Cassis

 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 7. Relâcher la pression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: 7. Relâcher la pression   Ven 11 Déc - 23:08

    Die était sous la douche, dans les vestiaires. A l'extérieur de la cabine il pouvait entendre Kyo qui se lançait dans une chanson backstage. Il lui semblait qu'il s'agissait de "raison d'être", mais à travers la cloison, avec le bruit de la douche et un Toshiya mort de rire qui lui hurlait de se taire par dessus, il n'en était pas vraiment certain.

    Cette soirée avait été épuisante. Et pourtant elle l'aurait pu l'être d'avantage. Il aurait pu se retrouver à accuser un spectacle beaucoup, beaucoup plus long. Mais finalement il n'avait pas du remplacer Aoi.

    Massant son épaule, endolorie d'avoir supporter le poids de sa guitare tout du long, le japonais se remémora rapidement la soirée. Les Gazetto et leur retard, le jeu de hasard pour se rendre jusqu'à l'hôtel savoir ce qui se tramait... Sa rencontre avec Uruha et celle pourtant invisible avec Aoi. Puis avec Ruki leur chanteur...

    Die soupira en fermant les yeux, profitant de l'eau chaude sur sa peau. On peut dire qu'il ne s'était pas attendu à ce qu'il avait vu et entendu. Entre le jeune chanteur qui avait tenté de défoncer la porte d'Aoi et la réaction de celui ci qui s'était renfermé dans sa chambre d'hôtel, s'avait été plutôt mouvementé.

    Uruha avait bien tenté de le mettre hors de portée d'oreille mais Aoi avait tellement hurlé au départ qu'il lui aurait fallut jouer de la guitare pour ne pas l'entendre et Die avait sérieusement douté du bon côté de l'idée.

    En tout cas, le guitariste avec lequel il s'était retrouvé enfermé dans une chambre lui aussi avait eu l'air terriblement anxieux. Et cette anxiété avait été tout à fait communicative. Est ce que ça leur arrivait souvent dernièrement ce genre de prise de bec ?

    Il avait même été tenté de demandé à Uruha s'ils ne feraient pas mieux d'appeler la sécurité ou quelque chose du genre. Die avait sérieusement pensé, un instant, que le chanteur allait se faire assassiner. Et ce n'est pas le regard inquiet qu'il avait capté quand ce dernier s'était fait entraîné dans la chambre qui avait été pour le rassurer.

    D'ailleurs, étonnant cette coupe de cheveux. Ca lui faisait... Un point commun avec Kyo en moins. Est ce que c'était le but ?

    Peu importe... Il s'était écoulé... Peut être vingt minutes avant que le bruit significatif de la porte d'en face s'ouvrant ne parvienne à leurs oreilles. Ils avaient l'air un peu bête tout les deux, caché comme deux gosses derrières la porte d'Uruha...

    En tout cas, la voix du chanteur était venu leur annoncer :

    1) Qu'il était toujours vivant -Die était vraiment soulagé, fallait pas croire-
    2) Que l'orage était passé.

    Surprenant de voir comme cette tornade qui avait eu lieu entre eux avait fait sortir Aoi de sa cachette. Finalement ces deux là s'étaient poussé à avancer mutuellement ce soir là, s'en rendaient ils compte ?

    Peu importe. En tout cas, Uruha l'avait planté là, courant presque dans la chambre du brun comme s'il avait craint que ce dernier ne referme la porte avant qu'il ne l'ai atteinte.

    De fait Die s'était retrouvé un peu bête au milieu de l'entrée de la chambre, ne sachant plus trop ce qu'il devait faire.

    Quand à la suite... Il était arrivé à la salle de concert, s'était fait questionner par un Toshiya terriblement curieux... Même Shinya et Kaoru, d'habitude peu curieux avaient semblé intéressé. Die s'était contenté de leur dire qu'ils arrivaient, échangeant un vague regard entendu avec Kyo.

    Comme il le pensait, leur chanteur en savait long sur la situation. En même temps, il avait nettement entendu Aoi hurler sur Ruki qu'il avait couché avec Kyo alors...

    Bref bref bref... Peu de temps après son arrivée, Ruki, Reita et Kai étaient arrivé, rapidement rejoint par Aoi et enfin Uruha. Il y avait eu peu de mots, la tension avait été assez palpable.

    Heureusement, Toshiya et Kai avait rapidement déridé tout le monde et chacun y mettant un peu du sien, sauf éventuellement les deux écorchés, l'ambiance bon enfant des derniers jours était revenu.

    Le concert en lui même avait été assez bon. Cependant, un oeil avertit aurait nettement pu percevoir le trouble du guitariste ainsi que du chanteur des GazettE. Ce dernier semblait s'être donné tout autant à fond que d'habitude mais ses regards cherchant du soutien parmi les musiciens que Die avait capté exprimait tout à fait la solitude qu'il ressentait sur la scène, pourtant au milieu de la foule.

    Arrêtant le jet d'eau, Die finit par s'extraire de sa douche. Il ne lui fallut pas long pour revêtir un pantalon craqué et un tee-shirt mettant en valeur sa silhouette fine, voir maigre. Il enfila une veste de costume par dessus et après avoir séché ses cheveux, il se contenta d'y donner un peu de volume d'une main.

    Une simple paire de basket lee cooper aux pieds et il récupérait son sac.

    Kyo l'interpella, lui proposant de se faire un jeu vidéo quelconque dans sa chambre -celle de Die puisque le chanteur leur avait admit avoir réussi l'exploit de perdre la télécommande de sa télé dans sa chambre- mais le rouquin avait décliné gentiment l'offre, prétextant une fatigue importante.

    Pourtant, une fois dehors, il se glissa dans une zone un peu plus sombre et, allumant une cigarette, se mit à attendre. Ce qu'il attendait ? Uruha. Il avait besoin qu'on lui mette les choses un peu au clair à lui aussi. En fait, il était un peu gêné d'avoir assisté à... Tout ça.

    Il vit bientôt sortir les autres membres de Dir en Grey qui n'avaient pas encore filé. Puis Ruki et Reita. Il suivit un instant les deux garçons du regard, soufflant la fumée de sa cigarette.

    Son attention fut à nouveau appelée vers la porte quand cette dernière s'ouvrit, laissant passer les trois derniers.

    Sortant de l'ombre pour faire savoir qu'il était là, Die s'approcha, écrasant son mégot de cigarette sous son talon. Son regard noir -maintenant qu'il était sans lentille- glissa sur la silhouette d'Aoi avant de venir se planter dans le regard d'Uruha.

    Il lui fit un petit signe de tête, l'invitant à venir légèrement à l'écart, comme s'il avait craint de pouvoir parler devant les deux autres membres du groupe pourtant plus concerné que lui.

    - "On peut parler...?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Ven 11 Déc - 23:38

    Uruha était exténué... et pas tant parce que le spectacle avait été plus long que d'habitude, loin de là, mais plutôt parce que la tension au sein même du groupe était palpable. Tellement que présentement, alors qu'il venait tout juste de sortir de la douche, il avait encore l'impression d'être tout tendu. L'homme posa une main sur l'une de ses épaules qu'il massa en grimaçant.

    Reita sortit de la douche au même moment tout en se moquant gentiment de lui. Évidemment, tout cela fini en guerre d'eau, mais ils étaient tous tellement exténués qu'entre Kai qui tomba une demi-douzaine de fois sur le derrière et Ruki et Aoi qui restaient dans leur coin (un coin différent...), cette bataille improvisée se termina rapidement.

    Dans la tête de tous et chacun, ce qui était arrivé cet après-midi trottait encore. Uruha était, à part les deux concernés, probablement celui qui y pensait le plus. Il tournait et retournait le problème - du moins ce qu'il avait pu en comprendre par les cris de ses amis - dans sa tête, tentant de comprendre ce qui s'était passé. Mais, il ne trouvait pas. Peut-être tout simplement parce que la réponse était si décevante qu'il préférait encore l'éliminer d'emblée. Après tout, à 30 ans, on ne devrait pas se comporter comme un adolescent qui en est à ses premières amours, non ?

    Quoi qu'il en soit, ce soir, c'était mort pour les plans à dix. Ils allaient probablement se reposer chacun de leur côté et il y avait fort à parier que les groupes ne se mélangeraient pas. Quoi qu'il n'aurait probablement rien eu à passer la soirée avec Die... N'était-il pas supposé faire pardonner son groupe en l'invitant manger ? Bon, il n'avait pas faim... Il était bien trop fatigué pour ça. Mais le bar de l'hôtel était chouette...

    Uruha fini de se maquiller vite fait alors que Kai devenait de plus en plus impatient. Il l'attendait avec Aoi... et quand Kai était impatient, il était comme un vrai gamin hyperactif. L'horreur. Au moins, c'était un peu moins tendu dans le vestaire. Ruki était parti avec Reita. C'était, en fait, un plan de base que les trois membres du groupe restant avaient élaborés ensemble. Ils savaient que tout le monde serait crevé après le spectacle et ne voulait pas d'une nouvelle tempête inattendue.


    - Uuuuuuruuuuuuhaaaaaaaaaaaaa !!!!!

    Le guitariste grogna en levant les yeux au ciel. Il hurla une rapide réponse à Kai en finissant d'appliquer avec soin du gloss sur ses lèvres... et voilà ! Oui, il le savait ; même Aoi n'avait pas pris la peine de se remaquiller avec tant de soin après le concert. Et après ?

    Ramassant vite fait son porte-feuille, l'homme le mit dans ses poches et sortit de la salle dans laquelle il reviendrait demain de toute façon. L'apercevant, Kai poussa un soupir de soulagement. C'est en discutant allègrement que les trois membres de GazettE sortirent dans l'air frais de la nuit.

    Un fin sourire étira les lèvres bien dessinées d'Uruha lorsque son regard croisa celui de Die. Quelle surprise...


    - On peut parler...?

    Uruha se mérita un petit regard malicieux de Kai mais, avant que celui-ci n'ouvre la bouche, il lui avait déjà donné un coup de coude.

    - Bien sûr. Par là...

    Il se dirigea dans la direction qu'il avait pointé, ignorant les rires de Kai alors que Aoi tentait de le calmer. Sur les lèvres de son ami, Uruha avait distingué un petit sourire amusé, mais rien de plus. Aoi n'était pas encore prêt à rigoler de tout et de rien, apparemment...

    Le guitariste entraîna l'autre un peu plus loin du groupe, alors que Kai et Aoi continuaient leur chemin vers l'hôtel. Ils pouvaient bien passer un peu de temps dehors, non ? Après tout, il faisait frais, certes, mais pas froid. Uruha s'assit sur un banc en sortant un paquet de cigarettes light. Il en offrit une à Die avant de se servir lui-même.

    Prenant son temps, parce que de toute façon, il savait très bien de quoi ils allaient parler, l'homme coinça la cigarette entre ses lèvres et l'alluma. Puis, il la retira, observant le filtre sur lequel un peu de gloss était imprimé suivant la forme de ses lèvres.


    - Alors...

    Un petit mot d'introduction qui aurait du servir à inciter Die à parler, mais pourtant, Uruha continua rapidement.

    - Je suis désolé que tu ais assisté à tout ça.

    Par dessus la fumée qu'il venait de souffler, Uruha jeta un petit regard à Die.

    - Et merci d'avoir accepté de remplacer Aoi même si tu ne l'as pas fait. C'est tout à ton honneur.

    En gros, il avait gagné une bonne place dans l'estime d'Uruha. Peut-être que ça lui était égal, au joli petit guitariste, mais pour Uruha, c'était quand même un peu important. Après tout, ils passeraient encore beaucoup de temps avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 0:08

    A sa grande satisfaction et surtout à son grand soulagement, Uruha ne fit même pas mine de ne pas comprendre ce que Die disait. Il y avait fort à parier qu'il s'était attendu à ça de toute façon. Normal compte tenu de tout ce qui avait eu lieu dans la soirée. En tout cas Die n'était pas le genre à rester "une tombe" quand une situation lui échappait et il comptait plutôt sur Uruha pour l'aider à relâcher la pression et à passer par au dessus.

    Certes, il s'inquiétait plus de l'avenir de Dir en Grey que de Gazetto et en même temps, on ne pouvait pas vraiment le lui reprocher. En tout cas, présentement, cette tournée devait tenir tel quel et Die comptait bien sur la survie de l'autre groupe jusqu'à son terme.

    Ca ne l'empêchait pas de se faire du mouron pour les principaux acteurs de cette comédie dramatique qu'ils se jouaient. Le guitariste avait vraiment cru qu'ils allaient s'entre-tuer ou quelque chose du genre. Et Dieu sait qu'il en avait vu des disputes chez les Dir...

    Il y eu un court échange amusé entre le batteur et Uruha que Die ne saisit pas immédiatement, se contentant de sourire aux deux autres hommes, juste par principe et parce que de toute façon, de manière générale, il était quelqu'un de souriant.

    - Bien sûr. Par là...

    Die opina avant de faire un petit salut de la main un peu gêné par la soudaine hilarité du batteur...

    - "Il est toujours comme ça...?" murmura t-il en suivant Uruha. Encore qu'il lui faisait un peu penser à Kyo comme ça. Du moins quand on connaissait la bête quoi...

    Ils s'éloignèrent, prenant une direction sensiblement différente de celle des deux autres et lorsque son homologue gazettien lui tendit son paquet de cigarette, Die en saisit une. Un sourire étira ses lèvres. Pas la même marque que les siennes, mais au moins Uruha fumait des light, tout comme lui.

    Saisissant son propre briquet il imita le brun, mettant le feu au petit tube de tabac. Le briquet retourna illico presto dans sa poche alors que soufflant une première bouffée, il jetait une oeillade discrète à l'autre homme.

    Marrant... Il avait eu l'air d'une lionne défendant son p'tit plus tôt dans la soirée, puis d'une diva provocatrice mais inaccessible sur scène et voilà que maintenant il était... Juste un bel homme fumant une cigarette et papotant au milieu de la nuit. Comme quoi fallait jamais tout à fait se fier aux apparences, surtout dans le monde du visual kei...

    - Alors...

    Die le regarda plus sérieusement, sentant soudainement qu'il n'aurait peut être même pas à en dire plus pour le moment. Uruha savait déjà ce qu'il voulait dire, il prenait les devant et Die l'en remerciait silencieusement d'un nouveau petit hochement de tête.

    - Je suis désolé que tu ais assisté à tout ça.

    Cette fois le rouqin fit un petit "non" de la tête l'air de dire "pas de soucis". En fait si, c'était un soucis, mais le geste avait été spontané et il n'allait pas le retirer maintenant...

    - Et merci d'avoir accepté de remplacer Aoi même si tu ne l'as pas fait. C'est tout à ton honneur.

    Un petit sourire passa sur les lèvres de Die alors qu'il portait à nouveau le filtre de sa cigarette à elles.
    Il laissa passer un court instant, laissant ainsi une situation assez confortable à son goût s'installer. La compagnie était bonne, la conversation intéressante... Que demandait le peuple ?

    - "Et comment va t-il ?"

    Puis marquant une courte hésitation il reformula :

    - "... Vont ils ?"

    On avait facilement tendance à oublier quand on ignorait la complexité de la situation que Ruki n'était pas qu'un bourreau dans la situation. Disons que les deux se partageaient des torts sans doute, le chanteur avait juste la mauvaise idée de montrer les siens à tout le monde.

    - "Je veux pas me permettre de juger mais cette histoire c'est... Wow..."

    Ouais "wow", c'est tout ce qu'il avait trouvé sur le moment. Fallait lui permettre d'être encore un peu surprit hein, pour lui ça faisait un peu "feux de l'amour" cette histoire d'Aoi amoureux de Ruki alors que celui ci semblait en rage contre lui et partant passer la nuit dans la chambre de son warumono à lui.

    - "Faites quelque chose parce que vous avez deux bombes à retardement. Enfin je sais que ça me regarde pas mais bon, vous m'avez foutu les boules ce soir putain..."

    Dans un petit sifflement, Die retourna à sa cigarette. Aucune honte à avouer à Uruha qu'il s'était fait un sang d'encre pendant ces vingt minutes où les deux guitaristes n'avaient pu faire qu'attendre

    - "Ca vous arrive souvent ? J'veux dire, t'as l'habitude ? Tu gères hein, je pense pas à mal mais bon... Ca craint, un peu..."

    Il s'empêtrait un peu là, cause de la fatigue sans doute.

    - "Bref..."

    Se mettant à regarder distraitement ses pieds, regardant précisément là où il les mettait, il répéta encore, plusieurs fois :

    - "Bref, bref, bref..."

    Finalement il ne savait pas tellement ce qu'il devait dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 5:33

    Accroché à sa nicotine en tube, Uruha fumait tranquillement. Il était bien moins stressé qu'il ne l'avait été pendant toute la journée et, étrangement, avec Die même les silences étaient confortables. Ainsi, alors que les deux guitaristes laissaient passer un moment sans parler, Uruha ne se sentait même pas mal à l'aise, même si c'était souvent le cas dans ce genre de situations.

    - Et comment va t-il ? .. Vont ils ?

    Un petit sourire amer sur les lèvres, Uruha haussa les épaules. Il n'en était pas trop certain. Il fallait avouer qu'ils n'avaient pas trop eu le temps de parler et encore moins l'envie. À quelques heures à peine du spectacle, ce n'était pas le moment de se vider le coeur. Mais, même si cette histoire concernait Aoi et Ruki, ils allaient devoir en parler tous ensemble à un moment ou à un autre, c'est certain. Pourquoi ? Tout simplement parce que quand on est un groupe, tout ce qu'on fait influence directement ou indirectement les autres membres. Et que ça... c'était quand même la cerise sur le gâteau, on ne pouvait pas le nier.

    - Je veux pas me permettre de juger mais cette histoire c'est... Wow...

    Uruha soupira en posant son regard sur Die. Il hocha la tête de haut en bas, l'air abasourdie lui aussi. Ça leur pendait au nez depuis combien de temps sans qu'ils n'aient rien remarqué ? C'est fou, quand même...

    - Faites quelque chose parce que vous avez deux bombes à retardement. Enfin je sais que ça me regarde pas mais bon, vous m'avez foutu les boules ce soir putain...

    Nouveau hochement de tête de la part d'Uruha. Il en avait bien l'intention. Pas question de laisser une telle situation envenimer le groupe ! De plus, c'était tellement enfantin que le guitariste avait l'impression qu'il n'allait tout simplement jamais comprendre ce qui s'était passé pour que ça devienne aussi grave que ça.

    - Ca vous arrive souvent ? J'veux dire, t'as l'habitude ? Tu gères hein, je pense pas à mal mais bon... Ca craint, un peu...

    Nouveau rire, cette fois plus amusé. Si ça leur arrivait souvent, ce genre d'enfantillage ? Heureusement que non, parce qu'il aurait quitté le groupe bien plus rapidement que ça ! Qui pouvait survivre à plusieurs coups de becs et ongles de cette façon ? C'était d'un ridicule... Oh, il ne fallait pas s'y m'éprendre non plus. Uruha tentait bien de comprendre les deux hommes et savait qu'ils vivaient des moments difficile. Ça, tout le monde pouvait s'en apercevoir de toute façon... Mais... Mais c'est ça, voilà tout.

    Uruha prit une bouffée de sa cigarette. Il souffla doucement la fumée en observant Die. Amusé, il lui répondit :


    - Nah, t'inquiète pas. Si jamais tu m'intéresses un jour, j'irai pas coucher avec Kyo. J'irai te le faire comprendre de façon plus qu'explicite.

    L'homme balaya distraitement une mèche de cheveux de son pouce alors qu'il croisait les jambes, pensif. Il allait répondre aux questions de Die, certes, mais avant, il devait y réfléchir un peu. Après tout, il n'était pas dans la peau des principaux concernés. Et il ne le voulait sûrement pas ! Pas question non plus de mettre toute son énergie à réconcilier ces deux têtes de mules. Ils allaient devoir s'en sortir eux-même. Cependant, le guitariste ne pouvait pas non plus les abandonner à leur sort. Bref, c'était complexe...

    Resserrant le fin lainage qu'il avait mis pour sortir dehors autour de ses épaules, le guitariste androgyne laissa son regard planer au loin quelques instants. Il fini tout de même par ouvrir la bouche.


    - Je ne sais pas comment ils vont... On a pas trop eu l'occasion de se reparler. Et je sais que c'est dur à croire, mais je pense que le plus dur est sortit tantôt, à l'hôtel. Maintenant, c'est à eux de jouer. Ils doivent trouver un terrain d'entente.

    Il releva les yeux sur le guitariste de Dir en grey en souriant.

    - Je ne compte pas laisser mon groupe exploser en mille morceaux. Peut-être Aoi et Ruki sont-ils de vrais enfants sur le coup, mais ils vont s'en sortir... Même si pour ça, je dois remuer ciel et terre. De toute façon, je serais incapable de laisser mon petit Aoi dans cet état.

    Uruha servit à Die l'un des magnifiques sourires qu'il pouvait sortir lorsqu'il était d'humeur adéquate - ce qui était le cas malgré tout - et tapota le banc à côté de lui pour inviter le guitariste à s'y assoir.

    - Je peux t'appeler Daisuke ? J'adore ce nom...

    Aussi bien demandé, pour ne pas frustrer l'autre. Il avait bien entendu que les membres de son propre groupe l'appelaient tous Die. Ça lui ferait probablement étrange qu'Uruha, qu'il connaissait à peine, se permettre une telle familiarité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 17:27

    Le bon côté des choses c'est qu'Uruha ne semblait s'offenser de la curiosité de Die. Non décidément, ce gars là était d'un calme limite olympien quand on ne touchait pas à ses oilles...

    Le guitariste s'était contenté de lui répondre par de petits hochements de tête, des mimiques particulières ou des silences qui en disaient long. Pas tellement bavard apparemment... Ou bien peut être le laissait il simplement terminer avant de parler à son tour.

    Comme s'il cherchait à confirmer ce que Die avait pensé juste à l'instant, l'homme se mit à rire, prenant place sur un banc, coincé dans une relative obscurité. Ce qu'il disait n'avait pas eu pour but d'être drôle mais cette soudaine hilarité le détendit tout à fait. Die répondit au rire par un sourire conquit.

    - Nah, t'inquiète pas. Si jamais tu m'intéresses un jour, j'irai pas coucher avec Kyo. J'irai te le faire comprendre de façon plus qu'explicite.

    La cigarette de Die échappa de ses lèvres et il tenta de la rattraper. Il finit par y parvenir en la calant contre son ventre alors qu'elle chutait puis, poussant une exclamation douloureuse il la relâcha. Comme un con il avait réussi à se brûler !

    - "Putain !"

    D'un revers de mains, il donna quelques coups sur son tee-shirt où un petit trou grisâtre s'était fait, pas loin du nombril. On avait pas idée de sortir des trucs pareils ! Vraiment !

    Die jeta un petit regard de reproche au guitariste qui, l'air de rien, prenait ses aises sur le banc. Néanmoins il souriait toujours, en réalité très amusé par la remarque. S'il plaisantait à ce sujet c'est qu'au moins les choses allaient quand même mieux.

    Le roux ne se serait pas lui même permit ce genre de plaisanterie à la base... Mais que ça vienne d'Uruha, ça lui donnait en quelque sorte la permission de vraiment relâcher la pression. Et c'était tout bénef parce qu'il ne tenait pas à se retrouver à nouveau avec l'encolure entre les doigts fin du brun.

    Se serait dommage de se battre non ?

    Uruha finit par serrer son gilet autours de ses épaules en disant, le regard un peu dans le vague :

    - Je ne sais pas comment ils vont... On a pas trop eu l'occasion de se reparler. Et je sais que c'est dur à croire, mais je pense que le plus dur est sortit tantôt, à l'hôtel. Maintenant, c'est à eux de jouer. Ils doivent trouver un terrain d'entente.

    Die opina. Plus ça allait, plus il se rendait compte que ça ne l'intéressait pas tellement. Disons plutôt que ça ne le regardait pas tellement... Son intérêt n'était du qu'à la curiosité et d'aucun prétendait qu'il s'agissait là d'un bien vilain défaut.

    - Je ne compte pas laisser mon groupe exploser en mille morceaux. Peut-être Aoi et Ruki sont-ils de vrais enfants sur le coup, mais ils vont s'en sortir... Même si pour ça, je dois remuer ciel et terre. De toute façon, je serais incapable de laisser mon petit Aoi dans cet état.

    A nouveau il hoche la tête. Sans doute Reita et Kai pensait il la même chose à ce sujet. Aucun d'entre eux ne devait désirer l'implosion de leur groupe. Pas même les deux impliqués qui éprouvaient tout le monde moralement.

    En tout cas, Uruha redevenait une mère poule et Die eu un peu l'impression de voir Kaoru devant lui. Leur leader était un peu comme ça aussi, surprotégeant chacun d'entre eux... Surtout Kyo depuis son problème d'oreille en fait ce qui causait de nombreuses disputes idiotes entre eux.

    Quand à la dernière phrase... Die prit le temps de s'asseoir à côté du guitariste qui venait de l'y inviter. Il avait l'intention de rebondir sur le sujet mais à peine fut il assit qu'une question fut posée. Une étrange question d'ailleurs et Die l'observa, un peu surprit.

    L'appeler "Daisuke" ? Il y eu un court blanc et penchant la tête sur le côté, amusé, Die ouvre enfin la bouche :

    - "Il n'y a que Kyo qui m'appelle comme ça et jamais en public. Sauf s'il est très énervé !"

    La dernière occasion lui revint en mémoire et une petite sueur froide lui grimpa le long de l'échine. Si Aoi et Ruki savait être de vrai furie, le petit chanteur de Dir en Grey pouvait néanmoins leur apprendre encore quelques trucs.

    - "C'est pas que je refuse..."

    Sortant son paquet de cigarette de sa poche il en sortit une qu'il n'alluma pas. Du moins pas dans l'immédiat. Die se contenta de jouer un peu avec, la faisant glisser entre ses doigts.

    - "Mais ça me ferait trop bizarre !" finit il en riant.

    Puis reprenant un peu de sérieux, bien qu'encore très amusé il ajouta :

    - "Plus tard peut être !"

    Oui plus tard. Pour le moment, ça lui ferait étrange d'entendre son prénom dans la bouche d'Uruha. Il le savait parce que ça l'avait vraiment surprit et un peu retourné quand plus tôt dans la soirée il l'avait fait, spontanément.

    Ca n'avait pas été désagréable mais... En fait il n'aurait pas su dire pourquoi ça le gênait, c'était peut être juste une question d'habitude.

    Il précisa :

    - "Quand on se connaîtra mieux."

    Cette fois si Die fut surprit, se fut par lui même. Ca faisait bien longtemps qu'il n'avait pas prit le temps de faire de nouvelles connaissances. Du moins, bien longtemps qu'il n'avait pas eu envie d'apprendre à connaître quelqu'un... Peut être l'évènement chez les GazettE lui avait il permit de se rendre compte que parler un peu avec quelqu'un qui ne vous connaissait pas par coeur, c'était agréable...

    Le guitariste des Dir en Grey eu un petit regard pour Uruha dont l'air digne était légèrement entaché par ce sourire malicieux qu'il avait décidément souvent. C'était un peu, pour grossir l'image, comme une bonne soeur dont on devinerait la forme d'un portejartelle sous la longue robe noire.

    Regardant à nouveau vers lui, il amena à ses lèvres la cigarette avec laquelle il jouait encore. L'allumant, il prit conscience qu'il fumait vraiment trop dernièrement. Enfin ce n'était pas grave, il faisait partit de ces gens qui se défendaient derrière des clichés comme "il faut bien mourir de quelque chose".

    Comme Uruha fumait aussi, il ne serait pas dérangé de toute façon alors... Ce n'est pas comme si en étant guitariste, fumer nous empêchait de faire quoi que se soit. Die pensait notamment à Kyo qui fumait comme un pompier. Un jour elle lui anéantirait la voix, c'est sûr. Pareil pour l'autre chanteur d'ailleurs qu'il avait déjà vu en train de fumer.

    En fait... Oui c'est ça, d'eux dix il ne semblait y avoir que Shinya qui ne fumait pas. Allez, soyons généreux : loué soit Shinya !

    Observant la cigarette entre ses doigts, Die se rappela qu'avant qu'Uruha ne lui pose une question à propos de son prénom, il avait lui même eu l'envie de dire quelque chose. Il profita donc d'un silence pour faire sonner à nouveau le son de sa voix dans l'air.

    - "Tu as l'air proche d'Aoi. Vachement même."

    Non il ne sous entendait rien. Ou pas grand chose. Enfin peut être...

    - "Une dirait une chatte et son petit."

    Un petit rire secoua ses épaules :

    - "C'était vraiment très mignon ce campement devant sa porte..."

    Il s'écarta légèrement, saisissant le haut de son col en défiant le brun du regard, mimant l'attaque dont il avait été victime. Et à nouveau il eu un rire.

    - "Non j'ai l'air de me moquer mais je trouve ça super. J'aurais probablement fait pareil."

    Die se redressa, tendant une main à Uruha avant de ramener celle ci à lui. Si on aidait une femme à se lever dans une telle situation, on ne le faisait pas avec un homme. Il ne tenait pas à vexer le brun dans sa virilité. S'avait l'air bête mais Toshiya, la dernière fois que Die avait eu ce genre de geste, l'avait boudé pendant des heures...

    - "On dirait que tu as froid, tu veux qu'on bouge ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 19:07

    Uruha arqua les sourcils alors que visiblement, Die n'avait pas très bien pris sa remarque. Eh bien quoi ? C'était quand même pas si pire que ça, non ? Le guitariste afficha d'abord un air étonné. C'est qu'en ayant réagit aussi brusquement que ça, Die semblait presque... prude ? Eh bien, il n'en avait pourtant pas l'air au premier regard ! Certes, Uruha n'avait pas la langue dans sa poche et il le savait bien. Mais à ce point là ? Naaaah !

    L'air étonné du guitariste fut cependant assez rapidement remplacé par un air inquiet lorsque Die se brûla, lançant un juron par la même occasion. Il se redressa quelque peu, se mordant la lèvre inférieure comme s'il souffrait avec le pauvre Die. Eh bien... il y avait peut-être été un peu fort avec le guitariste ? Uruha se promit donc de surveiller ses paroles à l'avenir... parce qu'il ne voulait pas non plus avoir la mort de Die sur la conscience. Un arrêt cardiaque, ça arrive vite... façon de parler !

    La réponse quant à sa demande de l'appeler Daisuke fut plus qu'intéressante, il faut l'avouer. Et même si la plupart des gens auraient été soit froissés, soit gênés de se voir essuyer un refus, ce ne fut pas le cas pour Uruha. Nah, c'était bien le droit du guitariste. Et même que c'était réellement intéressant comme compromis.


    - Il n'y a que Kyo qui m'appelle comme ça et jamais en public. Sauf s'il est très énervé ! C'est pas que je refuse... Mais ça me ferait trop bizarre !

    Un petit sourire fleurit sur les lèvres d'Uruha. Alors comme ça, à peu près personne ne l'appelait Daisuke ? Pourtant, c'était un si joli prénom.

    - Plus tard peut être ! Quand on se connaîtra mieux.

    Le doux sourire d'Uruha devint amusé alors qu'il contemplait le guitariste. Il hocha doucement la tête en prenant une nouvelle bouffée de cigarette. Pendant quelques secondes, il observa la fumée qui s'éloignait de lui, balancée au rythme de la brise. Puis, son attention fut à nouveau posée sur Die.

    - C'est intéressant. J'aime bien cette option, Die.

    Il lui fit un petit clin d'oeil, prouvant ainsi que c'était réglo et qu'il avait bien compris. Pas de Daisuke entre eux... du moins, pour l'instant. Et c'est ce qui était intéressant là-dedans. Uruha comptait bien utiliser ce prénom en entier avant qu'ils ne se quittent pour retourner chacun de leur côté.

    Puis, ce fut silence... mais encore un silence confortable. Reprenant son sérieux, Uruha tira la dernière bouffée de sa cigarette pour ensuite la laisser tomber au sol. Il observa le petit bout de nicotine qui se consumait encore, puis finalement, l'écrasa du bout de sa chaussure noire. À ce moment, Die attira de nouveau son attention en ouvrant la bouche.


    - Tu as l'air proche d'Aoi. Vachement même. On dirait une chatte et son petit.

    Une chatte et son petit ? Un petit rire franchit les lèvres d'Uruha alors qu'il contemplait le visage mi-sincère, mi-moqueur du guitariste. Ah vraiment ? Oui, peut-être bien, en fait. C'était son genre, de toujours prendre la défense des autres. Enfin, uniquement quand il croyait qu'ils valaient l'effort. Et tous les membres de son groupe sans exception le valaient plus que n'importe qui d'autre.

    - C'était vraiment très mignon ce campement devant sa porte...

    L'androgyne laissa échapper un rire alors que l'autre mimait avec humour l'agression dont il avait été victime. Ah oui... il ne blaguait pas quand c'était le temps de défendre Aoi, c'est bien vrai. Il avait peut-être deux ans de plus que lui, mais pourtant, il lui semblait tellement jeune.

    - Non j'ai l'air de me moquer mais je trouve ça super. J'aurais probablement fait pareil.

    Uruha reprit son sérieux. Un sourire doux flottait encore sur ses lèvres, mais lorsqu'il parla, sa voix était grave et posée.

    - Je suis tout de même désolé pour ça... J'ai agis un peu impulsivement, il faut l'avouer. J'aurais pas du.

    Une main aux longs doigts fins se perdit dans les cheveux noirs alors qu'il posa à nouveau son attention sur l'horizon sombre. Un frisson le parcouru de la tête aux pieds et il retira rapidement sa main de ses cheveux. Ses doigts étaient glacés...

    Et comme s'il avait lu dans ses pensées, Die se leva et lui tendit la main, lui proposant de partir. Mais, avant même qu'Uruha n'ait pu faire un geste pour prendre cette main tendue, il la retira. L'homme resta assis pendant quelques secondes sans bouger, se demandant pourquoi il n'avait pas terminé son geste. C'était pourtant une belle attention.

    Penchant la tête légèrement sur le côté pour mieux observer Die, il déclara doucement, mais avec malice :


    - On ne propose pas d'aider un homme à se relever pour ensuite le lui refuser quelques secondes plus tard.

    Étirant le bras, il glissa sa main dans celle de Die et se releva. Ce faisant il réprima un petit frisson. C'est qu'il avait les mains froides, le pauvre. Uruha lui lança un petit regard concerné en serrant sa main dans la sienne pendant quelques secondes.

    - Tu devrais te balader avec des gants. T'es doigts sont quand même ce que tu as de plus important ! Enfin... pour ce qui est du travail, on s'entend.

    Un petit regard malicieux suivit cette remarque, mais cette fois, le guitariste se tue. Pas question de gêné encore plus le pauvre Die. Il s'était bien promis de tenir sa langue. Et pour ne pas faire d'histoires encore une fois, Uruha retira sa main de celle du guitariste, un petit sourire agréable sur les lèvres.

    - Je t'invite prendre un verre au bar de l'hôtel ou bien tu es trop épuisé pour ça ?

    Cette fois, il n'avait pas pu s'en empêcher de prendre un ton câlin, presque ronronnant, histoire de bien convaincre le beau Japonais. Attendant sa réponse, il se mordilla la lèvre inférieure en enroulant une mèche de cheveux autour de son doigt... pour finalement arrêter en affichant un air quelque peu blazé.

    - Bah... j'ai pas besoin de ça pour te faire comprendre que ça me ferait vraiment plaisir que t'accepte, hmm ?

    Trop direct ? Oh mais non, jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 19:44

    Uruha acceptait de s'en tenir à un simple "Die" entre eux. Dans un sens, c'était bête de la part du roux de vouloir se faire appeler comme ça. Die n'était jamais qu'un jeu de mot fait sur la base du diminutif de son prénom, ce qui rendait l'appellation presque plus personnelle...

    Sauf que comme c'était sous ce nom que les fan le connaissait, le surnom était devenu plus populaire que le prénom. Bien sûr...

    - Je suis tout de même désolé pour ça... J'ai agis un peu impulsivement, il faut l'avouer. J'aurais pas du.

    Hein ? Ha oui, sa petite crise de colère devant la porte d'Aoi. Die haussa les épaules. C'était vraiment rien. Avec du recul, rétrospectivement, il trouvait même ça assez drôle. Il répondit donc, amusé :

    - "Tu serais surprit, on ne me bouscule pas aussi facilement."

    Non ça, il savait se défendre et peut être que s'il n'avait pas été aussi surprit par la réaction d'Aoi derrière sa porte, il aurait peut être même répliqué, instinctivement. Heureusement ce n'était pas arrivé, sans quoi ils n'auraient jamais eu cette conversation des plus agréable.

    - On ne propose pas d'aider un homme à se relever pour ensuite le lui refuser quelques secondes plus tard.

    Die le regarda, confus. Il avait pensé bien faire en retirant sa main, de peur de heurter le jeune homme. S'il avait su... Enfin à ce niveau là il semblait ne jamais savoir, il se trompait toujours... Déjà à l'époque de ses premiers amours, Die avait toujours été maladroit...

    La main du brun vint se glisser dans la sienne et sans la retirer il le regarda néanmoins, surprit. Allons donc, qu'est ce qu'il faisait maintenant ? En tout cas, il agissait avec un naturel désarmant, comme si c'était un geste logique. D'ailleurs, ses doigts se resserrèrent sur sa main alors qu'il poursuivait sur sa lancé, innocemment :

    - Tu devrais te balader avec des gants. T'es doigts sont quand même ce que tu as de plus important ! Enfin... pour ce qui est du travail, on s'entend.

    Die le regardait toujours, se demandant soudainement ce qui passait dans cette jolie caboche. Le guitariste des Dir en Grey n'était pas homme à rougir où à se détourner. Peut être avait il une réaction un peu trop "rationaliste"...?

    La main fut retirée et comme s'il réfléchissait sérieusement à ce que l'homme lui avait dit, il frotta ses deux mains l'une contre l'autre. Un petit sourire revint, répondant à la malice de celui de l'autre :

    - "Les tiennes ne sont pas très chaudes non plus."

    Il n'avait pas tellement l'habitude d'avoir les extrémités froides. En fait, sans être rare, il ne se souvenait pas que se soit arrivé souvent. C'était peut être juste une question de circonstances...

    - Je t'invite prendre un verre au bar de l'hôtel ou bien tu es trop épuisé pour ça ?

    Le sourire de Die s'agrandit au fur et à mesure qu'il observait l'attitude d'Uruha changer. Non content d'avoir utilisé un ton caressant, il adoptait maintenant toute une attitude charmeuse.

    Si le rouquin n'était pas très joueur à ce niveau là, il lui aurait fallu faire preuve d'une trop grande mauvaise foi pour nier qu'il était flatté d'être la cible d'une telle attitude de la part d'un si bel homme.

    Chevelure d'ébène, regard d'un brun automnal -presque cuivré-, mouvement lascif voir limite provocateur mais néanmoins jamais vulgaire... Jusqu'à ce doigt qui entortillait une mèche de cheveux de façon presque enfantine et cette morsure inutile mais attirante.

    Ouais, Die était prêt à admettre qu'il y avait de l'attirance entre eux. Et pas que de son côté visiblement. Juste que lui n'était pas le genre à savoir se lâcher aussi facilement. Kyo disait parfois pour se moquer gentiment qu'il lui fallait d'abord atteindre l'orgasme psychologique avant celui physique.

    Ce n'était pas complètement faux. Et dans un sens, avec son caractère malicieux mais paradoxalement posé, Uruha lui offrait un plaisir intellectuel conséquent, même s'il n'allait pas lui dire comme ça.

    Pourtant, la franchise semblait être le propre de l'autre guitariste qui, stoppant ses minauderies finit par lui dire :

    - Bah... j'ai pas besoin de ça pour te faire comprendre que ça me ferait vraiment plaisir que t'accepte, hmm ?

    Die opina, le regardant toujours avec une lueur amusé, teinté d'intérêt.

    - "Non pas besoin."

    Puis amorçant quelques pas il reprit cependant :

    - "Mais ça te va bien."

    Alors qu'il tournait le dos à uruha à présent, ses pas l'emmenant vers un parking privé, il sortit un jeu de clef de sa poche.

    - "Tu viens ? J'ai ma voiture là bas. La flemme de marcher, il caille."

    Puis s'arrêtant une seconde pour se tourner vers le brun il ajouta, avec un petit clin d'oeil un rien gamin :

    - "On pourra se réchauffer."

    Réalisant le double sens il fronça les sourcils.

    - "Pourquoi tout à coup j'ai l'impression d'avoir dit un truc porno ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 20:34

    C'est avec une joie non dissimulée qu'Uruha laissa quelques instants sa main dans celle de Die. Il avait cru que l'homme retirerait la sienne, mais ce ne fut pas le cas. Tout ce qui changea chez lui fut cet air perplexe qui, une fois déposé sur les traits de son visage, lui donnait un air tout ce qu'il y avait de plus craquant. Il n'y avait pas là de quoi vouloir à tout prix retirer sa main... mais Uruha l'avait tout de même fait.

    Il avait replongé les siennes dans les manches du pull en laine fine qu'il portait façon manchon, les gardant ainsi à l'abri du froid. Die, pour sa part, frotta simplement les siennes ensemble. Au moins, il avait bien noté ce qu'il lui avait dit, non ? Ce n'était pas très prudent de se promener ainsi, les mains nues alors qu'il faisait de plus en plus frais. L'hiver tomberait bientôt sur le Japon et ça paraissait, surtout la nuit.


    - Les tiennes ne sont pas très chaudes non plus.

    Relevant la tête vers Die, Uruha laissa échapper un petit rire. Roh, mais ! Lui, ce n'était pas pareil. Il pouvait bien se promener tout nu en plein hiver... Nah, c'était pas si grave que ça. Disons seulement qu'Uruha était du genre à donner des conseils à tout le monde, mais ne les respectait lui-même que très peu.

    Peu importait pour le moment. Il se sentait câlin comme ça ne lui avait pas arrivé depuis longtemps et c'était toujours agréable. Enfin, peut-être pas toujours, parce que souvent, il était seul ou bien mal entouré quand ça lui arrivait. Les membres de GazettE, ça ne comptait pas. Eux, ils étaient comme ses frères. Par contre, le beau guitariste à ses côtés n'avait rien d'un « frère » et ça, Uruha l'avait bien remarqué. Et il ne comptait pas changé cela.

    Oh mais attention. Être câlin ne voulait pas dire vouloir sauter sur un homme et le bouffer tout rond. Nah. Dans ces occasions, Uruha avait envie de charmer, d'avoir de l'affection aussi. Et apparemment, ça fonctionnait assez bien avec Die...


    - Non pas besoin. Mais ça te va bien.

    L'intérêt que perçu Uruha dans son ton et son regard de charbon ne fit que lui redonner un peu plus d'énergie, alors qu'il aurait pourtant du être crevé. Quelle intéressante soirée en perspective ! Pas question de la gâcher en bâillant aux corneilles !

    Alors qu'il s'élançait dans une direction, voulant regagner l'hôtel au plus vite, Die prit plutôt un autre trajet. Fronçant les sourcils, Uruha s'arrêta net en l'observant. Mais, avant qu'il n'ait le temps d'ouvrir la bouche pour lui demander ce qu'il faisait, le beau guitariste répondit à sa question silencieuse.


    - Tu viens ? J'ai ma voiture là bas. La flemme de marcher, il caille.

    Uruha acquiesça en trottant joyeusement dans la direction de Die.

    - Je ne te le fais pas dire...

    Tout en disant cela, l'homme resserra un peu plus ses bras autour de sa taille, au risque d'agrandir les manches qui recouvraient maintenant entièrement ses mains.

    - On pourra se réchauffer.

    Une lueur amusée passa dans le regard d'Uruha, mais il décida de se taire. Cependant, Die ouvrit tout de même la bouche pour ajouter ce que l'autre guitariste pensait tout bas.

    - Pourquoi tout à coup j'ai l'impression d'avoir dit un truc porno ?

    Uruha haussa les épaules alors qu'un air de chaste innocence se peignait sur son visage. Il devança Die en disant seulement :

    - Peut-être parce que c'est comme ça que je l'ai compris ?

    Puis, il tourna la tête vers l'homme, un sourire malicieux aux lèvres. Un petit rire sortit de sa bouche et il replaça une mèche ébène en arrière de son oreille en offrant à l'homme son plus beau sourire. Non, son petit numéro de charme n'était pas fini, loin de là. Die ne semblait pas être le genre à séduire intentionnellement, même s'il le faisait pourtant très bien sans même s'en rendre compte. Pour Uruha, c'était le contraire : il aimait jouer le jeu de la séduction, mais pas avec n'importe qui non plus.

    Die ne semblait pas être n'importe qui. Et Uruha avait bien l'intention de tenter sa chance... dans les deux sens. Chance parce que Die pourrait ne pas s'intéresser à lui. Chance aussi parce qu'il pourrait finalement ne pas être lui-même si intéressant que ça pour Uruha... C'était encore à voir.

    Les deux hommes se dirigèrent vers la voiture de Die. Cet espace à la température un peu plus agréable que l'extérieur serait bien apprécié même si l'hôtel n'était pas bien loin ! Uruha s'en approcha, puis s'arrêta près de la porte. C'était probablement verrouillé et, en fait, il attendait autre chose. Ce n'était rien de sérieux. S'il ne le faisait pas, il ne serait pas vexé, loin de là. Mais, un peu plus tôt, Die avait « résisté » à l'envie d'être galant avec lui. Peut-être allait-il lui ouvrir la porte ?

    Rien n'était moins, sûr, mais Uruha voulait juste testé. Le petit sourire amusé qui fleurit sur ses lèvres alors qu'il observait le bel homme aux cheveux de feu voulait tout dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 21:10

    - Peut-être parce que c'est comme ça que je l'ai compris ?

    Die rit de bon coeur à cette remarque. Ouais, ça ne l'étonnait pas tellement que le brun l'ait prit comme ça. Et cette constatation n'avait rien de désobligeante. C'est juste que l'atmosphère entre eux était légèrement échaudée et immanquablement, tout ce qu'ils pouvaient bien dire était parfois tiré de son contexte.

    Aouch, ce sourire qu'il lui offrait à présent, c'était encore du spectacle n'est ce pas ? Bien joli show alors, fallait au moins reconnaitre ce talent à Uruha. C'était bon parfois d'avoir à faire à quelqu'un qui avait conscience de ses charmes et qui savait en jouer avec maestro.

    En tout cas, c'est dans un relatif silence qu'ils arrivèrent jusqu'à la voiture de Die. Une Mazda 6. Pas une voiture tape à l'oeil quoi, surtout dans cette couleur gris métal un peu passe-partout...

    L'aîné indiqua la voiture d'une main alors que d'un petit coup sur la clef il ouvrait électroniquement les portières. Il contourna l'automobile pour arriver côté conducteur et, se rendant compte que l'autre était toujours debout de son côté il releva les yeux.

    Un instant perplexe devant ce visage gouailleur. Uruha semblait attendre quelque chose, ses longs bras détendant toujours son gilet. Die posa ses bras sur le capot de la voiture, venant loger sa tête sur le dos de ses mains. Il fixa Uruha sans rien dire une minute, se demandant si le brun attendait réellement de lui ce qu'il pensait...

    - "Tu plaisantes...?" demanda t-il, perplexe.

    Il semblerait que non. Uruha attendait bel et bien que Die lui ouvre la portière. Glissant sur ses mains, son visage finit par être dissimulé alors qu'il posait à présent son front sur ses mains.

    Ses épaules tremblèrent légèrement alors qu'il se retenait à grand peine de rire. Se redressant finalement, il ne lâcha pas le regard ambré alors qu'il contournait à nouveau la voiture, par l'avant cette fois.

    Passant derrière Uruha, il décida de tirer un brin de vengeance de la situation. Ne contournant pas le guitariste, Die resta juste derrière lui, s'approchant assez pour qu'en se penchant un peu, sa main atteigne la portière.

    Lorsqu'il l'ouvrit, il glissa à l'oreille de l'autre musicien, rieur :

    - "Faudra t-il que je paye l'addition aussi ?"

    Die s'écarta finalement pour venir ouvrir la portière tout à fait et, s'inclinant dans ne fausse révérence il invita Uruha à s'installer :

    - "Si monsieur veut bien se donner la peine."

    Il observa sans réserve l'homme prendre place sur la place passager, étendant ses longues jambes devant son siège. S'assurant que rien ne dépassait, Die referma la porte d'un petit mouvement sec. Il refit alors le tour de la voiture, secouant la tête, encore terriblement amusé par cette attitude.

    Non vraiment, Uruha était un personnage haut en couleur et intéressant. Fallait rendre à César ce qui était à César n'est ce pas ?

    Ouvrant sa propre portière, Die enleva sa veste qu'il passa sur les sièges arrière. Réflexe qu'il avait prit il y a longtemps pour ne pas risquer de froisser ses vêtements au départ -même si avec ce qu'il portait depuis quelques années ça n'avait plus vraiment d'importance- et pour avoir plus d'amplitude de mouvement aussi.

    Prenant place, il démarra doucement la voiture et s'empressa de monter le chauffage. L'air souffla d'abord froid, bien sûr, mais se réchauffa vite.

    - "Ca ira mieux d'ici une minute ou deux."

    Puis regardant le brun tout à fait sérieusement il ajouta :

    - "Ceinture."

    Parce qu'il était responsable un peu aussi quand même. Si un accident leur arrivait, Die aurait l'air fin si Uruha passait par le par-brise...

    Attachant lui même la sienne, il donna un petit coup dans le rétroviseur central, plus par réflexe qu'autre chose puisque ce dernier était déjà comme il fallait. Dessérant le frein à main, il passa ensuite la première, donnant ainsi son premier coup de volant.

    Ils sortaient tout juste du parking, surveillé par un gardien quand Die reprit la parole, vérifiant tout en même temps si aucune voiture n'arrivait avant qu'il ne s'engage.

    - "J'espère que tu réalises la chance que tu as de m'avoir pour chauffeur. Kaoru est un vrai danger public au volant."

    Et prenant un peu de vitesse, il justifia :

    - "Le seul type que j'ai jamais connu capable de prendre un rond point par la gauche parce que ça faisait gagner du temps..."

    Passant une main sur le tableau de bord, Die baissa un peu la température.

    - "Ca va le chauffage ?"

    Bon, il aurait pu baisser la température APRES lui avoir posé la question mais cette dernière n'avait pas réellement attendu de réponse finalement. Si lui en tee-shirt à manche courte se sentait à son aise, Uruha avec son gilet devait en être de même non ?

    Observant un peu le décors autours de lui, Die eu un petit sourire pensif :

    - "On a presque l'air d'être tout à fait normaux comme ça non ?"

    Il parlait bien sûr de la popularité de leur deux groupes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 21:58

    Et Uruha restait planté là, histoire de voir si Die allait comprendre l'allusion. Il savait très bien qu'il n'était pas des plus clairs, mais ça risquait fort bien de devenir une petite blague entre eux deux. À voir l'air qu'affichait Die, il ne comprit pas tout de suite. Mais, ça ne lui prit que quelques secondes pour lancer, hébété :

    - Tu plaisantes...?

    Le sourire d'Uruha s'agrandit, si c'était possible. Il devait se retenir à grand peine de ne pas éclater de rire, il fallait l'avouer. La situation était des plus comiques, mais loin de lui déplaire. Die sembla, dans un premier temps, se retenir à grand peine d'éclater de rire. Puis, bon joueur - il fallait l'admettre - il contourna la voiture. Un petit air triomphant s'afficha alors sur le visage d'Uruha. Il avait marqué un point là, non ? Ils étaient rares les hommes qui lui aurait ouvert la porte à lui, tout aussi hommes qu'eux, malgré son maquillage et ses airs de diva.

    Cependant, toujours aussi bon joueur, Die ne se contenta pas de lui ouvrir la porte. Ce fut au tour d'Uruha d'être surpris lorsqu'il sentit que l'homme s'arrêtait juste derrière lui, pour finalement se pencher vers la portière et l'ouvrir.

    Il sentit le souffle chaud du guitariste dans son cou avant de l'entendre lui murmurer quelques paroles à l'oreille.


    - Faudra t-il que je paye l'addition aussi ?

    Un petit rire franchit les lèvres bien dessinées du guitariste de GazettE. Il tourna légèrement la tête vers Die, son visage s'arrêtant à quelques centimètres de celui de l'autre.

    - Non, je crois que je peux bien faire ça pour toi.

    Un clin d'oeil plus tard, Uruha se glissait sur le siège passager alors que Die refermait la porte derrière lui. Décidément, cet homme le surprenait, lui qui ne se serait pas attendu à ça. Les yeux marron d'Uruha suivirent la silhouette masculine de Die alors qu'il contournait à nouveau la voiture.

    Décidément, il y avait des éléments intéressants dans Dir an grey... Kyo était pas mal, fallait l'avouer. Mais, pas trop son style. Uruha aimait les hommes grands. Peut-être parce que lui-même était très loin d'être petit ? Quoi qu'il en soit, Die, avec sa grande silhouette élancée, ses cheveux rouges, ses yeux noirs et ses traits typiquement japonais, était un parti de choix.

    Il le suivit du regard jusqu'à ce qu'il soit assis dans la voiture. Le regard d'Uruha couru un instant sur les bras minces et pâles de l'autre, mais il détourna vite les yeux, cette fois-ci. Pas par manque d'intérêt... ou peut-être que si, sur le coup. Mais il préférait encore jeter un coup d'oeil au système de chauffage que Die était en train d'activer... et comme s'il lisait dans ses pensées, le guitariste ajouta rapidement :


    - Ca ira mieux d'ici une minute ou deux.

    Uruha hocha la tête, réprimant un nouveau frisson. Il avait froid, bon sang. Ça lui apprendra à sortir sans pull. Le lainage fin n'était apparemment plus suffisant maintenant.

    - Ceinture.

    Le regard d'Uruha se posa à nouveau sur Die. Il ne bougea pas pendant quelques secondes, perplexe. Mais, soudainement, il comprit de quelle ceinture l'homme parlait. Ah oui, ce qu'il pouvait être bête ! Sans attendre, un petit sourire d'excuse au visage, Uruha tira sur la ceinture de sécurité et s'attacha. Au moins, on ne pouvait pas reprocher à Die de manquer de jugeotte.

    - Encore un point pour toi.

    Uruha murmura ces quelques mots sur le ton de la confidence. Un point de plus pour Die... envers Uruha, en tout cas ! Et il n'avait pas honte de le dire, loin de là. Encore qu'un point sur cent, ce n'était pas beaucoup, non ?

    - J'espère que tu réalises la chance que tu as de m'avoir pour chauffeur. Kaoru est un vrai danger public au volant. Le seul type que j'ai jamais connu capable de prendre un rond point par la gauche parce que ça faisait gagner du temps...

    Uruha arqua les sourcils, un sourire amer sur les lèvres. Tiens donc.. ça lui rappelait quelqu'un, ça. Il n'avait monté en voiture avec Kai qu'une seule fois et le mot d'ordre depuis ce temps était : « plus jamais » ! Uruha avait franchement cru qu'il y perdrait la vie !

    - Je prend en note... Fais-en de même pour Kai.

    Le guitariste marmonna ces quelques paroles en faisant la grimace. Il n'avait pas encore pardonné à Kai de lui avoir fait une peur bleue. Dire que s'il avait eu un mauvais karma, il serait probablement mort dans cette course de l'enfer qui, en fait, n'avait été qu'un court trajet vers l'épicerie le plus près. Quoi qu'il en soit, c'est Uruha qui avait conduit pour le retour !

    L'homme opina brièvement lorsque Die lui demanda si ça allait pour le chauffage. Ils étaient presque arrivés, de toute façon. Encore heureux... parce qu'il allait s'endormir là. Le bruit du moteur était réconfortant, tout comme la présence de Die. Ça lui donnait presque envie de se plonger pour de bon dans les bras de Morphée. Mais fallait résister, sinon il n'aurait pas son verre au bar de l'hôtel, comme prévu. Néanmoins, l'homme étouffa un bâillement.


    - Désolé...

    Il n'eu pas le temps de bâiller plus longtemps que Die ajouta quelque chose qui le fit sourire avec nostalgie.

    - On a presque l'air d'être tout à fait normaux comme ça non ?

    Oh, il avait très bien compris ce que le guitariste voulait dire. Normaux... Incognitos. Il hocha doucement de la tête, son regard se promenant sur le paysage autour d'eux.

    - Tu t'ennuies de tout ça, parfois ? Je veux dire... De sortir dans la rue sans avoir besoin de garde du corps... De faire tes courses sans te presser, sans te faire déranger...

    Nostalgie, quand tu nous tiens ? Alors qu'Uruha poussait un petit soupir, l'air un peu plus taciturne soudainement, Die se stationna dans l'hôtel. Retrouvant son air bon enfant, Uruha jeta un regard autour de lui, feignant d'être effrayé.

    - T'as pas peur de te faire kidnapper parfois dans ce genre de stationnement souterrain ? T'imagine... Deux hommes cagoulés qui t'attendent près de l'ascenseur.

    Il fit une petite grimace à Die en ouvrant la portière de la voiture. C'est qu'il commençait à se faire peur tout seul ! Il rigola en se tournant pour sortir et...

    - BORDEL !!!!

    Uruha recula d'un bond en fermant à nouveau la portière dans un grand claquement. Sa voix avait pris dans les aigües alors qu'il hurlait, prit de panique. S'il était encore sur son siège, son dos, lui, était appuyé contre Die alors qu'une de ses mains s'était serrée sur son genou. La respiration rapide, l'homme se retourna lentement vers Die, un air encore un peu effrayé sur le visage, mais surtout, très désolé... et mal à l'aise.

    - C... C'était un chat...

    Poussant un soupir de soulagement, le guitariste posa la paume de sa main sur son front, lâchant par le fait même le genou de Die. Il se réinstalla dans le banc de la voiture en se maudissant.

    - Je ne raconterai plus de telles bêtises.... Bordel...

    Et là, Die avait tous les droits de se moquer de lui, fallait lui laisser ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 22:38

    La discussion n'allait pas vraiment "bon train" puisque chacun des deux hommes dans cette voiture semblait être du type peu bavard. Ils donnaient dans le simple mais efficace. Un trait de caractère dont certains GazettE auraient bien besoin mais inutile de revenir sur le sujet, y avait quand même plus sympa.

    Se moquer des mauvaises compétences de conduite des deux leaders avait semblé être une bonne idée pendant un moment. Chez les Dir en Grey, en dehors de Shiniya et Kyo, ils avaient tous leur permit mais en général, c'était Kaoru ou lui même qui prenait le volant. Toshiya était souvent trop "flemmard" pour jouer les taxi.

    En fait, c'était même plus souvent qu'à son tour de conduire. C'est à dire qu'il n'était pas vraiment le seul à se plaindre de la conduite de leur autre guitariste. Celle ci était légendaire dans leur petit groupe...

    - Tu t'ennuies de tout ça, parfois ? Je veux dire... De sortir dans la rue sans avoir besoin de garde du corps... De faire tes courses sans te presser, sans te faire déranger...

    Die haussa les épaules. C'est vrai que parfois tout ça lui manquait mais il ne fallait pas non plus cracher dans la soupe. Dir en Grey, c'était génial. Le pied total et absolu et il n'aurait pas échanger une seul de ces secondes contre sa vie d'avant.

    Bon... Peut être qu'en de rares occasions il avait souhaité récupérer un peu de tranquillité juste pour avoir le plaisir de sortir marcher un peu. C'était devenu impossible aujourd'hui.

    Pénétrant le parking souterrain, Die finit pas se garer, pas trop loin de l'allée menant à l'hôtel pour qu'ils aient peu de chemin à faire.

    - T'as pas peur de te faire kidnapper parfois dans ce genre de stationnement souterrain ? T'imagine... Deux hommes cagoulés qui t'attendent près de l'ascenseur.

    Stoppant le contacte, Die jeta un petit regard moqueur Uruha.

    - "Je compte sur mes années de kendo pour m'aider à leur faire regretter l'attaque."

    Plus facile à dire qu'à faire sans doute mais il n'avait pas besoin d'être sérieux de toute façon. Et puis qui sait finalement ? On réagissait souvent instinctivement et il n'était pas du tout impossible qu'en pareil situation, il se défende par réflexe. Ou tout au moins essai de le faire...

    Alors qu'Uruha commençait à sortir, Die étira un bras vers le siège arrière pour récupérer sa veste. Mais alors qu'il l'attrapait enfin, l'autre guitariste poussa une exclamation aiguë et effrayé.

    Le brun venait littéralement de lui "sauter" dans les bras, une main furieusement accrochée à son genoux. Sans réfléchir, Die avait "réceptionné", refermant le bras qui était allé chercher la veste autours des épaules d'Uruha. L'autre était aller taper sur le tableau de bord le bouton de centralisation de fermeture des portes, les rendant toutes closes d'un seul coup.

    Hébété, il regardait à présent Uruha. Rien ne venait de sauter à la fenêtre de sa voiture mais il doutait que ce coup de frayeur eu été du cinéma. Ca se voyait rien qu'à cette respiration rapide qui faisait se soulever la poitrine du guitariste de Gazetto et de fait, son bras.

    Putain ! Il lui avait fait peur ! Pendant une bref seconde, l'image même de ce que Uruha avait dit lui avait sauté aux yeux !

    Les cheveux sombre lui chatouillèrent le visage tandis que le brun se retournait vers lui, visiblement pas encore tout à fait remit de sa stupeur et mal à l'aise.

    - C... C'était un chat...

    Un chat ? Un chat. Un chat... L'information se fraya un chemin toute seule dans la tête de Die, jusqu'à ce qu'un sourire franchement amusé -et un peu moqueur- ne se dessine sur son visage.

    Voilà qu'une boule de poile venait de le mettre dans une situation qui aurait rendu jalouse plus d'une fan d'Uruha. Et il ne s'en plaignait pas, ce n'était pas désagréable ce genre de chaleur que provoquait un rapprochement inopiné.

    Comme Die relâchait son "étreinte" sur l'homme, ce dernier reprenait contenance, lâchant son genoux et retournant s'asseoir convenablement.

    - Je ne raconterai plus de telles bêtises.... Bordel...

    Sur ces mots, Die vit nettement l'animal venir se loger sur le capot de la voiture, cherchant probablement à s'en accaparer la chaleur. Son regard noir resta un instant sur la petite bête avant qu'un petit rire ne le reprenne.

    Et puis le rire discret se mua en réel éclat de rire. En fait, il riait tellement qu'aux coins de ses yeux perlaient de petites larmes de rire. C'était tellement idiot comme situation, mais tellement drôle ! Ce chat venait de créer le premier fanservice inter-groupe. Les fan auraient adorées. Lui aussi.

    Réouvrant toutes les portières, Die s'extirpa de la voiture avant d'en faire le tour pour venir ouvrir celle d'Uruha, toujours écroulé de rire.

    - "Tiens, pour la peine je suis prêt à toutes les galanteries" hoqueta t-il entre deux éclats de rire.

    Et comme l'homme sortait, il refermait la portière derrière lui avant de toutes les verrouiller.

    - "Je suis désolé" tenta t-il de se reprendre.

    Die essuya une larme joyeuse sur sa joue de son indexe et inspira profondément plusieurs fois. Dérangé par le bruit, le chat quand à lui avait soufflé dans leur direction et rien qu'à le regarder, Die partit dans une nouvelle crise de rire qui, heureusement, ne dura pas trop longtemps.

    Cherchant à se faire pardonner, le rouquin posa sa veste sur les épaules du brun.

    - "Ca va, c'est bon, je ne ris plus."

    Disons qu'au moins il essayait de maîtriser son rire, ce qu'il parvenait à faire avec plus ou moins de succès. Commençant à avancer vers l'hôtel, il enjoignit Uruha à le suivre :

    - "Allez vient, faudrait pas qu'on se fasse attaquer par un autre tigre."

    ***

    Dans l'hôtel en lui même, Die avait enfin reprit son calme même si un sourire encore très amusé flottait toujours sur ses lèvres. Marchant jusqu'au bar de l'hôtel, il aperçu une silhouette et, stoppant net sa marche il mit un bras de côté pour empêcher Uruha d'avancer d'avantage.

    - "On peut poursuivre par là, mais Kyo et Toshiya sont là aussi."

    Difficile de ne pas apercevoir ce duo qui s'engueulait joyeusement dans le bar. Disons plutôt que les éclats de voix qui leur parvenaient suffisait à faire se sentir Die chez lui.

    En effet, un très net "Pas kawai ! Warumono !!" était venu jusqu'à lui. Toshiya était en train de faire tourner chèvre leur chanteur.

    - "Je me sentirais indécent de te proposer de commander à boire dans ma suite... Pour une première invit' ça fait un peu racoleur..."

    Puis prenant Uruha par le bras et l'entraînant vers les ascenseurs, il appuya sur le bouton d'appel :

    - "Heureusement pour nous tu as une suite aussi et je m'y suis déjà rendu. Ca fait beaucoup moins louche."

    C'était pas sérieux du tout et Die souriait. Finalement ça tombait très bien que Kyo et Toshiya ait décidé de se trouver là. Avec un peu de chance Uruha accepterait de changer ses plans. Peut être même Die repartirait il avec un baiser. Parce que maintenant c'était sûr, il lui en volerait au moins un avant de partir, juste pour le plaisir et parce que ce genre de soirée ne pouvait, à son sens, finir que comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Sam 12 Déc - 23:25

    La respiration d'Uruha était en train de redevenir normale lorsque ce satané chat bondit sur le capot. Pas encore complètement remit de sa frayeur, le guitariste sursauta à nouveau, cette fois avec seulement un hoquet de surprise. Bon sang... cette saleté de chat l'avait bien mis dans tous ses états ! Certes, ça lui avait valu un rapprochement plus que direct avec Die et ça, il était prêt à le recommencer n'importe quand. Mais, en même temps, il se serait bien passé de la frayeur occasionnée par cet animal débile. Oui, un chat pouvait avoir plusieurs appellations dans ce genre de situation !

    Uruha zieutait avec colère la boule de poil marbrée lorsque son attention fut attirée vers Die... qui riait ! Le guitariste croisa les bras, prenant une mine faussement boudeuse. Nah mais oui, il pouvait bien rire. Mais qu'il ne s'attende pas à ce qu'en bonne diva, Uruha ne joue pas un peu le garçon blessé dans ses sentiments. Tout de même... on ne réinvente pas la roue, hein ?

    Feignant toujours une mauvaise indignation, Uruha détourna le regard pendant que Die sortait de la voiture. Il ne pu cependant pas retenir un petit sourire lorsqu'il vit celui-ci faire le tour de l'automobile pour venir ouvrir sa porte.


    - Tiens, pour la peine je suis prêt à toutes les galanteries.

    Tout en sortant de la voiture, le guitariste leva la tête bien haute, snobant Die.

    - Tu es mieux de te faire pardonner, oui !

    Mais, le sourire à la fois gêné et rieur qui accompagna cette phrase ne lui donnait pas beaucoup de crédit, heureusement ! Allons... il ne se frustrerait pas pour si peu, tout de même. Lui-même avait plutôt envi de rire de sa bêtise ! Quoi qu'il en soit, il ne se ferait plus peur intentionnellement à l'avenir !

    Uruha eu à peine le temps de frissonner que, malgré son rire toujours bien moqueur, Die joua à nouveau son rôle d'homme attentionné et posa sa veste sur ses épaules.


    - Allez vient, faudrait pas qu'on se fasse attaquer par un autre tigre.

    Le guitariste ne bougea pas dans la seconde, observant l'homme qui le devançait déjà avec un petit sourire rêveur sur les lèvres. Dites donc.. C'est qu'il en avait marqué beaucoup, des points, dans ce court laps de temps... Laissant échapper un petit rire joyeux, Uruha se décida finalement à le suivre, histoire de le rattraper avant qu'il s'enfuis. On ne laisse pas le poisson doré nous glisser entre les doigts sans avoir mis toute notre énergie à tenter de le retenir...

    ***

    C'est avec un soupir de soulagement qu'Uruha entra dans l'hôtel. Il regarda autour de lui, bien content d'être enfin dans un endroit bien chaud. Un doux frisson se saisit de lui, marquant ainsi la fin du règne des glaces pour ce soir ! Le sourire aux lèvres, Uruha se dirigea d'un bon pas vers le bar lorsqu'un bras l'empêcha de continuer plus loin.

    S'arrêtant net, le guitariste posa un regard inquisiteur sur l'homme à la chevelure de feu.


    - On peut poursuivre par là, mais Kyo et Toshiya sont là aussi.

    Tiens, il ne les avait pas vu.. Uruha posa un regard intrigué vers le bar et, effectivement, en y regardant mieux il voyait les deux membres de Dir en grey qui, apparemment, se tiraient les cheveux. Enfin, Kyo semblait être assez doué à ce jeu pour se tirer lui-même les cheveux... bref. Ce n'était peut-être pas le meilleur endroit pour être calme, effectivement.

    - Je me sentirais indécent de te proposer de commander à boire dans ma suite... Pour une première invit' ça fait un peu racoleur...

    Amusé, Uruha arqua un sourcil, mais ne répondit rien. Le ton de l'homme n'était pas sérieux pour deux sous... alors que lui préparait-il ? Le guitariste aux cheveux de jais n'eu même pas le temps d'ouvrir la bouche qu'une main se posa sur son bras. Il suivit Die sans dire un mot, sourire aux lèvres.

    - Heureusement pour nous tu as une suite aussi et je m'y suis déjà rendu. Ca fait beaucoup moins louche.

    Cette fois, c'est Uruha qui ne pu retenir un petit éclat de rire. Il entra dans l'ascenseur qui venait tout juste de s'ouvrir devant eux en glissant une main dans celle de Die. Il le traîna vers lui, se tournant face au guitariste et reculant de dos jusqu'à ce qu'il soit appuyé contre le mur du fond de l'ascenseur. En passant, il avait appuyé sur le bouton correspondant à leur étage.

    - Bien sûr, c'est beaucoup moins louche, tu as tout à fait raison ! C'est MA chambre, après tout...

    Comme si ça expliquait tout. Uruha n'avait toujours pas lâché la main de Die, se donnant l'impression d'être soudainement un adolescent à ses premières amours. N'était-ce pas excitant ? Ce soir, il lui semblait redécouvrir un monde qui avait été trop longtemps hors d'atteinte. Peut-être n'était-ce qu'un mirage, mais il avait quand même le culot de bien vouloir croire que non.

    La porte de l'ascenseur s'ouvrit sur l'étage réservée aux deux groupes. Uruha lâcha la main de Die et, l'invitant à le suivre d'un mouvement de l'index accompagné d'un air séducteur, il sortit de l'ascenseur pour se diriger vers sa chambre. En moins de deux, histoire de ne pas rencontrer Kai qui logeait juste à côté de lui, Uruha ouvrit sa porte et, cette fois, c'est lui qui se montra galant en laissant passer Die avant lui.


    - Honneur à l'invité.

    Sa chambre était telle qu'il l'avait laissé un peu plus tôt. Même que les partitions de guitares étaient encore là où Die les avaient laissées. Mais, peu importait. Uruha n'avait pas vraiment la tête à faire du ménage dans une chambre d'hôtel, disons... Il poussa un soupir en se défaisant de ses chaussures, puis avança jusqu'au fond de la chambre et se laissa tomber sur le lit.

    - De la chaleur, enfiiiiiiin !

    Se lovant dans les couvertures comme tout bon félin l'aurait fait, il posa son regard étrangement pâle sur Die. Puis, sans dire un mot, il pointa le téléphone. À lui de passer commande ! Uruha n'aurait, de toute façon, pas su quoi demander. Que Die y aille avec ses goût, lui il allait prendre ce qui arriverait ! Se redressant, il tapota une place près du téléphone pour que Die s'y installe afin de passer commande à la réception. Les joies de l'hôtel, certes.

    Uruha offrit à nouveau un sourire séducteur à Die alors que celui-ci s'assoyait dos à lui, près du téléphone. S'approchant un peu plus, l'homme posa ses mains sur les épaules du guitariste qu'il savait tendues après un tel spectacle - n'était-il pas guitariste lui aussi ? - et les massa doucement. Approchant ses lèvres de l'oreille du Dir en grey, il murmura :


    - Prend ce que tu veux. C'est moi qui règle l'addition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Dim 13 Déc - 0:04

    Uruha, pour la deuxième fois ce soir -nuit ?- venait de glisser sa main dans la sienne. Les deux étaient nettement plus chaude bien que celle du brun lui paru plus tiède, sans doute avait il encore un peu froid ou bien était ce la frayeur qui l'avait légèrement refroidit.

    Die se laissa entraîner dans l'ascenseur sans mot dire, gardant ses pupilles ébène dans celles bien plus pâles de son vis à vis.

    - Bien sûr, c'est beaucoup moins louche, tu as tout à fait raison ! C'est MA chambre, après tout...

    Il se contenta d'un sourire pour toute réponse. Uruha venait de lui confirmer en tout cas que l'idée le séduisait et bêtement, le coeur de Die sembla cogner plus fort dans sa poitrine pendant un court instant.

    Qu'était il en train de faire très exactement ? Lui qui d'habitude se montrait si attentif à ce qu'il faisait en dehors des salles de concert et des fanservice, était il réellement en train de se faire avoir par les minauderies de cet homme là ?

    Pas impossible. Presque sûr même puisque lorsque le dos d'Uruha avait rencontré le fond de l'ascenseur, Die avait bien faillit ne pas s'arrêter pour aller tout contre lui et... Laisser parler son imagination dirons nous.

    Mais il était resté très légèrement en retrait, se contentant de garder sa main dans celle d'Uruha, souriant toujours comme un gosse qui osait quelque chose d'interdit avec sa première copine. Ou son premier copain le cas présent...

    Bon certes... Uruha n'était pas exactement le "premier" quoi que se soit. Mais c'était l'impression qu'il avait sur le moment. Peut être parce que la soirée avait été stressante, peut être parce que c'était un visage nouveau et charmant...

    Sa main fut relâchée alors qu'ils arrivaient au bon étage et là, il suivit Uruha jusqu'à sa chambre. Il aurait même pu y aller seul, il l'avait repéré maintenant. Hum... Dit comme ça ça avait un côté pervers qui avait été très loin de lui...

    - Honneur à l'invité.

    - "Trop aimable !"

    Entrant donc, il posa sa main sur l'interrupteur se contentant d'allumer dans le couloir. Ca illuminait faiblement la chambre mais suffisamment à son avis. Si Uruha voulait plus de lumière, il le ferait lui même.

    Mais ce dernier, après avoir refermé la porte, ne semblait plus avoir vu qu'une seule chose : son lit. Il venait de s'écrouler dessus, se logeant dans les draps comme un chat se faisant une place.
    Il s'extasiait d'ailleurs sur la chaleur de sa couette apparemment, arrachant un énième sourire à Die.

    Bientôt, le téléphone lui fut indiqué ainsi qu'une place sur le bord du lit pour s'installer. Levant les yeux au ciel, Die vint se poser à l'endroit désigné avant de se saisir du combiné. Son index composa rapidement le court numéro qui menait au room service.

    La première sonnerie se faisait à peine entendre qu'il sentait deux mains se poser sur ses épaules. Il tourna légèrement la tête pour cueillir une phrase du guitariste :

    - Prend ce que tu veux. C'est moi qui règle l'addition.

    D'ailleurs la voix de l'intendant venait présentement de s'adresser à lui d'un "moshi moshi" jovial suivit de quelques formules de politesse propre aux établissements de ce genre.

    Les longues mains étaient toujours posées sur ses épaules, les massant consciencieusement et lui rendant la conversation avec l'homme à l'autre bout du fil difficile. Die avait tout à coup beaucoup plus de mal à se concentrer.

    Dans le combiné, il entendit l'homme reposer sa question et Die secoua brièvement la tête.

    - "Heu oui excusez moi je..."

    Mais sa voix s'étrangla alors qu'une des mains s'était approchée un peu trop près de sa nuque, mettant cette dernière en contacte avec l'épiderme d'Uruha. Une fois de plus, l'homme au téléphone se rappela à lui.

    - "Une minute s'il vous plaît."

    Se retournant vivement, il attrapa les mains d'Uruha et grimpa à moitié sur ses genoux, l'obligeant à s'allonger. De là, il maintint solidement les deux poignets au dessus de la tête du brun dans une seule main et récupéra le téléphone qu'il cala tout contre son oreille.

    Après un petit sourire amusé au guitariste il reprit à l'intention de son interlocuteur :

    - "Le service d'étage est jusqu'à quelle heure ?"

    La voix au bout du téléphone l'informa que compte tenu de la "situation", ce dernier ne subissait pas d'interruption.

    - "Je vous rappelle."

    Sans attendre de réponse, Die raccrocha avant de jeter le téléphone un peu plus loin sur le lit. Relâchant sa prise les poignets d'Uruha, le guitariste des Dir en Grey positionna toute fois ses mains des deux côtés du visage aux traits doux mais indéniablement masculin de son point de vue.

    Est ce qu'il allait vraiment le faire ? Die s'était plutôt imaginé une sorte de baiser d'adieu. Enfin plutôt une sorte de "bonne nuit" qui aurait peut être débouché sur rien.

    - "A trop crier au loup on finit par se faire mordre."

    Mais Die finit par se laisser tomber sur le côté pour rouler sur le dis, fixant le plafond. Son coeur battait une drôle de chamade. Il ne l'avait pas fait mais l'envie n'avait pas manquée et ne manquait toujours pas en fait. La preuve c'est qu'il avait remit à plus tard leur petit verre.

    Il soupira mais sans exagération.

    - "Bon ok. Soyons clair, il y a un truc entre toi et moi. Me prend pas pour le roi des aventures éphémères pour ce que je vais dire, ça me ressemble pas du tout, mais si je reste là, se sera sans doute pas pour un verre..."

    Il tourna la tête pour voir Uruha. Toujours amusé, Die ne craignait pas tellement de se faire refouler. Pas parce qu'il avait une extrême confiance en lui -en fait il manquait sans doute d'assurance- mais parce qu'il préférait encore se faire renvoyer dans ses pénates que de se lancer dans un truc idiot qu'il regretterait.

    Pour lui, la soirée avait clairement viré de bord à l'instant même où il avait sentit sa température grimper à l'idée d'embrasser le guitariste. Restait plus qu'à savoir comment Uruha et son caractère franc voyait les choses.

    Et attention, il ne parlait pas de sexe. Du moins... Pas forcément -quoi ? C'était un homme lui aussi hein !- mais rien de forcément très sage non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Dim 13 Déc - 1:30

    Alors que ce petit massage improvisé n'était tout d'abord qu'un intervalle, le temps de dire à Die qu'il pouvait bien commander ce qu'il souhaitait boire, Uruha se prit à ne plus vouloir lâcher les épaules du Japonais. Et tant qu'à voir un désir aussi soudain se pointer le bout du nez, aussi bien y aller à fond, non ? Du moins, c'était la philosophie d'Uruha et il n'avait pas du tout l'intention de la mettre de côté, pas pour ce soir, en tout cas.

    Les mains habiles massèrent d'abord délicatement les épaules endolories du guitariste, puis avec plus de sensualité alors qu'Uruha y prenait lui-même plaisir. Et ça semblait plonger Die dans un drôle d'état... Le guitariste de GazettE laissa échapper un petit rire malicieux lorsque l'autre ne sembla plus trouver la concentration nécessaire pour écouter ce que le préposé à l'autre bout du fil lui racontait.

    Espiègle, Uruha laissa ses doigts se promener du côté de la nuque du garçon. Il effleura la peau de celui-ci d'une douce caresse.

    - Une minute s'il vous plaît.

    Hmm ? Uruha eu à peine le temps de se demander ce que Die comptait faire qu'il se tournait vers lui, le forçant à s'étendre sur le lit. Ses poignets furent capturés dans une seule des mains du guitariste. Ainsi, Die presque complètement par-dessus lui, les poignets liés, Uruha ne pouvait plus rien faire. C'est un regard surpris que le Dir en grey se mérita tout d'abord. Puis, une étrange lueur fiévreuse emplie ces prunelles dorées. Die n'avait pas mentit en disant qu'il ne se laissait habituellement pas faire...

    - Le service d'étage est jusqu'à quelle heure ?

    Uruha laissa échapper un petit rire malicieux alors que l'autre avisait le préposé qu'il allait l'appeler plus tard. Mais, son sourire disparu rapidement lorsque Die lança le combiné sur le lit, son attention étant toute portée uniquement sur lui. Et bon sang que ça pouvait lui plaire, à Uruha, d'avoir toute l'attention d'un tel homme !

    - A trop crier au loup on finit par se faire mordre.

    Et pendant un instant, Uruha fut certain qu'ils allaient s'embrasser. Ses bras, bien que libérés, étaient toujours remontés au-dessus de sa tête, comme s'il n'avait pas réalisé qu'il pouvait maintenant les bouger. Ses lèvres étaient, quant à elles, légèrement entrouvertes, comme s'il avait interrompu un gémissement qui s'annonçait trop tôt.

    Et finalement, avec un soupir, Die se laissa tomber à ses côtés.

    Uruha ne bougea pas pendant quelques secondes. Il avait été tellement convaincu qu'ils allaient échanger quelque chose d'intense... Mais en même temps, ces regards avaient été ce qu'il y avait de plus intenses, non ? Sûrement oui. C'était la seule raison pour laquelle le coeur d'Uruha pouvait battre aussi rapidement. Il en avait presque eu le souffle coupé. Die, une simple lubie ? Un simple fantasme ? Sûrement pas. Amour ? Ne le faites pas rire, ils ne se connaissaient que depuis quelques jours et encore... Depuis à peine 24 heures, en fait. Intérêt ? Non, c'était plus que ça. Alors... alors quoi ?

    Uruha bougea la tête pour regarder l'homme aux cheveux rouges étendus à ses côtés. Apparemment, lui aussi avait remarqué que quelques chose ne tournait pas rond. Enfin... pas comme d'habitude, quoi.


    - Bon ok. Soyons clair, il y a un truc entre toi et moi. Me prend pas pour le roi des aventures éphémères pour ce que je vais dire, ça me ressemble pas du tout, mais si je reste là, se sera sans doute pas pour un verre...

    Un truc entre eux ? Ah ça oui, Uruha l'avait aussi bien compris. Mais quoi ? Apparemment, Die non plus n'avait pas la réponse à cette question alors le guitariste la tut. En fait, il se demandait un peu comment prendre la fin du petit discours de Die. Que sous-entendait-il ? Peut-être ne le savait-il pas lui-même.

    Un doux sourire sur les lèvres, mais tout de même des plus sérieux, Uruha étira un bras. Du bout des doigts, il vint caresser la douce joue du guitariste.


    - Je t'ai déjà dis que je ne suis pas la Marie-couche-toi-là que tout le monde veut bien voir. Je crois qu'on partage cette facette de notre personnalité.

    Uruha s'interrompit un instant. Il se tourna complètement vers Die et se redressa sans le quitter du regard. Maintenant, même s'il n'était pas au-dessus de lui complètement, c'était à son tour de regarder le guitariste de haut. Mais, il n'y avait rien de « hautain » dans le regard de l'homme aux cheveux de jais.

    Sa main sertie de bagues revint à la charge pour caresser la joue de Die.


    - Tu me plais. Beaucoup, même. Et je crois qu'effectivement, tu restes pour un verre, il risque d'y avoir plus... Je ne sais pas moi-même ce que j'entends par « plus », mais peu importe.

    Un petit sourire amusé flottait maintenant sur ses lèvres. Ses doigts caressèrent brièvement les lèvres du guitariste.

    - Et j'ai très très envie de t'embrasser là, maintenant.

    Et c'était partagé, Uruha en était convaincu. Pas qu'il avait nécessairement trop d'estime de lui. Enfin, oui il en avait et était bien certain de son charme. Mais, c'était plus qu'évident qu'à peine une minute plus tôt, Die avait été sur le point de l'embrasser. Ça trahissait forcément une envie refoulée...et Uruha détestait les envies refoulées.

    Sa main stoppa sur la mâchoire du Japonais. Convaincu qu'il faisait la bonne chose, mais sans savoir pourquoi, Uruha ferma les yeux en approchant son visage de celui de Die. Il ne bougea plus pendant quelques courtes secondes, son souffle se mêlant à celui du guitariste. Puis, n'y tenant plus, le coeur battant la chamade, Uruha déposa ses lèvres sur celles de Die.

    Et là, le sens du surnom du bel homme sous lieu pris tout son sens. Uruha avait l'impression qu'il allait mourir... mais ce serait une très belle mort.

    Cependant, bien conscient qu'il risquait à tout moment de perdre le contrôle, Uruha s'éloigna doucement, mais fermement, afin que l'autre ne le retienne pas. Un doux sourire était étendu sur ses lèvres. Il observa Die quelques secondes sans rien dire. Encore une fois, c'est un silence confortable qui s'abattit sur leur environnement. Confortable pour lui, en tout cas, parce qu'il n'avait aucune honte à avoir embrassé l'homme, loin de là.


    - J'ai envie de toi. Mais je n'ai pas envie de gémir un autre nom que « Daisuke ». Alors tu vas devoir patienter un peu, je crois.

    Cette fois, Uruha s'était fait taquin, même si dans le fond, sa phrase peut-être un peu trop dénudée de pudeur avait un fond de vérité. Son corps réclamait celui de Die. Mais, son esprit voulait plutôt se rapprocher sentimentalement de lui avant tout. Il voulait le connaître, tout simplement.



    [HJ : Je sais que ça fait un brin trop à l'eau de rose, mais booooon on s'en fout ! U_U *ZBAAAAF*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Dim 13 Déc - 7:51

    Les doigts du guitariste venaient de s'aventurer jusque sur sa joue. Die ne chercha pas le moins du monde à se soustraire à cette caresse. Curieusement, ou peut être parce que c'était dans son caractère de ne pas bondir au moindr rien -même si en fait c'était beaucoup...- Die n'éprouvait aucune gêne.

    Ce "truc" qu'il y avait entre Uruha et lui l'empêchait de faire les connections entre ce qui se passait dans cette chambre et le fait qu'ils n'avaient vraiment commencé à se connaître que plus tôt dans la soirée.

    Pas que Die n'ait jamais remarqué l'autre guitariste, comment aurait il pu ? Mais... Tout ça allait tellement vite... Quand il y pensait, il en avait plus que conscience mais il n'arrivait pas à trouver cela étrange. En fait, ça lui semblait même normal, comme si ça n'avait pas pu être autrement. Ou alors il s'agissait juste de l'euphorie du moment ? Difficile à croire mais pourquoi pas...

    - Je t'ai déjà dis que je ne suis pas la Marie-couche-toi-là que tout le monde veut bien voir. Je crois qu'on partage cette facette de notre personnalité.

    Un rire discret et bref passa la barrière de ses lèvres alors qu'il acquiesçait. Oui ça, il l'avait bien comprit et qu'Uruha se rassure, il l'avait cru dès la première fois où le brun le lui avait dit.

    Si cet homme dans la chambre duquel il se trouvait avait eu ce genre de réputation avérée ou qu'il avait eu un doute, Die ne se serait jamais retrouvé ici. Il avait beau être toujours en train de plaisanter et être prêt à toutes les bêtises, dans sa vie personnelle, il était beaucoup plus regardant.

    Uruha se redressa doucement et Die le suivit du regard, sans rien dire. Voilà que son coeur, qui avait à peine commencé à se calmer, se ré-emballait. Il ferma les yeux un court instant alors que la main venait se reposer sur sa joue. Subrepticement, sa propr main était venu se poser contre une cuisse ferme.

    Fallait admettre que le guitariste des GazettE savait mettre, durant les concerts, ses atouts de ce type en valeur. Mini short et jarretière...

    Un doigt passa sur ses lèvres et il ouvrit à nouveau les yeux. Le sourire tranquille d'Uruha lui était communicatif et il le lui rendit. Les gestes de l'homme étaient doux, presque calculés et c'était un traitement auquel il n'avait pas gouté depuis un moment.

    - Tu me plais. Beaucoup, même. Et je crois qu'effectivement, si tu restes pour un verre, il risque d'y avoir plus... Je ne sais pas moi-même ce que j'entends par « plus », mais peu importe.

    Bien, au moins ils en étaient au même point et Die ne se gêna pas pour le lui dire :

    - "Tu fais écho à mes pensés alors."

    Ca... Il était indéniable à présent qu'Uruha lui plaisait et ça devait être au moins aussi visible que pour l'autre. Le pire c'était cette façon qu'ils avaient de ne pas s'en formaliser. Enfin "le pire"... Ou le meilleur selon le point de vue...

    - Et j'ai très très envie de t'embrasser là, maintenant.

    Menant le geste à la parole, Uruha se penchait sur lui, gardant quelques instants une distance courte, laissant leurs souffles s'entremêler alors que l'imagination de Die faisait des bonds. Sur la cuisse du brun, sa main caressait doucement cette dernière de son pouce, par dessus le tissu.

    Enfin il franchit la dernière distance qui les séparait et Die se sentit libérer d'un poids. C'était léger, doux et chaud... Et surtout c'était terriblement court parce qu'il avait à peine eu le temps de savourer. Et pourtant, dieu sait qu'il n'en avait pas rater une miette.

    Nouveau silence alors que les deux hommes se regardent. Toujours pas de gêne bizarrement, c'est plutôt rassurant et ça termine de convaincre Die que quoi qu'il y ait entre eux, ce n'est pas qu'une simple attirance passagère. De là à mettre un mot puissant dessus... Peut être pas, mais fallait admettre que l'envie naissait. Et il n'était pas homme à refouler ce genre d'envie. Surtout pas quand en face ça semblait réciproque.

    - J'ai envie de toi. Mais je n'ai pas envie de gémir un autre nom que « Daisuke ». Alors tu vas devoir patienter un peu, je crois.

    Die amena une main sur son visage, riant à nouveau. Uruha et son tact qui allait bientôt devenir, pour lui, légendaire. Se redressant à son tour, Die planta son regard dans celui doré de l'autre homme.

    Venant voler un baiser papillon sur ses lèvres il se recoucha étendant le bras pour reprendre le téléphone.

    - "Je note."

    Il composa à nouveau le numéro du room service et cette fois, il n'attendit pas de se faire distraire pour passer commande.

    - "2 Mary pour la chambre 527."

    On lui confirma la commande ainsi que le fait qu'elle arriverait dans quelques minutes. Raccrochant et reposant le combiné, Die revint à Uruha.

    - "Tu vois ce que c'est ?"

    Et après un court silence il détailla, des fois que l'autre n'aimerait pas et qu'il préfère changer de commande tout de suite :

    - "Alors voyons... Champagne. Parce qu'une soirée en charmante compagnie ne serait pas une vraie soirée sans les bulles d'un bon champagne..."

    Il se redressa sur les coudes, soudain nettement plus joueurs :

    - "Vodka. Un alcool qui bien que passant sa vie dans un coin réfrigéré sait faire grimper la température..."

    Il est maintenant tout à fait assit en face d'uruha.

    - "Liqueur de framboise, fruité, sucré... Comme certains baisers."

    Die passe à son tour une main contre la joue diaphane, s'approchant calmement.

    - "Et jus de citron. Acidulé pour mettre un peu de fantaisie..."

    Il vient cueillir un nouveau baiser mais avant de s'écarter il entre-ouvre les lèvres pour passer une langue gourmande sur les lèvres du guitariste. Voilà bien le genre de fantaisie qui valait bien tout ce détail de la composition du cocktail non ?

    Se relevant, Die relâche aussi la caresse qu'il opérait sur la joue d'Uruha.

    - "Bon alors que fait on ? Ha oui, le jeu de la découverte !"

    Allant s'asseoir à table il observe d'un oeil distrait les partitions posées dessus.

    - "Alors mettons nous à égalité déjà... Quel est le prénom qui se cache derrière ce pseudonyme tout en "charme"...?"

    Il faisait évidemment référence à la signification du kanji formant "Uruha".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Dim 13 Déc - 9:56

    Uruha sentit des milliers de frissons là où les doigts habiles de Die caressaient sa cuisse. Pendant un instant, il se maudit d'avoir enlevé ses vêtements de scène, ce qui aurait mis son épiderme directement en contact avec la main du guitariste... mais finalement, ce n'était peut-être pas plus mal. Il ne pouvait pas nier que s'ils en faisaient un peu trop, il risquait de ne plus pouvoir s'arrêter. En même temps, il préférait encore essayer de connaître un peu plus l'autre homme avant d'aller trop loin.

    Au moins, le Japonais n'avait pas mal pris sa dernière réponse, ce qui pourtant aurait pu être le cas. Un fin sourire apparu sur le visage d'Uruha alors que Die riait doucement. C'est qu'il commençait déjà à s'habituer à ce rire qui, à ses oreilles, lui paraissait si harmonieux. Et à ce sourire magnifique, aussi.

    Uruha observa l'homme se recoucher pour prendre le téléphone, un air tendre sur le visage.


    - Je note.

    Cette fois, le guitariste resta calme le temps que Die commandait. Pas question d'être « calme » toute la soirée, mais apparemment, quand il lui donnait un peu d'attention, le pauvre semblait avoir du mal à se concentrer sur autre chose. C'était très agréable comme impression, il fallait l'avouer, surtout qu'Uruha n'avait presque rien fait jusqu'à maintenant. Qu'est-ce que ce serait quand il se mettrait réellement à vouloir le charmer ? Divin !

    Le téléphone fut rapidement mis de côté et Die lui demanda s'il savait ce qu'un « Mary » était. Uruha ne répondit pas, mais déjà, l'autre le lui expliquait.


    - Alors voyons... Champagne. Parce qu'une soirée en charmante compagnie ne serait pas une vraie soirée sans les bulles d'un bon champagne...

    Le guitariste de GazettE ne se priva pas pour s'approcher de quelques centimètres supplémentaires lorsqu'il comprit que Die était nettement plus joueur présentement. Ce dernier s'était redressé et s'adressait à lui sur un air des plus malicieux.

    - Vodka. Un alcool qui bien que passant sa vie dans un coin réfrigéré sait faire grimper la température...

    Intéressant... L'expression d'Uruha voulait tout dire ; il était ravi que Die se mette de la partie lui aussi. Et il n'avait rien contre faire grimper un peu la température, même si apparemment, ce n'était pas sage du tout pour ce qu'ils auraient aimé respecter.

    - Liqueur de framboise, fruité, sucré... Comme certains baisers.

    Uruha ferma les yeux, savourant la douce caresse sur sa joue. Sa main se posa doucement sur celle de Die, la caressant du bout des doigts.

    - Et jus de citron. Acidulé pour mettre un peu de fantaisie...

    Un nouveau baiser fut volé. Uruha s'attendait à un nouveau baiser papillon, ce qui lui faisait beaucoup d'effet, mais moins longtemps. Cependant, apparemment bon joueur, Die entrouvrit les lèvres, caressant sensuellement celles d'Uruha de sa langue, ce qui arracha un long frisson au guitariste. Mais, alors qu'il tenta de capturer les lèvres du bel homme, celles-ci lui échappèrent et Die se redressa. Uruha ne pu retenir un petit gémissement plaintif, mais un sourire espiègle prit place sur son visage.

    Uruha ne bougea tout d'abord pas du lit alors que l'autre allait s'assoir sagement à la table. Bien trop sagement à son goût, mais il ne fallait pas non plus précipiter les choses.


    - Alors mettons nous à égalité déjà... Quel est le prénom qui se cache derrière ce pseudonyme tout en "charme"...?

    Uruha se leva à son tour, peu enclin à rester seul parmi les couvertures. Ce faisant, il retira le pull en le soulevant par les coins inférieurs. Le faisant passer par-dessus sa tête, il le lança sur un fauteuil qui trônait dans le coin droit de la pièce, près de la grand fenêtre voilée d'un rideau, puis rejoignit Die à la table. Se tirant une chaise, il s'installa juste à côté de lui, parce qu'il ne pouvait quand même pas être sage au point de le quitter plus que ça.

    L'homme posa un coude sur la table. Son menton atterrit dans sa paume relevée vers le haut alors qu'il observait Die comme s'il le jaugeait du regard.


    - Atsuaki. Takeshima Atsuaki.

    Un prénom qu'on ne croisait que très peu souvent, certes, mais de toute façon, il ne l'utilisait pas souvent, préférant encore Uruha. Il n'avait pas choisit ce pseudo pour rien, non ? Ça faisait déjà si longtemps qu'il le suivait. Plusieurs personnes ne le connaissaient qu'avec ce nom. Seuls ses parents ne s'y étaient jamais fais. Mais en fait, ses parents s'étaient fait à très peu de choses concernant The GazettE, le look d'abord.

    Uruha ouvrit la bouche, probablement pour poser une nouvelle question à Die, mais à ce moment, on toqua à la porte. Poussant un petit soupir, mais avec ce sourire joyeux toujours sur les lèvres, l'homme se leva. Il sortit son porte-feuille d'une poche de ses pantalons, puis, passant à côté de Die, il se pencha puis lui donner un petit baiser sur la joue.


    - Ça ne sera pas long.

    Disparaissant dans le petit couloir menant à la porte, Uruha se regarda un instant dans le miroir qui faisait office de décoration. Parfait... il n'avait rien qui dépassait. Parce que quand même, si Uruha n'était pas nécessairement superficiel, il n'en restait pas moins une vraie diva concernant son look, pouvant même être chiant parfois à ce sujet.

    Il ouvrit la porte pour y trouver un petit groom qui traînait leurs verres dans un plateau. Lui laissant un généreux pourboire, l'homme pris des deux verres et se dirigea à nouveau vers Die.


    - Monsieur est servit.

    Un doux sourire aux lèvres, il posa le verre devant Die et s'assit près de lui. Il regarda un instant l'étrange breuvage. Non, il n'avait jamais goûté à ce truc. Mais d'après ce que Die lui avait dit, ça semblait bon, très bon.

    Après un court moment d'hésitation, il trempa le bout des lèvres dans le verre... pour ensuite en prendre une petite gorgée. Hmm...


    - Tu as du goût, j'avoue !

    C'était tout simplement délicieux, ce truc ! De quoi devenir saoul sans même s'en rendre compte. Encore heureux qu'il n'en ait commandé que deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Dim 13 Déc - 10:38

    Ayant visiblement récupérer un peu de cette chaleur qui lui avait fait défaut, Uruha venait de se défaire de son lainage. Ragaillardie, Die du admettre qu'il n'était plus aussi somnolant qu'un peu plus tôt. Peut être parce qu'une légère adrénaline courrait dans ses veines.

    En tout cas, il devenait joueur lui aussi, signe que ses derniers remparts s'abattaient petit à petit. Uruha était doué pour ça, aucun doute possible. Mais présentement, c'était les barrières de Die qu'il abattait et celle de personne d'autres, c'était valorisant qu'un si bel homme s'intéresse à vous non ?

    Si, bien sûr que si et Die comptait bien en profiter et y répondre avec la même ardeur. De toute façon, il était inutile de se cacher à présent puisque l'un comme l'autre avait admit avoir une envie physique de l'autre guitariste. Etrange point en commun quand on y pensait...

    Une chaise fut tirée et placée juste à côté de lui. Die observa le brun qui s'installait, prenant tout son aise. On ne pouvait pas dire que la position soit "valorisante" en général mais Uruha tirait avantage de cette position avec indécence.

    - Atsuaki. Takeshima Atsuaki.

    Joli prénom. Moins commun que "Daisuke" en tout cas. Même s'il ne détestait pas son prénom -en fait il l'aimait plutôt assez même- Die le trouvait un peu commun, d'où le surnom à son arrivée chez Dir en Grey. Les autres membres avaient tous gardé leur prénom sauf Kyo qui en avait changé et Toshiya qui l'avait raccourcit, question pratique.

    En tout cas, "Atsuaki" était un prénom aussi peu commun que l'homme auquel il appartenait. Tout en finisse et en "courbe" en quelques sortes. Des sons doux uniquement sur toute la longueur et même ce "ki" final ne faisait en réalité que lui donner plus de caractère. Les parents du guitariste avaient été bien inspiré le jour où ils le lui avait choisit...!

    Uruha avait semblé sur le point d'ajouter quelque chose mais on frappa à la porte et s'excusant poliment, il se leva. Die suivit sa silhouette svelte qui disparue dans un couloir. Il y eu un court moment sans bruit, pendant lequel Die se demanda ce que le brun pouvait faire et finalement, le son caractéristique de la porte et d'un échange se fit entendre.

    Leurs verres venaient d'arriver.

    Uruha revint en quelques instants, plantant la flûte de champagne sous son nez.

    - Monsieur est servit.

    Il le remercia d'un petit hochement de tête avant de passer le bout de ses doigts sur les bords froids du verre sur lesquels une petite opercule de buée s'était déposée. Die le saisit finalement avant de le lever légèrement vers Uruha.

    - "Kampai !"

    Et se disant, il trempa une première fois ses lèvres dans le breuvage. Outre sa jolie couleur vermeille, il avait aussi excellent goût. Mais ça, Die le savait déjà. Avec Kaoru et Toshiya, le musicien avait essayé une grande quantité des cocktails du bar de l'hôtel. Hey... Ils n'étaient pas Dir en Grey pour rien...

    Après une courte hésitation, prouvant bien à Die que le jeune homme n'avait jamais gouté ce cocktail là, uruha finit par porter son verre à ses lèvres. Il eu l'air presque surprit de trouver ça bon !

    - Tu as du goût, j'avoue !

    Plantant son regard dans celui du guitariste il l'informa :

    - "J'en ai conscience."

    Et son ton sous entendait bien qu'il ne parlait pas que du cocktail qu'ils sirotaient présentement. Disons qu'au petit jeu de la séduction par sous entendu que même un sourd aurait capté, ils étaient deux. Et c'était à la fois plaisant et excitant.

    Buvant une nouvelle gorgée, il laissa le liquide glisser sur les papilles de sa langue. D'abord le côté gazéifié du champagne, bien qu'atténué. Ensuite la pulpe sucré de la liqueur de framboise qui dissimulait avec une facilité déconcertante le mordant de la vodka juste derrière. Et alors qu'il avalait le tout, la touche légèrement amère du citron qui finissait de "désinfecter" la gorgée, faisant oublier que le verre ne contenait que de l'alcool.

    - "Andô."

    Petite pause avant qu'il précise :

    - "Tu connaissais mon prénom alors tu le sais peut être déjà mais Andô. C'est mon nom de famille."

    Là encore quelque chose d'assez commun mais bon... Die ne cherchait pas particulièrement à se faire remarquer alors... Même sur scène en dehors de quelques crises de folies, il était assez calme. En tout cas, il ne se démenait pas autant que Kyo ou Toshiya... Mais plus que Karo ou Shiniya... Disons qu'il était un juste milieu entre les autres membres du groupe.

    Die se leva, posant une main sur l'épaule du brun, passant de façon fugitive cette dernière sur sa nuque. Il le relâcha alors que faisant quelques pas il passait hors de portée. Son regard passa sur la télévision et il chercha rapidement la télécommande des yeux.

    - "Il va falloir distraire mon attention je pense. Enfin si c'est possible."

    La trouvant enfin il alla jusqu'à elle, continuant de boire tout doucement son verre. Allumant l'écran à cristaux liquides, il zappa sur quelques chaînes. Il n'y avait pas grand chose d'intéressant à cette heure ci et Die finit par se rabattre sur une chaîne musicale.

    Ayumi Hamasaki passait avec son dernier grand titre. Baissant le son parce qu'il supportait mal ce genre musciale, Die commenta :

    - "Dire que Shinya aime cette chanteuse... Comme quoi il lui arrive d'avoir très mauvais goûts..."

    Puis réalisant qu'il en connaissait pas ceux d'Uruha il se tourna à demi vers lui :

    - "Rassure moi, tu n'es pas fan ?"

    Puis, amusé il décida de continuer à s'enfoncer pour détendre l'atmosphère :

    - "Tu perdrais en sex appeal."

    La chanson passa plus rapidement qu'il n'avait osé l'espérer, laissant le soin à Miyavi d'apparaître sur l'écran.

    - "Mieux !" constata t-il.

    Au moins il n'était pas difficile de se rendre compte de ses goûts musicaux. Et puis, ayant fait une grande partie des compositions des chanson des Dir en Grey, il était facile de voir le côté "pop" et "rock" qu'il affectionnait. D'ailleurs ses mélodies étaient souvent plus énergique que les paroles que leur petit chanteur posait dessus. Pas difficile en même temps vu le caractère suicidaire de ces dernières...

    - "On devrait se faire un buff à l'occasion. Essayer d'écrire un morceau, ça pourrait être marrant d'allier nos talents."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Dim 20 Déc - 23:39

    - J'en ai conscience.

    Alors qu'il trempait à nouveau légèrement les lèvres dans la boisson, Uruha ne pouvait détacher son regard de celui si attirant du beau guitariste. Il avait conscience d'avoir du goût, hein ? Et est-ce que Uruha était lui-même compris dans cette affirmation ? Tout portait à croire que oui, surtout le ton complaisant de Die.

    Un mince sourire s'étira sur les lèvres rosées d'Uruha. Si on lui avait dit qu'il finirait la soirée en si charmante compagne, Uruha ne l'aurait probablement jamais cru ! Et pourtant, voilà qu'il partageait un verre d'une agréable qualité avec un invité d'une qualité pratiquement parfaite. Il n'avait décidément rien à envier à personne.


    - Andô.

    Uruha fronça les sourcils. Alors qu'une question était sur le point de franchir la barrière de ses lèvres, Die précisa.

    - Tu connaissais mon prénom alors tu le sais peut être déjà mais Andô. C'est mon nom de famille.

    Ah, voilà tout. Andô Daisuke, alors. Commun, mais agréable, y'avais pas à dire. Uruha trouvait son propre nom intéressant parce qu'il était rare. Mais Daisuke, c'était pourtant parfait pour l'homme unique qui se trouvait devant lui, allez savoir pourquoi. Peut-être seulement parce qu'il espérait pouvoir le prononcer dans un avenir plus près qu'ils ne l'avaient tous les deux prévu ?

    Le guitariste de Dir en Grey choisit l'instant où Uruha se perdait dans d'agréables pensées - parce qu'il était toujours optimiste - pour se lever. Alors que l'androgyne tournait la tête pour suivre le mouvement de Die, celui-ci posa une main sur son épaule qu'il laissa glisser dans son cou, sur sa nuque. Uruha pencha la tête sur le côté, laissant à l'homme toute la liberté de mouvement qu'il pouvait désirer pour le caresser. Mais, ce fut bref et déjà, Die s'éloignait de lui.

    - Il va falloir distraire mon attention je pense. Enfin si c'est possible.

    Le distraire ? Oh, mais Uruha avait plein d'idées pour le distraire ! Par contre, il se doutait bien que la demande de Die avait pour but l'effet contraire que ce que lui-même avait en tête... Dommage, mais en même temps, il savait bien que c'était surtout beaucoup plus sage.

    Alors que Die allumait la télévision, Ayumi Hamasaki apparue à l'écran. De quoi plomber l'ambiance, ça c'était sûr... au même moment, le guitariste qui avait le contrôle du poste grogna quelque chose qui ressemblait fort bien à la pensée d'Uruha à cet instant, précisant que Shinya, leur batteur, était fan de la bimbo qui hululait à la télévision.


    - Rassure moi, tu n'es pas fan ? Tu perdrais en sex appeal.

    Uruha se leva et, félin, s'approcha de Die. Il n'était pas assez sage... mais en même temps, il n'avait que le temps d'une tournée pour séduire Die, n'est-ce pas ?

    - Je n'ai pas l'intention de perdre en sex appeal... du moins pas à tes yeux.

    Miyavi apparu à la télévision. Uruha se détourna un instant, appréciant ce qu'il voyait. Il aimait bien la voix rauque du chanteur et son apparence physique était des plus agréables... mais sûrement pas plus que celui qu'il avait en face de lui. Alors rapidement, son attention revint à Die, qui lui proposait quelque chose de fort intéressant à propos de quelques compositions qu'ils pourraient faire ensemble.

    Mais, le guitariste aux allures félines n'eu le temps de lui répondre qu'on frappa à la porte. Cette fois, Uruha se tourna vers la porte, mécontent. Qui était-ce ? Il n'attendait plus rien du room service... Si c'était eux, ils allaient entendre parler de lui.


    - Je n'attendais personne...

    C'était probablement l'un des membres de son groupe, mais il ne pouvait s'empêcher de ressentir une petite crainte...

    - Une fan a déjà réussi à monter jusqu'à ma chambre...

    Oui bon, c'était du passé et dans le temps, ils étaient moins protégés que maintenant, mais tout de même. Il ne voulait pas que l'expérience se répète. Légèrement craintif, le beau guitariste se dirigea vers la porte. Il regarda par le judas... puis poussa un petit soupir en ouvrant la porte. Son air ne disait rien de bon...

    - Kai, je peux savoir à quoi tu joue ?

    Devant lui, un Kai dégoulinant d'eau et vêtu d'une simple serviette lui offrait un regard de chien battu auquel personne n'aurait su résister. Mais, Uruha avait l'habitude. Il avait cédé à beaucoup d'étranges caprices de la part de Kai, mais ce soir, il n'en était pas question. Mais, il n'eu même pas le temps de le renvoyer chez lui que le jeune homme ouvrit la bouche. Lui présentant sa trousse de toilette avec un grand sourire désolé, il débita d'une traite ce qu'il voulait et pourquoi...

    - Ma douche est en panne et elle m'a craché de l'eau froide au visage alors je n'avais nulle part où aller et il est trop tard pour la faire réparer ! Je ne veux pas non plus avoir un répérateur tout poilu dans ma chambre à cette heure de la nuit ! Alors je dois absolument trouver une chambre pour prendre ma douche, mais Reita est absent et Ruki aussi ! Je sais pas ils sont où, mais j'ai pas envie d'aller au rez-de-chaussée habillé comme ça pour les trouver ! Dis oui, dis oui !

    Comment résister ?

    - Non.

    Comme ça, héhé ! Uruha se tourna vers Die, qui venait de faire son apparition dans le petit couloir et lui offrit un regard désolé. Puis, il se tourna à nouveau vers Kai, cette fois plutôt compatissant.

    - Je suis occupé...


    [HJ : Tu peux jouer Kai x)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Lun 21 Déc - 7:42

    - Je n'ai pas l'intention de perdre en sex appeal... du moins pas à tes yeux.

    Die eu un petit sourire à cette remarque. Uruha c'était levé, venant le rejoindre près du poste de télévision où le clip de Miyavi tournait encore. Son regard sembla d'ailleurs attiré par ce qu'il y voyait. La voix rauque du chanteur créait un petit fond musical attrayant.

    Et puis on frappa à la porte et dans un ben ensemble, Uruha et Die tournèrent la tête dans cette direction. Le brun attendait il quelqu'un si tard dans sa chambre ? Y avait peu à parier compte tenu du fait qu'ils avaient à la base prévu de boire un verre au bar de l'hôtel. Qui alors ?

    - Je n'attendais personne...

    Au moisn confirmait il ce qu'il s'était imaginé. Pas de visiteur impromptu et malencontreusement oublié.

    - Une fan a déjà réussi à monter jusqu'à ma chambre...

    Cette information fit naître un vague sourire mal à l'aise sur le visage de Die. Il n'aimait pas les groupies qui parvenait à se frayer un chemin jusqu'à leur chambre. C'était être obligé d'être sur la défensive constamment. Fatiguant à la longue, surtout quand les fan vous idéalisait d'une façon ou d'une autre et que vous n'aviez pas à coeur de trop birser leurs petits films perso...

    Die fit quelque pas en direction de la porte, suivant dans l'ombre l'autre guitariste, juste au cas ou ses craintes se seraient confirmé. Sauf qu'après un regard par le judas, Uruha sembla se détendre sensiblement. Il ouvrit d'ailleurs la orte avec une certaine paresse, preuve que la personne derrière la porte devait être uen tête plus que connu.

    - Kai, je peux savoir à quoi tu joue ?

    Ha ! Kai ! Leur batteur ! De là où il était, Die ne pouvait pas apercevoir le jeune homme mais la dernière phrase d'Uruha avait piqué sa curiosité. Qu'avait donc de si étrange le jeune batteur pour faire soupirer ainsi son compagnon ?

    - Ma douche est en panne et elle m'a craché de l'eau froide au visage alors je n'avais nulle part où aller et il est trop tard pour la faire réparer ! Je ne veux pas non plus avoir un répérateur tout poilu dans ma chambre à cette heure de la nuit ! Alors je dois absolument trouver une chambre pour prendre ma douche, mais Reita est absent et Ruki aussi ! Je sais pas ils sont où, mais j'ai pas envie d'aller au rez-de-chaussée habillé comme ça pour les trouver ! Dis oui, dis oui !

    Le flot de parole ne fut pas interrompu et Die secoua vaguement la tête pour se remettre les idées en place. C'était quoi encore que cette histoire de douche, de réparateur poilu et de membres de GazettE disparu...?

    - Non.

    Pauvre Kai qui venait de se faire refouler ! Plus par curiosité que par compassion cependant, Die fit encore quelque pas dans le couloir, découvrant ainsi un batteur trempé en serviette, éponge à la main et trousse de toilette dans l'autre. Ainsi donc il avait réellement un problème de douche et il n'avait pas pensé à se rhabiller avant de venir en chercher une... Un petit sifflement admiratif -ou stupéfait, au choix- passa la barrière de ses lèvres. Fou, ils étaient tous fou.

    Uruha se tourna vers lui, lui offrant un petit regard navré et Die leva une main comme pour signifier qu'il n'y avait aucun problème. Il en avait vu des vertes et des pas mûrs avec les membres de Dir en Grey alors il pouvait bien affronter un Kai à demi nu sur le pallier de l'homme avec lequel il jouait à un jeu des plus dangereux. Au moins aussi dangereux qu'excitant cela dit.

    - Je suis occupé...

    Die s'en sentait presque mal à l'aise d'être la cause de ce refoulement. Il fit un bref petit signe de tête à Kai qui le lui rendit, une petite lueur curieuse au fond de ses grands yeux noirs. Y a pas, ce garçon là avait une vivacité d'esprit qui valait bien les sourires qui lui mangeait généralement la moitié du visage. En tout cas, il ne sembla pas vouloir insister d'avantage.

    Et c'est sur ces entre-fait qu'il tourna les talons direction... Die ne savait où puisque visiblement il n'avait trouvé aucun des GazettE dans leur chambre. Curieux d'ailleurs mais bon. Où irait il ? Chez les Dir en Grey ? Voyons... Qui était la première porte à partir de là...? Il y avait bien la sienne ça oui. Mais forcément il ne s'y trouvait pas... Celle en face ? Kyo ! Bigre, il aurait aimé voir la tête du warumono en découvrant Kai à demi habillé sur son pallier, réclamant le droit d'occupation de sa salle de bain !

    Quoi qu'il en soit, la porte fut refermé et malheureusement, avec elle, le cocon de tension sexuelle qui avait établi son campement précédemment. Dommage, la situation avait eu quelque chose de terriblement plaisant... Il ne doutait pas pouvoir la retrouver assez facilement, mais c'était peut être le signe qu'il était temps d'en revenir à d'autres sorte de sentiment...?

    - "Je vois que vous avez vos propres énergumènes..."

    Au moins une évidence. Parce que chez Dir en Grey aussi ils avaient de sacrés numéro. Bon, d'accord, lui le premier pouvait se révéler assez spéciale, mais on ne se refaisait pas hein...

    Récupérant sa veste sur un dossier de chaise il commença à l'enfiler avant de se rasseoir face à son verre. Disons qu'il allait au moins le terminer avant de partir. Mais il n'allait pas partir comme un voleur sans promesse d'une prochaine fois !

    - "Je crois que c'était le signe du départ. Disons que je vais finit de siroter ma verre en bonne compagnie !"

    Die trempe ses lèvres dans le breuvage alcoolisé.

    - "On pourrait peut être remettre ça demain. Après tout, c'est la dernière date avant changement de lieu, ça nous laisse trois jours de tranquillité."

    Il jette une petite oeillade curieuse à Uruha, se demandant s'il accepterais ou pas une sorte de "second rendez vous". Sans compter que ça ferait moins "coup d'une nuit à la sauvette" ce dont il n'était pas réellement partisan même si, fallait l'admettre, sans l'intervention de Kai il se serait peut être laissé tenter par la forte attraction qu'il avait ressentit pour le guitariste.

    - "Je continu de penser qu'il y a un truc entre toi et moi et ça ne peut pas mourir comme ça."

    Pas qu'il fut croyant en quoi que se soit, mais c'était là pour lui, inutile de le nier.

    - "On pourrait peut être même manger un morceaux si tu veux ?"

    Tout pour apprendre à le connaître un peu et arrêter de culpabiliser parce qu'il avait envie de son corps, là, maintenant, tout de suite...

    - "En plus se sera l'occasion de fêter un peu en avance, vu que je ne serais probablement plus en état une fois le groupe passé par là !"

    Juste ! Avec tout ça, il en avait presque oublié son anniversaire et il préférait ne pas savoir ce que Dir en Grey lui avait encore préparé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uruha
The GazettE - 1er Guitariste


Messages : 30


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Lun 21 Déc - 17:16

    - Je vois que vous avez vos propres énergumènes...

    Uruha ferma la porte derrière Kai en levant les yeux aux ciel. Ce que venait tout juste d'affirmer Die s'appliquait très bien à leur leader. Dieu seul savait à quel point Uruha pouvait adorer le petit bout en train de service. Mais ce soir, il aurait été de trop, ça c'est certain. Déjà que l'ambiance était pas mal retombée...

    Le guitariste suivit Die qui se rassoyait à la table, visiblement déçu. Mais, il n'ouvrit pas la bouche, préférant taire sa déception.


    - Je crois que c'était le signe du départ. Disons que je vais finit de siroter mon verre en bonne compagnie !

    Voilà qui était bien décevant, certes. Pourrait-il au moins avoir une « prochaine fois » ? Uruha trempa les lèvres dans sa boisson en même temps que Die, préférant encore une fois se taire. Ce n'était pas son genre d'avoir la mine basse, mais il fallait avouer que présentement, il en voulait beaucoup à Kai pour sa visite surprise...

    - On pourrait peut être remettre ça demain. Après tout, c'est la dernière date avant changement de lieu, ça nous laisse trois jours de tranquillité.

    Cette fois, cependant, Uruha sembla retrouver sa bonne humeur habituelle. Un moment surpris, il servit ensuite à Die un magnifique sourire qui ne pouvait vouloir dire que « oui ». Oui, il voulait le revoir et ce, n'importe quand ! Uruha était assez rancunier et si Die était partit ce soir sans possibilité d'un second rendez-vous, il aurait pu se montrer très désagréable par la suite avec lui. Mais apparemment, le guitariste de Dir en Grey ne semblait pas renoncer à le revoir, ce qui était bon signe... mais probablement pas plus que ce qu'il ajouta ensuite.

    - Je continue de penser qu'il y a un truc entre toi et moi et ça ne peut pas mourir comme ça.

    Cette fois, Uruha laissa de côté toute trace boudeuse sur son beau visage pour reprendre ses airs câlins. Die avait raison ; tout à fait raison. Il y avait quelque chose entre eux et ils ne pouvaient pas le nier. Maintenant, il fallait seulement trouver quoi.

    Uruha se pencha légèrement vers Die, assez pour laisser glisser une main sur la table jusqu'à ce que le bout de ses doigts frôlent celle du beau guitariste.


    - Tu m'attires énormément, Die. Ce serait déraisonnable de te laisser filer sans avoir un deuxième rendez-vous.

    Il n'avait pas peur d'employer le mot « rendez-vous », parce que de toute façon, c'était ce que c'était, point.

    - On pourrait peut être même manger un morceaux si tu veux ? En plus se sera l'occasion de fêter un peu en avance, vu que je ne serais probablement plus en état une fois le groupe passé par là !

    Cette fois, Uruha fronça les sourcils, curieux. Fêter ? Fêter quoi ? Ses doigts finirent par se glisser entre ceux de Die alors qu'il s'approchait un peu du bord de sa chaise pour être un peu plus confortable. Bon sang, qu'il n'avait pas envie de le laisser partir... Mais c'était effectivement plus sage, avant qu'il arrive des trucs qui devraient se passer un peu plus tard...

    - Fêter quoi ? Je crois que j'ai raté un chapitre !

    Effectivement, il ne voyait pas vraiment de quoi Die parlait. Peut-être qu'il aurait pu se creuser la tête et trouver une explication logique, mais il préférait encore que le beau guitariste le lui explique lui-même. Uruha était épuisé par le spectacle et avait l'impression que son QI venait tout juste de régressé... Ce n'était pas le temps de laisser son imagination parler pour lui.

    L'homme pencha légèrement la tête sur le côté, observant Die avec un petit sourire malicieux.


    - Tu vas m'embrasser avant de partir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Die
Dir en grey - 2e Guitariste


Messages : 111

Age : 42
Date de naissance : 20/12/1974


MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   Lun 21 Déc - 17:37

    - Tu m'attires énormément, Die. Ce serait déraisonnable de te laisser filer sans avoir un deuxième rendez-vous.

    Voilà bien une phrase qui suffisait à faire grimper la tension d'un Die déjà plus ou moins extatique. Sa tension et sa température il va sans dire. Qui sait ce qui aurait pu se passer dans cette chambre sans l'arrivée inopiné du batteur des GazettE ? Rien que d'y penser, il se sentait parcouru par de petits frissons. Frisson agréable au demeurant même s'il s'inquiétait légèrement de réagir avec autant de vivacité rien qu'à cette idée. Uruha lui mettait les sens à l'envers, y avait pas à dire.

    La main du guitariste avait glissé jusqu'à la sienne, se faufilant insidieusement entre ses doigts mais il ne fit rien pour s'en dégager. La chaleur qui émanait de cette petite et longue main l'en dissuadait tout à fait. Au contraire, il affermit même légèrement sa prise sur cette dernière, la capturant pour encore quelques minutes.

    Son verre était presque vide à présent et chaque goutte du liquide qui finissait en dehors du petit récipient était une seconde de moins passé en charmante compagnie. Peut importe s'il passait pour une jeune demoiselle en plein premier rendez vous, la situation ne semblait pas déplaire à son compagnon alors pourquoi est ce que ça serait le cas pour lui même ?

    - Fêter quoi ? Je crois que j'ai raté un chapitre !

    Ha ! Oui forcément, s'il faisait la moitié de ses réflexions dans sa tête, ça ne risquait pas de bien marcher. Habituellement il utilisait plus de mots pour parler, masi la fatigue et la situation étrange aidant, il avait zapé une partie du contenu de sa phrase.

    - "Tu as vu les monceaux de fleures qui arrivent dans les loges dernièrement ?"

    Il avait l'air dépité à le dire comme ça, et finalement, c'était vraiment le cas.

    - "Il y a même des peluches, des gâteaux et tout un tas de truc..."

    Die repensa à la liste des choses qu'il voyait passer depuis deux jours. Comme toujours, les fan envoyait en masse et tant pis si le jour ne correspondait pas fort bien. Sans doute craignait il des soucis venant de la poste ? Ou bien peut être voulait ils juste être les premier à lui offrir quelque chose...?

    - "C'est mon anniversaire dans les jours à venir. 35ans, on se refait plus hein..."

    Mais il le disait avec le sourire. Die n'avait pas honte de son âge et faisait partit de ces gens qui pensent qu'on se bonifie en prenant un peu de bouteille.
    Récupérant son verre, il finit de boire la dernière gorgée, mettant ainsi un terme à sa visite nocturne. Finalement, à peu de chose près, Kai aurait pu réellement prendre sa douche ici.

    Alors qu'il se levait, relâchant la main d'Uruha qu'il tenait toujours dans la sienne, le guitariste prit ce petit air malicieux qu'il avait déjà si souvent prit et qui avait rendu Die d'humeur plus que joueuse.

    - Tu vas m'embrasser avant de partir ?

    Un sourire vint orner les lèvres pleines et sans attendre il se pencha. Oui ça il pouvait le faire. Il avait "prévu" de le faire de toute façon non ?

    Sa main se perdit dans la nuque du brun, laissant la tignasse sombre chatouiller le dos de sa main et l'autre, libre, alla se caler sur la hanche étroite. Il tira le jeune homme à lui, l'obligeant à se lever et une fois fait, il pencha légèrement la tête de biais pour venir poser ses lèvres contre celles d'Uruha.

    Il y avait encore cette saveur alcoolisé sur les lèvres qu'il embrassait et c'est sans hésiter qu'il laissa sa langue venir en cueillir les arômes. Sa main sur la nuque la caressait tendis que celle sur la hanche affermissait ses prise, comme si soudain il n'était plus tout aussi sûr de vouloir partir.

    Le baiser gagna en intensité lorsque d'un commun accord les lèvres s'entre-ouvrirent pour approfondir ce baiser que personne n'aurait pu qualifier de baiser d'enfant, même à son heure la plus chaste. Et pour cause, la tension physique entre eux était comme revenu de plus belle, embrasant ses reins, le faisant même réagir plus qu'il n'aurait dût sans doute.

    S'écartant à contre coeur, avant que ses envies ne prennent le dessus, il déposa un dernier petit baiser sur le nez du guitariste avant de faire quelques pas en arrière. Arrivé dans le couloir, il ouvrit la porte et se retourna une dernière fois.

    - "A demain donc..."

    Et sa voix portait tout ce qu'il y avait en lui de sous entendu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 7. Relâcher la pression   

Revenir en haut Aller en bas
 

7. Relâcher la pression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cassis :: Diru feat. Gazetto-