Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 4. Himchan & Mikan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5019


MessageSujet: 4. Himchan & Mikan   Mar 29 Juil - 11:55


Mikan revient à la chambre de Kai, en poussant légèrement la porte en papier de riz. L'obscurité à l'intérieur est quasi totale mais comme un peu plus tôt : le futon ne laisse deviner aucune présence humaine. Kai allait souvent marcher la nuit... Mais ça ne lui avait jamais vraiment plu pour tout dire. Mikan trouvait l'exercice dangereux, malgré qu'il ait apprit à son petit à se défendre un minimum. Le japonais se remet debout, traverse la maison, descendant à l'étage inférieur et il récupère là ses geta qu'il passe rapidement avant de sortir, une petite lampe à huile dans une main et un kodachi caché sous son kimono. Dehors tout est calme et silencieux et après une petite appréhension, Mikan sort finalement. Il était tard, Kai restait rarement à une heure pareil à l'extérieur sachant qu'il s'inquiéterait...! Où il va ? Il comptait refaire le trajet entre le théâtre et l'extérieur de la ville, près des vergers. Il connait son petit hein !

Sauf qu'à mi-chemin, Mikan s'arrête, tendant l'oreille... Il se retourne, dressant la petite lampe à huile à bout de bras pour tenter de percer un peu l'obscurité de la nuit... Et c'est en se retournant pour reprendre sa route qu'il rentre dans quelqu'un qui s'était posé dans son dos !! La lampe tombe au sol et Mikan glisse une main sous son vêtement pour récupérer son arme tout prêt à menacer...

- Himchan ?

La surprise... Mais aussi le soulagement se peignent sur ses traits, tout à coup !

- Vous m'avez fait peur...!

Il ne l'avait pas entendu arriver ! Et nimbé de noir, il semblait sortir de la nuit elle-même !

Himchan n'était pas rassuré. Minki sortait souvent la nuit pour aller faire tout ce dont il aurait eu envie en journée mais dont il se privait à cause du regard des autres. On ne pouvait pas le lui reprocher... Mais même s'il avait appris le minimum vital pour se défendre, Minki continuait à sortir sans arme et avec toute sa belle innocence dont plusieurs adoreraient profiter. Alors non, il n'avait pas l'esprit tranquille. Et quand bien même Minki serait un combattant aguerrit, ce serait sûrement la même chose, il ne fallait pas se leurrer. Alors HImchan avait revêtu de sombre vêtements et, katana à la taille, il était sorti pour tenter de le retrouver. Depuis la demande en mariage de Sang Min, il était u npeu plus possessif ! Ça lui faisait vraiment quelque chose qu'on lui arrache Minki à un si jeune âge... Mais qui aurait-il été pour refuser ? Sang Min était un homme bon et son petit avait l'âge de se marier, mine de rien...

Il se promène, songeant à aller faire un tour à la rivière, lorsque soudainement il voit au loin une silhouette qu'il reconnaît bien, aidé par la petite lampe que l'homme tient. Mikan... Himchan s'approche lentement, silencieux sans vraiment y réfléchir. Et lorsque Mikan sursaute, il s'en veut un peu c'est vrai. Il s'incline pour s'excuser, murmurant :

- Je n'ai pas songé au fait que je pourrais vous effrayer, je suis sincèrement désolé. C'était idiot de ma part.

Son regard se pose sur le délicat visage et il demande :

- Que faites-vous dehors à une telle heure ? La guerre est finie mais les temps sont malgré tout dangereux.

Mikan s'accroupit, ramassant la lampe qui s'était éteinte plutôt que de s'embrasser. Hélas le petit contenant d'huile s'était brisé et de toute façon il n'avait plus rien pour la rallumer. Le japonais repose donc l'objet le long d'un mur, se promettant de la faire récupérer par l'un de ses employés au lendemain avant d'en revenir à Himchan, rangeant son arme dans son fourreau, le gardant à la main pour éviter d'avoir l'air de se dévêtir en le remettant à sa place originelle !

- Ce n'est rien, je me suis laissé avoir par l'opression de la nuit. Et je ne suis pas sortit en restant complètement démuni.

Justement il montre son arme avant de répondre à la question :

- Kai est sortit. Ca lui arrive souvent mais il est tard. Plus qu'il n'en a l'habitude. Et toi ?

Un sourire étire lentement les lèvres d'Himchan alors qu'il assure :

- J'ai vu. C'était... intéressant.

À défaut de dire "séduisant" ou "sensuel", parce que ce n'était vraiment pas conforme à l'étiquette, mais son regard pailleté d'or doit parler pour lui, vu l'éclat amusé qui le traverse. Quant à Kai, Himchan admet avec un peu de surprise :

- Alors nous avons la même raison. Minki est sorti et n'est toujours pas rentré. Il est tard, je m'inquiète.

Mikan n'est pas dupe devant ce joli regard brillant et du bout des doigts il vient pousser contre une épaule, sourire amusé aux lèvres. Par contre à propos de la raison qui poussait Himchan à se trouver dehors :

- Ha... Peut être sont-ils ensembles puisqu'ils devaient parler théâtre ? J'avais prévu de pousser jusqu'à la rivière. Kai aime à surabuser de romantisme en allant flâner de ce côté à la nuit tombée.

Himchan a un rire bref et rauque alors que Mikan semble très bien comprendre ce qu'il avait pensé de la scène d'un peu plus tôt ! Il ne savait trop à quoi il pouvait comparer Mikan puisqu'il sublimait tout. Mais ça avait été magnifique. Il hausse doucement les épaules ensuite, admettant :

- Kai ne doit pas être la priorité de Minki cette nuit... Quelque chose me dit qu'il est plutôt avec son futur mari.

Et de fait, il convient :

- On m'a demandé la main de Minki...

Avec un peu de ressentiment, oui bon !

- Mais j'allais aussi à la rivière. Je voulais juste faire un détour par le verger parce que ce n'est pas que Minki a un estomac sans fond mais... c'est un peu ça...!

Mikan est surprit ! C'est probablement visible...! Ho, Yang Min Ki était un très joli garçon et bien que ses origines soient étrangères, il semblait très japonais et son frère faisait fortune. Mais il ne savait pas qu'on prévoyait de le demander en mariage et si Min Ki était avec cet homme, c'est que Himchan avait accepté non ? Encore que vu l'heure, certaines choses n'étaient peut être pas convenable ! Et Min Ki était si jeune ! D'accord... A 16 ans lui-même était déjà marié à un homme qu'il n'avait pas choisit et peu aimé mais qui avait surtout brillé par son absence. Lorsqu'il était présent, il était un homme taciturne, entreprenant, un brin grossier... Mais un bon père et il donnait à sa famille tout ce dont elle avait besoin. Mikan avait regretté sa mort même s'il l'avait peu pleuré. Bref...

- Qui donc ? Tu sembles avoir dit oui.

Il acquiesce ensuite pour le verger, légèrement rieur.

- Je comptais passer par là aussi.

Himchan acquiesce lentement. Oui, il n'avait pu refuser vu la personne qui lui avait demandé et la réaction de Minki...

- Bang Sang Min. Étant un de mes plus fidèles hommes et voyant le regard brillant de Minki qui nous épiait en croyant que je ne le voyais pas, je n'ai pas eu le coeur de lui demander d'attendre encore deux ans...

Il acquiesce donc pour le verger, montrant d'un signe de main la direction pour inviter Mikan à avancer, proposant :

- Cherchons notre progéniture ensemble, dans ce cas. Je n'aurais pas l'esprit tranquille à vous laisser seul à présent.

Ha...! Mikan a comme un éclair de compréhension sur le visage, convenant :

- Je ne suis plus si supris finalement.

Et de fait :

- Félicitation. Ta famille s'aggrandit et c'est un homme très bien pour ce que je peux en attester.

Qui n'avait pas hésité à porter pour lui un sceau d'eau plein ou quelques colis trop lourds lorsque Mikan s'était retrouvé embêté et sans aide ! Mikan s'avance finalement pour reprendre son chemin, bien moins craintif à présent qu'il était auprès d'Himchan.

- A croire presque qu'ils l'auraient fait exprès pour que nous nous retrouvions.

On aurait presque dit un rendez-vous, non ?

Non, en effet. Un petit soupir franchit le seuil des lèvres d'Himchan qui convient :

- Ça fait très longtemps que je sais que Sang Min est amoureux de Minki. Mais il l'était uniquement à distance. Je savais que ça allait arriver.

Il a un sourire à la suite néanmoins, inclinant la tête pour remercier.

- En effet. Sang Min est un homme bon.

Puis, Mikan lui parle de leurs fils qui auraient pu mettre tout ceci en plan pour qu'ils se rencontrent et ça le fait forcément rire. Il retire le vêtement glissé par-dessus son kimono pour le poser sur les épaules de Mikan tout en assurant doucement :

- Je crois que nous n'avons même pas besoin de forcer le destin.

Ha oui ? Dans ce cas :

- Ca doit te rassurer alors. Qu'il ait attendu plutôt que de se précipiter. Et que ses sentiments n'aient pas faiblit bien sûr.

Mikan vient retenir le vêtement qui est passé sur ses épaules, le coupant ainsi de la fraîcheur relative de cette soirée. Il remercie à mi-mot et puisqu'à présent ils peuvent un peu parler sans être épiés :

- Je trouve étrange de savoir que tu ne t'es jamais marié. Et je suis certains que bien des parents aimeraient malgré tout que ton intérêt se porte sur leur fille ou leur fils.

Himchan a un sourire bref malgré tout. Ce mariage allait être un superbe événement et il comptait bien le souligner en grand avec les moyens qu'il possédait.

- Oui, en effet. Mais même s'il est en âge de se marier, je répugne un peu à le laisser quitter le nid familial.

Quant à sa situation, Himchan garde un moment le silence... avant de toutefois admettre :

- J'ai été marié. J'avais 15 ans, je venais d'entrer dans l'armée. Je suis parti au combat à peine deux jours après mon mariage. Mais peu de gens le savent parce qu'à mon retour, il ne restait rien de mon village.

Il prend une petite inspiration, convenant :

- Je n'ai pas senti le besoin de me remarier par obligation, je crois. En espérant que mon frère ne manquerait de rien.

Evidemment. Ce serait difficile pour lui aussi. Mais ça viendrait parce que Kai était bohême et qu'il avait commencé à jeter son dévolu sur un homme, bien malgré lui ! La suite stupéfait Mikan forcément... Et baissant les yeux :

- Pardon, j'ai sauté aux conclusions, j'ai été maladroit. Je suis désolé pour ta femme ou ton mari...

Himchan secoue négativement la tête, assurant :

- Je n'étais pas amoureux de ma femme. C'était un mariage de convenance pour être un peu plus accepté. C'était pour mon frère... À l'époque, être Coréen était encore pire que maintenant. Les choses ont changées avec la fin de la guerre. Et avec sa particularité... je devais m'unir à une famille japonaise.

Il s'arrête de marcher, se penchant... puis se redressant, il vient doucement tendre une jolie fleur à Mikan, assurant :

- Si je me marie à nouveau, ce sera par amour.

C'était un sacrifice à la fois très beau et très noble mais aussi très grand que Himchan avait fait, par amour pour son frère cadet. Mikan à un regard de profond respect pour l'homme et puisqu'Himchan s'ouvrait un peu, il se permet de demander :

- Comment êtes-vous arrivés au Japon ? Et où sont vos parents ?

En tout cas, à propos de la particularité de Min Ki :

- Toi aussi tu l'as. Elle est différente mais pas moins belle.

Un sourire ensuite lorsqu'il se mérite une fleur et Mikan fait un petit pas de côté pour marcher plus près d'Himchan.

- Je comprends ce que tu veux dire.

C'était un peu particuliers de parler de son passé, mais pas complètement désagréable non plus. Peu de gens s'y intéressaient réellement même si plusieurs adoraient parler dans son dos.

- Notre mère est décédée à la naissance de Minki. À ce moment, notre père a quitté la Corée pour une vie meilleure. Il est arrivé au Japon et s'est enrôlé dans l'armée, mais est tombé au combat peu de temps après. Nous avons été chanceux. Les orphelinats ne nous ont pas séparés. Il ne me viendrait pas en tête de me plaindre.

Himchan a un sourire pour Mikan alors que ce dernier complimente ses yeux. Et de fait, il a un rire bref en taquinant :

- Et c'est l'homme qui rend jalouses toutes les femmes de cette ville avec ses grands yeux de biche qui me complimente sur mon regard.

Leur proximité se resserre et Himchan a un soupir, se sentant très bien.

- Tu as déjà été marié, n'est-ce pas ?

C'était une histoire triste, qui avait son lot de tragédie et qui, pourtant, semblait n'avoir pas empêché Himchan et Min Ki de devenir des hommes biens. A leur façon bien sûr, yakuza oblige... Mais des hommes de valeur tout de même.

- Tu as tiré le meilleur de ce passé difficile.

Mikan lève un peu les yeux au ciel au compliment qu'il se mérite, venant se pendre un instant au bras d'Himchan avant de le relâcher. Et de fait à la question il soupire en acquiesçant.

- Au père de Kai.

On n'avait pas d'enfant seul, dans leur société. Et un peu ennuyé de se déservir, il reconnait :

- C'était il y a longtemps.

Il n'avait plus la jeunesse d'Himchan ! Malheureusement !

- Lui aussi était un homme de la guerre. Il est partit en campagne de manière ponctuelle au départ, un an après notre mariage. Plus la durée des campagnes s'est allongée... Et un jour il n'est plus revenur du tout. Nous avons été marié presque dix ans.

Et dans un soupire un peu découragé :

- Ciel... J'avais 15 ans. C'était il y a déjà...

Autant l'avouer :

- 22 ans.

Peut-être bien, oui. Personne n'aurait cru que les deux petits Coréens va-nu-pieds allaient s'en tirer si bien un jour. Himchan était fier de ce qu,il avait accomplit. Puis Mikan lui parle de son ex mari, un mari qui avait été là pendant dix ans tout en étant absent. C'était la croix des hommes de guerre à l'époque... Il connaissait ça.

- Je me serais maudit de ne pas avoir pu profiter d'un tel mariage.

Puis, il s'arrête de marcher alors que le bel homme semble se déprécier un peu en parler de son âge. Il prend une main délicate dans la sienne et, de son autre main, vient retirer une longue mèche ébène coincée dans les longs cils de ce regard de biche.

- Deux ans, tu dis ? J'aurais plutôt cru que c'était il y a un an...

C'était agréable à entendre. Et mine de rien, Mikan se devait de reconnaître :

- Ce n'était pas non plus un mariage d'amour. Il a été un bon père lorsqu'il était là. Mais un mari pressé et peu à l'écoute de ma propre sensibilité.

A ne pas répéter devant Kai évidemment, qui voyait encore son père comme un héros tombé au combat et ces choses devaient rester telles qu'elles étaient. Puis Himchan se fait justement délicat et pleinement à l'écoute, le rassurant en réduisant ce temps révolu non plus à vingt-deux années mais à deux, puis rien qu'une seule. Et effectivement :

- Lorsque tu me parles, j'ai l'impression d'avoir encore cet âge effectivement.

Mikan méritait pourtant un mariage d'amour. D'être couvert de bijoux comme un prince. D'être vénéré. Himchan n'avait d'yeux que pour l'homme dès qu'il entrait dans son champ de vision.

- Désires-tu un mariage d'amour à présent ?

Quant à la suite, Himchan en est heureux. Parce que ça voulait dire qu'il était capable d'user d'assez de sensibilité pour faire comprendre à Mikan qu'il était spécial.

- Tu as la beauté intérieure de ton âge. Mais la beauté extérieur de ta jeunesse. Tu es ce qu'on fait de plus précieux dans ce pays et peut-être sur cette Terre, Mikan... Nous sommes seuls alors me laisseras-tu parler librement ?

Mikan se sent acquiescer sans même y penser. Est-ce que c'était seulement possible de décrire ce qu'il avait pu ressentir quand cet homme était arrivé dans son théâtre, grondant de sa voix grave, rocailleuse et puissante sur ceux de ses hommes qui avaient illégalement pénétré les lieux ? D'expliquer comme son coeur avant bondit lorsqu'il s'était respectueusement incliné en lui demandant de lui pardonner car il prenait la responsabilité des actes de ses hommes ? De dire comme il avait battu davantage encore lorsqu'il avait croisé ce regard piqué d'or ?

- Même si je pouvais te retenir de parler je n'y aurais pas le coeur.

C'était le feu vert que Himchan attendait et de fait, prenant une main délicate des deux siennes, il plonge son regard étiré dans celui rond de Mikan.

- Lorsque mes hommes ont semé la panique dans ton théâtre, ont brisé et ont essayé de profiter des acteurs qui étaient là, j'étais honteux. En colère qu'on ose me manquer de respect de la sorte, qu'on salisse ma réputation. Puis, nos regards se sont croisés.... et ma colère a pris une ampleur comme elle n'en a jamais connu. J'ai eu la folle envie de te protéger. Et ça ne m'a plus jamais quitté depuis.

Il laisse ses paroles se perdre dans le verger quelques secondes avant de reprendre.

- J'ai envie de te couvrir de bijoux. De te faire sourire. Je...

Rien. Parce que soudainement, son regard se pose au-dessus l'épaule de Mikan et il voit... Kai. Et Xiumin ! Le regard d'Himchan s'arrondit un peu, forcément !

- Nous avons retrouvé ton fils...

Mikan retient sa respiration, buvant littéralement chaque mot. Il ferme les yeux comme pour en amoindrir le choc mais les rouvre lorsqu'Himchan s'interrompt pour parler de Kai... Mikan se retourne à demi, le voyant effectivement revenir avec XiuMin, que Himchan lui avait présenté plus tôt dans la journée. Il est un peu engourdit, se faisant tirer d'une scène dont il avait rêvé un peu brutalement... Et parce qu'il n'avait pas envie de faire comme si cette conversation était terminée ou n'avait jamais eu lieux :

- Viendriez-vous dîner, Min Ki et toi, demain soir ?

Himchan s'arrache à ce spectacle surprenant, quand même un peu déçu que ce moment finisse de cette façon un peu abrupte. Il attire une main fine à ses lèvres, histoire de la baiser délicatement.

- Avec grand plaisir. Pour quelle heure nous attends-tu ?

- 20h. Amène donc ton futur beau-frère également.

Et après un regard pour Kai qui ne lâchait plus XiuMin en arrivant, il ajoute :

- Et celui-là.

Puis en revenant à Himchan :

- Nous reprendrons cette conversation.

Himchan a un rire bref, mais acquiesce doucement. Ses deux hommes de main allaient venir avec lui, oui. C'était quand même particuliers de savoir que Xiumin avait donné rendez-vous à Kai, surtout au beau milieu de la nuit ! Pour leur conversation, Himchan assure :

- Je n'aurais pas assez d'une vie pour tout te dire, mais je ferai de mon mieux.

Il fait un pas vers l'arrière, s'inclinant devant Mikan.

- Faites-vous raccompagner par Xiumin. Je serai rassuré.

Mikan a un sourire puis un hochement de tête... Avant d'assurer :

- Nous rentrerons seuls. Nous sommes tout proche. Vraiment, ne t'inquiète pas pour nous.

De fait :

- Emmène XiuMin. Vous aurez plus tôt fait de retrouver Min Ki ensemble.

Himchan a un long moment de silence, hésitant forcément. Mais finalement, dans un petit soupir, il acquiesce lentement. Il allait devoir songer à confier à Mikan un homme. ne serait-ce que pour se rassurer.

- Soyez prudents. Vraiment.

Mikan acquiesce, tendant les bras pour que Kai le rejoigne, commençant déjà à disputer son fils en prenant hâtivement le chemin du retour. Il passe une dernière fois la tête au dessus de son épaule pour voir la belle silhouette d'Himchan tandis que XiuMin semblait se faire un devoir d'assurer qu'il n'avait rien fait d'inconvenant... Et serrant davantage son bébé contre lui, il a un dernier sourire. Il se sentait vibrer à nouveau.

_________________
♠♥♦♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

4. Himchan & Mikan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Époque d'Edo-