Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 10. Sweet poison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: 10. Sweet poison   Lun 21 Déc - 18:07

    Ils venaient tout juste de quitter la scène. Le spectacle avait été électrisant. C'était leur dernière date dans cette ville et apparemment, les fans s'étaient donnés le mot. Leurs chanteurs avaient été tout simplement fantastique, débordant d'énergie et merveilleux. En fait, il n'y avait pas de mot. L'énergie qui avait circulé sur scène était tout simplement indescriptible.

    Et Uruha était exténué. Ils étaient tous dans les vestiaires, s'activant à droit et à gauche pour trouver une douche libre. Ça ne faisait qu'une semaine et quelques jours que les deux groupes se connaissaient, mais pourtant, des liens avaient déjà commencés à se former. C'était bien... surtout quand Uruha pensait à Die et à leur petite soirée d'hier. Bref, c'était tout simplement parfait.

    Le premier guitariste de GazettE était carrément écrasé sur un chaise, dans un coin. Alors que les autres garçons couraient de droite à gauche pour finir de se préparer et sortir d'ici le plus rapidement possible, lui, il était presque en train de s'endormir sur sa chaise. Ce qu'il aurait donné pour aller dormir sur le champ... Malheureusement, il n'avait pas encore le don de téléportation.

    Les yeux fermés, Uruha n'aperçu pas Reita qui s'approcha de lui. Le bassiste se pencha légèrement et asséna une claque sonore, mais peu douloureuse, sur la cuisse dénudée du guitariste. Celui-ci sursauta en poussant un cri.


    - Debout, fiston ! Tu vas être en retard à l'école !

    Uruha leva le pied pour donner un coup à Reita, mais déjà celui-ci s'éloignait en rigolant.

    - Ta gueule, maman ! Je reste au lit aujourd'hui !

    Feignant une colère peu crédible, Uruha se massa la cuisse en posant sa tête sur le bord d'une table de maquillage. De là, il pouvait voir le reflet d'un Die en grande conversation avec Kaoru. Mais, exit Kaoru : Uruha n'avait d'yeux que pour le second guitariste.

    Ils avaient échangés, la veille, un baiser d'une ardeur qui lui était peu commune. Non, Uruha n'était jamais insipide dans ses relations. Mais cette fois, c'était autre chose... c'était plus fort et plus intéressant. Il avait bien cru que finalement, alors qu'ils s'embrassaient, Die allait rester avec lui cette nuit là. Les pensées qui avaient traversés son esprit - et qui le traversait encore, soit dit en passant - avaient de quoi faire rougir une nonne... voir même Reita en personne qui, pourtant ne se privait pas de ce côté là.

    Uruha poussa un petit soupir rêveur en fermant les yeux. C'est qu'il aurait très bien pu s'endormir juste là... Mais cette plaie de Reita ne semblait pas décidé à le laisser se réveiller deux heures plus tard dans une pièce froide et vide, quel rabat joie... Il s'approcha à nouveau du guitariste et, cette fois, lui ébouriffa les cheveux.

    Uruha se redressa en donnant de grands coups dans l'air, mais sans pour autant frapper Reita. Ce n'était qu'une erreur de trajectoire... parce qu'il l'aurait bien étripé pour la peine !


    - REITA !!! Tu me les pompes, bordel !!

    En rigolant, le bassiste s'éloigna, accompagné d'un Kai tout aussi hilare. Il allait les buter tous autant qu'ils étaient, parole d'Uruha ! Mais pour l'instant, il n'avait pas envie de se lever... et c'est pourtant ce qu'il aurait vraiment falut pour faire avaler au moins une bouteille complète de shampoing à Reita. Il était méchant, mouhaha...

    Le guitariste releva la tête en voyant que Kaoru venait tout juste d'abandonner un Die qui se retrouvait maintenant seul dans son coin. Un grand sourire aux lèvres, Uruha attira son regard vers lui et lui fit signe d'approcher. Die ne semblait pas avoir besoin de se faire prier pour cela, encore heureux.


    - Hello beau guitariste !

    Il n'allait pas mâcher ses mots, surtout pour exprimer une réalité facilement visible. Cependant, à ses paroles, Reita et Kai se retournèrent vers eux, leur lançant une oeillade curieuse. Ah, ils n'étaient pas stupides. Ils en avaient seulement l'air...

    - Qu'est-ce que tu dirais de sortir manger ce soir ? Je n'ai pas assez d'énergie pour suivre ces énergumènes en boîte...

    Ce disant, il pointa négligemment les membres de son propre groupe, sachant qu'au moins Kai et Reita avaient l'intention d'aller se défoncer la gueule à la vodka dans un club du coin avant de devoir plier bagages demain matin. Habituellement, il était le premier à suivre. Mais ce soit, en plus d'être exténué, il ne cracherait pas sur une petite soirée tranquille avec Die...

    Le châtain laissa à nouveau tomber sa tête sur la table à maquillage, comme pour confirmer ses paroles.


    - Et comme tu le vois, je suis un martyr au sein de mon propre groupe... J'ai besoin de réconfort.

    Le double-sens de sa phrase était voulu et la petite lueur taquine qui brillait dans ses yeux pâles en était la preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 22 Déc - 4:53

    Les vestiaires ! Enfin ! Pas qu'il fut réellement heureux de quitter la scène, mais Die, comme la pluspart des autres membres, n'en pouvait plus. Ils étaient tous en sueur, luttant avec les maigres force qu'il leur restait pour réussir à se traîner jusqu'en dehors des projecteurs.

    Depuis le début de leur tournée, on pouvait bien dire que cette date avait été la meilleure et l'ambiance qui régnait dans les vestiaires entre eux y était sûrement pour beaucoup. Plus de tension inutile, surtout de la part d'Aoi et Ruki qui semblait enfin sur la même longueur d'onde. Aucune idée de ce qu'ils avaient pu se dire, mais ces deux là avaient retrouvé le chemin de la musique. Et ça leur allait bien.

    Kyo et Ruki s'était défoncé sur scène, usant à qui mieux mieux leur voix et rien qu'à les entendre parler un peu dans les backstage, on se doutait que ces trois jours à venir ne serait pas du luxe pour leur laisser reposer leur voix. Les fans étaient comblé, parce que chacun d'entre eux y était allé de son petit signe de bonne volonté pour les faire fondre. Il y avait surtout eu Toshiya qui n'avait pas son pareil pour électriser la foule, venant coller une lèche sur la joue de Ruki en plein milieu de s chanson, comme s'il s'était agit du chanteur de Dir en Grey. Le pauvre petit blond -puisqu'il l'était de nouveau, mystère- en avait été si surprit qu'il avait éclaté de rire en plein milieu des paroles, rendant les fan encore plus folles.

    A se demander, parfois, si ces dernières ne venait pas uniquement pour leur plastique et non pas pour leur musique...

    Aussitôt au calme dans les vestiaires, Die s'était jeté dans la première douche venu, cherchant à libérer son corps de cette fatigue qui l'avait accablé. Pour une dernière date, sûr que les membres des différents groupes allaient faire quelque chose de spéciale. Bon fallait admettre que lui aussi avait prévu quelque chose de spéciale, avec Uruha, le premier guitariste de GazettE. Ca valait tout autant une douche en tout cas.

    Quand il en était sortit, finissant de s'habiller et de se préparer, Kaoru était venu le retrouver. Il y avait eu quelques éclats de voix du côté des GazettE et notamment près d'Uruha, mais Kaoru avait absorbé toute sa concentration dans un premier temps. Il lui était venu à l'idée un changement de rythmique pour leur chanson "Cage" et c'est vrai qu'à en parler ainsi, l'idée était des plus séduisante.

    Quand Kaoru décréta qu'il était temps pour lui de prendre possession d'une douche, il abandonna Die à sa place qui termina d'enfiler sa paire de chaussette. On pouvait difficilement faire plus décontracté que maintenant avec son pantalon noir trop large et son sweat rouge et blanc.

    Son regard fut attiré plus haut et il croisa celui d'Uruha, tout sourire. Sourire qu'il lui rendit bien volontiers. Au moins, il semblerait que leurs petits projets soient toujours d'actualité !

    Il lui fit un petit signe, l'invitant à s'avancer, et se levant de sa chaise, Die ne se fit pas particulièrement prier. En fait, sans doute même que si Uruha n'avait pas fait ce signe, il serait venu tout de même alors...

    - Hello beau guitariste !

    Son sourire s'élargie alors qu'Uruha, sans pudeur aucune, s'attire les regards curieux des autres membres de son groupe. Tout au moins de Kai et Reita puisque les deux autres ne sont pas en vue pour l'heure. Déjà partit ? Bigre, si c'est le cas ils ont fait vite.

    - "Hi..."

    Beaucoup plus sobre certes, mais il n'a pas tout à fait l'énergie de plus dans l'immédiat. D'ailleurs, il s'affale littéralement sur la chaise en face d'Uruha.

    - Qu'est-ce que tu dirais de sortir manger ce soir ? Je n'ai pas assez d'énergie pour suivre ces énergumènes en boîte...

    Comme pour appuyer ses paroles, Uruha s'écroule plus ou moins sur la table de maquillage, laissant à Die tout le loisir de laisser couler un regard appréciateur sur la courbe de sa nuque et de son dos.

    - Et comme tu le vois, je suis un martyr au sein de mon propre groupe... J'ai besoin de réconfort.

    Die donne une petite tape sur la cuisse du guitariste, sans y mettre de force et se lève pour aller chercher ses chaussures. Quand il revient, il commence à les enfiler :

    - "Ca me va très bien, un petit restau ou un truc du genre."

    Seconde chaussure.

    - "Mais va falloir te préparer pour ça. Tout ira bien ou tu veux un coup de main ?"

    Se disant il se tourne à son tour vers Kai et Reita, tout sourire. Ces deux là ont l'air encore un peu plus étonné et finalement ils se détourne. Bien.

    - "Il y a un très bon petit restau de sushi pas très loin de l'hôtel, j'y suis allé le premier jour avec Kyo. Y a peu de monde et la possibilité de se mettre à l'écart pour éviter les curieux."

    Autant les fan que ceux qui aurait pu s'effaroucher de voir deux hommes se dévorer littéralement du regard si ça devait être comme la veille.

    - "Ma voiture ?" demande t-il comme pour confirmer la façon qu'ils auront de s'y rendre.

    - "Je t'attend, je vais juste prévenir Kyo et les autres."

    Et sur ces mots, il se lève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 22 Déc - 14:24

    Uruha observa sans retenue Die s'écrouler dans une chaise en face de lui. Apparemment, il n'était pas le seul à avoir l'impression que toutes ses forces l'avaient quitté ! Mais, exténué ou pas, Die était toujours aussi séduisant, y'avais pas à dire. Se faire un resto avec ce mec n'avait rien de bien forçant, fallait l'admettre.

    Le guitariste de Dir en Grey se leva après qu'une main baladeuse ait asséné une petite tape amicale sur la cuisse dénudée d'Uruha, qui l'observait avec un sourire des plus entreprenant au visage. Fallait pas attiser ses ardeurs... Du moins, fallait pas que Die le fasse s'il s'attendait vraiment à une soirée bien calme, hein. Uruha avait encore assez d'énergie pour être pervers... c'était pas peu dire.


    - Ca me va très bien, un petit resto ou un truc du genre.

    L'homme était en train d'enfiler ses souliers alors que lui-même n'avait encore rien fait... Il était juste là, sur la chaise, échoué telle une loque humaine. Bon, l'image n'était pas très reluisante, fallait l'avouer, mais Uruha ne faisait pas grand chose non plus pour relever le niveau.

    - Mais va falloir te préparer pour ça. Tout ira bien ou tu veux un coup de main ?

    Cette fois, Uruha se redressa, vaguement intéressé par la proposition. Sous-entendu, peut-être, mais il avait très bien compris. Ou bien il avait compris uniquement ce qu'il voulait bien entendre. Mais peu importait, il était évident que Die avait dit cela sur le ton de la plaisanterie. Dommage !

    Croisant les jambes, reprenant cette fois une position plus digne du personnage haut en couleur qu'il était.


    - Ça pourrait être intéressant... on en reparlera.

    Cette fois, Uruha se leva. Il devait bouger un peu sinon il allait s'endormir sur la table à maquillage pour vrai. Au moins, faire des plans d'une soirée agréable avec Die lui redonnait un peu d'aplomb. Nul doute qu'après une bonne douche, il serait d'attaque.

    - Il y a un très bon petit resto de sushi pas très loin de l'hôtel, j'y suis allé le premier jour avec Kyo. Y a peu de monde et la possibilité de se mettre à l'écart pour éviter les curieux.

    L'homme passa une main dans ses cheveux en hocha positivement la tête. C'était une bonne idée et il adorait la sushi, alors pourquoi pas.

    - Ma voiture ? Je t'attend, je vais juste prévenir Kyo et les autres.

    Uruha l'observa se lever sans rien dire. Puis, il s'approcha du guitariste et lui plaqua un petit baiser sur la joue, caressant au passage un torse qui le faisait déjà brûler d'envie. Puis, après un dernier regard séducteur, il s'éloigna vers les douches d'une démarche féline qui n'avait pour but que d'en mettre plein la vue à celui qu'il voulait à tout prix attraper dans ses filets... car il n'y avait plus aucun doute là-dessus.

    Si Uruha était du genre à prendre son temps dans la douche, cette fois, il régla le tout en quatrième vitesse, conscient que Die allait finir par s'emmerder de l'attendre aussi longtemps. En à peu près trois quart d'heure, il fut prêt, le temps de se coiffer et de se maquiller, tout de même. Mais ce soir, il avait décidé d'y aller dans la simplicité, même s'il ne pouvait se résoudre à sortir sans fond de teint !

    Uruha était le plus féminin des membres du groupe et ce n'était pas pour rien non plus. Il aimait les belles choses, les bons parfums, les bijoux qui claquaient... Il aimait aussi paraître à son meilleur. Et en se coiffant, il songea au fait que puisque ça semblait être le festival du changement de couleur chez GazettE, il pourrait s'y mettre lui aussi. Ça faisait des siècles qu'il n'avait plus eu les cheveux noirs.

    Un dernier regard à son reflet l'encouragea à aller de l'avant, malgré sa fatigue croissante. Une fois au restaurant avec Die, ça lui passerait. L'homme s'observa de haut en bas jusqu'à ce que Aoi - qui venait de réapparaître - passe dans le coin. Uruha se retourna rapidement vers lui, un sourire resplendissant au visage.


    - Comment tu me trouves ??

    Ce disant, il avança vers son ami en faisant un tour sur lui-même, telle la diva qu'il savait si bien être. Aoi eu un petit rire en croisant les bras.

    - Magnifique, comme toujours. Et c'est pour qui, tout ça ?

    C'était sûr... Aoi le savait bien, ça s'entendait dans le ton moqueur, mais tendre, de sa voix. Uruha lui tira la langue avant de sortir rapidement des vestiaires pour retourner dans la pièce principale, là où Die l'attendait. Il n'avait pas oublié de glisser, dans ses poches, son porte-feuille ainsi qu'une petite boîte exprès pour la soirée qu'il sortirait un peu plus tard... mais pas tout de suite.

    S'approchant de Die, il lui prit la main sans gêne, puis l'entraîna vers l'extérieur. S'ils voulaient arriver un jour, ils étaient mieux de s'y mettre tout de suite, sinon lui, il allait s'endormir juste là !


    - Ayé ! Je commence à avoir faim.

    Sans plus de question, Uruha traîna l'homme à sa suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 22 Déc - 15:05

    Les regards de Die et Kyo se croisèrent furtivement alors qu'Uruha venait de lui claquer un baiser sur la joue accompagné d'une caresse pleine de promesse. Nul doute qu'en d'autre circonstance il aurait attrapé cette main baladeuse pour s'emparer du corps tentant qui se faisait aguicheur. Seulement là, il y avait Kyo et son petit air de "je le savais déjà". Aussi Die laissa t-il partir Uruha sans plus de cérémonie, espérant vaguement que sa toilette ne lui prendrais pas trop de temps.

    Die n'était pas pressé, non pas vraiment. Mais il se sentait comme un petit gamin à qui on avait promit une belle surprise et qui trépignait d'avance, parvenant avec difficulté à dissimuler son excitation nouvelle.

    Kyo s'approcha de lui, l'air de pas y toucher et, se hissant sur la pointe des pieds, vint lui déposer un baiser sur l'autre jour. Die leva les yeux au ciel, écartant la main fine qui faisait mine de vouloir passer sous son sweat shirt.

    - "Kyo..."

    Mais la petite tête blonde prit un air faussement boudeur :

    - "Fallait le dire si tu préférait les grandes perches brunes !"

    Die se contenta de lui répondre avec un petit rire discret. Kyo et lui n'était pas réellement le genre d'homme à se tourner autours. Ils auraient pu à une époque, mais l'amitié avait prépondérée. Sans doute n'étaient ils pas non plus le genre de l'un et de l'autre. En tout cas, dans le regard ambré du chanteur, Die perçu tout l'amusement qui était le sien. De cette complicité qu'il tissait avec Uruha, il en entendrait probablement beaucoup parler.

    - "Passe me voir dans ma chambre, je t'attendrais, tu me raconteras."

    Il avait dit ça sur un ton désinvolte mais la réalité c'est qu'il attendait réellement de Die qu'il le fasse. Et probablement qu'il le ferait d'ailleurs bel et bien, omettant ce qu'il aurait envie d'omettre il va sans dire. Il y avait entre eux une amitié complexe tissé avec de puissants fils. Difficile de dire pourquoi ils s'entendaient si bien, c'était comme ça, c'est tout. Un peu comme Uruha avec Aoi à ce qu'il avait pu en voir.

    Kyo finit par tourner les talons, appelé par un Shinya qui se plaignait déjà de devoir aller jusqu'à la boîte dans une voiture conduite par Kaoru. Résultat, en moins de dix minutes, l'endroit était presque vide. En tout cas, vide de Dir en Grey. Die avait bien vu la silhouette d'Aoi se dessiner dans l'encadrure d'une porte mais il ne savait pas si d'autres membres des GazettE était encore dans le coin.

    Dommage, s'il avait fait plus attention, il aurait interpellé le guitariste, lui demandant s'il allait mieux, ce genre de banalité. De quoi passer le temps quoi. C'est qu'il n'était pas mal à regarder lui non plus mine de rien. Mais sa beauté était différente de celle d'Uruha et présentement, Die n'avait d'yeux que pour la sienne.

    Retouchant dans un miroir un trait d'eye-liner, le guitariste à la tignasse écarlate vit Uruha débouler d'un des vestiaires dans un reflet. Il fut surprit -agréablement surprit- de constater que ce dernier avait opéré un changement radical de couleur de cheveux. Mais ça lui allait bien.

    - "Jolie couleur."

    Mais pas le temps d'en dire d'avantage, ni de s'intéresser à Aoi qui à nouveau passait dans son champs de vision qu'une main fraîche se saisissait de la sienne, l'entraînant à sa suite, dehors.

    - Ayé ! Je commence à avoir faim.

    Die n'ajouta rien, se contentant de suivre le mouv'. Uruha avait visiblement bien noté l'endroit où il garait sa voiture car en moins de deux minutes ils s'y trouvaient tout les deux. N'ayant pas oublié les petits caprices du guitariste, Die le devança rapidement, lui ouvrant la portière avec un petit regard malicieux. Il ne le ferait pas à chaque fois, fallait pas pousser, mais le clin d'oeil lui plaisait.

    Du trajet en voiture, il n'y eu pas grand chose à dire. Il y avait un peu plus long que le chemin qui menait à l'hôtel et ils avaient vite débordé sur un petit sentier à l'écart de la grande route. Il avait échangé quelques mots de convenance, sachant probablement fort bien l'un comme l'autre que du fait que Die conduisait, sa concentration était en berne.

    Die gara sa voiture sur le parking à découvert. Peu de voiture était là, juste 2 en fait et il y avait fort à parier qu'au moins l'une d'entre elle appartenait aux propriétaires. En même temps, normal qu'il n'y ait pas foule vu l'heure qu'il était... C'était déjà miraculeux que ce genre de petit endroit soit ouvert à une heure pareil...

    En pénétrant le restaurant, Die apprécia immédiatement la chaleur qui imprégnait les lieux et qui contrastait bien avec la fraîcheur du dehors. Son regard glissa à nouveau sur la silhouette au cheveux nouvellement charbon. Maquillage discret mais soulignant ses traits les plus fin, vêtement choisit avec goût et toujours cette grâce limite princière qu'il baladait comme un bagage des plus habituel.

    En quelques minutes à nouveau à peine, les deux hommes furent placé dans un petit coin du restaurant. Des paravent en papier de riz les protégeait du reste de la salle même si elle semblait vide. Seul leurs silhouettes, en ombre chinoise, se devinait de l'autre côté.

    La table était basse, traditionnel, et ôtant ses soulier, Die alla prendre place, posant ses genoux sur le petit coussin prévu à cet effet. Nul doute que d'ici quelques minutes il préférerait se mettre en tailleur mais il avait été élevé dans une certaine discipline à la base, renforcé par ses années d'étude du kendo. Bref...

    - "Je te préviens, je ne te laisse pas voir le menu...!"

    Amusé, il se tourna directement vers le petit homme replet qui les avait placé là :

    - "On va prendre un bateau. Le troisième."

    Le troisième, le plus copieux aussi, mais au moins il y avait de tout dessus, pas besoin de se casser la tête avec les goût de chacun.
    L'homme s'inclina légèrement avant de les laisser enfin seul.

    Die détacha ses baguettes et joua une seconde distraitement avec. Son regard revint à Uruha et force fut de constater que malgré toute sa bonne volonté, il ne parvenait pas à éteindre cette petite lueur de désir au fond de son propre regard.

    Dire qu'il se sentait privilégié était encore en dessous de la vérité. Ne dinait il pas avec l'un des plus bel homme des deux groupes confondu ? Bon ok, peut être n'était il pas complètement objectif...

    Sans doute parce qu'il n'y avait justement personne, le bateau fut rapidement amené à table. Die avait le regard qui brillait toujours à voir ce genre de plateforme pleine de couleur en tout genre. Les yeux plus gros que le ventre ? Assurément, et tant pis ! Il perdait toujours pas mal de poids durant les concert et péchait un peu à ce niveau là alors pas question de se priver et de jouer la fine bouche sur la diététique !

    - "Alors ? Comment trouve tu l'endroit ?"

    Die piocha un sushi au thon qu'il trempa dans un peu de sauce soja.

    - "Avant de partir on passera à l'arrière si tu veux, il y a une vue sur les montagnes tout à fait imprenable."

    L'aliment fut engloutit et il soupira de bonheur en laissant fondre l'épaisseur de poisson contre son palais.

    - "Bon dieu j'avais faim."

    Puis, n'oubliant pas qu'il était en galante compagnie il indiqua Uruha de ses baguettes :

    - "J'ai bien aimé les mesures que tu fais sur Reila. Le solo je veux dire."

    Mimant comme s'il tenait une guitare il tenta d'en reproduire quelques notes. Il fronça finalement les sourcils avant de recommencer depuis le début. Non rien à faire, ça ne lui revenait pas.

    Levant un petit regard malicieux vers Uruha il lui dit finalement :

    - "Je veux bien être ton pantin un peu plus tard si tu daigne me montrer ça..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 22 Déc - 16:11

    Ce fut un trajet assez court et tant mieux, parce que Uruha n'était pas du tout certain de pouvoir tenir bien longtemps dans cette voiture. Il était tellement éreintée qu'elle lui paraissait des plus confortable. Le sommeil aurait pu le gagner très facilement, s'il n'avait pas eu Die à ses côtés. Parce qu'avec un si bel homme à ses côtés - et galant en plus, il lui avait à nouveau ouvert la porte de la voiture alors que lui-même n'y aurait même pas pensé - il ne pouvait tout simplement pas s'endormir.

    Pendant le trajet, il s'en était donné à coeur joie d'observer Die en silence alors que celui-ci donnait plutôt toute sa concentration à la route, ce qui était une bonne chose en soi. Quelques paroles légères virent troubler le silence, mais rien de bien concret. Malgré tout, Uruha ne se sentait pas mal dans ce silence. C'était une situation très confortable qu'il n'aurait échangé pour rien au monde.

    Die n'avait pas mentit : le restaurant était parfait pour ceux qui voulaient un peu d'intimité, ce que le guitariste de GazettE préférait effectivement. Il n'avait rien contre les fans... mais ce soir, c'était un peu un rendez-vous entre possibles amoureux. Il ne fallait pas non plus les interrompre à tout bout de champ ! Oui, parce qu'on se le dise bien, Uruha avait la ferme intention de mettre le grappin sur Die.

    Uruha remercia le serveur d'un très léger signe de tête alors qu'il enlevait ses chaussures pour s'assoir en tailleur sur l'un des coussins, en face de Die. Ce dernier sembla plutôt favoriser une position un peu plus stricte, ce qui fit sourire Uruha.


    - Je te préviens, je ne te laisse pas voir le menu...!

    Uruha feignit un air faussement indigné, mais fini par sourire doucement au bel homme assit en face de lui. Finalement, lequel des deux était le plus chanceux ? La majorité des hommes qui auraient pu plaire à Uruha croyaient que dans sa vie privée, il était telle la diva qu'il feignait être sur scène et ils ne se privaient pas pour le considérer comme une pétasse de première, ce qui était terriblement frustrant. Pas Die. Lui, il tentait de découvrir le vrai Uruha et c'était terriblement excitant pour le guitariste. Probablement que Die ne savait même pas à quel point Uruha appréciait passer ces instants en sa compagnie, mais pourtant...

    Die commanda et pendant ce temps, Uruha n'eu même pas un regard pour le serveur, dévorant littéralement le beau guitariste des yeux. Ils furent servis en un rien de temps et c'est seulement à ce moment que le brun baissa les yeux sur la table. Il détacha rapidement ses baguettes, puis se servit à son tour d'un sushi, celui-là au saumon.


    - Alors ? Comment trouve tu l'endroit ? Avant de partir on passera à l'arrière si tu veux, il y a une vue sur les montagnes tout à fait imprenable.

    Uruha servit à Die un petit sourire alors qu'il avalait la délicieuse nourriture avant de lui répondre. Vraiment, après s'être dépensé autant sur la scène, c'était plus qu'agréable de manger un bon repas en si charmante compagnie.

    - J'adore, tu n'aurais pas pu trouver mieux.

    Et il ne disait pas cela pour caresser Die dans le sens du poil. En fait, l'endroit était tout simplement idéal et si comme le guitariste le disait la vue en valait aussi le coup, il venait encore une fois de compter des points. Quoi que maintenant, les points ne comptaient plus vraiment... Il avait atteint le maximum en si peu de temps !

    Die enchaîna rapidement sur quelques mesures de Reila alors que Uruha rigolait en le regardant s'agiter. Un guitariste, un vrai. Ça faisait bien plaisir à voir !


    - Je veux bien être ton pantin un peu plus tard si tu daigne me montrer ça...

    Quelle intéressante idée...

    - Mon pantin ? Attention à ce que tu promets...

    Uruha baissa à nouveau le regard sur l'assiette immense qu'ils avaient devant eux. Il choisit avec soin un sushi, puis se redressa pour mieux se pencher vers Die, lui tendant ainsi le morceau de poisson apprêté du bout des baguettes.

    - Goûte, c'est délicieux...

    Ça, Die le savait probablement déjà. Néanmoins, il ouvrit la bouche, accueillant ainsi la nourriture que lui présentait Uruha. Une fois celle-ci refermée, le guitariste de GazettE se pencha un peu plus vers le bel homme et captura ses lèvres des siennes pour un chaste baiser. Il en voulait un depuis qu'il avait vu Die s'agiter sur scène avec fougue. Ce n'était peut-être pas exactement le genre de baiser auquel il avait pensé, mais le romantisme de la scène le fit tout de même frissonner. Qu'on ne s'y méprenne pas... Uruha était bel et bien romantique.

    L'homme recula à nouveau, observant Die avec une tendresse qui lui était peu coutumière, mais qu'il se plaisait à ressentir.


    - Tu me fais fondre.

    Puis, comme s'il n'avait rien dit, il se pencha à nouveau sur la nourriture pour, cette fois, se servir un temaki.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 22 Déc - 19:47

    - J'adore, tu n'aurais pas pu trouver mieux.

    Bien. Die était heureux que l'endroit lui plaise parce qu'il avait immédiatement songé à cet endroit pour un petit rendez vous entre... Pouvait il dire "entre amoureux" ? Est ce que ça leur correspondait effectivement ? Difficile à dire compte tenu de la rapidité avec laquelle leur relation évoluait. Il ne s'était passé que quelques heures pendant lesquels ils avaient semblé réalisé cet espèce de coup de foudre dont ils étaient les victimes.

    Ho non, Die ne jouait pas à ce niveau là. "Coup de foudre" n'était pas un terme qu'il utilisait à la légère. Il éprouvait quelque chose de violent à l'encontre de l'autre guitariste et jamais dans ses souvenirs il n'avait tant voulu renverser quelqu'un sur le sol afin de le couvrir de caresses et de baisers.

    - Mon pantin ? Attention à ce que tu promets...

    Die eu un petit regard amusé avant de lui répondre :

    - "J'ai tout à fait conscience de ce que je promet."

    Ca oui, dès lors qu'il avait penché la tête pour lui servir l'un de ses malicieux sourire, Uruha s'était accaparé Die ce soir. L'homme au cheveux écarlate était prêt à toutes les folies et il était pour le moins consentant. Son corps avait même tendance à ne réclamer que ça.

    Comme dans un vieux film romantique, Uruha récupéra un sushi au milieu du plat et l'approcha de Die afin qu'il puisse y goûter. Sans lâcher le brun des yeux, la guitariste ouvrit la bouche pour savourer la fourchette qui lui était tendu. Est ce que c'était bien de jouer les vieux couples comme ça ? Qu'importe ! S'ils étaient bien, ça valait le coup, voilà tout.

    Voilà même qu'il se payait le luxe de se faire voler un petit baiser, chaste mais électrique. Tout son épiderme avait été parcouru de ce petit courant si particulier qu'uruha savait déclenché en lui d'un si simple geste.

    - Tu me fais fondre.

    La phrase termina d'acheminer un petit frisson sur sa peau. Uruha avait l'air si naturel, si posé, si calme... Alors que lui avait l'impression de se battre avec ses démons intérieur pour ne pas lui sauter littéralement dessus. D'ailleurs, n'en pouvant plus, Die finit par se relever pour aller s'asseoir du même côté de la table qu'Uruha.

    Sans attendre, il saisit l'autre homme par la taille pour échanger un baiser beaucoup moins chaste et tout en même temps qu'il l'embrassait, l'une de ses mains s'était glissé sur sa cuisse, l'empoignant pour faire passer le guitariste par dessus ses genoux. Il haletait au milieu de leur baiser, enfiévré par les émotions qui le submergeait.

    - "Ca fait longtemps que j'ai déjà fondu pour ma part."

    Sa seconde main se perd dans la nuque pour l'attirer dans un nouveau baiser un rien sauvage mais libérateur. Oui ils allaient manger, mais avant ça il avait besoin de cet avant goût de ce qui les attendait peut être. Tout son corps était en émoi, jusqu'à un léger renflement dans son pantalon qui, quand il en prit conscience, le fit écarter légèrement l'homme au cheveux d'ébène.

    Amenant ses lèvres à l'oreille effilé il lui murmura :

    - "Plus besoin de te cacher que j'ai envie de toi je suppose."

    De toute façon, son corps et son attitude toute entière l'avait trahit.

    - "Tu distrait jusqu'à mon estomac qui pourtant me hurle famine."

    Vrai qu'il avait faim. Mais plus vrai encore qu'il avait faim d'Uruha. Se retournant un peu brutalement, il plaqua le jeune homme au sol avant de redescendre sur lui pour lui voler un baiser, un peu plus chaste que les précédent. Son regard coula sans pudeur sur le corps allongé sous lui et il passa inconsciemment sa langue sur ses lèvres, plus qu'appréciateur de ce qu'il voyait.

    - "Bien..."

    Il se relève, époussette une poussière imaginaire sur son sweat shirt et retourne s'asseoir, les joues encore légèrement rougit. Son début d'érection est encore à peine visible quand il se rassied, en tailleur cette fois. Disons que la position pour le coup lui est moins inconfortable.

    Die pioche un sushi à l'anguille et l'avale en respirant de grande goulée d'air.

    - "Si tu veux me tenir à distance, va falloir y aller mollo sur les minauderies..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 22 Déc - 20:44

    Comme à peu près n'importe qui, sûrement, Uruha ne pouvait que retirer une grande satisfaction de voir que son petit jeu de séduction portait fruit. Il n'en doutait pas, pas avec Die du moins. Mais, il n'aurait sûrement pas cru que pour un tout petit baiser, Die fasse le tour de la table. Et pourtant, voilà que l'homme était assis à ses côtés, ses mains autour de sa taille pour mieux le serrer contre lui.

    Les mains d'Uruha se glissèrent autour du cou de Die. Il laissa échapper un petit gémissement de surprise étouffé lorsque soudainement, l'une des mains du guitariste se perdit sur sa cuisse pour la saisir fermement afin de l'attirer sur ses genoux. Uruha ne se fit pas prier et alors qu'ils se perdaient dans un baiser enflammé, l'une de ses mains descendit doucement de sa position initiale pour caresser le torse du beau guitariste.


    - Ca fait longtemps que j'ai déjà fondu pour ma part.

    Il le savait, pas besoin de le dire. Uruha aussi avait fondu depuis longtemps. L'homme, les yeux toujours fermés, fronça les sourcils en gémissant, comme un enfant roi qui n'aurait pas eu ce qu'il demandait depuis très longtemps. Il voulait que ce baiser se prolonge, encore et toujours. Ils étaient dans un lieu public... et alors ? Leur situation actuelle ne lui était même pas passée par la tête tellement il en voulait plus... Il voulait Die.

    Un nouveau baiser vint l'apaiser pendant un temps, leurs lèvres soudées tout autant que leurs corps. L'homme laissa échapper un gémissement enfiévré alors qu'il se pressait un peu plus contre le corps brûlant de Die. Sa main glissa doucement sur la ceinture de l'homme alors que l'une de ses cuisses se rapprochait de celle-ci.


    - Plus besoin de te cacher que j'ai envie de toi je suppose.

    Non, effectivement, il l'avait bel et bien sentit... Mais ça ne fit que faire apparaître un sourire bien malicieux sur son visage.

    - Tu distrait jusqu'à mon estomac qui pourtant me hurle famine.

    Il faisait ça, lui ? Eh bien s'il pouvait devenir la seule nourriture de Die, il le ferait volontiers... Mais il n'eu pas le temps de continuer sa pensée que l'homme le plaqua un peu violemment au sol, rien pour lui déplaire. Uruha leva les bras au-dessus de sa tête, ses yeux reflétant le désir dont il brûlait intérieurement.

    - Et je n'ai presque rien fait, encore...

    Une promesse d'un peu plus ? Très certainement. Uruha n'avait pas l'intention d'arrêter là ! Il glissa doucement une main sur la nuque de l'homme alors que celui-ci l'embrassait à nouveau, avec beaucoup plus de retenue cette fois. Et pourtant, leur position était terriblement ambigüe... Die se redressa légèrement, son regard glissant sur le corps d'Uruha. Ce dernier mordilla sa lèvre inférieure, caressant toujours la nuque offerte.

    Puis finalement, Die se releva. Uruha grogna, sa main glissant malgré lui sur le torse de l'homme. Et il se releva à peine que déjà, le guitariste tentait de continuer à avaler son repas.


    - Si tu veux me tenir à distance, va falloir y aller mollo sur les minauderies...

    L'homme se rassit convenablement en rigolant, puis prit un sushi qu'il mangea lentement. Finalement, il daigna répondre, toujours sur le ton de la minauderie, prouvant ainsi bien à Die que ses intentions étaient claires.

    - Je n'ai pas l'intention de te tenir à distance... Un problème, peut-être ?

    Son regard glissa sur le corps de l'homme pour s'arrêter sur son entre jambe. À peine visible, son érection était tout de même bien là, ce qui n'incitait pas vraiment Uruha à rester sage. D'ailleurs, lui-même se sentait ragaillardit, ce n'était pas peu dire.

    L'homme mangea quelques minutes sans rien dire, mais sans quitter Die des yeux non plus. S'il ne disait rien, c'est qu'il réfléchissait et très rapidement. En fait, si Uruha pouvait sembler avant tout un séducteur, il n'en était pas moins un grand romantique qui aimait que les choses soient faites dans la douceur et la tendresse, bien que pimenter un peu les choses n'étaient pas non plus détestable. Il ne voulait pas d'un plan baise à la sauvette pour ensuite perdre Die pour toujours. Et il ne croyait pas que Die en voulait non plus, heureusement.

    Cependant, où est-ce que ces histoires allaient les mener ? Il était évident qu'ils ne pourraient non plus se tenir éloignés l'un de l'autre encore bien longtemps. C'était au-delà de sa bonne volonté... Si seulement il en avait !

    Uruha se pencha légèrement par-dessus la table. Ses doigts effleurèrent ceux de Die alors qu'il plongeait ses yeux pâles dans les deux billes noires.


    - Dans ta chambre, ce soir ?

    Une invitation ? En fait, c'était plutôt dans l'autre sens. Uruha s'invitait. Et Die ne pouvait pas dire non... Du moins, il l'espérait. Le pouvait-il ? De l'incertitude brilla pendant un instant dans les yeux cerclés de khôl d'Uruha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mer 23 Déc - 5:53

    - Je n'ai pas l'intention de te tenir à distance... Un problème, peut-être ?

    Cette phrase résonnait comme une promesse de mille délice et c'est peut être bien ça qui parvint enfin à calmer Die. Savoir que ses envies étaient tout autant réciproque chez Uruha l'apaisait rudement, l'aidant à reprendre un semblant de contenance.

    Non, cette nuit il ne serait pas seul dans un des lit trop grand pour une personne de l'hôtel. Uruha serait avec lui, c'est bien ce que sa phrase sous entendait non ? Et si c'était bien le cas, Die avait bien l'intention de prendre tout son temps. Il ne voulait pas d'une nuit exceptionnel, non. Il voulait d'une nuit au milieu de beaucoup d'autre et pour ça il saurait se faire câlin pour obliger l'autre à revenir, encore et encore et encore...

    Uruha se pencha légèrement par dessus la table et sa main vint caresser du bout des doigts la sienne. Die releva son regard sombre pour fixer les prunelles pastel.

    - Dans ta chambre, ce soir ?

    Son coeur heurta violemment sa poitrine. Bien sûr qu'il avait déjà comprit ce qui les attendait mais le dire de cette manière c'était le confirmer de façon plus qu'explicite. De plus, cette simple phrase, dans la bouche d'Uruha était tout ce qu'il y avait de plus aphrodisiaque.

    Die ne pu s'empêcher d'ajouter, pour signifier qu'il ne prenait pas cette nuit à la légère :

    - "Et tous les autres si tu veux."

    Avait on assez d'une nuit pour découvrir le corps de l'autre du bout des doigts ou des lèvres ? Non, il lui en faudrait plusieurs parce qu'il ne voulait rien manquer. Ne voulait pas non plus rater une zone sensible sur ce corps pâle et gracile.

    Et puis au moins avait il confirmé à Uruha que c'était tout ce qu'il désirait, espérant atténuer un peu cette incertitude dans le beau regard clair. Le guitariste pouvait se rassurer à ce niveau là, Die n'était pas prêt de dire non. N'était ce pas un bien joli cadeau d'anniversaire que le destin avait mit sur son chemin cette année ?

    L'homme à la coupe écarlate piocha encore un peu dans les divers sushi à sa disposition. Son coeur cognait encore brutalement dans sa poitrine, comme le tic tac irrégulier mais fort d'une bombe à retardement qui égrenait les secondes invisibles qui le retenait d'une nuit haute en passion. Surtout que le temps était à eux puisqu'il n'y avait plus de date pendant trois jours.

    Bien sûr, dans deux jours devrait prendre le bus de tournée pour se rendre sur le prochain lieux mais qu'importe, c'était loin ce genre de chose quand on avait l'esprit fixé que sur les prochaines heures à venir.

    Le reste du repas se fit dans un relatif silence, mais les regards et disait bien trop long pour qu'on puisse dire que les deux guitaristes ne se parlaient pas. La tension purement physique était revenu planer autour d'eux, les écrasant douloureusement de son poids.

    Quand il eu finit et que visiblement, se fut aussi le cas d'Uruha, Die se leva enfin et, remettant ses chaussures, partit directement rejoindre le propriétaire pour le payer. Et lui donner un joli pourboire pour les avoir laissé en paix malgré qu'en ombre chinoise, ils aient du voir que l situation avait bien faillit déraper. C'est un peu comme si les propriétaire avait faillit être sur le point de les laisser faire l'amour dans leur restaurant non ?

    Intéressant... Il se promettait de s'en souvenir...

    Revenant vers Uruha il lui tendit une main pour l'entraîner à l'extérieur.

    - "Tu veux voir la vue alors ?"

    Comme il y avait la promesse de l'avoir pour lui tout seul cette nuit, il pouvait bien attendre encore un peu qu'Uruha voit la vue depuis l'arrière du restaurant. Sans attendre bien long, il attira l'homme dehors, le laissant passer devant lui.

    En toile de fond, le mont Fuji se dessinait, tout petit de là où il était, mais néanmoins visible grâce au ciel dégagé de ce mois de décembre. Quelques valons agrémentait le paysage de leurs courbes et la nuit les nappait de jolies couleurs plus ou moins sombre. Des grands arbres éparpillé offrait une décors d'estampe japonaise et plus proche d'eux, un petit jardin à la japonaise avait été installé, probablement pour les mois d'été où les client devait pouvoir manger à l'extérieur.

    Un petit pont enjambait un bras d'eau artificielle dont le cliquetis humide remplissait le fond sonore.

    Die vint se placer derrière Uruha, entourant sa taille fine de ses bras et écartant légèrement les mèches de cheveux il déposa un baiser chaud dans le cou du guitariste. C'était plus mignon et tendre que chargé de désir, mais c'était aussi l'envie soudaine de juste se retrouver collé à lui pour un chaste baiser d'amoureux.

    Il y avait cette volonté présente entre eux de ne pas avoir l'air de ne vouloir qu'un plan sexe et c'était rassurant, alors pourquoi se priver ?

    Die resserra son étreinte alors que le froid commençait déjà à l'engourdir.

    - "On rentre ?" murmura t-il, la voix légèrement rauque.

    Sa voiture les attendait sur le parking mais il était prêt à attendre devant ce décors des heures s'il pouvait encore tenir l'autre homme dans ses bras de cette façon. Ses bras, croisé sur le ventre d'Uruha finissait sur ses deux mains qui caressait au travers du tissu les hanches étroites. Quand à ses lèvres, elles se perdaient, encore et encore sur la peau tendre du coup, entre baiser chaud, léger et humides.

    - "Comme quoi finalement à la courte paille la chance était de mon côté..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Dim 3 Jan - 21:19

    - Et toutes les autres si tu veux.

    Le coeur d'Uruha ne fit qu'un bond à cette promesse. Il avait l'impression que la voix de Die collait parfaitement bien à ces mots. Que jamais personne d'autre ne pourrait les prononcer avec une telle perfection. Une perfection qui lui faisait chavirer le coeur et dont il ne voudrait plus jamais se débarrasser.

    L'homme mangeait du bout des lèvres. Pas qu'il n'avait plus faim, loin de là. Mais, il était perdu dans ses pensées, perdu dans les yeux aux pupilles sombres de Die. Et il ne s'en serait détaché pour rien au monde, sauf si c'était pour une promesse d'avoir plus. Et c'était ce qu'ils s'étaient promis, à mi mot. Plus, beaucoup plus. C'était encore plus excitant que tous les plans d'une nuit qu'un homme pouvait expérimenté dans sa vie.

    Manger était secondaire et ils étaient apparemment tous les deux bien d'accord là-dessus. Leur repas fut donc fini en très peu de temps. Rassasié, Uruha observa Die se lever sans protester, mais confus. Il aurait du payer lui-même le repas. C'était son anniversaire après tout, non ? Peu importait... il se reprendrait bien assez tôt.

    Le guitariste emboîta donc rapidement le pas à Die, remettant ses chaussures avant d'aller le rejoindre alors qu'il quittait leur serveur, qui remerciait ses deux clients à grand renfort de courbettes. Uruha baissa légèrement la tête, un sourire sincère aux lèvres, avant de se tourner à nouveau vers l'homme qui avait présentement toute son attention.

    Celui-ci était revenu vers lui, lui tendant une main qu'Uruha attrapa rapidement, sans se faire prier. Il la serra doucement dans la sienne, réconforté par ce simple geste. Oui, parce que sous ses dehors smooth, Uruha était un grand stressé. Pas par la vie. Il prenait la vie comme elle venait. Mais, par l'amour et tout ce qui pouvait s'en rapprocher. Die était un pas vers ce canyon de stress, mais aussi de douceur et de tendresse dont il avait tant envie présentement.


    - Tu veux voir la vue alors ?

    Uruha secoua doucement la tête et, en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « ouf », ils étaient déjà tous les deux dehors. Le vent qui soufflait était frais, mais la chaleur du corps de Die pressé contre le siens le réchauffait agréablement bien.

    Et pour être une jolie vue, s'en était toute une. Ça lui faisait regretter de ne pas être venu ici plus tôt. Et pourtant, Aoi le lui avait déjà conseillé. Mais, il n'avait jamais pris le temps de venir y manger et voilà que c'était avec Die qu'il le faisait. Die qui, le torse pressé contre son dos, lui caressait doucement les hanches et lui déposait de petits baisers chauds et amoureux dans le cou, comme ces scènes que l'on voyait dans tout bon film romantique.

    Uruha ferma les yeux sous ces douces caresses. Ses mains se posèrent sur celles de Die, les caressant du bout des doigts. Tout semblait si parfait que c'en était irréel et pourtant, il ne demandait qu'à y croire. Un sourire rêveur étirait les lèvres d'Uruha. Il était bien, rien de moins.


    - On rentre ?

    Uruha opina légèrement, le froid se faisant sentir chez lui aussi. Il ferma les yeux un instant, restant tout de même sur place, profitant du bruit de l'eau près de lui et du parfum de Die qui parvenait jusqu'à ses narines. Ce parfum était en train de se frayer un chemin dans son cerveau. Il l'enregistrerait et ne se surprendrait même pas à le sentir à nouveau alors qu'il marcherait dans un couloir désert, seul avec lui-même. La mémoire olfactive était particulièrement efficace dans de tels moments... Ça en était surprenant, parfois.

    Le guitariste se tourna doucement vers Die afin d'être face à lui, mais sans se défaire de son emprise.


    - Comme quoi finalement à la courte paille la chance était de mon côté...

    Il lui fit un doux sourire, sa main aux doigts fins glissant sur la joue pâle de l'homme. La courte paille n'avait pas été bénéfique que pour Die, il fallait bien se le dire...

    - La chance... ou bien le destin.

    Uruha approcha lentement son visage de celui de Die et, fermant les yeux, il frotta tout doucement son nez contre celui du guitariste. Puis, il déposa un petit baiser sur la joue de Die en rigolant. Attrapant la main de celui-ci, il le tira vers la porte, sans lui laisser l'opportunité de trop s'éloigner de lui.

    - Aller viens... Pas question d'attraper froid cette nuit, bien au contraire !

    Un petit clin d'oeil plus tard, ils étaient devant la voiture. S'engouffrant à l'intérieur, cette fois sans demander l'aide de Die, parce qu'il ne fallait pas abuser non plus. Uruha observa l'homme entrer dans le véhicule avec un petit sourire et, alors qu'il était sur le point de mettre la clé dans le contact, le guitariste lui attrapa la main pour l'en empêcher.

    Sa main glissa doucement sur le bras de Die alors qu'il s'approchait de lui, félin.


    - On est pas pressé... N'est-ce pas, Daisuke ?

    Uruha prononça son prénom avec délectation, à quelques millimètres de son oreille. Il avait dit à Die que c'est son prénom qu'il gémirait. Aussi bien s'y faire sur le champ...

    Franchissant les quelques millimètres qui le séparaient encore du beau guitariste, il plaqua un petit baiser sur sa joue, pour en semer quelques uns le long de sa mâchoire. Puis, sa langue glissa sur le lobe de son oreille alors qu'il goûtait avec délice à cette peau douce et chaude.

    Et pendant qu'il attire l'attention de Die uniquement sur sa personne et les frissons qu'il peut provoquer chez lui, sa main glisse dans la sienne afin d'y laisser une petite boîte enveloppée dans un papier vert forêt aux motifs argentés.


    - Tanjôbi omedetô, takaramono.

    Sur ces mots doux, Uruha se recula légèrement pour permettre à Die d'ouvrir le présent qu'il venait tout juste de lui offrir pour son anniversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Lun 4 Jan - 5:50

    - La chance... ou bien le destin.

    Le destin. Die avait l'impression que ce mot faisait comme un écho à son éducation. Le destin, l'honneur, le respect... Autant de mot dont l'héritage familial lui avait été, pendant un temps, un peu difficile à accepter. N'était ce pas pour ça qu'il était aujourd'hui le second guitariste de Dir en Grey ?

    Mais... Présentement, le "destin" lui semblait moins capricieux et difficile à porter. C'était le genre de destin qui se suffit à lui même et c'était agréable. Et qui cracherait sur un bout de parcours plus ou moins long avec Uruha ? Qui était il pour résister à son charme alors qu'il était question de destin ?

    L'homme s'approchant, taquinant la patience de Die en lui offrant un petit baiser d'esquimaux avant d'avancer ses lèvres vers sa joue pour lui claquer un enfantin baiser. Il était un peu perdu, les mains autours de la taille fine. Die aurait voulu plus que cette petite caresse du bout des lèvres. Mais s'il avait voulu protester, sa remarque resta coincée dans le fond de sa gorge. Une main si pas chaude néanmoins tiède venait de se glisser avec délicatesse dans la sienne pour l'éloigner des lieux. Destination évidente : sa voiture.

    - Aller viens... Pas question d'attraper froid cette nuit, bien au contraire !

    Un petit sourire coquin naquit sur les lèvres de Die. Uruha savait jouer sur les mots et semblait beaucoup s'amuser des tensions entre eux. Loin de lui l'idée de l'en empêcher, c'était mignon, excitant... Plaisant. Ca faisait du bien au milieu de sa solitude des derniers temps.

    La première chose que fit Die en mettant les pieds dans l'habitacle fut de tendre la main vers le chauffage pour le mettre en route. Pour ça, pas besoin de mettre le contacte immédiatement, un tout petit tour de clef suffisait, ce qu'il fit rapidement le temps de pouvoir mettre leurs ceintures.

    Sauf qu'Uruha semblait en avoir décidé autrement. Alors qu'il étendait une seconde fois le bras, cette fois pour faire ronfler le moteur, une main se posa dessus, cherchant à l'en empêcher et, curieux, Die se laissa faire, ne s'empêchant toute fois pas de détailler l'allure féline et un brin provocatrice de son compagnon.

    - On est pas pressé... N'est-ce pas, Daisuke ?

    Alors qu'en d'autre circonstance Die aurait rit d'entendre Uruha prononcer à nouveau son prénom, cette fois ce n'en fut pas le cas. Au contraire, l'entendre dans sa bouche lui procura un étrange frisson le long de la colonne vertébrale, lui arrachant même une légère plainte alors que le souffle chaud d'Uruha glissait dans le coquillage de son oreille.

    Instinctivement, il avait levé une main pour venir saisir la nuque de l'autre homme, juste pour une histoire de contacte, un peu comme s'il s'était imaginé qu'il allait soudain disparaître.

    A nouveau un baiser sur sa joue et Die grogna de désapprobation. Grognement qui se mua en petits soupires lorsque les baisers se multiplièrent le long de sa mâchoire, le faisant même pencher légèrement la tête pour offrir toute la latitude de goûter à Uruha qui visiblement, savait rondement plaider sa cause.

    Quand à la langue qui se fit caressante le long de son oreille, elle lui avait même fait fermer les yeux, savourant pleinement les attentions pleines de promesse.

    Lui ? En reste ? Bien sûr que non mais on avait parfois le droit de profiter un peu non ? Qui aurait pu se vanter de ne pas vouloir subir quelques instants ce genre de torture délicate ?

    Et puis alors qu'il est sur le point de se faire moins passif, Die sent la main d'Uruha venir jusqu'à la sienne. Il écarte le poing, prêt à l'accueillir mais son regard d'ombre se rouvre, surprit, fixant les prunelles havane.

    - Tanjôbi omedetô, takaramono.

    Die ne s'est pas arrêté de le fixer, troublé. Il est vrai qu'il est minuit passé, ils sont le 20, c'est son anniversaire... Pourtant il n'ose d'abord pas baisser les yeux sur la boîte qui est venu se loger au creux de sa paume. Son coeur se remet à battre de façon désordonné. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne s'y attendait pas.

    Finalement il esquisse un sourire alors qu'Uruha se recule sur le siège passager. Ses yeux retombe sur la petite boîte et il se réinstalle lui même correctement, retournant brièvement le paquet entre ses doigts, comme s'il avait cherché à deviner ce qu'elle contient.

    Alors qu'il cherche à la déballer son cellulaire se met à sonner, manquant de le faire sursauter. Avec une mine désolée il sort l'appareil de sa poche et fixe l'écran. Kyo. Il montre l'écran à Uruha avant d'appuis sur le bouton pour raccrocher, ce n'est pas le moment.

    Die laisse le portable retomber sur ses genoux mais dans la seconde qui suit, il se remet à sonner et cette fois, ce qu'il lit sur l'écran le laisse perplexe... Bien sûr ils ont récupéré les numéros des gazettes depuis ce soir où Die à dût aller les chercher partout à l'hôtel mais il ne s'attendait pas à s'en servir un jour...

    A nouveau il lève le portable pour indiquer à Uruha que c'es Kai qui l'appelle. De fait il décroche, des fois que se serait important et met le haut parleur.

    - "Daisuke ! Bâtard tu me raccroche au nez !"

    Die pousse un soupire à fendre l'âme en réalisant que c'est la voix de Kyo qui s'élève dans le téléphone.

    - "Qu'est ce que tu fais avec le téléphone de Kai ?"

    Il y a un petit silence au bout du téléphone puis un petit rire moqueur.

    - "Je ne l'ai pas volé, je l'ai juste emprunté... En hommage à mon peignoir..."

    Alors qu'il parle, derrière lui, d'autres voix lui parviennent de façon ou plus moins distincte. Il lui semble reconnaître celles de Toshiya et de Reita. Puis enfin celle de Kai dont le timbre indigné semble dire quelque chose comme "Hey ! Mais c'est mon portable !" cependant après un bref bruit de lutte c'est à nouveau la voix de Kyo qui retentit et Die renonce à comprendre cette histoire de peignoir :

    - "Joyeux anniversaire connard !"

    Die lève les yeux au ciel avant de regarder Uruha qui doit les prendre pour de fou à présent, si ce n'était pas déjà le cas.

    Derrière Kyo une nouvelle vague de cri prenant la forme d'un "joyeux anniversaire" collectif. Un sourire sincère passe sur son visage. Ils tombent mal, très, mais ça lui fait plaisir, il est touché sans aucune doute.

    Une voix se fait à nouveau entendre près du micro, une autre que celle de Kyo et ce dernier reprend finalement la parole alors que Kai part dans de nouvelles protestation indignée semble t-il :

    - "Toshiya veut savoir si tu vas finir la soirée dans ta chambre ou dans celle d'Uruha ?"

    - "..."

    Die ferme les yeux, dans une veine tentative de réfréner ses envies de meurtre. S'il avait su il n'aurait pas mit le haut parleur.

    - "Bonne nuit Kyo..."

    - "Attend ! Répond !" fait la voix de Shinya derrière.

    Die fronce les sourcils. Depuis quand l'iceberg nommé Shinya s'intéresse à ce genre de chose...?

    - "Ma chambre..." Il soupire.

    De toute façon en disant ça comme ça il ne balance pas ce qu'ils ont prévu de faire de leur soirée, il pourrait tout aussi bien rentrer seul...

    Un cri de victoire retentit à l'autre bout du fil et Kyo grogne :

    - "Putain je viens de perdre 6 000¥..."

    Ces... Ces imbéciles ont pariés sur leur soirée...?

    - "Attend attend je peux peut être me refaire : seul ?"

    Cette fois s'en est trop :

    - "Bonne nuit Kyo !"

    Et sans attendre d'avantage il raccroche, mortifié. Dans la foulée il éteint son portable et, ronchonnant il indique à Uruha :

    - "Vu la dose d'alcool qu'ils doivent avoir dans le sang et compte tenu que Kyo à le portable de Kai tu devrais éteindre le tien aussi..."

    Même si Kyo n'aura peut être pas percuté tout de suite qu'il peut toujours appeler sur le portable de l'autre guitariste. Il sait que son chanteur n'aura pas bu mais il sait aussi que dans ce genre de soirée il sait être un peu lent...

    Son attention revient à la boîte qu'il n'a toujours pas ouverte et avec une petite exclamation indigné il tente d'éviter le regard d'Uruha tout à coup. Ce coup de fil et surtout le contenu final l'a mit légèrement mal à l'aise et il ne souhaite pas vraiment que son compagnon se fasse de fausses idées.

    Avec soin, il déballe donc le coffret et l'ouvre. Pendant une minute, ses yeux noirs fixe le contenu, légèrement incrédule et sans voix. Puis, avec délicatesse comme s'il avait peur d'en briser le contenu, Die se saisit de l'objet.

    C'est une chaînette en argent ni, ni courte ni longue au bout de laquelle pend un médiator en pierre précieuse d'un rouge grenat presque sang. Sous la lumière du plafonnier de sa voiture il apparaît tantôt noir tantôt écarlate et Die joue un instant à ce jeu de lumière en faisant glisser le pendentif entre ses doigts.

    Un petit sourire sincère et profondément touché s'invite à nouveau sur son visage. Voilà bien un cadeau auquel seul un guitariste avec un certain goût aurait pu penser...

    - "Uruha... Merci c'est... C'est superbe je sais pas quoi dire.."

    Il voudrait ajouter quelque chose comme "je ne peux pas accepter" mais il se retient parce que si. Il va le faire. Die va accepter le cadeau et même qu'il va l'enfiler tout de suite.

    Bougeant le rétroviseur pour se voir dedans, Die détache la chaînette et après quelques minutes de galère il se tourne, contrit :

    - "Un petit coup de main pour un handicapé de l'adresse ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mar 2 Fév - 2:39

    Uruha s'était amusé de la surprise qu'avait affiché Die alors qu'il découvrait la petite boîte dans sa main. Il ne semblait vraiment pas s'y attendre et pourtant, le guitariste de GazettE avait eu terriblement peur que Die s'en doute. Pour lui, c'était évident. Pour le beau guitariste, ça semblait moins l'être. Il ne connaissait pas encore très bien Uruha et ça paraissait.

    Tant mieux, il fallait en profiter pendant que ça passait ! Uruha savait qu'à force de le fréquenter, il devenait assez facile de lire en lui... sauf quand il décidait de faire ressortir son petit côté de diva capricieuse. Alors là, gare à vous ! Mais sinon, Uruha était tout en douceur et assez constant.

    Cependant, alors que Die était sur le point d'ouvrir son présent, son portable se mit à sonner. Uruha se mordit doucement la lèvre inférieure, retenant une exclamation de déception. Mais, lorsqu'il vit le nom de Kyo apparaître à l'écran, il s'inquiéta légèrement... ce qui ne semblait pas être le cas de Die qui raccrocha avant même de dire un seul mot.

    Uruha fronça les sourcils. Oui bon... il ne fallait pas charrier non plus. Certes, Kyo les dérangeait, mais il avait peut-être un problème, non ?


    - Mais, c'était peut-être important...?

    Celle-là, il n'avait pas pu la retenir. C'était probablement son côté mère poule qui ressortait encore, même avec un membre qui ne faisait pas partit de son propre groupe. Cependant, il n'eu pas à se faire un sang d'encre bien longtemps : avant même que Die ne lui réponde, son portable sonnait à nouveau... cette fois Kai !

    Visiblement inquiet cette fois, Uruha ouvrit à nouveau la bouche, protestant faiblement pour qu'il ne raccroche pas au nez du batteur comme il l'avait fait pour Kyo.


    - Daisuke...

    - Daisuke ! Bâtard tu me raccroche au nez !

    Uruha sursauta en entendant la voix à l'autre bout du fil. Il plaqua une main contre sa bouche pour retenir un éclat de rire alors qu'en arrière plan, Kai protestait vivement. Il fronça les sourcils alors que Kyo baragouinait un commentaire à propos de son peignoir... Quoi ? Kai aurait emprunté un peignoir au chanteur de Dir en grey ?

    Le guitariste lance un petit regard confus à l'homme assis à ses côtés en chuchotant doucement :


    - Un peignoir ?

    Mais il n'a pas le temps de s'interroger plus longtemps que soudainement, une litanie de « Joyeux anniversaire ! » retentit dans les petits hauts-parleurs du téléphone cellulaire. Un doux sourire s'étire sur les lèvres d'Uruha lorsqu'il entend ça. Die, quant à lui, semble un peu frustré, même s'il est probablement ravi de cette attention.

    Uruha sourit tendrement au guitariste en balayant affectueusement une mèche de cheveux de son front alors qu'il clos finalement la discussion avec le petit chanteur blond, une discussion qui se termine dans un cri de protestation.

    Alors comme ça, ces petits chenapans ont parié sur la façon dont leur soirée finissait ? Eh bien...


    - Vu la dose d'alcool qu'ils doivent avoir dans le sang et compte tenu que Kyo à le portable de Kai tu devrais éteindre le tien aussi...

    Uruha opine brièvement avant de sortir son portable de sa poche arrière pour l'éteindre. Puis, il se retourne pour faire face à un Die apparemment mal à l'aise. Il rigole doucement, mais ne dit rien, faisant plutôt un signe de main vers la boîte pour que l'homme l'ouvre enfin.

    Là, ils ne peuvent plus être dérangés, n'est-ce pas ?

    L'androgyne est à peu près aussi excité que Die semble l'être d'ouvrir ce présent. Pourtant, il sait très bien ce qu'il contient ! Mais, il a terriblement hâte de voir l'expression sur le visage du guitariste lorsque celui-ci va découvrir ce qu'il lui a offert.

    Et il faut avouer que ce fut sans prix pour Uruha. L'homme laissa échapper un petit rire en voyant l'air presque ébahit de Die.


    - Uruha... Merci c'est... C'est superbe je sais pas quoi dire..

    Le guitariste glisse une main sur la cuisse de Die, satisfait au plus haut point.

    - Mais ne dis rien. Tes yeux parlent pour toi, takaramono.

    Le moment était parfait. Vraiment. On aurait pu demander à Uruha de décrire un moment idéal dans sa vie et c'est probablement celui-ci qui aurait ressortit. Ça et un bon spectacle qu'ils avaient donnés à Kyoto il y a près de quatre ans. C'est le genre de souvenir qui n'a pas de prix et que l'ont chéri pendant longtemps, très longtemps...

    Tout en douceur, Uruha prit la petite chaîne dans ses mains lorsque Die lui demanda de l'aide. Il laissa ses doigts explorés la nuque de l'homme même s'il n'en aurait pas eu besoin, caressant cette peau frissonnante sous ses doigts. Puis, une fois la chaînette bien attachée, il dépose un petit baiser dans la nuque de Die pour finalement s'éloigner légèrement.


    - J'ai eu tellement peur que tu ne l'aime pas !

    Uruha rigole doucement en glissant une main dans ses cheveux pour les lisser. Il avait longuement hésité devant différents modèles de ce bijou à la bijouterie. En fait, il avait hésité devant plusieurs modèles, mais c'est celui-ci qu'il avait retenu. Pour la couleur, il avait pensé à la seule couleur que lui évoquait Die : rouge. Le rouge, c'était la couleur de ses cheveux, certes, mais c'était surtout la couleur de la passion et du désir. De l'amour aussi.

    Uruha était amoureux.

    L'homme poussa un petit soupir de satisfaction. Mais, soudainement, il se fit légèrement songeur. Glissant un doigt sur sa lèvre inférieure, geste qu'il avait lorsqu'il réfléchissait à quelque chose d'important pour lui, il demanda lentement :


    - C'est quoi cette histoire de peignoir de Kyo qui serait en possession de Kai ?

    Uruha fronça les sourcils, désapprobateur. Kai avait toujours été extrêmement discret sur ses aventures. Enfin... il se croyait plus discret qu'il ne l'avait réellement été. Ils avaient tous vu que quelque chose n'allait pas bien lorsque sa dernière relation amoureuse avait connu une fin assez tragique. Certes, Uruha ne savait pas comment ça s'était terminé, mais un soir il avait coincé Reita dans un coin et celui-ci n'avait pas eu d'autre choix que de cracher des informations. Uruha pouvait être terrifiant parfois.

    Kai s'était entiché d'un mauvais garçon. Première surprise... Uruha - comme tous les autres membres - n'aurais jamais cru que Kai puisse être aussi hétérosexuel qu'Elton Jones, bien au contraire ! Malheureusement pour lui, il semblerait que leur petit batteur ait un gros problème à ce niveau là : il ne tombe que sous le charme d'hommes qui ont tout pour lui briser le coeur !

    Kyo se vente bien d'être un warumono, non ?

    Uruha soupire en levant les yeux au ciel. Cette fois, si Reita ne s'en mêle pas, c'est lui-même qui le fera ! Pas question de laisser leur leader se rompre le cou une fois de plus ! Mais.. il en oubliait presque Die maintenant.

    Uruha s'approche de l'homme partageant l'habitacle de la voiture avec lui, une mine désolée au visage.


    - Excuse-moi. C'est juste que Kai a tout intérêt à ne pas approcher un homme qui pourrait encore lui briser le coeur... Je ne connais pas Kyo, mais sa réputation le précède...

    Le guitariste glisse doucement une main sur la cuisse de l'homme, minaudant à nouveau. Ses lèvres se perdent dans le cou de Die alors qu'il murmure, enjôleur :

    - Mais peu importe. Pour l'instant, c'est notre soirée, mon coeur...

    Il mordille le lobe de l'oreille de l'homme, son coeur battant frénétiquement dans sa cage thoracique. Dai savait-il à quel point il était désirable ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Dim 7 Fév - 17:27

    Die eu un petit sourire en sentant les mains d'Uruha s'égarer le long de sa nuque, créant rapidement une très légère chaire de poule sur son épiderme. Y a pas, le guitariste était aussi habile de ses mains que de ses charmes et présentement, c'était tout à son honneur.

    - J'ai eu tellement peur que tu ne l'aime pas !

    Hé bien qu'il se rassure parce que ce présent plaisait énormément à Die. Et il lui plaisait d'autant plus qu'il était tout aussi de bon goût qu'innatendu. Et puis de son point de vu, c'était un témoignage plutôt fort... Fallait admettre qu'ils se connaissaient peu. Vraiment peu et Uruha avait déjà consacré un peu de temps pour lui trouver un cadeau anniversaire et il ne lui avait pas choisit une babiole...

    Daisuke soupira, se remettant correctement dans son siège, bougeant à nouveau le rétroviseur central pour bien voir son cou dedans. Il faudrait qu'il se rattrape pour noël...

    - C'est quoi cette histoire de peignoir de Kyo qui serait en possession de Kai ?

    Die sortit de sa contemplation du petit miroir pour fixer à nouveau son charmant compagnon. A dire vrai, ces derniers jours ils avaient un peu couru dans tous les sens chez Dir en Grey et Kyo et lui avaient eu peu de temps pour se voir et discuter. Pourtant, dieu sait que certains sujets devaient être abordé...

    - "Je ne sais pas, je n'ai pas pu vraiment parler avec Kyo ces derniers jours. En fait il voulait que je passe cette nuit dans sa chambre après notre rendez vous, je suppose qu'il savait qu'on aurait beaucoup à se dire."

    Oui, parce que si certes, Die allait se montrer particulièrement curieux vis à vis de ce que Kyo pouvait savoir au sujet d'Aoi, Ruki et donc maintenant Kai... Il savait que son chanteur se ferait aussi curieux vis à vis d'Uruah. Et d'une façon nettement plus respectueuse -même si les formes y manqueraient peut être- que ce à quoi il avait eu droit au téléphone.

    Uruha semblait préoccupé et cette préoccupation se lisait sur son visage. Allons bon, pourquoi se prendre la tête pour une histoire de peignoir ? Si ça se trouve, l'histoire en question était une affabulation de plus du chanteur, ce qui n'était pas impossible.

    Le guitariste semble passer par toutes les étapes d'une profonde réflexion avant d'en revenir à lui et Die ne peut s'empêcher de soupirer de contentement lorsqu'Uruha semble enfin en revenir à lui. Manquerait plus que le chanteur et le batteur lui ruine leur soirée... C'était son anniversaire ! Il voulait en profiter non mais ho !

    - Excuse-moi. C'est juste que Kai a tout intérêt à ne pas approcher un homme qui pourrait encore lui briser le coeur... Je ne connais pas Kyo, mais sa réputation le précède...

    Un petit sourire vient flotter sur les lèvres de Die lorsqu'une main revient caresser sa cuisse. Les premières mots d'Uruha lui amène un autre sourire signalant qu'il est totu pardonné jusqu'à ce que les derniers mots soient prononcés.

    Loin d'imaginer que ses paroles avaient pu le choquer, Uruha continua de minauder, venant glisser ses lèvres dans son cou en lui murmurant une phrase certes agréable au premier abord mais qui, hélas, n'apaisait pas sa rancune face à la précédente.

    Réfrénant un gémissement alors qu'Uruha venait lui mordiller le lobe de l'oreille, Die le repoussa, le ramenant à son siège alors que lui même collait le dos à la portière de sa voiture. Die garda un instant de silence, faisant le point et calmant ses ardeurs de façon à avoir un minimum de logique dans ce qu'il allait dire.

    - "Sa réputation ? Quelle réputation ? Kyo n'est pas spécialement connu pour ses frasques amoureuses, alors de quoi tu parle ?"

    Non, ça il n'était pas content. Pas content du tout de voir Uruha émettre un jugement sur SON chanteur, SON meilleur ami, SON frère. Et peu importe s'il avait l'air trop possessif vis à vis de Kyo. Il l'avait vu faire une descente aux enfers et encore aujourd'hui il lui arrivait de trembler parfois pour lui lorsque passait dans ses grands yeux bruns une lueur qu'il ne lui avait que trop vu par le passé.

    - "Je pensais que toi au moins tu pouvais faire la différence entre ce que les gens sont vraiment et l'image qu'ils veulent se donner !"

    Die revint s'asseoir correctement sur son siège avant de poser ses deux mains sur le volant. Il ne dit plus rien un instant avant de sortir son jeu de clef pour mettre le contacte.

    - "Qui te dis que ce n'est pas Kai qui pourrait lui faire du mal ? Ha elle a bon dos son image de warumono hein. Allons y, mettons tout sur le dos de Kyo, c'est facile. Et puis c'est sa faute aussi sans doute ce qui arrive à Aoi !"

    Die releva le frein à main avant d'enclencher la première alors qu'il sortait du parking.
    Il secouait la tête nerveusement, visiblement pas ravi du tout de la tournure des évènements. Inspirant un grand coup, il se calma néanmoins un peu :

    - "Je suis désolé, je m'énerve. Mais Kyo c'est... C'est trop pour moi que d'entendre parler de lui comme ça. Présentement n'hésiterais pas entre mes sentiments pour toi et mes sentiments pour lui."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mer 10 Fév - 14:44

    Uruha était de plus en plus emballé à l'idée d'avoir cette petite soirée seulement à eux... entre amoureux, peut-on le dire ? Le guitariste osait espérer que si. Après tout, ça semblait aller à merveille entre eux, non ? Les caresses, les cajoleries, les mots doux...

    Et alors qu'Uruha était sur son petit nuage, appréciant la compagnie de son partenaire, il se fit soudainement repousser. L'homme resta un instant sans voix, ahuri. Que se passait-il donc ? En un claquement de doigts, l'attitude de Die avait changée du tout au tout et il fallait admettre que ce Die là, celui qu'il avait en face de lui, il ne l'avait jamais vu. Et il aurait probablement préféré ne jamais le voir, en fait.


    - Sa réputation ? Quelle réputation ? Kyo n'est pas spécialement connu pour ses frasques amoureuses, alors de quoi tu parle ?

    Non, effectivement, on entendait très peu parler de la vie amoureuse du chanteur de Dir en grey. Cependant, on avait très longtemps entendu parler de Kyo pour ses mises en scènes pour le moins... horrifiantes. Il fallait être sourds ou complètement désintéressé de la scène musicale japonaise pour être passé à côté de la période obscure du chanteur !

    Les fans en avaient pour leur argent à l'époque. Kyo s'adonnait à des séances de mutilation sur la scène. Certes non, il ne savait pas ce qui se cachait derrière tout ça... mais n'importe qui de sensé aurait ses réserves face à un tel homme ! Ça ne faisait pas de Kyo un être abject et il ne l'avait pas dit non plus !

    Et pourtant, Die semblait vraiment être remonté contre lui. Uruha le fixait, une lueur d'incompréhension douloureuse brillant dans son regard automnal.


    - Je pensais que toi au moins tu pouvais faire la différence entre ce que les gens sont vraiment et l'image qu'ils veulent se donner !

    Uruha accusa mal le reproche, mais ne broncha tout d'abord pas. Il déglutit avec difficulté, son regard passant de Die à l'extérieur de la voiture, comme si soudainement, il évaluait ses chances de retourner à l'hôtel à pieds. Non, soyons raisonnable... il ne le ferait pas. Et la seule raison pour ça, c'était pour ne pas laisser gagner Die.

    - Qui te dis que ce n'est pas Kai qui pourrait lui faire du mal ? Ha elle a bon dos son image de warumono hein. Allons y, mettons tout sur le dos de Kyo, c'est facile. Et puis c'est sa faute aussi sans doute ce qui arrive à Aoi !

    Cette fois, Uruha laissa échapper un petit cri de protestation. Mais, Die n'en avait apparemment pas fini et le guitariste de GazettE ne put en placer une.

    - Je suis désolé, je m'énerve. Mais Kyo c'est... C'est trop pour moi que d'entendre parler de lui comme ça. Présentement n'hésiterais pas entre mes sentiments pour toi et mes sentiments pour lui.

    Voilà... Elle était bien bonne celle là ! Monsieur s'excusait... pour rajouter un truc encore plus blessant que ce qu'il avait dit quelques secondes plus tôt ! Uruha se renfrogna. Il était blessé et en colère, un très mauvais combo pour un homme ayant le caractère qu'il avait.

    Il croisa les bras - premier mauvais signe - puis s'éloigna complètement de Die pour planter son regard à l'extérieur, par la fenêtre de sa portière - deuxième mauvais signe. Lorsqu'il s'adressa à Die, ce fut sur un ton sec qui n'avait sûrement rien à envier à Shinya lorsqu'il se mettait à détester quelqu'un sans raison.


    - Au cas où tu ne t'en serais pas aperçu, Daisuke, tu en as dit beaucoup plus que moi et tes mots étaient beaucoup plus blessants !

    Il inspire profondément, tentant de retrouver un semblant de calme. C'est presque voué à l'échec... Presque, parce qu'il se maîtrise encore parfaitement bien et s'il est sec, il n'est pas non plus sur le point d'exploser, loin de là. Étrangement, cette fois, ça fait plus de mal que de colère...

    - Kyo a choisit de véhiculé une image de warumono. Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même si les gens s'en méfie. Je ne le connais pas et je n'ai pas la prétention de pouvoir le juger. Je n'ai pas laissé entendre quelque chose de semblable non plus. Seulement, j'ai peur pour Kai. C'est tout ! Ça aurait été n'importe qui d'autre de ton groupe... Votre réputation vous précède tous ! Pas d'histoire amoureuses, Daisuke... Mais de comportement ! Qu'est-ce que j'en sais si c'est vrai ou pas ?! On me prête bien une histoire torride avec Aoi... ou encore une entre Ruki ou Reita, chez nous ! Je m'en fous complètement ! Mais Kai est du genre à toujours trop s'investir dans une relation... Quelle soit sérieuse ou pas et... Oh mais ça n'a aucun sens, bordel !

    Cette fois, il commençait à s'énerver, mais après lui-même. Il tentait d'expliquer quelque chose à Die qu'apparemment, celui-ci ne pourrait pas comprendre. Il était probablement encore remonté à cause des soit disant accusations qu'avaient formulées Uruha.

    Alors, le guitariste se tourna vers le beau brun. Il l'observa, sérieux.


    - Tu m'as blessé. Il y a des choses que je sais déjà. Par exemple, que Kyo compte plus pour toi que moi. Mais il y a une différence entre savoir et se faire dire. Je ne veux pas que tu me dises ces choses !

    Un nouveau regard vers la fenêtre lui fait comprendre qu'ils vont bientôt arriver à l'hôtel. Tant mieux.

    - Tu as mis dans ma bouche des mots que je n'avais pas dis et encore moins pensés. Maintenant, si tu préfères encore aller retrouver Kyo, je ne te retiens pas.

    L'homme croise à nouveau les bras, la tête haute. Il est fier même dans la querelle la plus basique. Et, surtout, ça l'empêche de faire couler les chutes du Niagara à tout bout de champ. Pas question de céder pour une telle bagatelle.

    Il n'avait cependant pas mentit : Daisuke l'avait blessé à tenir de tels propos à partir de rien et il n'allait sûrement pas l'emporter au paradis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   Mer 10 Fév - 17:35

    Partit la chaleur, partit la bonne humeur et l'ambiance cotonneuse. Uruha est contrarié et en fait, lui aussi, même si après avoir craché son venin, Die se sent redevenir maître de lui même. Kyo n'est pas un bon sujet avec lui. En aucun cas. Psychologiquement, il n'est pas encore remit de tout ce qu'il a traversé avec le chanteur.

    - Au cas où tu ne t'en serais pas aperçu, Daisuke, tu en as dit beaucoup plus que moi et tes mots étaient beaucoup plus blessants !

    Le ton du guitariste est sec, distant et un bref frisson courre sur l'épiderme de Die en l'entendant claquer dans l'habitacle. Inexplicablement, c'est encore plus fort à cause du fait qu'Uruha s'adresse toujours à lui par son véritable prénom.

    - Kyo a choisit de véhiculé une image de warumono. Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même si les gens s'en méfie. Je ne le connais pas et je n'ai pas la prétention de pouvoir le juger. Je n'ai pas laissé entendre quelque chose de semblable non plus. Seulement, j'ai peur pour Kai. C'est tout ! Ça aurait été n'importe qui d'autre de ton groupe... Votre réputation vous précède tous ! Pas d'histoire amoureuses, Daisuke... Mais de comportement ! Qu'est-ce que j'en sais si c'est vrai ou pas ?! On me prête bien une histoire torride avec Aoi... ou encore une entre Ruki ou Reita, chez nous ! Je m'en fous complètement ! Mais Kai est du genre à toujours trop s'investir dans une relation... Quelle soit sérieuse ou pas et... Oh mais ça n'a aucun sens, bordel !

    Uruha parle à nouveau de Kyo et Die inspire profondément pour ne pas l'interrompre et le laisser parler. Rester calme surtout, keep cool. Il peut faire ça. D'autant que le GazettE ne dit pas réellement de mensonge. C'est juste... Juste... En fait il ne saurait pas l'expliquer sur l'instant alors Die laisse toute la latitude à Uruha pour lui cracher à son tour toute sa rancune.

    - Tu m'as blessé. Il y a des choses que je sais déjà. Par exemple, que Kyo compte plus pour toi que moi. Mais il y a une différence entre savoir et se faire dire. Je ne veux pas que tu me dises ces choses !

    Die évite l'embarder à ces mots. Est ce que c'est de la jalousie ? Uruha et Kyo ne joue pas du tout sur le même tableau, il a de l'affection pour chacun d'eux mais pas du tout le même type d'affection justement.

    - Tu as mis dans ma bouche des mots que je n'avais pas dis et encore moins pensés. Maintenant, si tu préfères encore aller retrouver Kyo, je ne te retiens pas.

    Ils sont bientôt à l'hôtel mais Die commence à se dire que s'ils y parviennent tout de suite, le problème ne se règlera pas. Donnant un coup de volant, le guitariste s'arrête dans des crissements de pneus sur le bas côté. Il laisse la batterie tourner mais coupe le moteur.

    Pendant un instant il reste là, à regarder devant lui par le pare-brise sans rien dire, tentant de faire le point sur la situation. Il ne sait même plus comment parler à Uruha pour parvenir à l'atteindre pour pouvoir lui dire ce qui lui semble important.

    Alors comme si c'était le seul moyen de briser rapidement la glace il se contente d''abord d'un simple mais sincère :

    - "Je t'aime."

    Il laisse passer à nouveau une poignée de seconde, histoire d'être à peu près sûr d'avoir l'attention d'Uruha et puis il reprend, gardant sa position droite, les yeux rivés dehors comme si c'était plus facile de se la jouer révélation.

    - "Vraiment, en quelques jours tu m'as mit sans dessus dessous, j'ai même encore du mal à l'accepter et les autres n'ont pas finit de se foutre de moi pour ça."

    Son regard revient à Uruha et il le fixe un moment, pensif.

    - "Kyo s'est drogué par le passé. Et ce qui en est ressortit c'est... Tout ce à quoi tu as bien pu penser à son sujet. Et encore la scène c'était qu'une partie de l'iceberg. Il était désespéré et j'ai jamais vraiment su pourquoi. Les mutilations, les quasi overdoses... Je passais parfois jusqu'à 6 fois chez lui pour m'assurer qu'il était vivant, qu'il ne s'étouffait pas dans son vomi ou qu'il ne s'était pas ouvert les veines dans une crise de démence. J'ai mit des mois avec les autres à le convaincre de faire une cure."

    Ses mains serrent convulsivement le volant alors que son regard coule à nouveau vers l'extérieur.

    - "Moi aussi je sais ce que c'est que d'avoir peur de voir un ami retomber dans quelque chose qui lui briserait les reins, mais si on est toujours là à surveiller qu'il ne tombe pas, on ne pourra JAMAIS le laisser voler à nouveau tout seul et on ne vivra pas nous même ! Le mieux qu'on puisse faire c'est de lui faire comprendre qu'on sera toujours là s'il se vautre."

    Son coeur lui semble douloureux dans sa poitrine. Ca fait un moment qu'il a comprit que sur-protéger Kyo ne servait à rien d'autre que de le rendre plus fragile.

    - "On est des amis. On est là pour leur dire quand ils font une connerie ou pour les aider à réfléchir, mais sûrement pas pour leur mettre des doutes. Si Kai se plante, je suis désolé de te le dire mais c'est qu'il devait se planter."

    Die se passe nerveusement une main dans les cheveux.

    - "A chaque relation qui peu potentiellement mettre Kyo sur les rotules moi aussi je tremble. J'en dors pas de la nuit et je me demande s'il saura m'appeler en cas de pépin. Et il l'a toujours fait malgré son caractère de merde. Kai le fera aussi, faites lui juste confiance."

    Le guitariste lâche enfin son volant pour se tourner à nouveau vers son homologue.

    - "Je suis désolé de m'être emporté. Je sais que tu t'inquiète. Moi aussi je suis inquiet. Et je sais que t'es une vraie mère poule. Faut juste pas étouffer tes petits."

    Sa main se porte spontanément au pendentif autours de son cou qu'il tripote distraitement en réfléchissant.

    - "Kyo n'est peut être pas le gars avec le meilleur passif du monde. C'est sans doute encore un grand dépressif dans ses périodes les plus noires... Mais c'est une personne de qualité, le meilleur ami que j'ai, je lui confierais tout. Alors si t'es encore prêt à me faire confiance, je te demande de lui confier Kai aussi."

    Die étend une mains, l'approchant lentement, laissant à Uruha tout le temps qu'il lui faut pour le repousser. Il veut juste lui caresser la joue, sentir un peu de sa chaleur et s'assurer qu'il ne lui retire pas complètement toute son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 10. Sweet poison   

Revenir en haut Aller en bas
 

10. Sweet poison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Diru feat. Gazetto-