge... Mais ce genre d'informations, il les détenait parce qu'il avait mis son nez là où il ne fallait pas. Il fronce les sourcils à la suite néanmoins.

- Absolument pas. Ce sont les femmes et les fleurs qui ne peuvent pas se marier si tard. Ou difficilement. Toi, c'est différent. Tu es de ces hommes qui en vieillissant, sont comme le bon vin.

Quant à lui, Jiang Li assure :

- Je ne vais pas forcer quelqu'un à vivre la vie que je mène. Oublie ça.

XiuMin se laisse tomber étendu sur les tatamis de leur maison, observant le plafond sans répondre un instant. Et une fois le silence complètement posé dans la pièce :

- Mais je vais rater celui de la seule fleur dont j'ai envie.

Et de fait à la suite :

- Pour les mêmes raisons que toi.

Et voilà... On y venait. Jiang Li observe son grand frère un moment, silencieux. Il avait un respect sans limites pour Xiumin. C'était même de l'admiration. Et il voulait que son frère soit heureux. D'ailleurs, il fini par convenir :

- J'ai presque eu droit à une demande en mariage, juste avant que tu arrives. C'est trop tôt. Mais si je réalise dans un moment que Hyun Hee a réellement envie de faire sa vie avec moi, alors je demanderai sa main. Parfois, à vouloir trop bien faire les choses, on brise ce qu'on essaie de préserver. Tu réalises que la douleur que tu ressens, peut-être que ta fleur la ressent tout autant présentement, seule dans son lit, parce qu'elle t'aime ? Ce n'est peut-être pas le cas... mais ça l'est aussi peut-être bien.

Ha oui. trop tôt c'était peut de le dire. C'était vraiment naïf de la part de ce coréen non ? Après tout, si ça se trouvait, Jiang Li et lui étaient pires que Kobayashi ! Bon évidemment le cas présent c'était pas le cas... Mais après tout. Mais de fait :

- Et si tu tombes amoureux ? Que tu veux prendre la main de quelqu'un d'autre finalement ?

Mais pour son cas à lui, pour Kai qui pouvait souffrir de la situation... Il ne savait pas. Il n'avait rien à lui offrir si ce n'était le travail de la maison. Pas de domestiques ici. Pas la fête, les jeux et les arts du spectacle pour s'amuser toute la journée comme Kai méritait de le faire à son avis...

- Himchan a dit qu'on allait dîner là bas demain. Oui, visiblement je dois venir aussi.

Jiang Li a un regard pour les escaliers d'où Hyun Hee était apparu si rapidement lorsqu'il l'avait appelé. Il entendait encore du bruit en haut il y a deux minutes, discret. Puis plus rien. Il devait s'être couché. Et finalement, en revenant à son frère :

- Je crois que ça ne peut pas arriver.

Il acquiesce brièvement ensuite et même s'il n'a pas de nom, il sait bien où Xiumin va.

- Eh bien... je ne crois pas que Tachibana Mikan invite un yakuza à sa table pour rien.

XiuMin a un petit sourire, redressant la tête juste une seconde pour voir son frère avant d'en revenir au plafond.

- Finalement tu as peut être eu le coup de foudre. Tu t'en es juste pas encore rendu compte.

Et pour Tachibana, que Jiang Li avait très bien remit :

- Personne n'ignore sans doute pourquoi il a convié Himchan à sa table. Il a invité Min Ki aussi et de fait, le futur mari de celui-ci. Peut être qu'il a eu pitié de ce que je pourrais bien faire seul dans mon coin.

Peut-être. Mais Jiang Li aimait les choses qui venaient naturellement sans se casser la tête. D'où il aimait le côté prévisible de Hyun Hee...! Quant à la suite quand même, Jiang Li lève les yeux au ciel !

- Tu es là, à te chercher des excuses et tu n'as même pas honte qu'elles soient bidons.

De fait, il explique :

- Combien d'hommes Yang Himchan a-t-il ? Une centaine ? Et ça grandit de jours en jours. Il n'a sûrement pas invité la petite centaine...!

XiuMin étire un peu la jambe pour, par dessous la table, donner un coup de pied à son cadet !

- Mais moi je fais partit de sa garde rapproché, sale gosse !

Puis soupirant :

- De toute façon ça change rien. Je dois y aller. Surtout qu'à l'heure qu'il est son père croit probablement que je l'avais invité à une escursion nocturne...!

Jiang Li grimace alors que ce traître le frappe ! Il se penche pour frotter sa jambe tout en assurant :

- Tu aurais dût devenir écrivain. Vu les histoires que tu t'inventes, tu aurais fait fortune !

Il se relève finalement, jetant le noyau de la pêche par une fenêtre ouverte.

- Je vais aller m'occuper de Kobayashi. Je peux dire à Hyun Hee de passer te voir s'il y au n souci ?

Ben voyons : XiuMin ricane, ironisant :

- Ca doit être de famille monsieur "je ne suis jamais tombé amoureux mais je ramène un chiot blessé à la maison en toute amitié"...!

Puis suivant des yeux le noyau, il taquine :

- Tiens, souvients-toi bien de ce geste. Parce que si Hyun Hee fait si bien les choses que vous le prétendez tous les deux bientôt il t'interdira de le faire !

Ca le fait rire... Même si à la suite il est forcément beaucoup plus sérieux.

- Oui, tu peux. Mais je vais me coucher alors qu'il ne reste pas à faire le pied de grue devant ma porte. Qu'il frappe si c'est nécessaire.

Cette fois, Jiang Li passe derrière Xiumin pour lui asséner une petite claque derrière la tête ! Non mais...! Quant à son noyau de pêche, il a un regard dubitatif pour la fenêtre, ne voyant pas ce qu'il faisait de mal !

- C'est naturel, je le retourne à la nature. Y'a pas à s'alarmer...!

Il acquiesce ensuite, se dirigeant vers les escaliers tout en assurant :

- Je lui dirai. Après, s'il le fait pas, c'est pas de ma faute...

XiuMin ricane encore en se dirigeant vers les escaliers à son tour, chassant un peu ce frère indigne qui tente de le frapper.

- On en reparlera je te dis.

Pour le reste... Il se contente d'un battement de la main pour chasser l'air. Ca c'était pas son problème et il allait pas s'empêcher de dormir du sommeil du juste "au cas où"...!

_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

5. Hyun Hee & Jiang Li + Xiu Min

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Époque d'Edo-