Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 2. Sandstorm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Kurika
Shut up and Calm down...


Messages : 5137


MessageSujet: 2. Sandstorm   Dim 18 Sep - 7:13

   
Jun était... Encore debout oui. Pas qu'il soit insomniaque d'habitude, au contraire ! Tous ses amis disaient de lui qu'il était un peu fénéant quand il s'agissait de s'extraire du lit ou de fournir quelques gros efforts. La vérité c'est que Jun adorait son petit confort et sa petite tranquillité ! Et que présentement, il avait quelques jours de vacances chèrement acquit ! Quand comme lui on avait un boulot chiant au possible, on savait apprécier ce genre de détente. Alors voilà, il était dans son salon, vautré devant son canapé en boxer et t-shirt trop gros et il zapait à la télé, un carton de pizza sur la table basse et une brique de jus de pomme à côté ! Oui, il était gourmand ! Mais malgré sa flemme habituelle, il se forçait à aller courir et faire quelques étirements tous les samedi pour éviter de s'empâter ! Entre ça et la génétique, ça lui laissait une silhouette certes pas longiligne mais avec quelques formes autrement plus naturelles à son avis ! Et il avait sa petite part de succès alors... Quoi ?
   
Finalement, las de zaper, le jeune homme de 24 ans se relève pour aller se glisser derrière son bureau, prenant soin d'éteindre la télévision. Avec le réflexe de l'habitude, sa main vient saisir la souris pour aller directement cliquer sur l'icône de son jeu fétiche : Diablo, deuxième du nom. Il y avait un assassin et ce personnage, c'était sa fierté ! En plus, depuis quasi le tout début il jouait avec un nécromencien qu'il avait rencontré à même le jeu : Prude. Ca le faisait un peu marrer ce nom mais baon ! Son ami avait des horaires décalés bien souvent alors il avait peut être sa chance pour le trouver. Sur la page des personnages, Jun sélectionne Jillian et puis saisit l'option "rejoindre". Il entre le login et le mot de passe habituel... Victoire ! La partie existe ! Néanmoins, son regard est distrait un moment par la télévision et les autres appareils électriques qui viennent de grésiller. Jun fronce les sourcils mais en revient néanmoins au jeu. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est relativement destabilisé.
   
Habituellement il arrivait en ville... En ce moment ils étaient à Luth Golein alors il arrivait entre la forgeronne et Cain quoi. Mais pas ce soir. Enfin "cette nuit". Ce soir il était au beau milieu du désert. Et en fait, alors qu'il se penche un peu sur l'écran pour mieux discerné, il commence à penser qu'il est en train de buger... Ses sourcils se froncent d'avantage, encore plus quand des ennemis s'approche et par réflexe, Jun vient essayer de cliquer dessus. Mais il sursaute avant d'y parvenir tandis que la télévision se rallume, que les lumières se mettent à clignoter, que sa chaîne hi-fi s'allume dans un rafus épouventable...! Il entend même le micro onde dans la cuisine !! Jun reste pétrifié sur sa chaise, figé par la panique et son regard retombe sur "Jillian" qui en a déjà finit avec les monstres et s'éloigne tout seul sans qu'il ait touché à rien ! Jun vient poser sa main sur l'écran, prêt à le rabattre -ordinateur portable oblige- comme si ça allait résoudre la cacophonie électrique soudainement mais...
   
Mais en posant sa main, c'est comme s'il se faisait soudainement happer ! Il hurle, saisit, ayant l'impression de tomber dans un océen de noir et pendant un bref, très bref instant qui pourtant lui semble infini, il est convaincu qu'il va mourir ! On ne pouvait pas tant chuter sans mourir n'est ce pas ? Et assurément, il venait de vivre un trux absolument paranormal !! Mais soudainement, alors qu'il tend les bras en avant comme si ça pouvait l'aider à amortir sa chute, il rencontre quelque chose de pas forcément "dur" mais pas moue non plus qui étouffe une exclamation alors qu'il lui tombe dessus ! Jun rouvre les yeux, le coeur battant la chamade, les yeux écarquillés... Et il rencontre un joli visage dont le regard n'est pas commode du tout ! Il s'écarte immédiatement, sur les fesses, ses pieds nus s'enfonçant sous une fine pellicule de sable et son regard remonte sur l'autre homme. Fin, vraisemblablement agile et surtout : armé. Et il ne s'imagine pas un seul instant qu'il ait pu rêver tout ça. Les rêves conscient, il avait jamais donné.
   
- Toi... Je t'ai vu sur mon écran... J'ai... Je suis passé au travers.
   
Il regarde partout autours de lui l'étendu désertique avant d'en revenir à l'homme en face de lui.
   
- Tu es qui ?? Je suis où ?!
          
Jillian se faisait discret dans la nuit étoilée du vaste désert entourant Lut Golein. La nuit allait être longue, mais le jeune assassin n'avait jamais peur de ce genre d'éventualité. Après une dure journée passées aux côtés du nécromancien -aussi dure à cause des batailles qu'à cause du caractère de l'autre homme...-, Jillian faisait un petit boulot "perso". Il suivait à la trace Drognan, l'étrange mage de Lut Golein. Quelque chose ne lui revenait pas du tout avec cet homme et ce n'était pas uniquement parce qu'il était mage. L'ordre de Khral-Harzhek -autrement dit, les tueurs de mages...- n'était pas sans avoir fiché Drognan. Et même qu'un contrat avait déjà été posé sur sa tête, ça Jillian en est convaincu. Alors qu'est-ce qu'il fait à encore rôder dans le désert ? Et surtout, si c'était si dangereux et qu'il ne voulait pas sortir en journée, pourquoi le faire au beau milieu de la nuit, quand le danger est encore plus présent ?! C'était illogique... Et Jillian allait découvrir ce qui se tramait sous tout ça. Jusqu'à maintenant, tout allait bien. Enfin...
          
On l'avait attaqué à quelques reprises et il était certain que même s'il feignait ne pas avoir été alerté, Drognan savait très bien qu'il se trouvait là, à le suivre. Alors pourquoi ne pas lui demander de sortir de derrière les dunes de ce désert infini ? Pourquoi continuer à prétendre ? Et surtout, pourquoi Drognan n'était pas la cible des démons qui l'attaquaient lui depuis tantôt ?! Trop de questions restaient sans réponses... Et Jillian était certain qu'il en découvrirait bientôt le fin mot. Du moins, c'est ce qu'il croyait... avant qu'un éclair foudroyant mais inaudible traverse soudainement le ciel au-dessus de lui ! L'assassin a à peine le temps de lever la tête qu'une masse lourde et inerte lui tombe dessus ! Il pousse un petit cri de rage, repoussant vivement la chose tout en bondissant sur ses pieds... Pour ensuite tomber nez à nez avec un petit blond ! Un blondinet qui a exactement les mêmes yeux que lui... et un habillement absolument honteux ! Jillian pointe une longue griffe vers lui, la seconde restant en retrait. C'était ses armes de prédilection...
          
Sur le côté de celles-ci, on voyait de petites runes et des pierres précieuses enchâssées, signe qu'elles étaient investies d'une forte puissance magique. Et l'homme en face de lui n'avait qu'à bien se méfier ! Bien qu'il n'ait pas l'air très dangereux... Même que Jillian se permet pendant quelques secondes de tourner la tête vers l'endroit où il avait aperçu Drognan pour la dernière fois. Mais naturellement, le rat s'est déjà volatilisé ! Finalement, l'assassin en revient au fou, les yeux brillants de colère.
          
- Que raconte-tu ?! Je ne comprend rien à ton charabia ! C'est moi qui pose les questions, imbécile ! C'est moi qui ai les armes ! Qui es=tu !?
   
Le regard de Jun se perd un instant sur les armes effilés plutôt que sur la plastique de son amortisseur vivant qui devenait son agresseur. Il apperçoit les pierres -que son côté fashionvictime aurait pu adorer- mais se sont les runes qui retiennent son attention. Il n'est pas assez fan pour toutes les reconnaître évidemment mais... Mais... Son regard en revient à l'homme et il murmure, complètement hébetté :
   
- Assassin...
   
Il en était certain. Et pas un assassin issu de n'importe où ! Jun se relève un peu maladroitement, frisonnant. Pourtant il avait l'air dans le désert... Il faisait pas super chaud dans un désert normalement ? Joignant ses bras autours de son corps il regarde l'homme en face de lui qui le menaçe et finalement il acquiesce, toujours sous le choc mais convenant qu'il n'avait pas envie de tâter de ces lames.
   
- Je m'appelle Jun. J'étais chez moi... Tous mes appareils électriques se sont mit à devenir fou et mon ordinateur montrait cette scène... Ce désert, toi ! Pourtant j'avais juste allumé un jeu, Diablo, pour rejoindre un ami et... Je ne sais pas du tout ce que je fais ici, c'est... Surnaturel, je ne vois que ça...
          
Assassin, oui... Jillian pousse un petit grondement impatient, prenant une voix faussement réjouie et, surtout, froide comme un iceberg :
          
- Oui, assassin. Félicitations, tu reconnais lorsque tu en vois un. Maintenant, voyons si tu reconnais un cadavre quand tu en vois un...
          
Néanmoins, pas le temps de commenter d'avantage que l'autre reprend la parole... Et Jillian aurait pu -dût- mettre fin à ces paroles sans queue ni tête en lui tranchant la gorge sauf que... Voilà... Il se contente de l'observer un moment, sourcils froncé, mine perplexe. Était-il un des sbires de Drognan ? Serait-il aussi attardé si c'était le cas ?
          
- Combien de fois faut-il que je te le répète ?! Parle plus clairement ! Je ne sais pas ce qui est arrivé avec tes "a" pareils et tes triques, ni pourquoi tu as l'or d'un certain Nateur, mais ça ne me regarde pas. Qui es-tu au juste ?! Jun, ça ne veut rien dire ! Qu'est-ce que tu es ?
   
Jun a un petit haut le coeur. Il n'avait jamais été le genre courageux et le seul acte de violence dont on pouvait bien l'accuser, il le faisait dans ce jeu habituellement ! De toute évidence, le type en face de lui ne cale absoluement rien à ce qu'il dit et Jun tente de faire un peu le tri dans ses idées, dansant d'un pied sur l'autre, constatant :
   
- J'ai froid.
   
Et en voyant une petite bestiole indéterminé sortir du sable pour aller s'enfuir plus loin, il a un petit gémissement stressé.
   
- Il me faut des chaussures !
   
Il en revient néanmoins à l'homme, à deux doigts de pleurer, pas du tout ni fier ni téméraire ! Et finalement il tente comme il peut d'expliquer une situation que même lui ne comprenait pas :
   
- Je suis... Rien... Je travail en ville en répondant au... En... Je parle avec des gens qui doivent de l'argent à d'autres gens. Et quand je veux me détendre, je joue a un jeu. Avec Prude, un ami. Et... Je ne sais pas, il y a eu des... "Trucs" bizarre et puis une chute et... Là, le désert, toi...!
   
Finalement, Jun envoi un petit regard désespéré à son vis à vis, affirmant :
   
- Je ne sais pas me battre, tu n'as vraiment rien à craindre de moi, je ne viens même pas de ce... Monde !
          
Un petit frisson traverse brièvement Jillian de la tête aux pieds et, au même moment, l'autre en face de lui lui affirme qu'il a froid... L'assassin lui renvoie un regard sévère, mais répond néanmoins :
          
- Je sais...
          
Pourquoi ? Aucune idée. En plus techniquement, il n'avait pas froid, lui ! Il avait l'habitude et ne sortait pas dans une tenue aussi peu habillée que celle de ce garçon ! Un peu plus et il faisait concurance aux rogues, ce qui n'était pas gagné d'avance habituellement ! Jillian suit le regard du jeune homme alors que celui-ci semble bouleversé... pour tomber sur un petit scarabée. Non, sérieux ? Il se moquait de lui, pas possible... Jill s'avance, puis écrase d'un geste brusque la bestiole du pied.
          
- C'est pas de ça dont tu dois te méfier ici...
          
Puis, une nouvelle explication sans réel sens vient... Et Jillian ne retient qu'une chose : Prude !
          
- C'est pas vrai... Il n'en a pas assez de me pourrir la vie, celui-là ? Il doit demander à ses amis d'en faire autant ?!
          
Jillian pousse un petit juron dans sa langue natale avant d'accrocher ses griffes à sa ceinture. Il dégraphe d'un mouvement sec la lourde cape qui pend autour de ses épaules, puis la lance à ce boulet !
          
- Couvre ton corps ! De plus, tu sembles fragile comme une fille... Si des démons nous attaque, ils vont te sauter dessus en premier ! Alors essaie d'avoir l'air un peu plus convaincu !
   
Jun a une petite mine dégouttée quand dans un bruit peu ragoûtant, l'autre homme écrase la bestiole sous son talon. Mais ça ne lui donne pas plus confiance en ce désert hein ! Il s'énerve ensuite à propos de... Quelqu'un... Sans que Jun parvienne à déterminer exactement qui et finalement il lui envoit sa lourde cape dans laquelle Jun s'enroule sans se faire prier, y capturant la chaleur emmagasiner par l'assassin avant lui. Il tique néanmoins devant l'insulte, grognant un peu sous cape -littéralement pour le coup- et se fait -encore plus- petit lorsqu'il est question de démon. Alors il était vraiment dans le jeu. C'était sa seule explication.
   
- Il faut que je rentre chez moi. Mais... Je ne vois pas du tout comment...
   
Jun fait quelques pas sur le côté, tachant d'y voir un peu mieux dans le décors tout en demandant :
   
- Comment tu t'appelles ?
   
Et puis pour que ce soir clair :
   
- C'est super impoli de me traiter comme une fille... Je te signale qu'avec tes cheveux longs tu fais pas forcément super viril. En plus, de là d'où je viens, les assassins dans ton genre sont toutes des femmes...
          
Jillian hausse les épaules alors que le jeune homme parle de retourner chez lui. Ça devait être bien loin pour qu'il parle ainsi... Car c'était bien la même langue, mais visiblement, il y avait certains concepts qu'ils n'utilisaient pas de la même façon.
          
- Ça ne me concerne pas. Tu es un ami de Prude, alors je t'amène à lui. Ma mission s'arrêtera là.
          
Jillian fait signe à l'autre d'avancer tout en poussant un petit grognement. Comment ça, toutes des femmes ?!
          
- Mon ordre accueille autant les hommes que les femmes. Celui que tu connais ferme les yeux sur de grands potentiels par sexisme !
          
Oui, voilà tout... Car lui n'était-il pas un des meilleurs éléments de son ordre ?! Pourtant, il était loin d'être femme ! De plus...
          
- Je ne vais pas te mentir. Tu es fin comme Prude. Finalement, vous vous ressemblez... Vous êtes bien amis.
          
Quant aux présentations, l'assassin murmure seulement :
          
- On me nomme Jillian.
   
Un ami... De Prude ? Jun fixe l'homme en papillonnant un instant des yeux, comme s'il avait pu mal entendre. Prude était ici ?! En même temps... En même temps... Il était arrivé dans une partie déjà en cours n'est ce pas ? Et il n'y avait que Prude qui connaissait le mot de passe alors c'était logique ! A cette idée, une soupire de soulagement le prend et Jun avance un peu au hasard dans la direction donnée, observant tout autours de lui pour vérifier que rien de suspect ne se terrait dans une dune de sable. Il accueil toujours avec autant de soulagement la description de Prude, hochant positivement la tête pour confirmer leur amitié, admettant :
   
- Son nécromencien et mon assassin traînent toujours ensemble. Parfois on a des blagues un peu graveleuse d'ailleurs. Je sais je parle beaucoup... Ca m'arrive tout le temps quand je suis sous pression...
   
Il continu de marcher un peu et quand l'homme lui donne son nom, Jun se fige, cessant tout net de marcher et se tournant vers...
   
- Jillian...?
   
Il observe méticuleusement l'homme de la tête aux pieds, déboussolé. Mais alors complètement paumé. C'était trop gros pour être vrai n'est ce pas ? Un assassin à Luth Golein qui lui parlait de Prude et qui s'appelait Jillian ?
   
- Mais... C'est moi qui... Enfin... Je veux dire que j'ai... Je te connais. Je te connais plutôt par coeur même... Ton double, ta spécialisation en katar, tes pièges...
   
Jun n'en revenait tout simplement pas... Et tandis qu'il fait un pas vers Jillian, il avance une main vers son visage pour le toucher, comme s'il doutait finalement de l'existence réelle de l'homme...
          
Jillian cligne doucement des yeux alors que le fou -que pouvait-il être d'autre ??- lui parle... de "son" assassin et de "son" nécromancien. Et c'est encore pire quand soudainement, Jun lui assure le connaître. Wow, okay... Jillian attrape rapidement un bras fin du jeune homme pour l'attirer vers un mur de pierre contre lequel ils peuvent se cacher pour être à l'abris le temps d'une petite discussion. Il se fond dans les ombres des pierres par habitude, plongeant son regard noir dans celui étiré de Jun.
          
- Tu délires complètement. Tais-toi. On va croire que tu es sous l'emprise d'une malédiction ! Tu l'es...? Prude saura, lui. Prude ne se ballade pas avec "son" nécromancien. C'en est un ! Qu'est-ce que tu racontes ?!
          
Il relâche le jeune homme après l'avoir légèrement bousculé, pas très heureux de la tournure des événements. C'était carrément irréel.. Ce garçon avait besoin d'aide !
          
- Tu ne me connaîs pas. Je ne sais pas qui tu es et ton nom ne me dit rien. Prude et moi sommes les deux seuls que je connais à avoir des yeux étirés comme ça. Si je t'avais déjà vu, je le saurais. Tu es... Tu m'as sûrement vu. Tu habites Lut Golein et tu as reçu un coup sur la tête, voilà tout !
   
Jun a une petite exclamation étouffé lorsqu'il se retrouve dans l'ombre de ce qui fut sûrement une maison il y a plus ou moins longtemps. Jillian lui parle de Prude qui "est" un nécromencien et Jun acquiesce. Oui, il se doutait à présent qu'ils ne parlaient pas du même Prude. Tout comme il y avait "un" Jillian il y avait un Prude. Et la description ne ressemblait pas à ce qu'il avait pu voir sur son écran encore une fois. Jillian le bouscule un peu avant de le relâcher, continuant de se montrer insultant et Jun fait quelques pas pour s'éloigner légèrement aussi, peu rassuré. Son pied passe sur une pierre saillante qui l'égratigne, créant sur la plante fine une griffure douloureuse qui se met à saigner légèrement, arrachant une expression cette fois douloureuse à Jun qui se laisse tomber assi par terre, saisissant son pied dans une main. Bon, c'était du domaine du "petit bobo", ça ne faisait pas très mal en vrai. Mais Jun et la tolérance à la douleur quoi... Psychologiquement, avoir mal amplifiait la chose !
   
De fait il geint, plaintif :
   
- J'ai besoin de chaussures ! Pas besoin de me prendre de haut comme ça, cette situation est pas confortable pour moi non plus !
          
Jun semble encore une fois tout bouleversé et sincèrement, Jillian est sur le point de commettre un meurtre. Comment pouvait-il être tombé sur un bébé pareil ?! Ou plutôt non ! C'est ce gamin qui lui était tombé dessus... littéralement, en plus. Jillian prend une petite inspiration, tentant de rester zen au possible. Une fois à Lut Gholein, ce serait de nouveau "comme avant". Il donnerait ce cas social à Prude et ce serait fini. Oui enfin... Au même moment, quelque chose dit à Jill que ce ne sera "pas" fini. Il gronde légèrement, une petite douleur se faisant sentir à son pied. Rapidement, il lève sa botte... mais rien sous celle-ci. Il observe sa semelle souple, mais elle ne semble pas affectée par quoi que ce soit. Et finalement, son regard se pose sur Jun... qui est au sol, souffrant visiblement le martyre... Tenant son pied. Le même pied. Une vive appréhension se prend de Jillian qui s'approche du jeune homme, glissant ses longs doigts fins autour du bras de Jun pour le forcer à se relever.
          
- Oui bon, il fallait en mettre avant de sortir... Arrête ça. Tu es dans le désert le plus dangereux au monde et tu pleureniche à cause d'une pierre ! On est pas rendu, hein... Regarde là-bas.
          
Jillian pointe une lueur qui illumine légèrement l'horizon.
          
- C'est le joyau du désert. Lut Gholein. Ce n'est pas très loin.
          
Il a un petit regard pour les pieds nus du jeune homme avant de finalement... gronder en retirant ses bottes.
          
- Et met ça. J'en ai assez de t'entendre chigner pour rien...
          
Si Prude l'apprenait... D'ailleurs, vivement :
          
- Ne t'avise pas de dire à Prude que je t'ai prêté mes bottes !!!
   
Jillian l'oblige à se relever et bon gré mal gré -surtout mal gré- Jun se remet debout. Il avait envie de rentrer chez lui ! Dans son appartement chaud, ses meubles confortable, son frigo plein !! Lu Gholein lui est montré et si pendant un instant, la vision de cette étoile au milieu d'un ciel de sable l'époustouffle assez pour le distraire, il en revient néanmoins à l'assassin qui... Lui fait cadeau de ses bottes ! Jun n'y réfléchit pas à deux fois avant de mettre ses pieds à l'intérieur. Oui bon, forcément, au niveau de la pointure y avait comme un défaut. Mais au moins ses pieds étaient protégé et en plus, ça lui tenait un peu plus chaud ! En tout cas, Jillian continu de le bousculer un peu moralement et Jun le bouscule légèrement à son tour d'un petit coup d'épaule.
   
- Pourquoi ? Qu'est ce que ça lui ferait à Prude que je lui dise un truc pareil de toute façon ? C'est probablement même pas le Prude que je connais ! Enfin si mais... Mais...
   
Jun pousse un long soupire, ne sachant pas du tout comment expliquer ce qu'il pensait et finalement il lâche, plein d'espoir même si c'était pas forcément super sympa pour son ami :
   
- Il y a peut être quelqu'un comme moi avec Prude. Après tout, si je suis là, il pourrait être là aussi.
   
Parce que quelqu'un avait bien créé cette partie non ? Du coup, plein d'espoir à cette idée, Jun commence à marcher. Un peu de manière malhabile pour ne pas perdre les bottes mais bon... Il s'était déjà sentit plus glamour qu'en cape, t-shirt trop large, boxer et botte quoi...
   
- Et franchement, je ne pensais pas t'avoir donné un aussi mauvais caractère. On a tellement rien en commun là...
          
À nouveau, Jun commence à délirer sur ce Prude qui ne serait pas Prude. Bien sûr, c'est tellement clair... Le brun assassin gronde sous cape, ne commentant néanmoins pas cette fois, comprenant que ce serait en vain. Il pose plutôt une main dans le bas du dos du jeune homme pour y faire pression histoire de réajuster un peu le tir... parce que comme ça, il allait plutôt s'enfoncer dans un désert peuplé de démons...
          
- Suis-moi au centimètre près. La route est déjà tracées et avec un peu de chance, les démons ne s'aventureront pas là où je suis déjà passé...
          
Néanmoins, simple précaution, il glisse à nouveau ses mains dans les griffes qu'il décroche de sa ceinture.
          
- Quelqu'un comme toi avec Prude ? Pitié... Il y a déjà assez de deux personnes comme Prude et toi ! Pas besoin d'une autre...
          
Et il lance un petit regard en biais au jeune homme pour le décourager de le bousculer à nouveau ! Lui aussi savait faire et bien mieux, hein...! Quant à la suite, Jillian ne peut que pousser un nouveau juron propre à la langue des siens, outré !
          
- Tu ne m'as rien donné du tout ! Ne dis pas de sottises... Tu n'es pas un dieu ! Personne ne m'a donné ce caractère. Ce sont les longues années d'entraînement et ma propre voie qui ont fait de moi ce que je suis !
          
L'assassin pousse un petit soupir, découragé. Il avait vraiment un sale karma pour devoir endurer ça. D'abord Prude... maintenant ce zigoto... Il n'était vraiment pas sortit de l'auberge ! Ses pieds nus glissent sans bruit sur le sable fin. Il s'écorche légèrement la plante sur les roches, mais ne bronche pas. Il demanderait une potion de soins à Lysander... ça irait bien. Et puis, il avait connu biiiien pire !
   
Jun est poussé légèrement en avant et il se remet légèrement en retrait pour effectivement suivre Jillian dans ses traces. Il la sentait vraiment pas cette histoire et se raccrochait un peu à l'espoir que "son" Prude était vraiment là et que le personnage de ce dernier était un peu plus sympatique et lien -s'il savait- et qu'il serait un peu plus disposé à l'aider donc. Jillian le bouscule une dernière fois, l'insultant puis s'offusquant et Jun acquiesce, convenant un peu que ça ne devait pas vraiment être agréable de se faire dire qu'on avait été créé par un type qui nous était tombé dessus dans le désert. Sincère, Jun murmure donc, fatigué :
   
- Je suis désolé...
   
Et tandis qu'il met un pied devant l'autre, maladroitement à cause des pointures en trop, il a une petite exclamation douloureuse. C'était sa blessure sous le pied qui tiraillait ? Tandis que l'autre pied l'élance légèrement, Jun en doute réellement et il a un petit gémissement de douleur. Oui, c'était une vraie chochotte face à la douleur, il savait. n'empêche que lorsqu'on était pas habitué et en état de choc de se retrouver dans un autre monde, on avait "un peu" le droit de se plaindre, merci bien ! Jun tente d'ignorer ces douleurs qu'il ne reli a rien mais tandis qu'elles se font plus nombreuse, il saisit un bras de Jillian pour lui dire de s'arrêter avant de se poser au sol à nouveau, retirant les bottes, une larme perlant au coin d'un oeil. Jun se fortte et masse légèrement les pieds, ne comprenant pas de ne pas voir plus de quelques rougeurs.
   
- J'ai mal. Tes bottes ne changent rien, c'est comme si je marchais pied nu... Je ne plaisante pas, je te promet que j'ai vraiment mal...!
          
Jillian va bon train, tentant d'ignorer l'autre qui se plaint encore, peut-être dans le but vain de le voir se taire pour de bon. Il savait depuis longtemps que quand on veut vraiment quelque chose, il faut plus que ça pour l'obtenir... mais ne sait-on jamais. Cependant, ses espoirs sont de courte durée. Un de ses bras est agrippé et Jill se détourne de son but -Lut Gholein qui brille au loin- pour poser un regard agacé sur le blondinet. Qu'avait-il encore ?! La réponse suit rapidement... Et Jillian pince les lèvres, son regard froid posé sur le plante des pieds de Jun. Il hésite... puis finalement, lève lui-même un pied, appuyant sa cheville juste au-dessus de son genou pour découvrir la plante de celui-ci... légèrement éraflée. Même qu'un peu de sang perle à divers endroits, mais Jillian ne s'en préoccupe pas. Par contre... cette étrange coïncidence l'inquiète d'avantage...
          
- Je sais.
          
À nouveau... Le regard de Jillian va de Jun à son pied... puis, il détourne son regard onyx pour le laisser parcourir les dunes à n'en plus finir autour d'eux. Un petit vent commence à se lever et Jillian fronce les sourcils. Décidément... il n'aimait pas ça. Rien de tout ça. Ses appréhension se font encore plus oppressantes et finalement, en revenant à Jun, il assure :
          
- Tu viens d'ailleurs, c'est ça ?
          
Il s'approche du jeune homme, l'observant d'un regard perçant.
          
- Je ne sens pas de magie autour de toi... Il faut retourner à Lut Gholein au plus vite. Il faut parler à Cain.
          
Et par pitié, que cette fois le vieil homme se taise au sujet des prêtresses du Zakarum !
   
Jun observe les pieds de Jillian alors que ce dernier en fait de même, passablement perplexe. Qu'est ce que c'était que cette histoire...? Et quand l'assassin lui dit qu'il "sait", Jun lui renvoit un petit regard déboussolé. Il savait ce qui se passait ? D'ailleurs il finit par demander, plus vraiment étonné par rien finalement cette nuit :
   
- Pourquoi c'est toi qui est blessé et moi qui ait mal ?
   
Désolé mais ce soir, les coincidences il les avalait pas, voilà tout. Jun acquiesce lorsque Jillian lui demande s'il vient bien d'ailleurs.
          
Jillian gronde légèrement, faisant remarquer :
          
- J'ai mal, moi aussi. C'est juste que je ne suis pas douillet, moi...
   
Jun est coupé dans son élan alors qu'il s'apprêtait à l'ouvrir à nouveau par un Jillian qui l'accuse d'être douillet. Et Jun, qui s'était remit debout, un peu forcé par Jillian, lui donne un petit coup dans l'épaule, signalant avec colère :
   
- Je ne suis pas un assassin moi d'accord ?! Tu crois que ta compagnie est plaisante ?! Tu ne fais que me rabrouer depuis tout à l'heure alors que je ne t'ai rien fait ! La politesse c'est pas en option dans mon monde tu sauras et ce qui le croient sont de mauvaises personnes !
   
Il lui agite son index sous le nez, commençant à sentir nettement la moutarde lui monter au nez.
   
- Tu arrêtes de me parler comme ça. Non j'ai dit tu arrêtes, alors tais toi si tu n'as rien de sympa à dire ! Les gens ne te plairont jamais si tu ne fais pas d'effort pour essayer ! Je suis peut être douillet mais et alors ? Je n'ai pas l'habitude de me blesser ! Et je te signale que je suis dans un monde loin du mien, que je n'avais jamais vu de désert, d'assassin ou de monstre avant de venir ici ! Alors je suis douillet SI JE VEUX !
          
Jillian franchit l'espace le séparant encore de ce jeune homme fort insouciant à la vitesse de l'éclair. Pas pour abattre ses lames sur lui, malheureusement... Il semblait qu'ils étaient tous les deux maudits d'il ne savait trop quelle façon et il ne pouvait pas prendre de risques. Néanmoins, il force le jeune homme à pivoter dos à lui, le presse légèrement contre lui et pose son avant-bras contre les lèvres rosées. Pendant un long moment, l'assassin, le corps raide, laisse ses sens parcourir le désert tout autour d'eux. Et finalement... ce qui devait arriver arriva. Un rugissement félin se fait entendre et les pas agiles d'une meute se rapproche. Jillian observe rapidement le désert autour d'eux. Pas moyen de se cacher ici... Ils avaient laissé leur seule protection derrière, soit l'ancienne fondation.
          
- Félicitations...
          
L'assassin relâche le jeune homme, se glissant souplement entre lui et les grondements félins hostiles.
          
- Il n'y a pas de monstres... Que des démons. Et ils sont là pour te faire taire.
   
Jun écarquille les yeux alors que Jillian se retrouve derrière lui et non plus devant, l'obligeant au silence. Son coeur bat la chamade, incertain alors que la peur gagne un cran. Mais c'est sans commune mesure avec ce qu'il peut ressentir lorsqu'un rugissement transperce le silence du désert. Jun sent ses genoux trembler, ses yeux s'humidifier et il donnerait tout ce qu'il possède pour être de retour chez lui. Bien sûr c'était génial de se retrouver avec le personnage d'un jeu vidéo qu'on avait créé... Mais ça l'était soudainement beaucoup moins dans ce genre de situation. L'assassin relâche son étreinte et tandis que des pas se font assez entendre même pour lui, Jillian se met en position. Jun fait un pas en arrière, tremblant, resserrant sans y penser la cape autour de ses épaules et, trébuchant sur une botte trop grande, il finit les fesses par terre, se faisant ainsi plus petit encore. S'il avait pu s'enterrer sous le sable, il l'aurait fait !! Et puis soudainement, il réalise, demandant d'une petite voix paniquée :
   
- Mais tu n'as pas de portail de ville ?
          
Jillian se courbe légèrement vers l'avant en position de combat, griffes pointées vers la source du bruit. Ils devaient être quatre tout au plus, ce qui était un vrai miracle sachant que ces félins humanoïdes aimaient la compagnie des leurs. Il y a un bruit mat derrière lui, mais Jillian sait ce que c'est sans se retourner et il soupir. Les félins s'approchent... mais soudainement, ils arrête de rugir. Le vent se lève doucement. Encore... et encore... Au loin, le petit chef de leur groupe se montre. On voit d'abord une tête de félin, puis le corps musclé qui l'accompagne, plus humain qu'autre chose, quoique couvert de poils. Le démon montre les dents, brandit sa lance... et tourne les talons. Merde... Jillian se tourne rapidement vers le jeune homme au sol, le forçant à se relever pour la énième fois !
          
- Tu veux dire un portail d'énergie ? Pour aller à Lut Gholein ? Bien sûr que non ! Les tueurs de mages n'utilisent la magie que pour le combat direct ! C'est Prude qui s'occupe de cette partie... Aller, vite, debout !
          
Les félins n'étaient plus à craindre pour le moment. D'ailleurs, Jillian explique rapidement tout en traînant Jun à sa suite :
          
- Une tempête de sable va se lever. Et pour avoir effrayé ces démons... Elle va être impressionnante. On doit retourner aux ruines d'un peu plus tôt avant de se perdre complètement. Oublie un peu la douleur un moment. C'est ta peau que tu sauves !
   
Jun est pétrifié en voyant apparaître la créature. Elle est encore loin mais c'est comme si le petit humain lambda qu'il était pouvait déjà sentir l'acier de sa lancer lui traverser la poitrine. Il tremble et cette fois, ça n'a plus rien à voir avec le froid. Mais pour une raison qu'il ignore, alors qu'il pense que ces créatures vont charger, elles font..; Demi tour. Et Jillian semble trouver ça logique alors qu'il l'arrangue de se lever ! Pas de portail "d'énergie" pour eux alors. Prude lui manquait pour le coup si lui savait en faire. Néanmoins, aux nouvelles bousculades, Jun sort un peu de sa tétanie pour se remettre debout, retirant les bottes qui l'handicappaient plus qu'autre chose pour finalement peu lui servir du coup... Il les redonne à Jillian avant d'acquiescer, suivant le mouvement. Sa peau s'écorche lors de certains pas mais il ne ralentit pas le pas, venant néanmoins chercher une main de Jillian dans la sienne pour ne pas se sentir abandonné alors que le vent se levait déjà fort.
   
Jun a un regard par dessus son épaule pour voir Lut Gholein dont ils s'éloignaient et grimaçant alors qu'il s'écorche légèrement à nouveau, il ne moufte pourtant pas, se contentant de serrer de sa main chaude celle de l'assassin. Et tournant un regard où brillait une large incertitude il demande :
   
- On va mourir dans ce désert ?
          
Jun semble se ressaisir un minimum et sincèrement, ça soulage énormément Jillian. L'homme reprend possession de ses bottes non sans soulagement, puis prend ses jambes à son cou en direction des ruines... Ou plutôt, il se frustre mentalement parce que ce garçon court encore moins vite que Prude !! Les griffes de l'assassin sont à nouveau glissées à sa ceinture et sa main ne lâche pas celle de Jun même si dans un premier temps, il a un petit mouvement de recul, pas habitué au contact physique. Le vent souffle avec de plus en plus de férocité et si pendant un moment, il craint ne pas pouvoir atteindre les ruines avant que le sable ne les engloutisse carrément, les paroles de Jun lui redonne un peu de coeur au ventre.
          
- Bien sûr que non ! Qu'est-ce que tu racontes ?!
          
Il force le jeune homme à accélérer un minimum la cadence, tirant sur son bras tout en s'approchant des ruines. Du sable s'infiltre dans son nez et entre ses lèvres, brûlant ses yeux et d'un mouvement vif, il remonte un carré de tissu noir qui entoure son cou jusqu'au-dessus de son nez. Les ruines sont là, tout prêt... et finalement, ils y sont ! Jillian entraîne vivement Jun derrière un grand mur encore plutôt en bon état. Rapidement, il abat sa grande cape par-dessus leurs deux têtes et pousse un petit soupir. Voilà qui était mieux...
          
- Mourir dans ces conditions serait atroce... Je suis né pour mourir sur le champ de bataille et toi... toi dans ton lit, je suppose. La tempête devrait faire rage quelques heures avant de se calmer... On retournera à Lut Gholein lorsqu'elle sera terminée...
   
Jillian lui assure qu'ils ne vont pas mourir mais Jun l'entend à peine avec ce vent qui souffle dans l'autre direction, emportant la voix de l'homme hors de son atteinte. Il remonte la cape pour couvrir son visage, ses yeux se mettant à pleurer tous seuls alors qu'ils le brûlent et quand ils sont enfin entre deux ruines, protégés tant bien que mal sous la cape, Jun vient se coller à l'assassin, récupérant ainsi réconfort et chaleur, restant obstinément silencieux. Il ne répond donc pas ni n'acquiesce quand Jillian lui dit de quelle manière l'un comme l'autre devaient mourir. Jun se contente de ramener ses jambes nues contre lui pour se tenir d'avantage chaud encore, ignorant ses plantes de pieds dont la douleur était pour le moment muette. De toute façon, Jillian ressentait les mêmes choses que lui non ? Il demeure donc dans le silence un très long moment, tentant juste de se souvenir comment tout ça avait pu avoir lieu et finalement il pose la tête contre l'épaule de l'assassin.
   
- Prude va s'inquiéter je suppose, c'est ton ami. Il viendra peut être aussi à notre recherche.
   
En fait, ça lui semblait logique sur le principe.
   
- Peut être pas "maintenant" évidemment... Mais quand ça se calmera un peu...?
          
Jillian a un petit regard en biais pour Jun alors que ce dernier vient chercher un peu de chaleur auprès de lui. Cependant, il se trouble bel et bien lorsque la tête du jeune homme trouve refuge sur son épaule. Il n'avait jamais été près de qui que ce soit ainsi et c'était inconfortable... Pas que ça, mais entre autre ! Jillian détourne le regard, haussant légèrement les épaules.
          
- Prude n'est pas un ami. On fait équipe pour éradiquer les forces du mal qui sévissent depuis quelques temps sur le Royaume... Mais quand ce sera fini, nous partirons chacun de notre côté sans regarder en arrière.
          
De toute façon, les assassins n'ont pas d'amis. C'était ridicule... et encombrant pour rien. Mais le blond n'allait pas comprendre, pas vrai ?
          
- Je peux m'en sortir seul. Je n'ai besoin de personne. Lorsque le vent cesssera de souffler, je retrouverai naturellement mon chemin. Je ne suis pas assassin pour faire joli ... Que crois-tu ??
   
Jun a un petit soupire blasé lorsque Jillian se défend d'avoir des amis. Même qu'il assure que lorsque "tout sera terminé" il repartira de son côté. Et à la suite, Jun relève la tête juste pour observer le joli visage pourtant figé dans cette sévérité qui lui semblait tout naturelle :
   
- Pourquoi est ce que tu es sur la défensive comme si je doutais de toi ? Je sais que tu es un grand assassin, tu prêches un convaincu. Mais les amis et les compagnons de voyage ne sont pas que des boulets accrochés à tes pieds. Ils ont de la valeur. Tu voudrais que te rende toute la tienne mais tu n'en accorde à personne d'autre. Tu essais de te convaincre que tu n'as pas d'amis mais moi je crois juste qu'en vérité, tu as si mauvais caractère que personne ne veut le devenir.
          
Jillian gronde, pressant un peu plus fortement sa cape contre eux alors qu'autour d'eux, le vent mûgit. L'assassin glisse brièvement sa langue tout contre ses lèvres avant de finalement reprendre la parole.
          
- La vérité, c'est que je n'ai jamais prétendu être une "bonne" personne. Un assassin ne peut pas en être une. Je tue des innocents et ça ne me fait ni chaud, ni froid. Si je combat du côté des forces du bien présentement, c'est que sans ça, ce serait l'anéantissement de notre espèce. Je n'ai pas de leçon à recevoir de toi. Tu l'as dis toi-même : tu ne connais pas mon monde.
          
Il tourne la tête vers le blond, soutenant le regard brun du jeune homme malgré leur proximité.
          
- D'où viens-tu ?
   
La réponse de Jillian fuse et après une seconde de blanc, avant de répondre à sa question, Jun s'enquiert :
   
- Pourtant moi tu ne m'as pas touché. Avant même de savoir pour notre lien bizarre.
   
Il réfléchit ensuite à la question, ne sachant pas trop comment expliquer... Et finalement il se lance approximativement :
   
- Je viens d'un endroit qui s'appelle le Japon. Plus particulièrement d'une ville appelé "Tôkyô". Tous les gens sont comme nous là bas. Je veux dire qu'ils ont le regard bridé. Nous avons une technologie beaucoup plus évolué qu'ici. Les trois frères de l'apocalypse n'existent que dans le folklore chez nous mais nous avons d'autres guerres.
   
Jun fait une pause avant de reprendre, tentant comme il peut de se faire clair.
   
- Je sais que pour tout c'est absurde et ne te fâche pas... Mais dans mon monde, il est possible de se créer un alter-égo dans ce monde ci. Sauf que j'ignorais vraiment que ça pouvait être réel. Pour moi, tout ça n'existait pas avant, je ne savais pas, comme tu ne savais pas pour le miens tu vois ? Bref... Avec un ami rencontré dans cet univers que nous pensions virtuel, nous avons chacun créé un alter égo. Lui il a créé "Prude" qui est un nécromencien et moi Jillian... Un assassin. C'est pour ça que je suis vraiment troublé de te voir...
   
pour toi
          
Mine de rien, Jillian écoute avec attention Jun alors que celui-ci lui explique d'où il vient plus précisément. Naturellement, ça ne lui dit rien du tout... Mais ne sait-on jamais. En tout cas, ça semble se tenir. Dans un premier temps, Jill explique sobrement :
          
- Mis à part Prude et moi, je n'ai jamais vu d'autres yeux comme les tiens. Tu as le nez un petit peu comme Prude... Les lèvres aussi. Tu me fais penser à lui. Mais ses traits sont plus fins, presque comme ceux d'une femme.
          
Et ce n'était pas une insulte. Qu'une constatation...
          
- Les miens sont plus généreux... Mais il y a... Quelque chose. Une similarité, mis à part ces yeux longs, que je n'ai vu chez personne d'autre que vous deux...
          
Il fronce les sourcils, en proie à une profonde réflexion mentale, jusqu'à ce que le jeune homme reprenne la parole.. pour dire une idiotie !
          
- Alors si ce n'est pas réel, pourquoi le faire ?? Et surtout, ne te met pas en tête que tu m'as créé. Regarde-moi. Je suis un homme. Un vrai. Comment aurais-tu pu faire ça ??
   
Jun acquiesce alors que Jillian fait le point sur les ressemblences, ne se vexant pas même s'il a beaucoup de mal à s'imaginer Prude. Et quand il parle d'une autre chose similaire sans la nommer, Jun se fait curieux :
   
- Quelle similarité ?
   
Mais à la suite, alors que Jillian se frustre à nouveau, Jun a un petit soupire. Il n'était pas vraiment certain que ça fasse plaisir à Jillian mais tant pis, quitte à être honnête :
   
- Parce que dans mon monde, tout ça n'est qu'un vaste jeu. Je sais, maintenant que je suis là et que je vois que c'est réel, je trouve ça horrible moi aussi ! Mais dans mon monde, la magie n'existe pas, les démons non plus... Tout ça ressemble a un monde qui nous permet de sortir de notre train train quotidien. D'être le héros qu'on ne sera jamais parce qu'on est "trop douillet", tu vois ?
   
Et puis avec un petit sourire, essayant de dédramatiser un peu la situation, Jun ajoute :
   
- Quand on crée notre alter égo, on ne choisit pas ni son sexe ni son physique. Le Prude tel que je le connais est grand, assez carré d'épaule, avec des cheveux blanc assez long. Et il est plutôt pas mal vieux. Alors tu vois...
          
L'assassin détourne le regard, frustré. Il détestait cette notion de "jeu" qu'essayait de lui expliquer Jun. C'était illogique... Frustrant, blessant. Mais, il ne parle pas, restant cette fois maître de lui-même, glissant seulement un doigt contre une de ses griffes recourbées. Et finalement, Jillian assure :
          
- Prude n'est pas comme ça. Ce n'est pas le même. Prude est de ma taille environ. Il a des yeux étirés comme les miens, mais aussi très très grands. Et noirs. Sa peau ressemble à de la porcelaine, ses cheveux sont châtain très pâles et sa silhouette est très fine. Un peu comme la tienne, mais il n'a pas tes courbes.
          
Il réfléchit un instant avant de finalement oser demander :
          
- Et le Jillian que tu connais est comment..?
          
Quant aux similarités, il hoche finalemnt la tête de gauche à droite.
          
- Rien de particuliers. Juste comme si on venait du même endroit.
   
Jun a un nouveau petit sourire, convenant en acquiesçant que le Prude de Jillian et le sien n'avaient vraiment rien en commun. Enfin... Sur le plan physique quoi. Et puis Jillian se fait curieux au sujet son propre alter-égo et Jun se permetre un petit sourire et un regard où brille un peu plus de malice avant de finalement admetre :
   
- En fait, bien que j'adore le prénom de Jillian pour un homme, dans mon monde c'est un prénom généralement féminin. Et... Hé bien... c'est "une" Jillian. Elle est assez grande, élancée, fine mais avec une musculature marqué. Elle a de très court cheveux noirs et... Comment dire...?
   
Jun a un petit mouvement de main au niveau de son torse, simulant une poitrine prohéminante alors qu'il a un petit regard l'air de dire "héééé oui".
          
Jillian ouvre tout grand les yeux alors que Jun lui fait le signalement de l'autre Jillian. Une... une femme !! Et une femme très femme, visiblement ! L'assassin a un petit grondement dépité, lançant un regard noir à Jun, mais ne l'agressant pas verbalement cette fois.
          
- Mais... mais on est horrible dans ton monde...
          
Oui, c'était horrible avoir des ballons comme ça et... bon dieu ! Prude tout vieux, ça lui faisait déjà bizarre. Mais lui en femme, quoi !
          
- Non, décidément, ce n'est pas moi ! Tu vois bien, tu vois que je suis un homme ! Et... et...
          
Il glisse une main sur le devant de sa tunique légèrement ouverte sur son torse plat. Non, définitivement !
          
- Ton monde est étrange. Je ne l'aime pas... Tu dois être déçu de ne pas être tombé sur cette imposteur !!
   
Jun s'étrangle dans un petit rire bas, distrait par cette conversation presque légère compte tenu de leur situation. Il opine quand Jillian lui fait remarquer -des fois qu'il serait aveugle devant la jolie plastique de l'assassin- qu'il est un homme, stipulant sans mentir, répondant ainsi également à la dernière remarque :
   
- Non, je ne suis pas déçu. je suis même plutôt très agréablement surprit. J'aime ce que je vois, je te trouve magnifique et si j'avais dût te façoner moi même, j'aimerais être sûr que j'aurais pu faire aussi bien. Tu es beau Jillian, on dirait presque que c'est une découverte pour toi.
   
Il y a un moment de flottement et ensuite il demande :
   
- Tu crois que je devrais être déçu à cause de ses seins ? C'est mal me connaître...
          
Jillian détourne vivement le regard, fixant l'épais tissu noir de sa cape toujours agité par le vent à l'extérieur alors que Jun... complimente. Et pas qu'à moitié, non. L'assassin se sent mal à l'aise pour le coup, se demandant une énième fois comment il a pu se plonger dans des ennuis pareils.
          
- Tu parles comme Prude... mais avec... plus de poésie, je suppose. Je n'aime pas quand Prude fais ça... Tu ne vas pas commencer à me toucher, hein ?
          
Il soupire, glissant une main dans ses longs cheveux noirs avant d'admettre :
          
- On ne parle pas des attirances entre hommes ici... je ne sais pas c'est comment dans ton monde, mais ici, si plein d'hommes s'y adonnent, ça reste néanmoins secret. Sauf pour Prude, bien sûr. Il porte très mal son prénom...
   
Jun rougit furieusement à la première question de Jillian. Pourtant il est un peu vexé quoi ! Et à la suite, il se demande vraimetn si se serait une bonne chose que "son" Prude ait rencontré celui de ce monde ! Il en savait peu à son sujet mais il le savait au moins marié quoi ! Alors si un type essayait de le tripoter, ça allait sans doute lui faire tout drôle !
   
- Dans mon monde c'est... Ca dépend. Disons qu'on a encore un peu de retard, surtout au Japon. Mais ça avance.
   
Et histoire d'être clair :
   
- Je ne vais pas te toucher... J'avoue que tu pourrais me plaire, physiquement parlant... Mais psychologiquement, tu n'arrêtes pas d'être méchant avec moi. Là on a une conversation plutôt calme et c'est bien la première. Et il n'y a pas que le physique qui compte pour moi.
   
Jun a un petit soupire, venant passer une main sur son visage en admettant :
   
- Je suis épuisé et j'ai froid. J'ai peur de m'endormir. Oui ça l'air bizarre que je puisse m'nedormir dans cette situation et pourtant, j'ai l'impression de déjà somnoler...
          
Un peu de retard ? Un peu de retard sur quoi ? Jillian a un regard confus pour Jun, mais aucune réponse ne vient et de toute façon, la suite est déjà plus intéressante... L'homme opine brièvement avant d'en revenir à sa cape, préférant encore contempler l'obscurité. C'était gênant comme conversation... Habituellement, il aurait dût envoyer mourir Jun avec pertes et fracas mais... Quelque chose le retenait. Cette malédiction que Jun avait appelé "lien" peut-être. Ça devait être ça.
          
- Alors c'est bien. Il faut que tu vois à quel point je suis vil. C'est ainsi que va un assassin dans le monde. Seul et sans pitié.
          
Et il n'avait pas besoin de s'encombrer de sentiments, lui... Quant à la suite, Jillian soupire.
          
- Dors. Je veillerai. De toute façon, je n'ai pas sommeil. Je te réveillerai quand le vent aura cessé de souffler. Appuie-toi bien sur le mur et ne glisse pas dans l'autre direction. Ce serait dangereux si tu tombes hors du champ de la cape...
   
Junne répond pas à propos de l'assassin "vil". Du moins pas au début. A la suite néanmoins, il se calle bien contre le mur froid, frissonnant et se rapprochant au maximum de Jillian. Plus et il lui grimpait dessus... Et pour qu'il ne se méprenne pas, Jun signale :
   
- Je ne tomberais pas là. Et je ne mourrais pas de froid non plus. Je suis habillé pour dormir là... Et puis je ne cherche pas à te toucher, je prend juste un peu de réconfort et de chaleur.
   
Une fois ceci dit et dans une position relativement adapté, Jun revient poser sa tête contre l'épaule de Jillian, tenant un des bras de l'assassin entre les siens. Il ferme les yeux, étouffant un petit bâillement dépuisement et finalement il souffle une dernière chose :
   
- Je ne te trouve pas vil.
   
Juste handicappé socialement...
          
Jillian n'ose plus bouger, le dos droit, raide, presque entre les bras de Jun. Ce garçon n'avait donc aucune pudeur ? Ça lui rappelait drôlement quelqu'un ! Sauf que lui semblait tout de même être plus intègre que Prude... Du moins, il l'espérait. L'assassin ne bouge pas un long moment alors que la respiration de Jun devient de plus en plus régulière. Et finalement, il tourne la tête vers le jeune homme, l'observant alors qu'il semble dormir paisiblement malgré les émotions qu'il venait de vivre. Se sentait-il en sécurité à ce point avec lui ? Il n'aurait pas dût... Mais finalement, Jillian lève un bras pour le glisser autour des épaules de Jun, l'attirant un peu plus à lui. Le jeune homme se love sans pour autant se troubler. C'était le début d'une aventure à laquelle Jillian n'avait jamais été préparé en plus de dix ans d'entraînement chez les tueurs de mages...

_________________
♠️♥️♦️♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://truth-akira.azurforum.com
 

2. Sandstorm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Diablo II-